Navigation – Plan du site
La figure de Jules César au Moyen Âge et à la Renaissance
Les jugements sur l'homme et l'écrivain

La figure de Jules César chez Christine de Pizan

Bernard Ribémont
p. 127-147

Texte intégral

1Pour Christine de Pizan, le personnage de Jules César revêt une indéniable importance, surtout dans son œuvre didactique, même s’il n’est pas la figure qui prédomine. Il me semble que ce rôle de César, chez un auteur qui, comme Christine, alimente largement son écriture aux textes antiques – éventuellement traduits – au moyen de la compilation, est étroitement lié à l’exploitation des sources disponibles pour la femme-écrivain à la fin du XIVe siècle et dans la premier quart du XVe. En tant que personnage, César s’inscrit alors dans un cadre d’autorité, fortement teinté par l’écriture de l’Histoire et, de ce point de vue, peut être considéré comme un vecteur porteur d’une certaine conception de l’Histoire, telle qu’elle peut se définir, en pleine évolution, dans l’écriture en moyen français. Cette autorité référentielle s’inscrit dans un processus entamé dans les premières années du XIIIe siècle qui rehausse la figure d’un Jules César auparavant particulièrement discrète, à une époque où le savoir historique le concernant était limité à un groupe de clercs familiers de Salluste, Suétone, Lucain ou César lui-même et ne s’était guère étendu à une frange plus large de lettrés.

  • 1  C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle, Paris, Champion, 1999.
  • 2  Li Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre, K. Sneyders de Vogel, Paris, Groningue, Droz, J.-B. Wolters, (...)
  • 3  Que je citerai, à la suite d’A. Kennedy, d’après le ms BNF fr. 256.

2Comme Catherine-Croizy l’a bien formulé1, le début du XIIIe siècle voit en effet, avec l’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, la promotion de l’histoire romaine par le vecteur de la prose en langue vernaculaire dans ce que l’on considère souvent comme un acte de naissance de l’histoire en prose non latine. Ces deux textes, surtout le second, qui est centré sur le conquérant de la Gaule, de sa naissance (I, 2) à sa mort (IV, 3)2, jouent un rôle de premier plan dans ce processus de ‘réhabilitation’ de César. Et les diverses autres sources utilisées par Christine participent de cette prise d’intérêt pour des grands personnages de l’histoire ancienne, autres que les mythiques Alexandre ou Arthur : avec les Faits des Romains, des ouvrages comme les Facta et dicta memorabilia de Valère-Maxime, surtout pour Christine la version traduite et glosée par Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse3, autrement dit le Livre de Valere ; des Miroirs des Princes comme ceux de Gilles de Rome et de Jean de Salisbury, traduits en français respectivement par Henri de Gauchi et Denis Foulechat, des textes historico-encyclopédiques comme le Speculum historiale de Vincent de Beauvais et sa traduction par Jean de Vignay, les Flores Chronicorum de Bernard Gui et leur traduction par Jean Golein, des encyclopédies comme le Livre dou Tresor de Brunetto Latini.

3Avant donc de m’intéresser de près au César christinien, je voudrais rapidement interroger l’antériorité littéraire de Christine afin de bien souligner combien l’écriture de celle-ci s’inscrit en la matière dans un mouvement de l’histoire littéraire, plus particulièrement de l’écriture didactique : Christine étant à la fois une héritière et un maillon de la chaîne.

Un César diaphane

  • 4  Roman de Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, 1968, v. 2020.
  • 5  Le Roman d’Alexandre, I, 137, ed. A.C. Armstrong et alii, trad., présentation, L. Harf-Lancner, Le (...)

4Le moins que l’on puisse dire est que le personnage de Jules César est plutôt discret dans les textes fictionnels narratifs, sans doute écrasé qu’il est par les figures majeures d’Alexandre, d’Arthur et de Charlemagne. Il n’est cependant pas totalement absent. En premier lieu, César est effectivement une référence, aussi effacée soit-elle, en matière de chef militaire, de conquérant. C’est à ce titre qu’il fait une timide apparition dans le Roman de Thèbes, lorsque l’auteur note que César, comme Pompée, avait une grande armée4. Pour Alexandre de Paris, qui le mentionne deux fois dans la branche I du Roman d’Alexandre, César est aussi un nom-référence de grand conquérant servant à souligner la supériorité d’Alexandre5. En revanche il est en meilleure place dans le Roman d’Eneas : l’auteur en effet, s’il raccourcit drastiquement l’éloge virgilien d’Auguste, insère par contre, de son propre cru, la louange d’un César s’inscrivant dans une lignée prestigieuse :

  • 6  Éd. du BNF fr. 60 par A. Petit, Le Livre de poche, lettres gotiques, v. 3038-42.

De la lignie Romuili
et de la ton filz Julii
yert Julïus Cesar li prous :
de prouesce sourmontera touz,
sor le monde est sa poëstés6

  • 7  Éd. cit., v. 203-4.
  • 8  Thomas de Kent, Le Roman de toute chevalerie, éd. B. Foster et I. Short, trad., présentation, C. G (...)

5Cette image du conquérant, qui semble être celle qui convient le mieux pour des textes où les faits d’armes ont une telle importance, n’est pas unique. Ainsi, dans la branche I du Roman d’Alexandre, César apparaît aussi comme un nom-référence autorisé au titre de l’Histoire, car il avait loué les mérites d’Alexandre : « Enprés sa mort le dist Cesaire Julïens/Que ce fu tous li mieudres des princes terrïens »7. Pour Thomas de Kent, auteur d’une version anglo-normande de la légende d’Alexandre, César est un écrivain, mis en parallèle avec Aristote, Orose, Solin, Jérôme et Isidore de Séville, tous qualifiés d’« autors mestres de translater »8. Chez Benoit de Sainte-Maure, si Jules César n’apparaît qu’une fois dans le prolifique Roman de Troie, c’est lors d’un passage assez développé où il est salué pour sa sagesse et pour la réalisation de l’arpentage des terres de Rome :

  • 9  Éd. L. Constans, t. IV, Paris, SATF, 1908, v. 23135-41

Julius Cesar, li senez,
Qui tant fu sages et discrez,
Fist tot cerchier e mesurer.
Soz ciel nen ot terre ne mer,
Isle province, pui ne flun,
Ne pueple en tot le mont nes un,
Qu’il ne meïssent tot en letre.9

6On remarquera donc que, dans le roman antique, César apparaît surtout comme un nom servant de référence et, souvent, au sein d’une liste de noms prestigieux. À côté du chef, un César sage, écrivain, voire même homme de sciences et de techniques, se profile également.

  • 10  Roland, Charroi de Nimes, Prise d’Orange, Fierabras, Parise la duchesse, Aiquin, Pèlerinage, Orson (...)
  • 11  Le Moniage Guillaume, éd. N. Andrieux-Reix, Paris, Champion, 2003, v. 701-2.
  • 12  Éd. E. Langlois, Paris, Champion, 1978 (2e éd.), v. 465.
  • 13  Cité par J.H. Grisward, Archéologie de l’épopée médiévale, Paris, Payot, 1981, p. 33.
  • 14  Éd. B. Guidot, Paris, Champion, 2000, v. 874-77 et 4987-91.

7Les premières chansons de geste elles-aussi ne réservent à César que bien peu de place, le plus souvent aucune10. Dans la version longue du Moniage Guillaume, le nom de César sert seulement de cheville à la rime pour souligner la valeur d’un orfèvre : même Jules César n’en avait un pareil !11 Pour l’auteur du Couronnement de Louis, il est, dans la lignée de Romulus, un bâtisseur de Rome12. Et dans les Narbonnais, César apparaît, comme souvent, en compagnie d’Alexandre ; il est ici qualifié de « courtois »13. Dans Le Siège de Barbastre, il apparaît deux fois, comme bâtisseur d’une tour d’une solidité à toute épreuve14.

  • 15  Roman de Brut, éd. I.D.O. Arnold, Paris, SATF, 2 vol., 1938-1940, vv. 1849-52. Cette idée traverse (...)
  • 16  Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, 1968, v. 6616-23.
  • 17  Cliges, éd. A. Micha, Paris, Champion, 1957, 6580-81.

8Wace, dans le Roman de Brut, rappelle que César est un ancêtre, qu’il ne prise pas car il conquit la Bretagne15. Chrétien de Troyes mentionne deux fois dans ses romans le nom de César, toujours en compagnie de celui d’Alexandre, en tant que comparant servant à souligner les qualités du roi Arthur : dans Erec et Enide, la largesse16, dans Cliges, la puissance et le sens de la justice17. Quant à Gautier d’Arras, pourtant plus ‘antiquisant’ que Chrétien, il ignore le nom du conquérant des Gaules.

  • 18 Etym., 9, 3, 12, éd. M. Reydellet, Paris, Belles lettres, 1984.
  • 19  Ibid.
  • 20  Julius a magno demissum nomen Iulo (En. 1, 288).
  • 21  Deinde Caesar coepit [id] facere, sed ante interfectus est (Etym., 5, 5, éd. Lindsay).
  • 22  Etym, 6, 5, 2.

