Navigation – Plan du site
Orientales

Une vision de l’Orient au XIVe siècle : La Prise d’Alexandrie de Guillaume de Machaut

Bernard Ribémont

Texte intégral

1En voulant rendre compte de la prise de la ville d’Alexandrie en 1365 par Pierre Ier de Lusignan et ses troupes, Guillaume de Machaut produit une œuvre qui frappe par son caractère mixte. La Prise d’Alexandrie en effet tient de la chronique en vers, de la chanson de geste et même, d’une certaine manière, de l’hagiographie. Cette chronique intègre également des éléments coutumiers de la poésie de Machaut, ainsi qu’en témoigne l’importante introduction figurant un conseil des dieux de l’Olympe : Pierre Ier, s’il est un nouveau Godefroi de Bouillon, est aussi d’entrée de jeu, vue dans une dimension mythique. À cette dimension sera associée celle d’un héros épique que Machaut n’hésite pas à classer comme dixième preux1 et qui meurt effectivement en héros de chanson de geste, tel Vivien, transpercé de toutes parts. Cette indéniable ‘couleur épique’2 de La Prise d’Alexandrie nous invite à considérer la question de la vision de l’Orient proposée par Machaut. On connaît bien en effet le rôle que l’exotisme oriental peut jouer dans certaines chansons de geste et Machaut, qui reprend un certain nombre de motifs et d’éléments stylistiques épiques, a aussi à disposition un ‘arsenal’ bien rodé en la matière. Il y a d’autre part le regard sur Alexandrie, Le Caire, Tripoli, etc. que peuvent retransmettre les témoins que Machaut consulte, tout particulièrement ce Jean de Reims que le chroniqueur cite explicitement comme source :

Cils Jehan dont je vous parole,
M’aprent et m’enseigne et m’escole
Et m’amenistre ma matiere ;
Car il vit toute la maniere
De Courc, dou Quaire et d’Alixandre
Et de Triple, et si fu au prendre. (vv. 5938-43)

2L’Orient de Machaut est donc a priori abstrait, puisque l’écrivain n’a pas suivi Pierre Ier de Lusignan dans ses expéditions. La vision qu’il retransmet est nécessairement le fruit d’un compromis entre d’une part le regard de l’autre, attestant un ‘voir dit’ de l’écrivain, vision d’une réalité vécue mais affectée par la mémoire et par le désir de raconter, d’autre part sa propre connaissance culturelle et enfin sa volonté délibérée de mise en scène d’un Orient littéraire au service d’une esthétique particulière. Il est bien entendu impossible de faire un départ précis entre ces trois composantes de l’Orient machaldien ; mais je voudrais ici m’interroger sur la façon dont cet Orient participe à l’économie et à l’esthétique de La Prise d’Alexandrie, compte tenu des différents ‘regards’ qu’il suppose. Cette multiplicité ambiguë, entre relation de voyage et abstraction livresque et poétique, présente ici un intérêt particulier, surtout si l’on songe à un texte de la même époque, un ‘récit de voyage de non-voyageur’, celui de Jean de Mandeville3.

3En premier lieu, il faut noter que l’Orient de La Prise d’Alexandrie ne s’inscrit pas dans une neutralité idéologique et, en cela, le texte de Machaut s’éloigne des « voyages » de Mandeville. L’espace géographique est un espace guerrier, conditionné par les entreprises des croisés ; c’est un espace occupé par l’Infidèle, par « ses gens que j’apelle chiens » dit Machaut4. L’idéologie qui baigne le texte de Machaut est assez proche de celle que promeut un Philippe de Mézières à la même époque, reposant sur un appel à la croisade. Machaut ne cache pas en effet son soutien aux entreprises de Pierre de Lusignan et n’hésite pas à prendre directement la parole pour critiquer la tiédeur de ceux à qui Lusignan s’adresse, ces chevaliers et seigneurs qui, dit-il, lui ont fait le « plait d’Ogier » (v. 3605) ou bien ceux qui préfèrent une paix tranquille au saint combat5. De même, il est plutôt aigre lorsque le pape conseille au roi de Chypre de négocier avec le sultan et il souligne que seuls de bas intérêts sont en jeu (v. 7266sq.). L’espace oriental est donc avant tout un espace de conflits, dans le sens le plus complet de ce terme ; d’une part, il est le terrain de batailles, il est ensemble de lieux à conquérir. D’autre part, il est cadre de négociations (ambassades, échanges de messages), c’est-à-dire lieu de règlements de conflits. Or, le règlement de conflit médiéval est surtout à considérer dans la perspective d’un accord entre deux parties adverses dont chacune tente de fixer l’autre dans certaines limites, en attendant mieux6. Machaut rend parfaitement bien compte de cette situation dans les négociations entre Pierre et le sultan d’Égypte, particulièrement fluctuantes : d’abord refus par Pierre de Lusignan des ambassadeurs qu’il juge investis de trop peu de pouvoirs (v. 4036sq.), puis accueil de nouveaux messagers, suivi d’envoi d’ambassade au Caire qui aboutit à un échec (v. 4223sq.) et au désir (qui n’avait jamais vraiment quitté Lusignan) de reprendre les hostilités : la négociation est toujours vue comme un pis-aller, au mieux une attente avant une nouvelle expédition. On a le même jeu lors des négociations de 1367 (v. 6372sq.). Et Machaut de préciser à ce propos que les Sarrasins n’avaient pas de véritable volonté de négociation :

