Navigation – Plan du site
Varia

Nourritures terrestres, célestes et poétiques dans les miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci1

Jean-Louis Benoit

Texte intégral

  • 1 Conférence donnée le 2 avril 1999 dans le cadre d’un colloque sur la nourriture au Moyen Âge, réuni (...)

1Paradoxalement, il est souvent question de nourriture et de boisson dans les miracles de Nostre Dame, à des titres divers.

2Tantôt il s’agit de dénoncer les abus auxquels se livrent les riches et tous ceux qui manquent de tempérance et de sobriété. On retrouve là la veine satirique qui occupe une grande place dans les miracles et pas seulement dans les queues, ces longues conclusions didactiques. La question est abordée souvent dans le corps des miracles narratifs ainsi que dans les sermons, en particulier De la misere d’ome et de fame et de la doutance qu’on doit avoir de morir.

3À l’inverse le thème de la nourriture est largement utilisé pour évoquer les joies célestes.

4Enfin, la parole, celle de la prière et de la poésie, est ressentie comme une activité orale, quasiment alimentaire, source de plaisir et d’élévation mystique. C’est sur cette conception du langage que nous terminerons.

Les nourritures terrestres

5La dénonciation du péché de gourmandise est un motif majeur de la critique morale.

6Les riches sont accusés de faire un dieu de leur ventre. Gautier dresse des tableaux impitoyables des abus en tous genres. Ce sont les clercs qui sont le plus souvent attaqués sur ce point. Les prélats ne se privent guère pendant le carême ou à d’autres moments. Le pire est qu’ils déguisent leur gourmandise en pénitence. L’ironie de l’auteur vise alors autant leur hypocrisie que leur sensualité :

  • 2 Le citoal est une épice : le « zédoaire ». Le citoualé une boisson aromatisée de zédoaire.
  • 3 Les références sont faites à l’édition de V.F. Koenig, librairie Droz, Genève, 1970.

En toz tans ont aloes frites
Plus en quaresme qu’en carnage
Ci las ne d’oef ne de formage
N’osent gouster les venredis
Mais il ont bien nuef mes ou dis
De gros poissons fres et salés
Et boivent fors citoualez2
En non de sainte penitance.
(De la misere d’ome et de fame, t. 4, p. 4713.

Poursuivons un peu cette plaisante satire des prélats. Notons le pittoresque de l’évocation, l’humour du croquis rehaussé par les jeux de mots et les rimes homonymes, l’ironie mordante de la critique :

  • 4 Les épices (notamment le clou de girofle) et les graines citées au vers 816 étaient dégustées comme (...)

Citoual, clauz, anis, semences
Traient apres des aumosnieres
Qui ne sont pas mout aumosnieres
À grans trais boivent le vin d’Auçuerre
Pour mielz dormir deseur le fuerre.
Tant de leur vie et tant d’aus sai
Que vin d’Auçuerre et vin d’Ausai.
Mouré, claré, et douz piument
Pour l’amour Dieu boivent piument4.
(ibidem pp. 471-472)

7On reconnaît dans cette satire féroce des clercs gourmands, amateurs de bonne chère, la veine des fabliaux. Les références sont d’ailleurs les mêmes en ce qui concerne les vins. On trouve dans les fabliaux une allusion au vin d’Aussai dans le sot chevalier et plusieurs au vin d’Auxerre (les trois aveugles de Compiegne, v. 73 ou le sot chevalier). Les vins spéciaux sont aussi évoqués dans le conte de Trubert :

Et bons clarez
Moré, ferré et bon rosé
Et piment et citouaudé (vv. 2808-10)

8Le haut clergé n’est pas le seul visé. En dénonçant la gourmandise des moines convers (ces moines d’extraction modeste, qui ont un rôle de domestiques dans l’abbaye) l’auteur nous décrit avec la même ironie et le même sens du détail les raffinements culinaires des moines qui se privent de viande mais qui savent la remplacer par des mets encore plus raffinés :

  • 5  Le craspois (v. 847) est la graisse de baleine, fréquemment utilisée dans la bonne cuisine. La por (...)