9C’est donc un César sans épaisseur, simple faire-valoir, que nous présente la littérature française du XIIe et du début du XIIIe siècle : il sert cependant de modèle essentiellement réduit à un nom, celui d’un chef militaire, d’un roi puissant et sage, architecte et arpenteur. Cette très relative connaissance s’explique par une transmission diffuse, par une sorte d’inconscient culturel que l’on peut, sinon analyser en détail, au moins approcher à travers les Étymologies d’Isidore de Séville, dont on connaît bien le rôle de médiation et de diffusion d’un savoir antique moyen et morcelé. Isidore en effet mentionne César à plusieurs reprises, donnant l’image et du chef militaire et du sage. Au livre IX de son encyclopédie, dans le passage le plus développé sur le personnage, l’évêque de Séville, compilant la chronique de Jérôme, souligne d’abord la puissance de Jules César : il est celui qui, ayant provoqué une guerre civile, détint une autorité de monarque : Caesarum nomen a Iulio coepit qui, bello ciuili commoto, primus Romanorum singularem obtinuit principatum18. Isidore indique ensuite que César tient son nom de la façon dont il fut mis au monde ou de la chevelure qu’il avait en naissant : Caesar autem dictus quod caeso mortuae matris utero prolatus eductusque fuerit, uel quia cum caesarie natus sit19. Ces étymologies du nom du dictateur seront des topoï médiévaux en matière de discours sur Jules César. Isidore rappelle également que César tient son prénom du fils d’Enée – citation de Virgile à l’appui20 –, inscrivant de cette façon le dictateur romain dans une prestigieuse origine que les auteurs médiévaux – Christine de Pizan en particulier – ne manqueront pas de rappeler. Pour le Sévillan, César est aussi celui qui, après Pompée, eut l’idée de donner un code aux Romains, qu’il commença sans pouvoir le terminer21. Il est enfin, homme sage, celui qui demanda à Marcus Varron de construire une bibliothèque : Caesar dedit Marco Varroni negotium quam maximae bibliothecae construendae22. On peut donc constater que, au niveau d’un savoir diffus, César se présente comme un nom associé à trois critères : la puissance militaire, le pouvoir, la sagesse. Sans véritablement donner d’épaisseur au personnage, la littérature vernaculaire transmet toutefois ces différentes facettes.

La ‘montée’ de César

  • 23  P. Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne, I. Les Faits des Romains, I (...)
  • 24  Dans le ms. BNF fr. 201425, les folios 369v à 375v, sous la rubrique, « Si comence de Jule Cesar l (...)
  • 25  Voir L.-F. Flutre, Li Fait des Romains dans les littératures française et italienne du XIIIe au XV (...)
  • 26  « Ne quit que pour Charlon fust onques assemblez/si grant pueple, ne dont quant il en fu alez/por (...)

10La figure de César va gagner en épaisseur grâce à la diffusion plus générale, portée par la langue vulgaire, d’informations à caractère historique, dans la conception médiévale de ce dernier, qui n’exclut donc pas le légendaire. Deux textes, composés quasiment en même temps, entre 1208 et 1214, jouent un rôle relais essentiel entre la culture latine cléricale reposant sur les historiens latins et la culture vernaculaire : il s’agit d’une part de la vaste compilation nommée depuis Paul Meyer l’Histoire ancienne jusqu’à César23et d’autre part des Faits des Romains. Le premier texte, tentative d’histoire universelle démarrant à la Genèse, consacre assez peu de place, en fin d’un parcours sans doute interrompu, à Jules César, et à la campagne contre les Belges de l’an 5724. Les Faits des Romains, en revanche, occupent une place tout à fait centrale et sont une source première pour les auteurs mentionnant Jules César. À preuve, parmi d’autres25, le long chapitre 35 de la troisième partie du Livre dou tresor qui est une copie textuelle du discours de César lors du jugement des conjurés de Catilina, tel qu’il apparaît au huitième chapitre du livre I des Faits des Romains. Témoin également le vaste Roman de Jules César, écrit une quarantaine d’années après les Faits qui, dans une veine historico-épique, narre les aventures de César. Significativement, on peut relever dans ce texte une forme d’inversion de César utilisé comme faire-valoir : l’auteur en effet, dans un a contrario de topos de la chanson de geste, mentionne Charlemagne comme comparant laudatif pour César26.

11En outre, l’expansion de la littérature didactique et allégorico-didactique en français après le Roman de la Rose imprime chez les auteurs la volonté d’exploiter des ensembles de plus en plus vastes de sources à la recherche de nouveaux éléments, avec, de plus en plus régulièrement, une confrontation des sources qui aboutira, à la fin du Moyen Âge, à une attitude critique moderne. J’ajouterai que, pour les poètes à vocation didactique, s’ajoute au désir de pratiquer des sources nouvelles en langue vulgaire une réflexion à caractère plus littéraire et qui touche en particulier leur regard sur les personnages. En ce contexte, le trio Alexandre, Arthur, Charlemagne devient trop étroit et peut-être aussi trop exploité par la littérature fictionnelle. On se rappelle un Barthélemy l’Anglais fustigeant la fictio poetarum. Plus près de notre corpus, l’auteur de l’Histoire ancienne lui-même déclare que « por beau parler est mainte chose contee et dite que n’est mie voire en tote traitié d’estorie ».

  • 27  Éd. W. Kibler et F. Suard, Paris, Champion, 2003, v. 17.

12Quelques indices de cette évolution peuvent même être repérés dans la littérature narrative à teneur chevaleresque. Certes, dans le corpus épique et romanesque, César reste le plus souvent, lorsque toutefois il apparaît, un simple nom, avec des fonctions identiques à celles qu’il avait dans les textes antérieurs ; mais on remarque parfois une présence plus marquée. Tel est le cas dans le cycle de Huon de Bordeaux : César est le père du nain féerique Auberon qu’il a engendré en la fée Morgane. L’auteur, dès le début de la chanson en alexandrins, le qualifie de « preux et sage »27. Il a transmis à son fils le trône d’Alexandre (3612), a fait édifier la place forte imprenable de Dunostre (4598), a fait construire des routes (10691). Voici un César bien original, mais aussi exceptionnel dans ce genre de texte. C’est bien vers la littérature des Dits, vers les ballades à contenu didactique et, plus généralement, vers l’écriture à visée morale et édifiante qu’il faut se tourner pour trouver de fréquentes occurrences du général romain.

13Au début du XIVe siècle, un ouvrage comme le Voir dit de Guillaume de Machaut offre un bon témoignage de l’influence des Faits des Romains et de ses prolongements sur les poètes. Dans un premier temps Machaut rappelle la mort de César qu’il présente comme une trahison ayant fortement déplu aux Dieux qui voulurent alors le diviniser :

  • 28  Éd. P. Imbs, révisée par J. Cerquiglini-Toulet, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1999, (...)

Quant Julius Cesar fu des Rommains
En traïson occis, mors et estains,
Moult fu des dieus et des deesses plains
Pour la tresgrant valeur dont il fu plains ;
Deÿfiés fu de leurs propres mains.28

  • 29  Éd. De Boer, V. 5, Amsterdam, 1938, p. 367. Christine mentionnera cette légende dans le Livre du c (...)
  • 30  On la trouve dans les Faits des Romains, dans L’Histoire de Jules César de Jean de Thuin, dans l’O (...)

14Ce César déifié vient directement des Métamorphoses (15, 745-870), peut-être par l’intermédiaire de l’Ovide moralisé29.Plus loin, le clerc champenois revient sur le personnage, en précisant bien qu’il ne peut se taire sur le sujet avant d’avoir parlé de la vie posthume de César et il rapporte l’anecdote bien connue30 de l’étoile apparaissant dans le ciel après la mort de César en renvoyant explicitement à une « Histoire des Romains » :

Mais encor ne m’en puis je taire,
Ainçois vous veul dire et retraire
De Julius Cesar la fin.
Li dieu furent de lui affin
Si fort que une estoille en feïrent
Et ou firmament l’asseïrent
Assés pres de la tresmontainne,
Qui est une estoille hautaine
Qui par nuit le monde enlumine
De sa clarté, qu’est pure et fine.
(…)
Quier en Histoire des Rommains,
La le verras ne plus ne mains. (v. 6175-88)

  • 31  Éd. M.L. de Mas Latrie, Genève, Fick, 1877, v. 51-5.

15On a ici un exemple significatif de la façon dont l’écriture poétique à visée didactique peut fonctionner : l’auteur part d’éléments plus ou moins denses issus d’une compilation et il les insère dans sa création en choisissant ce qui s’accorde le mieux avec l’esthétique et la poétique de son texte ; c’est pourquoi Machaut choisit non pas le conquérant de la Gaule, mais le prince déifié, mis au panthéon de la mythologie. La composition de la dernière œuvre d’importance de Machaut, La Prise d’Alexandrie, chronique introduite par un prologue reposant sur la mise en scène des dieux de l’Olympe, est un texte particulièrement révélateur du procédé machaldien. C’est dans cette œuvre que Machaut reprend la liste des neuf preux comprenant Jules César31, dont un peu plus tard un poète comme Eustache Deschamps usera largement. Ce topos des neuf preux, incluant Jules César, apparaît pour la première fois en 1312 dans les Vœux du paon de Jacques de Longuyon et me paraît lui aussi emblématique de cette nouvelle importance de César dans la littérature médiévale.

16Le personnage de César s’impose donc progressivement à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, pour devenir un personnage presque obligé des encyclopédies, de la littérature didactique et de la référence, même minime, à l’Antiquité. Froissart par exemple, dans le prologue du Livre I de ses Chroniques, présente une sorte de généalogie universelle qui passe directement de Troie à Jules César, qualifié du titre de « premier empereur des Romains », puis à Pépin le Bref, notant laconiquement que tous les empereurs de Rome sont venus de César, qui apparaît ainsi comme le personnage central de l’histoire romaine.