Li roys vit bien leur volenté
Qu’en riens ne sont entalenté
D’avoir traitié, ne pais, n’acort ;
Ains ne quierent que le descort.
Si s’en partirent, que response
N’en portent qui vaille une ronce (vv. 6716-21)

4Ainsi, le regard sur le monde oriental est toujours conditionné par une prise de position a priori qui veut que les chrétiens aient toujours raison ; ici, on n’a guère évolué depuis le Roland. Ce « dreit » absolu colore quasi systématiquement la vision offerte par Machaut et fait que, même dans les cas les plus favorables, le monde sarrasin n’est jamais véritablement exempt de défaut : la beauté présente quelque tache, l’accueil est biaisé, les situations montrent la supériorité des chrétiens. Ainsi, lorsque les ambassadeurs égyptiens sont courtoisement accueillis à Chypre, des fêtes sont données, assorties de joutes qui révèlent que les Sarrasins ne connaissent pas ce ‘sport’ :

Et fist jouster en leur presence
Ses chevaliers mains cop de lance :
Li Sarrazin se mervilloient
Coment il ne s’entretuoient ;
Car il sont dou gieu desapris,
Pour ce qu’il ne l’ont pas apris (vv. 4174-9)

5Un petit air de supériorité affleure ici, montant ces Égyptiens tout ébahis et faisant preuve d’une évidente naïveté.

6De fait, Machaut ne joue pas véritablement le jeu d’équilibre que l’on enregistre généralement dans les chansons de geste. Dans ces textes en effet, si les Sarrasins sont connotés négativement, ils sont aussi capables d’attitudes chevaleresques et de prouesses du même ordre que celles des chrétiens. Le héros épique, pour s’accomplir, doit aussi avoir des adversaires à sa mesure, alors que Machaut voit les combattants de l’Orient comme une masse bruyante et souvent désordonnée, dont les victoires sont possibles uniquement grâce au surnombre7. C’est aussi un topos de la chanson de geste, mais Machaut ne retient qu’un aspect des peuples d’Orient courant dans le genre épique médiéval. Tout au plus, ce qui est également topique, leur prête-t-il des dispositions astrologiques8.

7D’un côté donc des croisés en petit nombre, troupes d’élite en quelque sorte – et Machaut insiste là-dessus –, de l’autre des masses de combattants plus ou moins informes et bruyantes, utilisant peu d’armes nobles, surtout des jets de pierres et de flèches9. Cette détermination des Sarrasins va pénétrer l’espace oriental que Machaut expose au regard de son lecteur ; cet espace est surtout articulé sur la cité qui est, rappelons-le, explicitement ou non, objet à conquérir : c’est un espace d’enjeu, militaire et religieux, c’est un espace essentiellement vivant et socialisé.

8Ce qui frappe tout d’abord celui qui ‘visite’ ces villes orientales à travers la description machaldienne, c’est le gigantisme et le grouillement : la ville est de ce point de vue la version pacifique de l’armée sarrasine ; elle est fortement conditionnée par la nature de ses habitants.