Mout sevent bien faire as amandes
As anguilles et au craspois
Crasses porees et cras pois.
Nostre oef frit, noz soupes dorees
Ne valent mie leurs porees.
En leurs viandes sainz n’entre
Mais cras saumon devers le ventre
Mainjüent bien par charité.
Bonnez genz sont par vérité!
Ne goustent d’areste ne d’os
Mais bars fenduz a roanz dos
Pastez d’anguille et de borbotes
Sovent mainjüent, par nos botes.
Comment que voisent les moissonz
La saveurs a leurs gros poissonz
Est bien confite et bien broiee.
Tant i metent a la foye
De gingembre et de garingal
De gyroffle, de citoual
C’onques de si tres delitable,
Se ce ne fu a autrui table
N’essaia Diex ne si apostre5.
(t. 4, p. 472-473)

9Dans le très long miracle D’un archevesque qui fu a Tholete l’auteur revient à la charge contre les moines gastronomes, sa cible favorite. Il précise ses attaques. Ce souci des plaisirs de la table est dénoncé car il détourne de la piété que l’on doit attendre des religieux. Gautier rapproche de manière audacieuse et comique, à la faveur de rimes léonines, parfois homonymes, les nourritures terrestres et les nourritures célestes. Hélas les moines préfèrent les premières :

Luez aimment miex groz luz que Luc,
Le cras barbel, la crasse angille
Que Saint Mathiu ne s’Evangille
Et s’aimment mielz le bon saumon
Que les bons livres Salemon.
(t. 2, p. 65)

D’ailleurs, ils sont distraits pendant l’office :

  • 6 Le lus c’est le « brochet ».

Bouche pour quoi chante matines
Quant li cuers met en galentines,
Grans bars, grans lus et grans lamproies ?6
(De la nonain a cui Nostre Dame abreja ses salus, t. 2, p. 280)

10Dans ce miracle c’est surtout au manque de sincérité qu’il s’en prend. La prière est écoutée de Dieu si elle vient du cœur et si elle n’est pas seulement une récitation mécanique. L’excès de nourriture nuit à la fois au corps et à l’âme. Au corps d’abord par les maladies qu’il occasionne :

Enfermetés longues et grandes
Sivent granz mes et granz viandes.
(t. 4, p. 456)

Et surtout à l’âme, car la bonne chère, en particulier les plats trop relevés et la boisson, entraîne d’autres vices, notamment la luxure :

Les viandes bien empevrées
Li cras morsel, les granz bevees
Font as plusieurs faire tel chose
Dont se plaint l’ame a la parclose.
(t. 4, p. 456)
Qui nes se vient tenir et chastes
Ces crassez oes, ces cras hastes,
Ces fors aillies, ces fors poivres,
Ces tres fors vins, ces tres fors boivres
Eschuit, si fera mout que sages.
(t. 4, p. 457)

11L’alimentation excessive, l’intempérance sont associées à un péché plus grave encore : le manque de charité. Gautier greffe sur ce motif moral une prédication sociale très généreuse. Ce sont les riches, bien sûr, qui recherchent les plaisirs de la table :

Riche convive, riche table
Boire a hanas d’or et argent
Vuelent toz la riche gent.
(t. 4, p. 455)

12Les nobles et les riches clercs qui dépensent ainsi leur argent le font au détriment des pauvres et de l’Église. Le poète utilise une forte image alimentaire pour désigner ces abus et ces préjudices :

À Dieu et a sa mere püent
Car il devuerent et mainjüent
Et Sainte Eglyse et povre gent.
(t. 4, p. 461)

13Ces riches personnages qui s’adonnent aux plaisirs de la table, qui dépensent sans compter pour mener une vie fastueuse, sont menacés des peines éternelles non pas en raison de leur intempérance mais surtout du crime qu’ils commettent contre les pauvres. À leur propos Gautier utilise l’image fantastique qui connaîtra une certaine fortune en poésie et dans le discours politique, celle du riche buveur de sang :

Haut homme bien dampnent leurs ames
Quant des larmes as veves fames,
Des pleurs, des brais as orphenins
Achatent les chiers sabelinz
Et les robes enerminees
Et quant a lors grans cheminees,
À lors couppes d’or et d’argent,
Boivent le sanc de povre gent
Et les larmes et la sueur.
(t. 4, p. 467–468)

14Encore une fois le clergé est le premier visé. L’auteur rappelle à l’envi, à l’ordre auquel il appartient, la solidarité sociale et sa dépendance envers les ouvriers, les paysans, les artisans, tous ceux qui travaillent pour le nourrir :

  • 7 Nous comprenons les vers 926–928 de la façon suivante : « Les forgerons, les ouvriers, les tailleur (...)