17Dans le prologue du Livre des proprietés des choses, Jean Corbechon, voulant inscrire son commanditaire Charles V dans une prestigieuse lignée, réserve, entre Alexandre et Charlemagne, un paragraphe entier à Jules César, vanté pour ses qualités de sagesse et l’on peut penser que, en des temps antérieurs, Alexandre et Charlemagne auraient à eux seuls fait l’affaire.

  • 32  L’Apparicion Maistre Jehan de Meun, éd. I. Arnold, Paris, Belles Lettres, 1926, p. 66.
  • 33  Le Livre de l’espérance, éd. F. Rouy, Paris, Champion, 1989, p. 18, 35-36.
  • 34  Ibid., p. 113, 12-16.
  • 35  Éd. R. Deschaux, I, Paris, Champion, 1999, p. 4.

18Honoré Bovet, dans son Apparicion Maistre Jehan de Meun, met César au rang des sages, en compagnie de David, Salomon et Justinien32. Cette vision d’un César plein de « sapience » n’efface pas pour autant celle du conquérant, figure majeure dans les ballades de Deschamps par exemple. On notera enfin pour boucler cet Umgebung de l’œuvre de Christine que certains auteurs de l’époque présentent aussi un César négatif. C’est le cas d’Alain Chartier qui, dans son Livre de l’espérance, met en scène un tyran à qui il oppose le vertueux Caton33 et qui finit par mourir par le glaive, puni par une Fortune en laquelle il avait trop cru34. Quant à Martin le Franc, dès le prologue de son Champion des dames, il met César en compagnie de Néron, affirmant qu’il ne parlera pas d’eux car « les poetes de leur age ilz vainquirent »35 : César, loin d’être un sage, est ici vu comme un ennemi des poètes.

Christine et Jules César

I – Entrée en matière

  • 36  Éd. M. Roy, dans Œuvres poétiques, I, Paris, SATF, 1884, p. 92.
  • 37  L’Advision, éd. L. Dulac, Ch. Reno, Paris, Champion, 2001, p. 107.
  • 38  Ibid., p. 110.

19C’est donc un personnage de César déjà bien dessiné, avec de multiples facettes, dont hérite Christine. Et dès le recueil des premières poésies de Christine, il apparaît ; dans la ballade XCII des Cent Ballades, Christine, à la voix féminine narratrice, range son auditeur parmi les preux et s’appuie sur le topos de la liste des neuf preux, avec César « qui fu sage et vaillant »36. Mais le César poétique christinien reste anecdotique et se limite à cette rapide apparition. Cela peut s’expliquer assez aisément. D’une part César n’est pas marqué, dans la tradition qui précède Christine, par un sceau de courtoisie et, de fait, il s’intègre fort mal, pourtant réduit à un simple référent, dans une lyrique courtoise même si cette dernière – c’est le cas chez Christine – est largement revisitée et transformée. D’autre part, ainsi qu’elle l’affirme régulièrement (« ailleurs suis apensee »), Christine préfère se consacrer à des matières plus solides que la poésie qui, comme elle le déclare au début de la Cité des dames, est surtout un divertissement : elle se tourne alors vers l’« estude », elle aime à se « repaistre de plus haultes viandes »37 et donc vers l’écriture de forts volumes, de ceux dont le temps gardera mémoire, comme elle l’annonce dans la troisième partie de l’Advision38. On peut donc aisément comprendre dans ce contexte que c’est le personnage que je qualifierai d’‘historico-exemplaire’ de César qui intéresse Christine et qui sera, en toute logique, une figure de son œuvre didactique. Il faut entendre par là un modèle qui s’intègre aisément à un discours par l’exemple tout en étant justifié par son inscription dans l’Histoire, principalement celle des Anciens.

  • 39  Qu’elle définira clairement dans le Livre de prudence (cf. infra).
  • 40  Éd. cit., p. 110.

20Ainsi, dans une voie qu’elle suivra durant toute son œuvre et qu’elle avait inaugurée avec l’Epistre Othea dans les années 1401-1402, Christine tente de proposer à la fois le portrait du prince idéal39 et la façon d’enseigner ce dernier. C’est donc à la tradition du Miroir du prince qu’un certain nombre de ses écrits peut être rattaché. Et ce genre on le sait, comme le montrent des ouvrages phares en la matière comme le Policraticus de Jean de Salisbury ou le De regemine principum de Gilles de Rome, intègre fortement les notions d’exemplarité et d’autorité qui s’énoncent dans le proverbe, l’anecdote, la figure, le bon mot. Christine s’inscrit dans cette tradition, qu’elle remodèle souvent en fonction de ses lectures et de sa recherche de ce « stille a moy naturel » qu’elle revendique dans l’Advision40. Comme Brunetto Latini dans son Livre dou Tresor, une large partie de l’œuvre didactique de Christine à usage du prince s’enrichit d’un discours encyclopédique assez large.

21Les figures exemplaires se doivent donc de répondre à la recherche du prince idéal, tout en restant cohérentes avec le donné littéraire choisi par Christine – par exemple le songe allégorique. Ainsi dans le Chemin, comme le titre de l’ouvrage l’indique, est proposé un parcours vers la sagesse, qui croise, s’identifie même, avec celui de Christine elle-même. Elle a donc besoin de figures qui s’accordent avec un ensemble de critères limitant son choix. Le personnage emblématique doit être autorisé par le prestige de l’Antiquité, du temps et des auteurs ; doit incarner spontanément une image du pouvoir, ce pouvoir devant obligatoirement être lié à la sagesse, à la vertu et au savoir ; doit enfin s’inscrire au mieux dans l’économie du texte et dans la forme choisie pour la formuler. On peut alors imaginer deux cas, qui correspondent bien, de façon plus générale, aux problèmes posés par la compilation médiévale : ou bien Christine part des exemples dont elle peut disposer dans ses sources et, au vu des qualités qu’elle peut ainsi définir dans sa compilation, elle crée sa diégèse. Ou, au contraire, les éléments de son récit – par exemple les personnifications – sont données a priori selon les exigences, et de l’idéal du prince et de la composition poétique ; les personnages référentiels sont alors tirés des sources en fonction de leur adéquation au modèle.

22Pour en revenir au Chemin, si l’on considère le nombre d’occurrences de personnages célèbres venus des temps anciens, occurrences somme toute en nombre modeste, il apparaît clairement que c’est la deuxième méthode que Christine utilise ici. Le modèle idéal est matrice de l’allégorie et les figures emblématiques viennent s’enchâsser dans le déroulement du songe et des différents discours. Mais on peut imaginer la démarche contraire, plus spécifiquement dans les ouvrages didactiques en prose où l’on peut enregistrer des phénomènes de « compilation cumulatives » que j’ai analysés ailleurs, à propos des textes encyclopédiques. Le Livre du corps de Policie ou le Livre des fais d’armes et de chevalerie pourraient fournir de bons exemples de cette pratique qui montre que c’est la source qui est cette fois-ci matrice de parties entières du texte.

  • 41  Éd. cit., p. 8.

23Sans vouloir ici approfondir cette vaste question, je m’en tiendrai seulement au Chemin de long estude pour lequel on peut bien comprendre, à partir des éléments que je viens d’esquisser, pourquoi les deux figures antiques les plus utilisées sont celles d’Alexandre et de César. Alexandre est cité onze fois, César huit fois contre Arthur, Charlemagne une seule fois. Ces deux premiers héros en effet sont marqués par l’autorité des Anciens, sont des conquérants tout en ayant la réputation d’être des savants. Ce qui est notable est la part réciproque d’Alexandre et de César ; j’ai envie de dire que César est encore ‘jeune’ et qu’il correspond essentiellement à la part didactique du texte, alors qu’Alexandre est plus ‘bipolaire’, inscrit dans une tradition littéraire – Christine connaît le Roman d’Alexandre – et dans une tradition didactique. J’ajouterai enfin, et c’est là un élément essentiel à mon sens, que César s’inscrit dans une lignée troyenne, comme descendant d’Énée, comme Isidore de Séville l’avait rappelé. À une époque où la légende des origines troyennes de la royauté est très active, c’est un atout majeur pour la figure de César. C’est d’ailleurs la première chose que note l’auteur des Faits des Romains, qui cite aussi le fameux vers de Virgile : « ce est a dire que Juilles descendié deu lignage Enee »41.

24On pourra ainsi noter que la première apparition de César dans le Chemin – qui doit aboutir aussi à montrer que c’est en France que se trouve le prince idéal –, alors que Noblesse aligne ses arguments devant Dame Raison, est lié à cette légende et à la référence à Enée :

  • 42  Le Livre du chemin de long estude¸éd. A. Tarnowski, Paris, Le livre de Poche, Lettres gothiques, 2 (...)

Në il n’a pas soubz le souleil
De lignee homme son pareil
De hautece, de grant lignage ;
Car d’Eneas, qui vint a nage
En Ytale de la grant Troye,
Ainsi com l’istoire l’ottroye,
Est dessendus ; c’est chose voire ;
Et des haulx roys de grant memoire
Qui tindrent la possession
De Romme par succession,
De Cesar, le grant conquereur,42

  • 43  Dans le Chemin, Christine revendique explicitement l’influence de Dante, « le Dant de Florence » ( (...)

25On notera au passage que Dante avait, au chant IV de l’Enfer, rappelé cette filiation pour César43 :

I' vidi Eletra con molti compagni,
tra ' quai conobbi Ettòr ed Enea,
Cesare armato con li occhi grifagni (v. 121-3)

26Ces données préliminaires posées, je vais tenter à présent de tracer la silhouette du ‘César christinien’, de ce personnage qui, comme on vient de le voir, a la chance de pouvoir s’intégrer aisément dans la vaste lignée royale de France.