9Le Caire (mise en parallèle avec Babylone) :

Quarante jours y demourerent,
Et Babyloinne leur moustrerent
De chief en chief et puis le Quaire,
Qui sont cités de tel affaire,
Que chascuns est, ce m’est avis,
Mil fois plus grande que Paris,
Et si sont .II. fois mieus peuplees (vv. 6372-8)

10L’arrivée au palais du sultan confirme cette appréciation :

La de gent avoit si grant mont
Que ne le saroie nombrer,
Tant bien m’en sceüsse encombrer (vv. 6419-21)10

11Alexandrie :

...Alixandre est une ville
Qui tient de tour plus de .X. mille
(...)
C’est une ville si pueplee
Qu’on y voit a une assamblee
Cent mille hommes en une place (vv. 3004 (...)14)

12Et le narrateur de préciser que ces gens, bien que beaux et bien faits, « tant sont de foible marrien/Qu’en armes il ne valent rien,/ Eins s’en fuient comme chevriaus ».

13Tripoli :

Et tient bien .III. lieues de tour.
Mervilleusement est pueplee
De gens, et si n’est pas fermee. (vv. 6923-5)

14On peut établir le même type de parallèle, entre géographie de l’Orient et ‘ethnologie du combattant infidèle’ à propos de l’espace sonore. D’un côté, Machaut reprend le motif épique du bruit des armées. Ce vacarme se répercute dans le palais du sultan. La fête est organisée pour l’accueil des messagers et l’on fait donner musique : mais celle-ci dérive bien vite en bruit assourdissant :

Entre .ii. tymbres et taburs,
Menestriers de bouches, cymbales
Faisoient restentir les sales,
Et si grant noise demenoient
Que toutes les gens essourdoient. (vv. 6457-61)

15Point de lyre ou de luth ici, mais les instruments traditionnels de l’‘instrumentarium’ épique sarrasin, dont le tambour est l’emblème particulier11. Machaut opère donc une véritable transposition de l’espace musical militaire qui devient négatif parce que sorti de son contexte : sur le champ de bataille, le vacarme des trompes et buisines témoigne de l’ardeur au combat, ici la musique n’est que « noise » témoignant du manque de goût des Égyptiens. Lorsque, au contraire, les armées de Lusignan quittent Chypre, la musique militaire souligne leur volonté, leur vaillance :

La avoit trompes et naquaires,
Et d’instrumens plus de .x. paires,
Qui faisoient si tres grant bruit
Que l’iaue en retentist et bruit ;
Et la marine aussi resonne
De leur son, qui doucement sonne. (vv. 1818-23)

16Alors que dans le palais du sultan les ménestrels et leurs auditeurs sont écrasés de vacarme, ici, l’armée en marche produit un son sublime – au sens que la nature entière en résonne – mais qui, aussi, « doucement sonne » : harmonie chez les chrétiens, cacophonie chez les Sarrasins. Bien plus, ces Sarrasins, confondant art musical de cour et tonitruance de guerre, sont effrayés, sur le champ de bataille, par le son ample des instruments chrétiens :

Li Turc furent en grant effroy
Quant il veïrent le conroy
De nos gens (...)
Trompes, naquaires et tabours
Sonnoient si fort que li bours
Et la mer en restentissoit.
De la noise qui en yssoit
Paour avoient et doubtance (vv. 5422 (...) 32)

17Le palais du sultan visité par les ambassadeurs chypriotes est donc donné comme espace de bruit, encombré de foule. Ce palais occupe le centre de la ville du Caire et il est en quelque sorte le point de concentration de cet Orient socialisé dont Machaut donne un aperçu. La visite des ambassadeurs est particulièrement développée par Machaut, et le palais, point d’aboutissement de leur visite, est effectivement le lieu de tentative de résolution des conflits, c’est-à-dire finalement espace de renouvellement des tensions.