Li foueron, li manouvrier
Li parmentier et li sueur
Noz paissent touz de leur sueur.
Le bien gaaignent a leurs bras
Dont noz faisonz nos granz degras.
De lor traval, de lor torment
Mainjonz le pain de blanc forment7.
(t. 4, p. 476)

15Notons la première personne. Le moraliste n’est pas un donneur de leçons, il se critique d’abord lui-même. La voie qu’il trace aux religieux est évidente. Il leur rappelle leur devoir de prière et de service divin. C’est le prix des aumônes qu’ils reçoivent. Encore une fois il met en avant le régime alimentaire dans ce rappel à l’exigence de pauvreté évangélique :

Mieuz nos venroit mengier chardonz
Qu’oues, poulez, luz ne gardons
Se mout tres bien nes deservons
Et humlement Dieu ne servons.
(t. 4, p. 476)

Il dit aussi :

  • 8 « Mieux vaut un œuf sans tourment, que trente mets qu’il faudra payer cher plus tard. »

Miex vaut un oez sans cuisençon
Que trente mes de raençon (vv. 193-4)8.

16L’exemple des pratiques alimentaires donne un caractère concret à la prédication. Ici c’est la crainte salutaire de la mort qui est recherchée dans cet élan oratoire :

  • 9 Le pain de soile est « le pain de seigle. »

Cil qui mangüe les gardonz
Les lamproies, les lus, les bars,
Les venoisonz, les bonnes chars,
Les bonz morsiax frez et salez
Tout aussi tost est il alez
Com cil qui vit de pain de soile (vv. 386-91)9.

17Gautier sait aussi utiliser l’humour noir dans cette prédication. Les vers vont manger le corps des riches qui ont si bien mangé pendant leur vie. Leur recette est très simple. Les diables aussi vont se régaler de l’âme de ces pécheurs :

  • 10 L’aillie (v. 562) est une sauce à l’aïl très répandue dans la cuisine du Moyen Âge. La lame (v. 566 (...)

Se la tombe est bien entaillie
Et ver sanz poivre et sanz aillie
Rungent son cuer et sa coree
Et li dyable en leur poree
La teste avant en rüent l’ame,
Que li vaut lors sa riche lame ?10
(t. 4, p. 461-462)

Il accable aussi les riches hypocrites sous le poids de ses redoutables annominatio (paronomases) :

  • 11 « Leur char est si chargé de viande que l’âme en porte une charge trop lourde ».

De char leur chars tel charche encharche
Que l’ame en a trop charchant charge.11
(t. 2, p. 67)

Les nourritures célestes

18La nourriture est utilisée aussi de manière métaphorique pour évoquer la vie spirituelle. La simple opposition entre le monde et le Ciel est présentée en termes alimentaires.

19Alors que le monde est comparé à un mauvais boulanger qui trompe les clients sur la marchandise, la Vierge distribue le vrai pain de Vie. L’humour de ce texte repose sur un jeu de mots : bolenger peut signifier « boulanger » ou « trompeur » (du verbe boler) :

  • 12 Chanestel et niule sont deux pâtisseries.

La mere Dieu n’est mie fausse
Vraie est s’amours, bonne et faitice
Mais trop par est boulengeïce
L’amours del siecle et trop est vainne.
Siecles fait bien de fleur d’avainne
As nonsachanz et as aviules
Bons chanetiax et bonnes niules ;12
Pain d’orge vent pour pain a broie.
Qui bien le siecle enpoingne et broie
Et bien l’essaie et bien le taste
Mout le trueve de povre paste.
Pain d’orge vent pour pain moflet.
Pour buignart tieng et pour choflet
Celui qui rien a lui achate,
Car trop i a guile et barate.
Toz li siecles est boulengiers,
Truillieres faus et losengiers
Mais ma dame sainte Marie
Rienz ne seit de boulengerie,
En li n’a se plainne oevre non.
La sade virge au sade non
Donne a toz ciauz le pain de vie
Qui l’ont amee et bien servie.
(t. 4, p. 103–104)