II – Le ‘César christinien’

  • 44  La Cité des dames, éd. Mc Curnow, p. 898 ou éd. E.J. Richards- P. Caraffi, p. 342.

27On s’en serait douté, Jules César est un personnage positif pour Christine. Il est un élu parmi les empereurs romains, si l’on en croit le discours de Droiture dans la Cité des dames où la figure allégorique, s’appuyant sur « Les histoires des empereurs », ne sauve que quatre d’entre eux : Jules César, Octave, Trajan et Titus44.

  • 45  Éd. S. Solente, Paris, SATF, 4 vol., 1959-1966.

28Parmi les différentes facettes que les sources offrent à Christine, c’est essentiellement la figure exemplaire morale qui va l’intéresser. Cependant, un ‘César historique’, c’est-à-dire un personnage qui s’inscrit dans une durée ponctuée d’événements, occupe une place non négligeable, bien que, nous allons le voir, très ramassée : c’est dans le Livre de la mutacion de Fortune45, ouvrage complexe mais largement arc-bouté sur le genre de l’histoire universelle qu’un tel César apparaît.

Vie de César

  • 46  Sur la méthode de rédaction des deux auteurs des Faits et de l’Histoire ancienne, voir C. Croizy-N (...)
  • 47  Voir Spec. Hist., 7, 35-42.
  • 48  Elle parle en particulier de la mort de César et elle ne peut avoir trouvé cela dans l’Histoire an (...)
  • 49  Éd. S. Solente, 2 vol., Paris, Champion, 1936-1940, I, p. 47.

29C’est donc dans sa propre ‘histoire des Romains’ que Christine parle de Jules César plus abondamment, dans le quarante-troisième chapitre de la septième partie de la Mutacion, centré sur la lutte entre César et Pompée. Cette relation de la guerre civile fait suite à plusieurs chapitres parlant de la guerre de Mithridate contre Rome où Pompée s’était illustré. De fait, la partie Pompée est plus développée que la partie César, ce qui peut laisser supposer, comme le fait Suzanne Solente, que c’est probablement l’Histoire ancienne que Christine compile en premier lieu et non les Faits des Romains, qui servent à compléter les données de l’H.A. pour la partie César. En faveur de cette hypothèse, on pourra avancer le caractère très résumé des propos de Christine, qui correspond aussi à l’approche choisie par l’auteur de l’Histoire ancienne, alors que celui des Faits était plus « littéraire »46. Il me paraît cependant difficile d’être catégorique en la matière, car les propos de Christine sur cet épisode de l’histoire qui va du début de la rivalité entre Pompée et César jusqu’à la mort de ce dernier sont trop peu précis, apparaissant comme un digest d’éléments qu’elle peut avoir trouvés en de nombreux lieux, en particulier dans le Livre dou Tresor de Latini, le Speculum historiale de Vincent de Beauvais47, au moins dans la traduction de Jean de Vignay48, le ‘Valère-Maxime français’, et bien sûr les Faits des Romains, ouvrage qu’elle cite explicitement dans le Charles V49.

  • 50  Sur l’emploi de la notion de brièveté par Christine, voir B. Ribémont, « Christine de Pizan écriva (...)
  • 51  Vit. Caes., 1, 26 : non enim honores modo nimios recepit : continuum consulatum, perpetuam dictatu (...)

30Christine choisit donc la condensation, comme elle l’explicite en début de chapitre par un « a vous dire en brief50 ». Ainsi, elle mentionne rapidement l’opposition entre Pompée et César et vise à montrer, de façon très rassemblée, comment César, affaibli à Rome par rapport à son adversaire, part faire maintes conquêtes et réussit grandement dans cette entreprise puisque « grant part d’Occidant en masse/Conquist et jusques a la mer/Qu’on seult Occeane clamer » (v. 21988-90). Revenu auréolé de gloire à Rome, il y trouve l’ingratitude, ce qui le met en colère : « Lors fu dolent/Et, tout espris de maltalent/A assailly Romme… » (v. 2203-5). La générosité de César, sur laquelle l’auteur des Faits avait appuyé, est alors mentionnée, car il partage le butin entre ses chevaliers. Et, « a brief parler », comme le dit à nouveau Christine, il se fit couronner, puis devint empereur : « en trosne s’assist,/Et du regne de Romme a fait/Empire ; empereur fu, de fait » (v. 22012-14). Christine reprend ce qui fut un lieu commun pour tout le Moyen Âge, à savoir que Jules César fut le premier empereur de Rome. Cette information se propage probablement à partir des Faits des Romains, suite à une interprétation fautive de Suétone : ce dernier commençant sa vie des douze césars par Jules, le compilateur médiéval en a déduit qu’il était le premier empereur. En outre Suétone lui-même mentionne le titre d’imperator à propos de Jules César51.

31Pompée, en fuite, assemble une grande armée contre laquelle se porte César qui ressort vainqueur, ce qui oblige Pompée à s’exiler en passant par Chypre. Arrivé en Égypte, il est mis à mort sur ordre de Ptolémée, ce qui rend César « moult dolent », car « n’avoit de sa mort talent » (v. 22034). Finalement, à cause du mauvais complot des parents de Pompée (le « mal accort »), il fut exécuté à son tour. Christine ne fait aucun commentaire sur cet épisode et note laconiquement « Apres cestui la,/Regna son bon nepveu Auguste ».

  • 52  C’est la même topique que l’on retrouve dans l’Advision, quand Christine cite César : « Ne veames (...)

32On peut interroger le caractère lapidaire du récit d’une partie de la vie de César, chez un auteur chez qui la prolixité se rencontre en d’autres domaines. La brièveté, d’ailleurs revendiquée par Christine on l’a vu, découle de la conception, assez multiforme, de la Mutacion. L’ouvrage en effet, s’il s’appuie sur la notion d’histoire universelle, n’en est pas non plus une. Car la Mutacion tient de la chronique, du traité de morale, de l’encyclopédie sur la nature et les sciences, de l’autobiographie (le début de l’ouvrage) et de l’allégorie. L’important pour Christine, somme toute, n’est pas de faire connaître l’histoire, mais d’utiliser celle-ci, dans sa très longue durée, pour établir la faiblesse de la vie humaine, soumise aux caprices de Fortune. En conséquence – c’est un des derniers mots de la fin – l’homme ne doit jamais s’enorgueillir (v. 23617). Et la fin est très significative, renouant avec le début du texte : on part du je de Christine pour y revenir, avec la déclaration d’un choix de vie : « Paix, solitude volumtaire,/Et vie astracte [et] solitaire » qui termine l’œuvre. Dans ce contexte, l’histoire événementielle n’a de véritable sens que dans la chronique, dans la juxtaposition d’épisodes résumés illustrant les tourbillons des temps et la vanité des prétentions humaines. L’histoire souligne d’une certaine façon la validité du contemptus mundi : César a conquis, vainqueur de Pompée est devenu empereur, est mort assassiné par la famille de Pompée ; Octave lui succède. La boucle est bouclée, modelée sur la roue de Fortune. Chaque figure va ainsi, qui plus, qui moins, illustrer, à chaque période de l’histoire, l’inéluctable mouvement de la roue. Compiler dès lors l’histoire ancienne, c’est chercher le minimum de la chronique, afin de sertir le plus d’épisodes possibles, épisodes en quelque sorte parallèles, sur le cercle des destinées52.

César exemplaire

33Ce César-là est bien évidemment le plus riche, le plus exploité dans l’œuvre didactique de Christine. On a vu que, dès le début, le général romain est marqué par son appartenance au groupe des preux et par son inscription dans la prestigieuse lignée troyenne. Une telle position n’est compatible qu’avec de grandes qualités, que Christine va s’employer à montrer. César va ainsi entrer dans le très vaste panthéon des personnages exemplaires qui peuplent l’univers christinien. Je distinguerai, pour cerner le cas particulier de Jules César, deux grandes catégories. La première concerne ce que j’appellerai l’‘homme de qualité’ : César apparaît comme modèle éthique, référentiel que le prince est appelé, explicitement ou implicitement, à imiter. Christine précise la ou les qualités qu’elle entend exposer. Le discours en reste là, ou bien est précisé par une courte anecdote ‘historique’. La seconde catégorie prend la forme de l’authentique exemplum : César est ici référent, non par les qualités propres que l’auteur énonce – prouesse, courtoisie, générosité, etc. – mais par le rôle qu’il joue dans un épisode anecdotique, par les bons mots et réparties qu’il prononce. Le lecteur en tirera la morale lui-même ou, éventuellement, avec l’aide de Christine. On voit que, d’une certaine façon, les mises en œuvre respectives de ces deux catégories de discours didactique fonctionnent de façon inverse même si, bien évidemment, la frontière entre les deux n’est pas étanche, César étant, de toute façon, une noble figure d’exemplarité.

L’homme de qualité

  • 53  Le Livre du corps de Policie, éd. A.J. Kennedy, Paris, Champion, 1998, p. 49.

