Navigation – Plan du site

Jean-François Kosta-Théfaine (dir.), Othon de Grandson, chevalier et poète

Estelle Doudet
Référence(s) :

Othon de Grandson, chevalier et poète, études réunies par Jean-François Kosta-Théfaine, Orléans, Paradigme (« Medievalia », 63), 2007, 204 p.

ISBN 978-2-86878-268-7.

Texte intégral

1Othon de Grandson (vers 1345-1397) a été redécouvert au 20e siècle grâce au travail patient d’Arthur Piaget. Le renouveau des études sur la lyrique du 14e siècle, autour de Machaut et de Deschamps, a récemment ramené l’attention sur son œuvre. Celle-ci demeure pourtant largement à découvrir et c’est à cette exploration que nous convie ce petit volume. Il rassemble huit articles ainsi qu’un texte inédit d’A. Piaget, daté de 1889. Ils explorent tour à tour la biographie du poète, la place de ses pièces poétiquesface à la tradition de son époque, enfin les aléas de sa réception. L’ouvrage offre donc, en peu de pages, une approche complète et met en place un certain nombre d’utiles jalons.

2Jalons biographiques d’abord. Il est assez ironique que la mort du poète soit ce que les lecteurs d’aujourd’hui connaissent le mieux. Mais pourquoi Grandson a-t-il succombé lors d’un duel judiciaire ? L’article de D. Chaubet répond précisément à cette question, en rappelant les troubles politiques que connaissait la Savoie à cette période, intrigues de cour qui conduisirent à l’affrontement (à l’issue inévitable) avec Gérard d’Estravayer. Les contemporains retinrent de cette tragédie un portrait chevaleresque d’Othon de Grandson, ce qui a pu influencer sa réception.

3Celle-ci est étudiée notamment par J.-F. Kosta-Théfaine. Après avoir figuré, aux côtés de Chartier souvent, dans les anthologies du 16e siècle, comme le célèbre Jardin de Plaisance et Fleur de Rhétorique, Grandson entre à partir du 18e siècle dans le monde de la fiction. Son décès original et sa réputation lyrique lui donnent une place enviable dans le panthéon suisse, celle de premier poète national. Les études d’A. Piaget, dès les années 1890, puis son édition critique en 1941 (une édition qui demeure la seule référence à l’heure actuelle, en attendant la parution du travail de J. Grenier-Winther), l’ont fait connaître des spécialistes. Le public suisse, quant à lui, l’a rencontré comme personnage scénique. A. Corbellari retrace l’élaboration de ce mythe national, à travers la pièce de Ch. Tauxe (1978 : le seigneur de Grandson y rencontre Christine de Pizan à qui il inspire de tendres sentiments…), la mise en musique de Mermoud, et bien entendu les réactions de ce médiéviste-poète que fut Charles-Albert Cingria.

4Ces réflexions encadrent six études, dont les lignes de Piaget, qui éclairent chacune la relation de l’œuvre avec la poésie du 14e siècle. J. Grenier-Winther reprend à nouveaux frais le dossier de l’attribution de la Belle Dame qui eut mercy. Cela permet de souligner l’évident lien que les contemporains ont reconnu entre l’inspiration de Grandson et l’écriture de Chartier. H. Arden et I. Laurie étudient les relations que Grandson a entretenues avec les œuvres de Christine de Pizan et d’Eustache Deschamps. Relations d’œuvres qui furent aussi amitiés avec les auteurs. La fréquentation de Grandson et de Deschamps a conduit ce dernier à la rédaction de diverses ballades, qui jettent un jour intéressant, non sans humour, sur le microcosme littéraire de la fin du 14e siècle. Il faut enfin citer les contributions de C. Attwood et de H. Basso sur le fonctionnement de la lyrique othonienne. Si la première souligne l’inspiration que Grandson tira de son époque, dont il fut une remarquable caisse de résonance, le bel article d’H. Basso met en parallèle la poésie de Guillaume de Machaut et celle du Livre messire Ode. Cet éclairage sur le texte le plus achevé de Grandson lui rend toute sa complexité et invite à le lire – ou à le relire.

5Au total le recueil Othon de Grandson, chevalier et poète semble appeler à faire date dans la bibliographie encore trop clairsemée de ce poète. Il allie mises au point utiles et études nouvelles et ouvre la voie à la redécouverte d’un lyrique trop vite catalogué comme marginal. La poésie d’Othon de Grandson, naissant dans une « marge » géographique de la production en français et dans une période, la fin du 14e siècle, qui n’a pas livré tous ses secrets, interroge doublement nos certitudes. Les florissantes études sur la littérature francophone qui rayonne en Bourgogne à la fin du siècle suivant montrent assez qu’il est bon de bousculer les habitudes francocentristes. L’œuvre de Grandson, enracinée dans le monde littéraire de son temps, jette sur lui une lumière originale, qui pourrait être bientôt considérée comme indispensable.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Jean-François Kosta-Théfaine (dir.), Othon de Grandson, chevalier et poète », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/3883

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org