20Le pain de vie est le pain de la vie éternelle. C’est la nourriture céleste par excellence que constitue le Christ lui-même. Métaphoriquement cela désigne les récompenses accordées aux élus qui au Ciel sont invités au banquet divin. Gautier le dit plaisamment pour évoquer le bonheur auquel a droit le bon abbé Milon, mort en 1219, peu de temps avant la rédaction du deuxième livre des miracles. Il a eu le mérite, entre autres, de faire façonner une châsse précieuse pour les reliques de Sainte Léocadie :

S’ame ou ciel a son pain bien cuit.
(t. 3, p. 238)

Gautier est intarissable également sur la description des festins de l’âme en cette vie. La prière est la nourriture de l’âme :

S’ame apaist bien de galentines
De lus, de bars, de venoisonz
Qui va souvent a oroisons
Devant l’ymage Nostre Dame.
(D’un moigne de Chartrose, t. 4, p. 415)

21L’impératrice, dans son dénuement, sa pauvreté et sa faiblesse est rassasiée par la vision de Notre Dame :

L’empeeris, la Sainte fame
De l’avisïon Nostre Dame
Toute se saoule et refait.
Oublié a trestout a fait
Et sa grant faim et sa malaise.
(t. 3, p. 391)

22La Vierge lui accorde une grâce supplémentaire, en lui donnant une herbe miraculeuse qui va guérir les lépreux. Nourriture de l’âme et guérison des corps, on le voit, ne sont pas plus séparés dans les miracles que dans l’Evangile. L’impératrice mènera ensuite une vie de pénitence, de jeûne, de prière. Par toutes ces mortifications, nous dit l’auteur :

Encraisse et paist et norrist s’ame
L’empeeris, la sainte dame.
(t. 3, p. 399).

  • 13 Cf. Jean, 6, 32–51 : « Je suis le pain de vie… je suis le pain vivant descendu du Ciel. Qui mangera (...)

23Le pain de vie c’est aussi le corps et le sang du Christ dans le sacrement de l’eucharistie13. Ce sacrement est souvent mis en valeur dans les miracles. Le quatrième concile du Latran (1215) vient de donner un essor tout particulier au culte eucharistique, peu avant que Gautier n’écrive son œuvre.

24La Vierge intervient elle-même pour qu’on apporte ce précieux viatique à la vieille femme pauvre qui agonise seule. Elle invite d’abord le bon prêtre à la confesser avant de lui donner la communion. Notons que dans cette invitation elle se présente comme la mère de l’eucharistie, en quelque sorte, puisqu’elle rappelle que le Christ a pris chair et sang en elle :

Or tost, biaus clers, fait Nostre Dame
Confessez ceste bonne fame,
Et puis apres tout sanz freür
Recevra le Sauveür
Qui char et sanc volt en moi penre.
(Dou riche et de la veve feme, t. 2, p. 167).

25Deux communions, en outre, apparaissent comme miraculeuses. Elles transfigurent leur bénéficiaire. Il s’agit de celle de Théophile qui, après avoir été sauvé par la Vierge, s’est confessé publiquement. Il communie alors des mains de l’évêque :

Luez droit qu’en la bouche li mist
Le precïeus cors Jhesu Crist
Ses vis si grant clarté rendi
Qu’aussi con solaus resplandi.
(Theophile, t. 1, p. 153).

26L’enfant juif qui s’est converti est lui aussi transfiguré. Marie est venue elle-même (sa statue a pris vie) pour prendre l’hostie consacrée par le prêtre sur l’autel et l’apporter à l’enfant, dont le visage resplendit encore d’une lumière miraculeuse quand il rentre chez lui :

Si doucement l’en comenie
Que toz li cuers l’en rasasie.
À son ostel s’en repaira.
Toute sa face resclaira
De la grant joie qu’il avoit.
(De l’enfant a un gïu qui se crestiena, t. 2, p. 96)

27La Vierge nourrit l’âme des grâces spirituelles qu’elle lui apporte. Elle est une mère secourable. Elle peut aussi guérir de son lait les souffrances physiques de ses fidèles serviteurs. Il est un miracle étonnant où on la voit venir allaiter un moine défiguré par la maladie. Il est vrai qu’il priait en ces termes :

« Li sainz ventre soit beneïs
Qui te porta, rois Jhesu Criz
Et beneoites les mameles
Qui t’alaitierent si sont eles. »
(D’un clerc grief malade que Nostre Dame sana, t. 2, p. 123).