34Cet ‘homme de qualité’ apparaît en divers endroits de l’œuvre de Christine sous une forme que nous avons déjà mentionnée pour beaucoup d’œuvres : simple nom référentiel, souvent inscrit dans une liste, il évoque des qualités de conquérant, de stratège, de preux, de sage. Il est inutile ici de chercher l’exhaustivité et je me contenterai de quelques exemples, pris à des périodes diverses, qui montrent une constante chez une Christine héritière de topoï depuis longtemps établis. Dans la plus vaste partie du Chemin de long estude, occupée par les discours des figures allégoriques, César est ainsi un nom référentiel pour Chevalerie vantant un candidat pour le concours du meilleur prince qui, selon elle, a plus de hauts faits d’armes à son actif que Hector, Troïlus, Alexandre, et César, qualifié de « grand empereur » (v. 3239). Richesse prétend à son tour avoir un impétrant qui a acquis plus de terres par sa puissance et sa richesse que ne fit César par sa prouesse (v. 3310-14). Dans le Charles V, Christine rappelle les qualités de stratège de César : il est aussi un modèle de savoir-faire et d’astuce en matière militaire : « et pour ce est dit, es fais du preux Julius Cesar, que petite porcion de ses chevaliers souffisoit a conquerir grand pais » (I, p. 201). Le Livre du corps de Policie, sans doute le traité d’éducation le plus précis de Christine, utilise aussi César dans cette veine très condensée : cité en compagnie de Scipion l’Africain et de Pompée, il est un grand conquérant qui obtient « un certain honeur que il (les Romains) appeloient trionphe »53.

  • 54  Ibid., p. 66-7.

35Christine utilise également César comme ‘foyer de focalisation’ : en fait, l’événement exemplaire rapporté concerne d’autres personnages que lui, mais il semble que son aura permet de souligner la qualité de ceux qui l’approchent ce qui, en retour, contribue à la louange de César lui-même. Le général romain apparaît ainsi sporadiquement dans la Cité, comme foyer de focalisation d’exemples féminins : on y trouve en effet les anecdotes liées à sa fille Julie, première femme de Pompée, à Porcia, femme de Brutus et fille de Caton, à sa propre femme qui avait pressenti son assassinat et qui ne fut pas écoutée dans ses conseils de prudence, à Cornelia, la seconde épouse de Pompée, qui fit tout pour le sauver des sbires de Ptolémée. Si Christine s’inspire, on le sait, du De claris mulieribus de Boccace, on retrouve à travers les anecdotes rapportées l’influence de Solin et de Valère-Maxime. C’est ce dernier, avec ses recueils de faits mémorables, qui, comme l’a bien montré Angus Kennedy, est la source principale du Corps de Policie. Le système de focalisation est appliqué systématiquement par Christine, dans le huitième chapitre du livre II où un César particulièrement charismatique est évoqué à travers le dévouement de ses soldats : tel, du nom d’Altilius, dont la main droite est coupée, reprend l’épée de la gauche ; tel autre, nommé Scevola, combat seul sur une île, assailli de toutes parts des ennemis de Rome. Après ses hauts faits, il se rend immédiatement aux pieds de César, qui le récompense car « bien savoit congnoistre les bons, et bien les meritoit que les autres y prenoient exemple »54

  • 55  Dans ses Factorum et dictorum memorabilium libri IX, Valère-Maxime, au début de l’ouvrage (livre I (...)

36Les vertus de César sont davantage développées lorsque Christine entend souligner un aspect qui lui est plus cher, à savoir des qualités de sagesse et de ‘sapience’. Ainsi, dans l’amplification du débat mettant en scène dans le Chemin Noblesse, Richesse et Chevalerie plaidant face à Raison, lorsque Sagesse entend définir la chevalerie parfaite, une qualité de César est mise en avant : la piété. Et, d’après Valère55, César était très dévot :

A ce propos que labourer
Doivent a l’Eglise Honnourer,
Valerïus fait mencion
Du conte et grant devocion
Que Julïus Cesar tenoit
A ses dieux ; car il ordenoit
Qu’en tous les paÿs de conqueste
Ou il aloit, que ja moleste
Ne grevance on ne feist aux temples (4319-27)

  • 56  Le choix de Christine est assez étonnant ici lorsque l’on songe que, après Suétone, si les auteurs (...)

37Dans le troisième livre de la Mutacion, on retrouve un César introduit dans une veine proche de la dernière citation du Chemin, parmi les modèles prouvant que les grands hommes ne doivent pas pécher par orgueil56 :

Car de Julius Cesar leu
Est, qui tant fu preux et esleu,
Qu’a toute gent fu si commun
Qu’a homme ou noble ou de commun,
Onques, en sa vie, ne dit
Mot orgueilleux… (v. 5249-54)

  • 57  Ce passage confirme l’utilisation par Christine de l’encyclopédie de Corbechon, qu’elle cite égale (...)

38Mais César est surtout un modèle de science et, dans le Chemin, c’est l’un des propos les plus développés sur le personnage : j’avancerai que Christine compile ici le Livre des proprietés des choses57, précisément le paragraphe du prologue que j’ai évoqué ci-dessus où Corbechon rédige son adresse à Charles V :

  • 58  Voir De mirabilibus mundi, I, De origine urbis Romæ et temporibus ejus, de diebus intercalaribus, (...)
  • 59  Éd. cit., p. 713, 4.
  • 60  Bien que Solin rapporte, toujours en I, l’histoire du comput du bissexte. Mais il n’y aurait aucun (...)
  • 61  Les qualités de César qui font aussi l’objet de développements dans les Faits des Romains (éd. cit (...)

39Les sources de Corbechon sont effectivement Solin pour l’anecdote des lettres58 et, fortement résumés, soit les Faits des Romains59, soit directement Suétone60 pour les questions astrologiques. Christine compile donc l’encyclopédie de Corbechon mais, vraisemblablement, va également vérifier chez Solin. En effet, elle souligne plus loin les qualités de magnanimité de César pour lesquelles elle propose quasiment une traduction de Solin, comme il apparaît si l’on compare les deux textes61 :

  • 62  J. Blanchard, « Compilation et légitimation au XVe siècle », Poétique, 74, 1988, p. 140. (article (...)
  • 63  Voir nos remarques en fin d’article.

40Cet exemple me semble montrer un aspect du procédé de compilation chez Christine, qui n’est pas mis en œuvre, il convient de le noter, de façon systématique. Il s’agit de ce que j’appellerai une méthode par ricochet ; l’hypothèse que je voudrais formuler à ce sujet est la suivante : Christine va d’abord au plus général, à l’encyclopédie en langue vulgaire, puis, rencontrant la référence à Solin, elle va consulter le texte latin, qu’elle traduit et adapte au passage, en fonction de ses besoins, selon ce que Joël Blanchard a avec bonheur nommé l’« utilisation organique » des sources62. Si l’on ne peut pousser cette démarche vers une véritable utilisation critique des sources, au sens moderne, il me semble cependant que l’on peut considérer Christine dans une position intermédiaire, mais sur le chemin conduisant à l’humanisme63.

41On enregistre donc dans l’œuvre de Christine une présence régulière de Jules César cité, à la façon d’Alexandre, des héros troyens ou de son adversaire Pompée, comme détenteur de qualités indispensables pour le prince. De l’usage d’un simple nom référent à un discours plus développé – surtout lorsqu’il s’agit de sagesse – Christine trace les contours d’un modèle que le prince devra suivre. Ce contour va se préciser avec l’utilisation de l’exemplum, méthode de dire qui reste essentielle dans l’écriture didactique médiévale, tout particulièrement en moyen français.

César à travers l’exemplum

  • 64  Cette anecdote ne figure pas dans Valère-Maxime. On la trouve dans les échecs moralisés de Jacques (...)

42On peut distinguer essentiellement deux cas dans la façon dont Christine met en scène ses exemples, ces deux cas correspondant d’ailleurs d’assez près à ce que l’on trouve dans les recueils d’exempla et que J. Berlioz en catégorisé en dicta et facta : dans le premier cas, Christine reprend une anecdote dans ses sources, un événement vécu par celui qu’elle considère comme le premier empereur de Rome. Dans le second, elle rapporte, toujours d’après ses sources, un bon mot, une vive répartie de César qui illustrent donc à la fois la sagesse et l’art du discours de ce dernier. Christine peut aussi croiser les deux, notant les paroles de César au cours de l’action. Pour souligner la valeur de la bravoure elle cite ainsi, dans le Chemin, comment César allait toujours au-devant de ses soldats et criait non pas « allez-y », mais « allons-y » (v. 5621sq)64.

  • 65  P.L., 198, c. 1682a-b : Quia, ut refert Josephus, in omnibus negotiis suis morosus erat. Unde cum (...)
  • 66  18, 6, 5. Voir par ex. l’édition de A. D’Andilly, Paris, Lidis, 1975, p. 574. On peut raccorder l’ (...)
  • 67  Nous donnons la retranscription du passage, fol. 183v-184 : « Car nous avons es Fais des empereres (...)
  • 68  Probablement Suétone, qui ne mentionne pas l’anecdote, pas plus que les Faits ou l’Histoire ancien (...)
  • 69  Le Jeu des eschaz moralisé, traduction de Jean Ferron, éd. A. Collet, Paris, Champion, 1999, p. 16 (...)
  • 70  Éd. G. Hope, Genève, Droz, 2002, 50, p. 135.
  • 71  Trancher ce type de problème est toujours très délicat, car on ne sait si Christine modifie délibé (...)