18Suivons à présent nos ‘touristes’ au Caire. L’accueil est chaleureux et le peuple se réjouit de l’espoir de paix que ces ambassadeurs portent :

Certes dire ne vous porroie
En un an la feste et la joie
Qu’on faisoit en chambre et en rue
Par le Quaire de leur venue.
Moult richement les ostelerent
Et en leurs hostelx les menerent.
Le Tricoplier, messire Guis,
Toutes leurs gens et ses .ii. fils,
Et messires Robert li Rous
N’eurent c’un hostel pour euls tous ;
Et un autre pour les Genevois,
Aveques les Arragonnois,
Et tous les jours on leur bailloit
Argent, pour quanqu’il leur falloit.
Mais li pueples toudis s’efforce
De faire feste et joie pour ce
Qu’il cuidoit que la pais fust faite,
Et elle estoit toute deffaite ;
Eins avoient vin et viande,
Et tout ce qu’apetis demande,
Largement et a grant planté,
Et espices a volonté. (vv. 6350-71)

19Accueil enthousiaste certes, mais dont le rapport appelle quelques remarques. Comment faut-il interpréter le seul logis pour tout le groupe du Tricoplier ? Est-ce positif, afin de souligner que les proches de Pierre de Lusignan sont regroupés pour leur aise ; ou bien est-ce que cela marque l’exiguïté, le manque de faste ? Que signifie cette paix « deffaite » ? S’agit-il d’une prolepse montrant que tout ceci n’est en fait qu’illusion ?12 On remarquera en tout cas que rien n’est précisé de la ‘couleur locale’ : seule la mention des épices en abondance pourrait être mise au rang d’un certain exotisme. La première visite guidée des messagers indiquée par Machaut confirme l’ambiguïté de son regard. On apprend en effet que les messagers sont restés quarante jours, qu’ils virent le Caire « de chief en chief », mais rien n’est donné à voir de cette ville, si ce n’est, on l’a vu, son caractère grouillant. Par contre, Machaud insiste sur une visite bien particulière, qui est celle des rives du fleuve : pas de détail exotique non plus, mais la vision de la flotte sarrasine, dont la caractéristique essentielle est d’être destinée à détruire Chypre :

Puis leur moustrerent les galees
Qui estoient seur le Flumaire
Pour l’isle de Chypre deffaire,
(...)
Et pour destruire li bon roy
Qui n’y pensoit que bonne foy. (v. 6379...)

20Insidieusement, Machaut glisse l’opposition bonne foi (Lusignan)/mauvaise foi (sultan) qui prépare par anticipation l’échec des négociations, du fait des Infidèles, il va de soi.

21Le récit reprend, sur le mode ondulatoire qu’il revêt ici, alternance de constat d’hospitalité et de remarques pour le moins insidieuses, voire explicitement négatives. Les messagers sont donc bien pourvus en chevaux et montures et Machaut en donne un éventail, dans lequel il glisse d’ailleurs une note de réalité exotique en incluant le chameau. Notons cependant que ce don de montures dont la liste est détaillée correspond à un motif fréquent dans la chanson de geste13 :

Mais partout leur admenistrerent
Chevaux assez qu’il chevauchierent,
Qui estoient de paremens
Pour les signeurs ; et pour leur gens,
Chameux, roncins et haguenees,
Bien et richement ensellees. (vv. 6386-91)

22Ainsi équipés, ils sont conduits devant le sultan, « quant il eurent tout visité » dit Machaut, qui ne donne pas le moindre aperçu de cette visite. Au pied du palais, ils trouvent une place « grant et longue et large d’espace ». Sur cette place un « tropel » de quatre à cinq mille chevaux appartenant aux émirs égyptiens (les « amiraux »). Cette mention d’un troupeau suggère un certain désordre, auquel le narrateur oppose aussitôt le « bel arroy » des ambassadeurs chrétiens. Ces derniers peuvent alors voir de près le palais du sultan, dont Machaut offre une ‘description’ plutôt laconique et désabusée.

23L’architecture de ce palais, en effet, demeure esthétiquement ambiguë et, ici encore, on est loin d’un émerveillement devant un monument exotique, tel qu’on peut le rencontrer en de nombreuses chansons de geste14, loin de mentions de pierres précieuses, de marbres et de mosaïques15. Ce palais, nous dit le narrateur, « n’estoit trop biaus ne trop lais » (v. 6425). Sa description reste vague et se clôt surtout sur une antinomie :

Fais est en fourme d’une eglise,
Et de l’ancienne devise,
A pilers et a votes fais ;
Et si n’estoit pas contrefais,
Car tous d’uevre sarrazinoise
Estoit, contraire a la françoise. (vv. 6426-31)

24Certes, le palais est bien construit, mais à l’ancienne mode et d’une manière contraire à la française : le propos reste pour le moins vague et l’on pourrait comprendre que les Français, plus ‘modernes’ construisent mieux, eux qui, dans un autre domaine, connaissent l’art de la joute ignoré de ces pauvres Égyptiens.