Lorsqu’il est très gravement atteint, la Vierge vient à son secours, pendant son sommeil, car il a honoré son saint ventre :

Atant s’abaisse sor le lit.
Mout sadement par grant delit
De son doz saim trait sa mamele
Qui tant est douce, sade et bele ;
Se li bouta dedenz la bouche,
Mout doucement partot li touche
Et arouse de son doz lait.
(t. 2, p. 127).

28Le clerc est complètement guéri. Ce miracle a conduit certains commentateurs à soupçonner le prieur de Vic-sur-Aisne de s’abandonner à des fantasmes érotiques. C’est oublier que la lactation de saint Bernard était le miracle le plus célèbre de Moyen Âge. On sait que la Vierge lui était apparue et avait laissé couler quelques gouttes de son lait dans sa bouche, quand il la priait en disant ces paroles de l’ave Maris Stella : Monstra te esse matrem.

29Le miracle de l’icône miraculeuse ramenée de Jérusalem par une religieuse dans le sanctuaire de Sardenai, près de Damas, évoque un phénomène analogue. La sainte image (ici il s’agit bien d’un tableau, d’une icône, mais ailleurs le mot image peut signifier « une statue ») produit une liqueur mystérieuse de manière continuelle :

La sainte ymage ont honoree
Et jor et nuit a leur pooir.
Apertement puet on veoir
Por le myracle qui avint
Que leur services a gre vint
À ma dame sainte Marie,
Car mout granment ne tarda mie
Qu’a süer prist la sainte ymage
Une liqueur qui maint malage
Par le païs assouaga.
(De l’ymage Nostre Dame de Sardenei, t. 4, p. 393)

30Bien plus, un miracle supplémentaire vient s’ajouter au premier par la volonté du Christ, puisque sur l’icône apparurent deux seins d’où s’écoulait la liqueur bienfaisante :

  • 14 On pense au Graal à propos de ce vase qui recueille le précieux liquide.

… Et se li fist deus mameletes
Naistre dou pis mout petitetes
Dont la likeurs a sourdre prist
Si durement que mout tost fist
La nonne de saintisme affaire
Un vaissel atorner et faire14
De keuvre, ce croi, ou d’airain
Assez plus grant dou premerain
Por recevoir la sainte goute
Qui jor et nuit sort et degoute
Des mamelles de la sainte ycoinne…
(t. 4, p. 395)

31Il s’agit d’une huile sainte et non pas de lait, huile qui obtint des guérisons innombrables et la conversion du sultan sarrazin Voradin. Gautier connaît un bourgeois encore vivant qui a rapporté d’un pèlerinage de l’huile sainte qu’il a offerte à l’abbaye de Vic-sur-Aisne.

32On sait que les reliques lui sont particulièrement chères. Pour en parler, il lui arrive, avec un humour que je qualifierai d’ecclésiastique, de les comparer à de la bonne nourriture. Ainsi les reliques de saint Sébastien et de saint Grégoire furent apportées par le roi Louis-le- Pieux, fils de Charlemagne, à l’abbaye Saint-Médard de Soissons.

33Avec une familiarité surprenante, l’auteur les compare à deux bons poissons qui vont être assaisonnés avec une sauce incomparable : sainte Léocadie elle-même :

Por faire a ces deus grans poissons
Deliteuse saveur et sade
Nos dona sainte Leochade
(t. 2, p. 72).

34Ajoutons que grâce à ces reliques les famines ont cessé dans la vallée de Soissons.

Les nourritures poétiques

35On le voit, les biens spirituels et les nourritures terrestres ne s’opposent pas, dans la mesure où ces nourritures spirituelles sont comparées à des nourritures terrestres. Bien plus, les biens spirituels se manifestent par des nourritures matérielles, à des degrés divers. Ces nourritures spirituelles sont en même temps, des nourritures poétiques. Cela non pas dans un sens imagé, mais dans un sens concret. Grâce au langage qui les désigne, les délices de l’âme sont des délices physiques. Et les délices du verbe, que pratique le poète, sont des délices spirituels.