43Dans la Mutacion, Christine reprend une anecdote où César est à nouveau donné en modèle lorsqu’elle entend parler des « gens qui se mesloient de finance » (v. 6168sq.) et veut fustiger les corrompus, les créditeurs de fausses promesses et ceux qui les flattent. Dans cette partie, César va servir d’exemple pour l’exercice d’un certain bon sens dans la gestion du pouvoir, en considérant la faiblesse humaine, dont un puissant doit tenir compte, suivant l’adage qu’il vaut mieux un borgne qu’un aveugle. La question posée est alors de savoir pourquoi les seigneurs ne se débarrassent-ils pas des officiers dont tous se plaignent. Christine met en œuvre ici un procédé qui lui est cher, que l’on pourrait qualifier de ‘réponse par exemple’. Elle va citer une anecdote qu’elle rapporte à Jules César. Ce dernier, qualifié ici de « preux », répond effectivement à la question en citant une aventure qui lui serait arrivée : voyant un homme blessé, dont les plaies étaient couvertes de mouches, pris de pitié, il les chassa, ce qui lui valut la colère du blessé, ce dernier lui reprochant un geste qui allait, de fait, amener d’autres mouches, moins repues de sang et donc plus cruelles. Cette anecdote est connue, mais elle se rapporte à Tibère. Petrus Comestor la signale dans son Historia scolastica65, texte mis en français à la fin du XIIIe siècle par Guiart des Moulins. Petrus en réfère à « Josephus » et l’exemple se trouve effectivement chez Flavius Josèphe, dans son Histoire ancienne des Juifs66 Vincent de Beauvais compile Pierre le Mangeur et reprend l’anecdote dans le livre VIII, chapitre 126 de son Speculum historiale. Comme l’énonce l’éditrice de la Mutacion, la source de Christine serait la traduction par Jean de Vignay du Solatium ludi scacchorum de Jacques de Cessoles, le Jeu des eschecs moralisés. Pour affirmer cela, Suzanne Solente s’appuie sur le manuscrit BNF fr. 172867, où le scribe, s’en référant à une Histoire des empereurs68 parle de « César » : Christine comprendrait qu’il est question de Jules César. Mais si l’on considère la tradition des Échecs moralisés, il faut comprendre que « César » désigne ici l’empereur, Tibère en l’occurrence. Jacques de Cessoles attribue bien l’anecdote à Tibère, en mentionnant à son tour Joseph comme source, car il compile très probablement le Speculum historiale. Quant à Jean Ferron, dans sa traduction de Jacques de Cessoles, il rapporte lui aussi l’exemple à Tibère69. Ajoutons que cette anecdote figure également dans les Gesta Romanorum, avec la mention Tyberius Cesar, que l’on retrouve également dans la traduction française de ce texte, datant du XVe siècle, le Violier des histoires romaines70. Il faudrait donc, avant d’être catégorique, considérer l’ensemble de la tradition manuscrite des traductions de Jean de Vignay, des Échecs moralisés comme du Miroir historial, pour être plus affirmatif quant à la source compilée par Christine71.

  • 72  Bruxelles, Bibl. Royale 10476, fol. 43 : « Cy commence la table des rubriches de la .ii.e partie d (...)
  • 73  Avant sa disparition, Ch.C. Willard préparait l’édition du Livre des fais d’armes et de chevalerie(...)

44Le Livre des fais d’armes et de chevalerie nous livre encore quelques anecdotes sur César, attribuées à Frontin72, mais, comme l’a montré Ch. C. Willard73, tirées du ‘Valère français’. César y est montré comme un chef sage, magnanime :

  • 74  Texte du Valère français, BNF fr. 282, fol. 296) : « Cesar en la bataille civile contre Petreus et (...)

Cesar avoit une fois a tant menez ses ennemis par leur tollir eaue que eulx, mourans de soif, estoient en desesperance de leur vie, et comme tous forsenez yssirent pour eulx combatre a lui. Mais il ne voult a celle heure et retint ses gens, car ne lui sembla pas bon de combatre ou temps que yre et desesperance gouvernoit ses ennemis. (fol. 51)74

  • 75  Valère français, fol. 51, « Cesar disoit con devoit contre son ennemi user de conseil duquel les m (...)

Cesar disoit que on devoit contre son ennemy user du conseil que les medecins donnent contre maladie, c’est asavoir user de diete et de fain avant que de fer. (fol. 54)75

  • 76  Éd. cit., I, p. 175.
  • 77  Anecdote tirée, une fois encore, des Flores chronicorum, cf II, p. 58, n. 3.

45Effectivement, César a l’art de la parole qu’il sait utiliser pour convaincre, conseiller, édifier. Il a en particulier la faculté de trouver le bon mot, comme le note Christine à plusieurs reprises dans le Charles V. Cette ‘biographie’ de Charles V, que Christine écrit sur la commandite du duc de Bourgogne, s’inscrit bien dans sa lignée méthodologique générale, reposant largement sur la compilation et sur l’insertion d’exemples. Comme il s’agit pour Christine de mettre en valeur le modèle de prince qu’est le roi de France, elle va utiliser des comparants. C’est à ce titre que Jules César apparaît encore ici. Tout d’abord, il est de ceux qui ne s’en laissent pas aisément compter et ne croit donc pas aisément aux rapports médisants : « Julius Cesar (…) entre les autres vertus de lui, (…) ne creoit mie de legier mauvais rapport » ; suit l’anecdote démontrant concrètement cette attitude76. César est aussi un homme d’esprit, qui a le sens de la répartie : compilant les Flores chronicorum de Bernard Gui, probablement dans leur traduction, Christine rapporte qu’à un de ses hommes qui l’avait appelé « tyran », César répondit « Se je le fusse, tu ne l’osasse dire » (I, p. 183). À un autre l’accusant d’être de basse origine, il répondit, « sanz aucun mouvement de courroux », « Or, me di lequel vault mieulz, ou que gentillece commence a moy, ou que elle faille en toy »77.

46Il faut à présent tirer quelques conclusions de cet examen du ‘César christinien’. La première chose, certes évidente, est que ce personnage n’a rien de particulièrement original. Christine se contente de compiler ses sources en retenant ce qui est prédominant dans ces dernières, à savoir les qualités du général romain. À nuancer, on remarquera cependant que c’est surtout l’homme de sagesse, au sens le plus large du terme, qui prédomine : un César savant, humble, modéré, qui sait aussi affirmer son pouvoir, mais jamais de façon tyrannique. Cela conduit ainsi à donner l’image d’un prince très humain qui, en cela, est soumis aux aléas de la Fortune, obsession thématique de Christine, presque une signature. Le sort réel du puissant romain est emblématique des caprices du sort, dont il faut toujours tirer une leçon d’humilité : maître du Sénat, maître de Rome, vainqueur de Pompée, César est assassiné au Sénat, par des proches de son ancien ennemi.

47En fait, le personnage de César livré par la compilation doit pour Christine, à l’instar d’autres figures, donner l’exemple du bon prince tel qu’elle le définit avec précision et abondance dans son Livre de Prudence, justement en citant Jules César :

  • 78  Ms. Bruxelles, Bib. Roy. 11065-73, fol. 257-257v.

Je m’en raporte a l’experience et a ce qu’en certiffient les anciennes hystoires des Grieux, des Roumains et aultres au contenu de leurs aventures, et ce meismes tesmoigne Le Livre du [livre de] regime des princes. Les condicions que doit avoir le noble preux. Et des condicions aussi de bon homme d’armes qui acquerir vuelt le gré de prouesce et de haulte reno mee selon qu’il est escript de Ector de Troye, qui tant fut preux, de Julius Cesar, de Scipio l’Offriquan et de tous aultres bons et renomméz, il doit estre attrempéz, amesuréz et de benigne et de bonne conversacion ; humain et doulx a ses amis ; sans orgueil ne oultrage ; gracieux en parole, saiges en tous fais ; amer honneur ; non menaceur ne trop haultain en maniere ; a chier joieuse, rassis en maintieng ; non trop parlant sans cause ; non grant diseur de truffes ; veritable ; non vanteur ; hardi et large ; non trop convoiteux ; fier a ses ennemis, piteux aux vaincus et aux humiliéz ; ne se courroucier de legier ne se esmouvoir a pou d’achoison ; ne tost croire ne tost mescroire des choses difficiles ; non trop curieux de grans jolivitéz ne de joyaulx ; honnorablement s’abillier en hernoys et monteures et fierement s’y contenir ; n’estre parceux ne trop endormi ne glout sur sa bouche ; diligent d’enquerir le convine de ses ennemis ; soubtil, pourveu et cault en les assaillant ; avisié sur leurs cautelles ; en assez cremeur gouverner les siens ; faire droit ou il doit ; honnourer les bons et ceulx qui le desservent ; voulentiers parler d’armes et des vaillans ; soy taire des mauvais, fors en general ; raisonnable en toutes choses ; amer son prince et sa nacion ; deffendre les femmes, les povres et les orphelins ; ne tenir compte de peu de mesfait fait a sa personne ; pardonner legierement a cil qui se repent ; aydier s’il puet a cellui qui le requiert ; amer Dieu et l’Eglise et soustenir droit78.

  • 79  « et fu merveilleuse et piteuse mort de si hault prince » (Policie, p. 43).
  • 80  « … si que dit Valere du tres excellent prince Julius Cesar que pour le merite de ses bienfais fu (...)