25Apparaît alors le chef des Sarrazins, couché en un lit16, « basset, bien paré pour delit ». Avec ces détails, on ne peut plus guère parler de représentation en majesté ‘à l’orientale’ : la position basse du lit révèle le manque de caractère du sultan et ce lit, surtout de « delit », correspond à une idée de mollesse vite attribuée aux peuples orientaux. À côté du sultan, deux hommes en armes font contraste :

Et a sa destre coste estoient
Deux grans amiraus qui tenoient
Chascuns une hache en sa main (vv. 6434-6)

26Image double : celle du géant et peut-être surtout celle de l’automate – ce qui explique la hache –, fréquente dans la chanson de geste. En tout cas, cette image contrastée entre mollesse et hiératisme militaire fait aussitôt planer un doute sur les discussions à suivre. Doute confirmé par la présence de « cadis »17 qui, précise le narrateur, « leur fausse loy gouvernoient ». Autour de la salle, sont disposés mille chevaliers, certes magnifiquement équipés, mais eux aussi inquiétants et si rigidement assemblés qu’« estre ressembloient .ii. murs » (v. 6456). Et à l’entrée du palais, encore des hommes avec des haches « dont on tuast bien une vache » ; la rime hache/vache connote bien évidemment de manière dépréciative l’équipement sarrasin.

27Les messagers doivent se plier à la coutume locale et Machaut décrit la cérémonie avec un certain détail :

Quant li dessus dit messagier
Furent entreaus, sans atargier,
Leur firent oster leurs solers ;
Et s’estoit li temps nés et clers.
Et vesci la raison pourquoy,
Autre cause n’i say ne voy.
On avoit par grant signourie
Paré de tapis de Turquie
Le palais si tres richement
Qu’on ne pooit mieux nullement.
Si ne voloient qu’afolez
Fust des crestiens ou defoulez ;
Et pour ytant les deschaussoient.
Ou puet estre qu’il le faisoient
Pour plus humblement aourer
Le soudan, et mieux honnourer. (vv. 6468-83)

28Cette relation est emblématique de la façon de procéder de Machaut. Il décrit le cérémonial qui visiblement l’étonne, l’agace ou le scandalise. Puis il fournit une explication de polarité négative : ici, les hôtes humilient les messagers qui ne doivent pas fouler, parce que chrétiens, le tapis d’honneur. Puis il émet une autre hypothèse moins négative, mais de façon très laconique. C’est donc le premier jugement qui prime. Après cette interruption de la description, il la reprend pour faire revivre les diverses génuflexions – trois au total – auxquelles sont soumis les messagers avant de pouvoir parler au sultan. Il ne fait guère de commentaire, mais il précise cependant qu’ils n’avaient pas le choix (« Qu’estre ne pooit autrement »). En fait, il va manifester son opinion un peu plus loin, tournant le cérémonial en ridicule, lorsque les ambassadeurs prennent congé :

Encor vueil autre chose dire,
Mais que vous vous tenez de rire.
Il ne veoit pas leurs talons,
Qu’ils venoient a reculons.
Se darrier heust une perche,
Il fussent pris a la cauperche,
Ou feïssent le soubresaut. (vv. 6248-54)

29Machaut ne cherche donc absolument pas à saisir le sens du rituel de pouvoir oriental. Il a en tête des schémas occidentaux qu’il met implicitement en balance avec ceux que ses informateurs ont pu lui transmettre. Les multiples génuflexions accompagnées du baiser au sol représente pour lui, au mieux une attitude ridicule, au pire une humiliation pour les chrétiens. Il ne songe même pas que la position à genoux a une haute symbolique, même en Occident, dans le cas de l’hommage ou dans la cérémonie de l’adoubement. Le symbolisme religieux, devant celui qui est aussi un commandeur des croyants, lui échappe également et il ne peut faire de jonction entre une évidente hospitalité généreuse et le respect des coutumes et des rituels. Au fond de son écriture, travaille l’ambassade épique, sur le modèle du Roland, dans laquelle le messager risque toujours sa tête. Ainsi, lorsque de magnifiques robes – que le narrateur ne juge pas utile de décrire18 – sont offertes aux messagers (vv. 6534sq.), Machaut n’y voit pas le moindre signe d’hospitalité et de largesse : il s’agit encore d’une contrainte, réaffirmée lors du récit des audiences suivantes, dans lequel le narrateur insiste encore sur la génuflexions et le baiser au sol. Et là, Machaut est particulièrement explicite, révélant que c’est bien le motif de l’ambassade dangereuse qu’il a en tête :