36Il évoque sainte Léocadie comme un électuaire, c’est-à-dire une préparation liquide et sucrée, à la fois remède et boisson savoureuse :

Cis laituaires c’est la sade
La savoreuse Leochade
Qui me refait toute la bouche
Luez que ma lange un peu i touche.
(D’un archevesque qui fu a Tholete, t. 2, p. 82)

37Mais, bien entendu, c’est le nom de Marie qui sera la source du plus grand plaisir, plaisir de l’âme et du corps, dans la mesure où on le déguste avec une quasi gourmandise. Voici deux extraits de ces tirades lyriques où le poète chante son plaisir à prononcer ce nom adoré :

Cis moz si hauz est si sire
C’on le doit dire a plainne bouche.
Si tost con la bouche i atouche,
Qui bien le vielt asavourer
Et un peu sus vielt demourer
Si bon le trueve et si trez doz
Que de douceur seuronde toz
Et toute en est l’ame refaite.
(De l’ymage Nostre Dame de Sardanei, t. 4, p. 408–409)

38Dans le prologue du livre premier après avoir comparé Marie à Eve, il établit sa préférence pour la nouvelle Eve (le renversement EVÀ–AVE est courant depuis saint Irénée) en insistant sur la suavité de ce nom de Marie :

Tant douces sont ces trois sillabes
Qu’il m’est avis que se sis labes
Deseur le col me trebuchoient
Anui ne mal ne me feroient
Puisque Marie eüsse en bouche.
Si tost com ma langue i atouche
M’en chiet li mielz aval les levres
He! Dex! com est soz et chalevres
Qui sovent ne s’en desgeüne,
Car n’est si douce riens nes une.
Toutes douçors trueve dedens
Qui bien le suce entre ses dens,
Mais nus ne seit s’il ne l’esprueve
Con douce douceur on i trueve
À cinc cens doubles passe miel.
(t. 1, p. 10–11)

  • 15 « Mots fluides et vertiges : les fêtes orales de la mystique chez Gautier de Coinci », Annales E.S. (...)
  • 16 Ibid., p. 1219.

39Pour Marie-Christine Pouchelle15 : « La Vierge, elle-même, la savoureuse l’emmiellée est dans sa bouche. C’est elle qu’il touche de sa langue. Comme si le nom était la chair même de la mère divine »16. Ce n’est pas seulement le nom de Marie qui est l’objet d’un plaisir sensuel et spirituel à la fois. Le chant liturgique et toute forme de prière vocale participent de ce délice oral, moyen d’une élévation mystique.

40Gautier insiste sur le caractère oral, dans un sens presque alimentaire, que doit garder la prière :

  • 17 Bernard Cerquiglini rattache « ce plaisir poétique à la tradition monastique de la manducation du t (...)

Por nïent dit ne chante eure
Cis qui ses mos bien n’asaveure.
Que vaut morsiaus qui bien nel masche ?17
(t. 2, p. 278)

41Evidemment la parole poétique de Gautier, faite souvent d’un prodigieux vertige verbal, s’apparenterait, selon M.C. Pouchelle à une « technique de l’extase » lui permettant de ne faire plus qu’un, de manière fusionnelle avec la mère de Dieu.

  • 18 M.C. Pouchelle, ibid., p. 1226.

42Son langage, objet de toutes les métamorphoses étant un de ces matériaux fluides qui coulent partout dans les miracles, comme des « intermédiaires entre le monde matériel et le monde spirituel »18. Nous ajoutons, pour appuyer cette hypothèse que la langue qu’il choisit est sa langue « maternelle » et non pas le latin.

43Il n’est pas impossible, d’ailleurs, que la langue, à la fois code social et objet corporel, soit vécue dans toute pratique poétique comme une expérience orale régressive, tendant à retrouver une fusion maternelle qu’interdira bientôt la loi symbolique de communication (loi du père) qui fait de la langue un simple code social, séparant le signifiant du signifié.

  • 19 C’est un concept élaboré par la psychanalyste Mélanie Klein. Sur cette question fondamentale de la (...)

44Il serait intéressant de rapprocher l’expérience poétique des premières expériences linguistiques infantiles où les mots sont vécus comme ces « objets transitionnels »19 intermédiaires entre le narcissisme primaire et la libido d’objet, son propre corps et le corps de l’autre.

