Navigation – Plan du site

Catherine M. Jones, Philippe de Vigneulles and the Art of Prose Translation

Jean-Claude Mühlethaler
Référence(s) :

Catherine M. Jones, Philippe de Vigneulles and the Art of Prose Translation, Cambridge, D.S. Brewer (Gallica), 2008, VIII-151p.

ISBN 978-1-84384-158-6

Texte intégral

1L’étude s’ouvre sur une Introduction (p. 1-16), dans laquelle C. Jones présente l’auteur et son œuvre, ce qui n’est pas superflu, car Philippe de Vigneulles (1471-1528) n’a guère retenu l’attention de la critique. Mais son ambition va au-delà de la revalorisationr d’un auteur largement méconnu puisque, s’inspirant des travaux de F. Suard sur le Guillaume d’Orange en prose, elle tisse des liens entre la « translation of the Lorraine epic cycle » (p. 5) et les autres textes de Philippe de Vigneulles (Chronique de Metz ; Journal ; Cent Nouvelles Nouvelles), sans pour autant négliger de comparer l’effort d’adaptation de l’auteur messin aux mises en prose réalisées par des clercs travaillant pour la cour.

2Chapitre 2 : Truth, Translation and the Medium of Prose (p. 17-41) – La guerre entre Lorrains et Bordelais, telle qu’elle est rapportée dans la chanson de geste, est aux yeux de Philippe de Vigneulles un fait réel, car la violence même des combats décrits « is authenticated by recent history » (p. 23) ; il n’a donc pas hésité à en donner un résumé dans sa Chronique. La prose apparaît ainsi, comme elle l’est depuis le XIIIe siècle – (parmi la riche bibliographie à ce sujet, on aurait pu au moins renvoyer aux chapitres de C. Galderisi et N. Dauvois dans l’Histoire de la France littéraire, Paris, Puf, 2006) –, comme un instrument de véridiction, mais aussi une source de plaisir pour le lecteur. Philippe, auteur non professionnel, se sent plus à l’aise avec la prose qu’avec le vers (voir la citation à la p. 39). Il n’est toutefois pas seul dans ce cas : déjà Thomas III de Saluces avouait délaisser le vers pour des raisons de fatigue. En plus, Philippe de Vigneulles se dit sensible aux difficultés que pose la compréhension de l’ancien français. Il y a, chez lui, un intérêt affiché pour la communication, dont témoignent également certaines scènes dans les Cent Nouvelles Nouvelles. Selon C. Jones, ce trait récurrent est lié à l’expérience du marchand qui, au cours de ses voyages, a dû négocier en allemand, en italien, et maîtrise, selon ses propres dires, plusieurs dialectes français. Là encore, son attitude n’est pas franchement exceptionnelle : la Ballade en vieil langage françoys de Villon, truffée de fautes, en est un témoignage célèbre et, à la cour de Bourgogne, les remarques d’auteurs confrontés à l’obscurité d’une langue qui a vieilli ne manquent pas. Quant à la méfiance face à une parole peu fiable, elle se généralise au siècle de la Belle Dame sans mercy. Si Charles d’Orléans introduit des termes piémontais dans ses rondeaux, d’autres évoquent des expressions en anglais. Un peu partout on s’interroge sur les aléas de la communication.

3Chapitre 3 : Excellent Stories, Marvelous Deeds and the Prosaics of Crisis (p. 42-85) – C. Jones emporte l’adhésion, quand elle démontre combien l’écriture de Philippe de Vigneulles garde les traces d’un vécu. Ainsi, Metz se trouve au cœur de l’action dans Le Livre de la belle Beaultris – elle l’est déjà dans son hypotexte, Hervis de Metz – et le monde marchand y est particulièrement valorisé, comme il l’est dans le récit 28 des Cent Nouvelles Nouvelles. Le duc de Lorraine, lui, est représenté sous les traits d’un bon prince qui, hostile aux taxes, pourrait servir de modèle à l’empereur Maximilien, mal vu pour sa tentative de lever une « grosse taille » (p. 54) sur la ville. Philippe de Vigneulles passe ainsi une matière aristocratique au crible d’une perception bourgeoise du monde, dans laquelle le thème de l’insécurité, des brusques revirements de situation, revient souvent. Mais pourquoi signaler que Philippe compare la guerre entre Lorrains et Bordelais au siège de Troie ? « This rather banal allusion » (p. 71) – en effet ! – sert à établir une connivence avec le public en évoquant un bagage culturel commun et à souligner la portée didactique de l’histoire, plutôt qu’à proclamer la dignité littéraire du texte.

4Chapitre 4 : The Craft of dérimage (p. 86-128) – La mise en prose de Philippe de Vigneulles combine les procédés de la compilation (il complète sa matière par d’autres sources), de l’amplification (il s’éloigne de la parataxe propre à la chanson de geste), mais aussi de l’abréviation (il condense des passages entiers) et de la segmentation (son découpage du récit ne tient pas compte des laisses d’origine). Ce sont là des phénomènes connus et l’on sait que la compilation est l’une des caractéristiques essentielles de la littérature du Moyen Âge finissant. Renvoyons à ce sujet à la toute récente étude de F. Bouchet (Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles, Paris, Champion, 2008), que C. Jones rejoint sur d’autres points : quand elle relève, dans le sillage des travaux de S. Marnette, que les dérimages épiques gardent plus de « discursive patterns » (p. 105) de l’hypotexte que les mises en prose des romans, constatant combien Philippe de Vigneulles cherche le contact avec le public (« comme cy devant avez oÿ », etc., p. 98), on se demandera si cette orientation vers le lecteur ou l’auditeur ne relève pas d’une tendance plus générale au XVe siècle, ainsi que le pense F. Bouchet.

5Dans la Conclusion (p. 129-133), C. Jones rappelle que les manuscrits de Philippe de Vigneulles sont restés en possession de sa famille pendant plusieurs générations. Représenterait-il le cas intéressant d’un auteur qui écrit pour lui-même et les siens ? La tentation du « narrative of the self » (les éléments biographiques dans la Chronique), les incertitudes aussi d’un « work in progress » (p. 127), signalées au chapitre 4, parlent en faveur de cette hypothèse. D’autre part, les liens privilégiés de l’œuvre avec la région de Metz sont à l’origine de sa survie à l’époque moderne : elle fut récupérée à des fins politiques pendant l’occupation allemande de la Lorraine (1871-1919). Sans se vouloir exhaustive, l’étude de C. Jones réussit à dégager les « representative samples » (p. 85) d’une écriture à travers les différents textes de l’écrivain-marchand. Espérons que son travail suscitera un regain d’intérêt pour un auteur et une période qui sont loin d’avoir livré tous leurs secrets !

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « Catherine M. Jones, Philippe de Vigneulles and the Art of Prose Translation », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/8673

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org