Or gart Dieux leur corps et leur teste !
Car s’il ne les prent tous en cure,
Il sont de mort en aventure. (vv. 6559-61)

30Or rien ne permet d’avancer cette hypothèse. Aussi, Machaut, dans la suite immédiate, va faire intervenir une scène traditionnelle de conseil épique, opposant des émirs partisans d’une vengeance et d’une exécution des ambassadeurs et un « viés amiral » rappelant au sultan ses devoirs d’hôte. Et il faudra vingt jours au sultan pour prendre cette décision d’honneur !

31En dehors de cet espace essentiellement occupé par des hommes ennemis en puissance, Machaut tourne parfois son regard sur quelque spectacle exotiquement connoté. Avant leur voyage de retour, les messagers de Lusignan, qui n’ont pu obtenir qu’une « paix cornue », sont emmenés en visite de la ménagerie du sultan, où ils peuvent voir éléphants et girafes :

Il fu ordené qu’il veïssent
Les bestes que li soudans a ;
Et leur garde pas ne tensa,
Eins les moustra, sans contredit,
Tout en l’eure qu’il li fu dit.
Il y avoit .iii. olifans,
Qu’a merveilles estoient grans.
Aussi virent il une araffe,
Je ne say s’elle vint de Jaffe. (vv. 6623-31)

32On aurait bien du mal à parler ici de véritable curiosité, d’exclamation devant des mirabilia. Le lecteur apprend seulement, ce qu’il savait depuis longtemps – au moins par sa connaissance plus ou moins diffuse du savoir encyclopédique – que l’éléphant est très grand. Aucun détail n’est donné. La visite se termine par un énigmatique « Et li chevalier leur moustrerent/Les gieus dont Sarrasin jouerent » et le narrateur enchaîne aussitôt avec un « Or vueil laissier ceste matiere/Et revenir a la premiere ».

33Une autre vision de l’espace oriental indépendante de tractations ou de combats est celle de Tripoli. On a déjà vu que cette ville n’échappait pas au topos machaldien du gigantisme et du grouillement. Mais elle est également vue à travers ses jardins et son agréable situation, près de la mer, entre deux « montaingnettes », « rondes et hautelettes ». C’est l’olfactif qui domine cette fois dans la perception des environs de la cité :

Li lieus d’entour est odorans,
Par tout, est si souef flairans
Qu’il samble a tous, n’en doutez mie,
Qu’on soit en une espisserie,
Pour les fruits et pour les jardins,
Plantés de mains de Sarrazins ;
Car de tous fruits, de toutes antes,
De tous estos, de toutes plantes,
De toutes herbes a racine
Qui puelent porter medecine
Trueve on la a tres grant planté,
Que Sarrazin y ont planté.
Moult y a de belles fonteinnes
Qui sont nettes, cleres et sainnes.
La croist le sucre et la kanelle,
Et mainte espice bonne et belle.
Mais il n’i a point de riviere. (vv. 6926-42)

34Voilà qui ressemble à un locus amoenus. Cependant, on pourra noter l’insistance de Machaut sur le fait que ce lieu est organisé par des Sarrasins. Et la toute dernière phrase de la description est assez curieuse : certes, le lieu est enchanteur, mais incomplet, car il n’y a pas de rivière. On remarquera ensuite que cette description presque enchanteresse n’intervient qu’après la victoire des croisés, victoire assortie d’un pillage et d’un massacre en règle19 qui n’émeuvent en rien la sensibilité de notre musicien/poète : « Tant ont pillé, tant ont emblé,/Qu’il n’i avoit grason ne page/Qui ne fust chergiez de pillage » (vv. 6897-9). La beauté du lieu n’est finalement remarquable que saisi par les défenseurs du vrai Dieu. L’insistance sur l’origine sarrasine du lieu justifie l’appropriation de l’espace.