45Un mot en conclusion pour définir la poétique de Gautier de Coinci. Ce mot c’est « incarnation ». L’abus de nourriture est condamné selon des principes moraux assez courants mais vie spirituelle et vie poétique sont traduits en termes alimentaires.

46« Le verbe s’est fait chair ». En retour pour dire cette incarnation du verbe en Marie, le poète, dans un élan mystique, donnera chair à son verbe pour en faire le mode de communication le plus vivant et le plus intime entre l’homme et Dieu. Ce sera là sa seule et divine gourmandise.

Notes

1 Conférence donnée le 2 avril 1999 dans le cadre d’un colloque sur la nourriture au Moyen Âge, réunissant des médiévistes des universités de Rennes II et de Nantes.

2 Le citoal est une épice : le « zédoaire ». Le citoualé une boisson aromatisée de zédoaire.

3 Les références sont faites à l’édition de V.F. Koenig, librairie Droz, Genève, 1970.

4 Les épices (notamment le clou de girofle) et les graines citées au vers 816 étaient dégustées comme des friandises au Moyen Âge et pas seulement comme des condiments.

Le vin blanc d’Auxerre (v. 819) était très réputé. Cette appellation recouvre tous les vins de basse Bourgogne.

Le vin d’Ausai (latin Alsatia) est évidemment le vin d’Alsace.

Les vins cités au vers 823 sont des vins spéciaux, épicés et sucrés avec du miel. Le piument (piment) est une de ces boissons. Au vers 824 le mot piument est l’adverbe « pieusement ».

5  Le craspois (v. 847) est la graisse de baleine, fréquemment utilisée dans la bonne cuisine. La poree (v. 848) est une espèce de soupe de légumes, alors que la soupe (v. 849) est une tranche de pain trempée dans du bouillon. Nous comprenons le vers 856 : « Mais des bars fendus au dos arrondi… » Les barbotes sont des poissons qu’on appelle aujourd’hui des « loches ». On constate la place des épices (v. 863–864) dans la gastronomie.

6 Le lus c’est le « brochet ».

7 Nous comprenons les vers 926–928 de la façon suivante : « Les forgerons, les ouvriers, les tailleurs, les cordonniers nous nourrissent tous de leur sueur. »

8 « Mieux vaut un œuf sans tourment, que trente mets qu’il faudra payer cher plus tard. »

9 Le pain de soile est « le pain de seigle. »

10 L’aillie (v. 562) est une sauce à l’aïl très répandue dans la cuisine du Moyen Âge. La lame (v. 566) est la pierre tombale.

11 « Leur char est si chargé de viande que l’âme en porte une charge trop lourde ».

12 Chanestel et niule sont deux pâtisseries.

13 Cf. Jean, 6, 32–51 : « Je suis le pain de vie… je suis le pain vivant descendu du Ciel. Qui mangera ce pain vivra à jamais. »

14 On pense au Graal à propos de ce vase qui recueille le précieux liquide.

15 « Mots fluides et vertiges : les fêtes orales de la mystique chez Gautier de Coinci », Annales E.S.C. 1987.

16 Ibid., p. 1219.

17 Bernard Cerquiglini rattache « ce plaisir poétique à la tradition monastique de la manducation du texte biblique, délectation gourmande du nom proféré », dans « les énonciateurs Gautier », Médiévales n°2, 1986, p. 72. Voir aussi Paul Zumthor : « La lecture engageait aussi la vocalisation… le mouvement des muscles faciaux assimilait celle-ci à l’acte de nutrition. L’élévation de l’esprit procédait de ce que M. Jousse a nommé la manducation de la parole. » (La lettre et la voix, éd. du Seuil, Paris, 1987, p. 117).

18 M.C. Pouchelle, ibid., p. 1226.

19 C’est un concept élaboré par la psychanalyste Mélanie Klein. Sur cette question fondamentale de la corporéité du langage, voir l’ouvrage passionnant de Roland Gori : Le corps et le signe dans l’acte de parole, éd. Dunod, Paris, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Benoit, « Nourritures terrestres, célestes et poétiques dans les miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/900 ; DOI : 10.4000/crm.900

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org