48On peut donc affirmer qu’un tel portrait est en permanence à l’esprit de Christine lorsqu’elle entend éduquer le prince. L’emploi d’un personnage historique, puisé dans des sources autorisées, est ainsi en rapport avec ce portrait idéal. Dans ce contexte, on peut penser que Jules César ne présente rien de très particulier en regard d’autres preux, surtout Alexandre, lui aussi conquérant, puissant, sage et savant. Cependant, César a une spécificité par rapport au Macédonien : il appartient à la lignée troyenne et se trouve être un des personnages les plus importants de l’histoire romaine, telle qu’elle est en vogue depuis la fin du XIIIe siècle. Et ce, à plusieurs titres : il fut meneur de troupes, ses soldats l’appréciaient et il conduisait ceux-ci à la victoire ; beaucoup d’anecdotes sont attachées à sa personne, à propos de sa naissance, de ses cheveux, de ses réparties ; sa mort est tragique79 et il entre ensuite, selon ce que rapporte également les Faits des Romains, dans un panthéon divin : par une étrange cohérence, le réformateur du calendrier devient une étoile. Christine est d’ailleurs sensible à cet épisode qu’elle cite dans Policie, tout en le rationalisant dans un contexte chrétien, par un raisonnement evhémériste80. Pour m’en tenir à ce Miroir du prince christinien, il me paraît significatif que l’histoire romaine soit la plus souvent citée, et que, parmi les empereurs, César est celui qui a le plus d’occurrences et de développements, et ce de façon particulièrement nette.

  • 81  F. Duval, La Traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot, Genève, Droz, 2001. Le texte de Mamerot (...)
  • 82  Ibid., p. 23.

49Derrière la figure exemplaire de Jules César s’introduit, en filigrane, la question de la conception de l’histoire pour Christine. Je reprendrai ici les remarques que Frédéric Duval a faites à propos du Romuleon de Benvenuto da Imola et de ses traductions françaises par Jean Miélot et Sébastien Mamerot81. F. Duval note que le Trecento inaugure une nouvelle conception de l’histoire, fortement influencée par Pétrarque – auteur d’un De gestis Cesaris – et surtout par Coluccio Salutati, qui considèrent cette discipline comme « un merveilleux instrument moral et politique, idéal pour former le prince comme le ‘ciroyen’ »82. Il me semble que l’on peut situer l’utilisation par Christine de l’histoire et de ses personnages dans cette perspective, dans la mesure où, comme on l’a vu, l’exemplum historique joue un rôle de premier plan. Il me semble que l’on peut alors noter une évolution entre la Mutacion (1403)et Policie (1406-1407), évolution dans laquelle la lecture de Boccace (Cité des dames) et peut-être de Pétrarque a pu jouer un rôle. On passe en effet d’une histoire qui s’accroche encore largement à la chronique à une histoire beaucoup plus exemplaire et se rapprochant des préceptes d’Horace ‘éduquer en distrayant’. Plus précisément, la Mutacion est un ouvrage dont la chronique universelle est la matrice, générant autour d’elle un discours exemplaire. Dans Policie, l’histoire est véritablement triée pour entrer au service de l’éducation du prince. Entre les deux, le Charles V s’inscrit quant à lui, si on le dépouille de son caractère ‘hagiographique’, dans cette histoire que pour ma part je qualifierai de ‘pré-humaniste’, dans laquelle la narration des faits historiques se fait toujours au miroir de l’exemple, l’histoire ancienne fournissant des modèles référentiels absolus que le prince contemporain est appelé à imiter. Mais Nous ne sommes avec Christine ‘qu’en chemin’, dans la mesure où les sources ne sont pas encore critiquées par rapport à la vérité réelle ou potentielle de l’Histoire et où le modèle historique – personnage ou événement – n’est pas directement employé, comme le feront souvent les humanistes, pour s’identifier au puissant contemporain. C’est peut-être dans ce contexte le Charles V qui se rapproche le plus de cette démarche : Charles V serait alors, du moins sur le plan de la sapience, un nouveau César, un nouvel Alexandre, dépassant même ces modèles par sa politique de savoir ; peut-être une belle réactualisation du nani gigantum humeris insidentes… de Bernard de Chartres !

Notes

1  C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle, Paris, Champion, 1999.

2  Li Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre, K. Sneyders de Vogel, Paris, Groningue, Droz, J.-B. Wolters, s.d., vol. 1, texte critique.

3  Que je citerai, à la suite d’A. Kennedy, d’après le ms BNF fr. 256.

4  Roman de Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, 1968, v. 2020.

5  Le Roman d’Alexandre, I, 137, ed. A.C. Armstrong et alii, trad., présentation, L. Harf-Lancner, Le Livre de poche, Lettres gothiques.

6  Éd. du BNF fr. 60 par A. Petit, Le Livre de poche, lettres gotiques, v. 3038-42.

7  Éd. cit., v. 203-4.

8  Thomas de Kent, Le Roman de toute chevalerie, éd. B. Foster et I. Short, trad., présentation, C. Gaullier-Bougassas, L. Harf-Lancner, Paris, Champion, 2003, v. 1337-42.

9  Éd. L. Constans, t. IV, Paris, SATF, 1908, v. 23135-41

10  Roland, Charroi de Nimes, Prise d’Orange, Fierabras, Parise la duchesse, Aiquin, Pèlerinage, Orson de Beauvais, Guibert d’Andrenas…

11  Le Moniage Guillaume, éd. N. Andrieux-Reix, Paris, Champion, 2003, v. 701-2.

12  Éd. E. Langlois, Paris, Champion, 1978 (2e éd.), v. 465.

13  Cité par J.H. Grisward, Archéologie de l’épopée médiévale, Paris, Payot, 1981, p. 33.

14  Éd. B. Guidot, Paris, Champion, 2000, v. 874-77 et 4987-91.

15  Roman de Brut, éd. I.D.O. Arnold, Paris, SATF, 2 vol., 1938-1940, vv. 1849-52. Cette idée traversera les romans de chevalerie jusqu’à la fin du Moyen Âge, comme on peut le constater dans le Roman de Perceforest (voir la contribution de M. Szkilnik dans ce numéro).

16  Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, 1968, v. 6616-23.

17  Cliges, éd. A. Micha, Paris, Champion, 1957, 6580-81.

18 Etym., 9, 3, 12, éd. M. Reydellet, Paris, Belles lettres, 1984.

19  Ibid.

20  Julius a magno demissum nomen Iulo (En. 1, 288).

21  Deinde Caesar coepit [id] facere, sed ante interfectus est (Etym., 5, 5, éd. Lindsay).

22  Etym, 6, 5, 2.

23  P. Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne, I. Les Faits des Romains, II. Histoire ancienne jusqu’à César », Romania, 14, 1885, p. 1-85.

24  Dans le ms. BNF fr. 201425, les folios 369v à 375v, sous la rubrique, « Si comence de Jule Cesar l’estorie, si com s’en ala por conquerre France ».

25  Voir L.-F. Flutre, Li Fait des Romains dans les littératures française et italienne du XIIIe au XVIe siècle, Paris, Hachette, 1932 et C. Croizy-Naquet, op. cit.

26  « Ne quit que pour Charlon fust onques assemblez/si grant pueple, ne dont quant il en fu alez/por conquerre d’Espaigne les bors et les citez/com Cesar assembla ainz qu’il se fust tornez… » (éd. O. Collet, Genève, Droz, 1993, v. 784-7)

27  Éd. W. Kibler et F. Suard, Paris, Champion, 2003, v. 17.

28  Éd. P. Imbs, révisée par J. Cerquiglini-Toulet, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1999, v. 6146-50.

29  Éd. De Boer, V. 5, Amsterdam, 1938, p. 367. Christine mentionnera cette légende dans le Livre du corps de Policie, mais en donnera une explication évhémériste. Cf. infra.

30  On la trouve dans les Faits des Romains, dans L’Histoire de Jules César de Jean de Thuin, dans l’Ovide moralisé, etc.

31  Éd. M.L. de Mas Latrie, Genève, Fick, 1877, v. 51-5.

32  L’Apparicion Maistre Jehan de Meun, éd. I. Arnold, Paris, Belles Lettres, 1926, p. 66.

33  Le Livre de l’espérance, éd. F. Rouy, Paris, Champion, 1989, p. 18, 35-36.

34  Ibid., p. 113, 12-16.

35  Éd. R. Deschaux, I, Paris, Champion, 1999, p. 4.

36  Éd. M. Roy, dans Œuvres poétiques, I, Paris, SATF, 1884, p. 92.

37  L’Advision, éd. L. Dulac, Ch. Reno, Paris, Champion, 2001, p. 107.

38  Ibid., p. 110.

39  Qu’elle définira clairement dans le Livre de prudence (cf. infra).

40  Éd. cit., p. 110.

41  Éd. cit., p. 8.

42  Le Livre du chemin de long estude¸éd. A. Tarnowski, Paris, Le livre de Poche, Lettres gothiques, 2000, v. 3111-21.

43  Dans le Chemin, Christine revendique explicitement l’influence de Dante, « le Dant de Florence » (v. 1128, 1141). V. K. Brownlee, « Le moi ‘lyrique’ et la généalogie littéraire : Christine de Pizan et Dante », « Musique naturele » : Interpretationen zur französichen Lyrik des Spätmittelalters, W.-D. Stemp hrsg., München, Fink, 1995, p. 105-39, E.J. Richards, « Christine de Pizan and Dante : a Re-examination », Archiv für das Studium der Neueren Sprachen und Literaturen, 222, 1985, p. 100-11.

44  La Cité des dames, éd. Mc Curnow, p. 898 ou éd. E.J. Richards- P. Caraffi, p. 342.

45  Éd. S. Solente, Paris, SATF, 4 vol., 1959-1966.

46  Sur la méthode de rédaction des deux auteurs des Faits et de l’Histoire ancienne, voir C. Croizy-Naquet, op. cit., chap. 4.