35Il est une autre digression de Machaut portant sur le ‘paysage’ oriental ; celle-ci est développée (vv. 6270-319) et concerne le « Flumaire », c’est-à-dire le Nil. Mais, à y regarder de près, on est très loin d’une description manifestant un quelconque intérêt pour l’hydrographie de l’Égypte. En effet, Machaut part du topos encyclopédique du Nil sortant du paradis terrestre. La simple allusion au paradis agit comme embrayeur et permet au narrateur de développer une longue leçon de ‘catéchisme’ rappelant l’origine de ce paradis, résumé du tout début de la Genèse. Puis, reprenant une information figurant dans toutes les encyclopédies20, dans tous les textes ressortissant à l’Imago mundi, il disserte sur les quatre fleuves du paradis terrestre. Machaut se livre donc simplement à une insertion savante qui lui permet de rappeler au passage son savoir et surtout de donner une vision chrétienne d’un fleuve qui est central dans les territoires de conquêtes et les négociations de Pierre Ier de Lusignan. Ce discours encyclopédique et vétérotestamentaire tient donc aussi lieu, implicitement, de justification supplémentaire à la croisade, toujours vue par Machaut comme légitime, comme un retour naturel en une propriété revenant de droit aux chrétiens.

36L’espace oriental de La Prise d’Alexandrie est essentiellement circonscrit à la ville, seul objet véritablement intéressant pour Machaut parce qu’objet de conquête ou lieu de négociation, donc espace lié étroitement à la croisade. Cette ville est finalement très peu décrite, si ce n’est en rapport avec sa population dont elle reflète les principales caractéristiques, concentrées dans le point focal et le microcosme que représente le palais du Caire. Il existe dans La Prise d’Alexandrie une indéniable relation entre le monde exotique essentiellement ramené à la société des hommes – des chefs et des guerriers – et la vision du peuple sarrasin conditionnée par le rehaussement idéologique de la croisade à travers la personne de Pierre de Lusignan et par la couleur épique du texte. Cette relation passe par des jeux de correspondances entre l’espace épique par excellence – le champ de bataille – et l’espace géographique oriental, dans certaines de ses déterminations. Machaut ne manifeste aucune curiosité pour un monde considéré surtout comme devant être saisi et détruit21.

37Machaut agit ici en idéologue de la croisade, comme en hagiographe d’un de ses acteurs les plus prestigieux au XIVe siècle, si l’on en juge par les appréciations de Froissart, Christine de Pizan ou Geoffroy Chaucer. Son Orient n’est pas celui du chroniqueur, ni du voyageur, ni même du pseudo-voyageur (comme Mandeville). C’est seulement un espace littéraire de connotation et non de véritable description, un espace à la couleur épique et politique.