47  Voir Spec. Hist., 7, 35-42.

48  Elle parle en particulier de la mort de César et elle ne peut avoir trouvé cela dans l’Histoire ancienne. Elle l’attribue à une vengeance des parents de Pompée (v. 22038-9), détail ne figurant ni chez Brunetto Latini, ni chez Vincent de Beauvais. Dans les Faits, il est précisé qu’il fut assassiné « en la cort Pompee » (p. 738).

49  Éd. S. Solente, 2 vol., Paris, Champion, 1936-1940, I, p. 47.

50  Sur l’emploi de la notion de brièveté par Christine, voir B. Ribémont, « Christine de Pizan écrivain didactique : la question de l’encyclopédisme », à paraître dans Christine de Pizan, une femme de lettres, une femme de sciences, Paris, Champion, 2006.

51  Vit. Caes., 1, 26 : non enim honores modo nimios recepit : continuum consulatum, perpetuam dictaturam praefecturamque morum, insuper praenomen Imperatoris, cognomen Patris patriae, statuam inter reges, suggestum in orchestra…

52  C’est la même topique que l’on retrouve dans l’Advision, quand Christine cite César : « Ne veames nous jadis les portes de Romme au preux Julius Cesar, qui tant victorieux s’en retournoit, et au derrenier tant pourchaçames qu’il fu occis ? » éd. L. Dulac, Ch. Reno, Paris, Champion, 2001, p. 89.

53  Le Livre du corps de Policie, éd. A.J. Kennedy, Paris, Champion, 1998, p. 49.

54  Ibid., p. 66-7.

55  Dans ses Factorum et dictorum memorabilium libri IX, Valère-Maxime, au début de l’ouvrage (livre I), mentionne la piété de César, mais n’indique pas qu’il refusait de détruire les temples dans les pays conquis.

56  Le choix de Christine est assez étonnant ici lorsque l’on songe que, après Suétone, si les auteurs s’accordent sur les qualités multiples de César, ils dénoncent en général son orgueil.

57  Ce passage confirme l’utilisation par Christine de l’encyclopédie de Corbechon, qu’elle cite également dans l’Advision. Voir mon article, « Christine de Pizan et l'encyclopédisme scientifique », The City of Scholars. New Approaches to Christine de Pizan, (dir. M. Zimmermann, D. de Rentiis), Berlin, 1994, p. 174-85.

58  Voir De mirabilibus mundi, I, De origine urbis Romæ et temporibus ejus, de diebus intercalaribus, de genitura hominis, et his quæ memorabilia in hominibus fuere, de alectorio lapide : Ad hæc nullus celerius scripsit : nemo velocius legit. Quaternas etiam epistolas perhibetur simul dictasse Voir site internet http://www.intratext.com/y/LAT0665.HTM.

59  Éd. cit., p. 713, 4.

60  Bien que Solin rapporte, toujours en I, l’histoire du comput du bissexte. Mais il n’y aurait aucune raison pour Corbechon de citer une Histoire de César. Suétone, « Jules César », 39.

61  Les qualités de César qui font aussi l’objet de développements dans les Faits des Romains (éd. cit., p. 728sq.). Rappelons que Dante, dans l’introduction du chant IV de l’Inferno, rappelle que les personnes qui suivent sont dans le premier cercle parce qu’ils n’ont pas connu la Révélation, mais ils échappent à l’enfer par leur bonté.

62  J. Blanchard, « Compilation et légitimation au XVe siècle », Poétique, 74, 1988, p. 140. (article p. 139-57).

63  Voir nos remarques en fin d’article.

64  Cette anecdote ne figure pas dans Valère-Maxime. On la trouve dans les échecs moralisés de Jacques de Cessoles et dans leurs traductions. Voir la traduction en fr. mod. de J.-M. Mehl, Paris, Stock, 1995, p. 98-9. Voir par ex. la trad. de Jean Ferron, éd. A. Collet, Paris, Champion, 1999, p. 165.

65  P.L., 198, c. 1682a-b : Quia, ut refert Josephus, in omnibus negotiis suis morosus erat. Unde cum statueret procuratores in provinciis, vix aut nunquam mutabat eos. Et cum saepius quaesitum esset ab eo quare scilicet non mutaret procuratores, respondit se in hoc parcere plebeculae. Scientes enim procuratores se ad modicum habere procurationem, emungunt usque ad sanguinem et tanto dominantur gravius, quanto brevius, et qui recentes superveniunt, dissipant quidquid inveniunt. Quod ostendit eis exemplo cujusdam vulnerati, qui cum jaceret in via, et non amoveret multitudinem muscarum a vulnere superveniens alter putavit, quod hoc omitteret ex imbecillitate, et abegit muscas, quae operuerant vulnus. Ad quem ille : Male fecisti mihi, quia muscae, quas amovisti jam plenae erant sanguine, et parcius molestabant me ; quae autem recentes supervenient, acrius pungent me. Sic et procuratores, vel officiales recenter substituti acrius desaeviunt in subditos. Je n’ai pas identifié le renvoi à Josephus : je ne l’ai pas trouvée chez Flavius-Josephe, ni dans les Gesta romanorum.

66  18, 6, 5. Voir par ex. l’édition de A. D’Andilly, Paris, Lidis, 1975, p. 574. On peut raccorder l’anecdote à un exemple donné par Aristote dans sa Rhétorique, à propos d’un renard couvert de puces (Rhet., 2, 20).

67  Nous donnons la retranscription du passage, fol. 183v-184 : « Car nous avons es Fais des empereres que quant les amis de Cesar li deissent qu’il ostast les menistres de leur offices si leur respondit : ‘ je les en ostasse s’il pleüst au commun de Romme et as pueples qui sont sougiez a eulz. Mais je me remembre que je vi un homme une foiz qui estoit plain de plaies et de dulceres et de crevaces que les moulches grevoient moult, si que je avoir pitié de li. Je pris un esmouschoeur pour chacier les mousches. Et il me dist : ‘noble auctorité parmi les princes ! Pour quoy me ostez vous les mousches qui sont plaines de mon sanc et me laissiez venir celles qui ont grant faim ? Vous me ravissiez ma doleur au double et si me cuidez bien faire’ ».

68  Probablement Suétone, qui ne mentionne pas l’anecdote, pas plus que les Faits ou l’Histoire ancienne.

69  Le Jeu des eschaz moralisé, traduction de Jean Ferron, éd. A. Collet, Paris, Champion, 1999, p. 162.

70  Éd. G. Hope, Genève, Droz, 2002, 50, p. 135.

71  Trancher ce type de problème est toujours très délicat, car on ne sait si Christine modifie délibérément un nom dans sa source ou bien si elle a devant elle un manuscrit fautif. Le problème se pose, toujours à propos de Jules César, dans le Charles V, où une anecdote tirée des Flores chronicorum est rapportée à César alors que la source donne Platon (éd. S. Solente, p. 175 et n. 2).

72  Bruxelles, Bibl. Royale 10476, fol. 43 : « Cy commence la table des rubriches de la .ii.e partie de ce livre, laquelle parle des cautelles d’armes selon Frontin que il appelle Stratagemes »

73  Avant sa disparition, Ch.C. Willard préparait l’édition du Livre des fais d’armes et de chevalerie.

74  Texte du Valère français, BNF fr. 282, fol. 296) : « Cesar en la bataille civile contre Petreus et Asfamus les avoit en telle maniere destrains de soif qu'ilz estoient en desesperance de leur vie, pour quoy ilz avoient tous empeschemens occis et se venoient combatre a lui, mais il retint ses gens pour celle heure et ne lui sembla pas bon de combatre ou temps que ire et desesperance gouvernoit ses ennemis ».

75  Valère français, fol. 51, « Cesar disoit con devoit contre son ennemi user de conseil duquel les medecins conseillent a user contre sa maladie du corps, c'est a dire de fain ançoiz que de fer. »

76  Éd. cit., I, p. 175.

77  Anecdote tirée, une fois encore, des Flores chronicorum, cf II, p. 58, n. 3.

78  Ms. Bruxelles, Bib. Roy. 11065-73, fol. 257-257v.

79  « et fu merveilleuse et piteuse mort de si hault prince » (Policie, p. 43).

80  « … si que dit Valere du tres excellent prince Julius Cesar que pour le merite de ses bienfais fu après sa mort reputé comme un dieu. Car les anciens de lors n’avoient encore la foy quant ilz veoient une personne, feus homme ou femme, qui passoit les autres en aucune souveraineté de grace, il avoeint opinion que telle excellence ne peust estre sans vertu divine. Et pour ce que icellui Julius Cesar ot maintes tres excellens vertus, et entre les autres ot en lui justice et clemence souverainement, il dirent que tel vertu en homme ne povoit estre perie par trespassemnt de vie, et que son ame estoit ùontee ou ciel deifiee » (Policie, p. 55).

81  F. Duval, La Traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot, Genève, Droz, 2001. Le texte de Mamerot a été édité par F. Duval, Genève, Droz, 2000.

82  Ibid., p. 23.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://crm.revues.org/docannexe/image/854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Ribémont, « La figure de Jules César chez Christine de Pizan », Cahiers de recherches médiévales, 13 spécial | 2006, 127-147.

Référence électronique

Bernard Ribémont, « La figure de Jules César chez Christine de Pizan », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 13 spécial | 2006, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/854 ; DOI : 10.4000/crm.854

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

C.E.M. Orléans–T.A.M. Paris-VII  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org