Notes

1« Comme ot Hector le conbatant,/Mais qui bien raison li feroit/Des .ix. preux .xemes. feroit » (vv. 7181-83). Les citations seront faites d’après l’édition de M.L. De Mas Latrie, Genève, Imp. Jules-Guillaume Fick, 1877 ; je corrige l’accentuation désuète et parfois la ponctuation. Une nouvelle édition est annoncée en cours par A. Hurworth (voir son article « Le corps remembré : hagiographie et historiographie dans La Prise d’Alexandrie », Guillaume de Machaut (dir. J. Cerquiglini-Toulet, N. Wilkins), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, coll. Musiques/Écritures, 2002, pp. 107-18
2Voir B. Ribémont, « Couleur épique dans La Prise d’Alexandrie de Guillaume de Machaut », à paraître dans les Actes du colloque L’épique médiéval et le mélange des genres (dir. C. Cazanave), Besançon 3-5 oct. 2002.
3À propos de pseudo-voyageur, voir M. Guéret-Laferté, « Le prologue d’un pseudo-voyageur : Jean de Mandeville », Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, dir. E. Baumgartner, L. Harf, Paris, 2002, pp. 179-200.
4V. 5299.
5Voir les remarques acides de Machaut v. 1895sq.
6Voir D. Barthélemy, « La vengeance, le jugement et le compromis », Le Règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, pp. 12-20 et également la conclusion de Cl. Gauvard à ce volume, pp. 369-91.
7Il y a une étonnante insistance répétitive sur le déséquilibre quantitatif des forces en présence (voir« Couleur épique... », art. cit.).
8« Et les Sarrazins es estoiles/Sa venue prophetisoient » (vv. 6735-6).
9Voir « Couleur épique... », art. cit..
10On peut comparer avec l’accueil très sobre que le roi de Chypre fait aux ambassadeurs du sultan : « Li roys leur fist moult bonne chiere ;/La parlerent de la matiere/Pour quoy li soudans les envoie » (vv. 4100-2).
11Voir mon article « À propos de l’instrumentarium épique », Plaist vos oïr bone cançon vallant ? Mélanges F. Suard, Lille, 1999, pp.781-93.
12Machaut présente systématiquement les efforts de négociations égyptiens comme des atermoiements : « pais cornue » (v. 6612), « Ils ne queroient que delay,/Et de la pais n’avoient cure » (vv. 6675-6), etc.
13Voir B. Prévot, B. Ribémont, Le cheval en France au Moyen Âge ; sa place dans le monde médiéval. Sa médecine : l'exemple d'un traité vétérinaire du XIVe siècle,  La chirurgie des chevaux, Caen/Orléans, Paradigme, 1994. Notons au passage que Machaut n’est pas insensible à ce qui tourne autour du cheval ; voir mon article, « Le cheval et le poète. Hippiatrie et technique d'écriture : l'exemple de Guillaume de Machaut et de Froissart », Senefiance, 32, 1993, pp. 511-26.
14Voir A. Labbé, Le Roi en majesté. Architecture des palais et jardins dans la chanson de geste, Genève, Slatkine, 1987.
15A. Labbé, B. Ribémont, « Musec, metau : le langage mosaïstique du Girart de Roussillon et son origine savante », Bull. Soc. Fouilles Archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne, 8, 1991, pp. 11-28.
16A. Labbé, op. cit., a discuté la position du chef sarrazin couché en relation avec l’image du roi en majesté, assis sur son trône ou sur un perron de marbre, souvent sous un arbre.
17Machaut a expliqué le sens de ce signifiant : « Cadis, c’est un clerc en leur loy » (v. 4391).
18Machaut se contente en effet de parler de « robes sarrazines ». En revanche, il avait bien précisé le harnachement des chevaux de certains combattants sarrasins :

Leur cheval estoient couvert

L’un de jaune et l’autre de vert,

De moult estranges couvertures

Et de sauvages pourtraitures. (vv. 5500-4)

Couleur négative qu’est le jaune, ambiguïté du vert, agressivité du jaune-vert, souligné par les peintures sauvages : éléments symboliques de la négativité sarrasine. (voir M. Pastoureau, Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Paris, Léopard d’or, 1986, p. 51). J. Cerquiglini a souligné la valeur négative du vert dans le Voir Dit (‘Un engin si soutil’. Guillaume de Machaut et l’écriture au XIVe siècle, Paris, Champion, 1985, p. 169.)

19Voir v. 6859sq. : jeunes ou vieux, grands ou petits, personne n’en réchappe.
20Il serait vain de faire une recherche de source, tellement on a ici affaire à un lieu commun.
21Je ne peux absolument pas suivre Isabelle Bétemps (L’Imaginaire dans l’œuvre de Guillaume de Machaut, Paris, Champion, 1998) qui voit en Machaut un observateur qui « ‘donne à voir’ les villes et les palais des pays d’Orient », qui « sollicite l’imagination visuelle de ceux qui, n’ayant accompli ni voyage, ni pèlerinage, sont néanmoins désireux de connaître les curiosités ou les détails pittoresques des cités orientales » (pp. 334-5) ; Machaut n’est pas ici « habile à suggérer le mouvement et à donner des descriptions d’ensemble » (p. 338), pas plus qu’il n’a « le souci des détails pittoresques et exotiques ». Et les « notes exotiques » ne font sans doute pas de Machaut « un chroniqueur désireux de faire découvrir au lecteur quelques facettes du monde oriental » (p. 341). Les choses ne sont pas si linéaires et si immédiates.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Une vision de l’Orient au XIVe siècle : La Prise d’Alexandrie de Guillaume de Machaut », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 05 janvier 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/85 ; DOI : 10.4000/crm.85

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

C.E.M.O. – Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org