Navigation – Plan du site

Farid Khiari, Licite, illicite ? Qui dit le droit en islam ? L’arrivée du café dans le monde arabe : une affaire d’État en 1511. Naissance des intellectuels en islam, première étude

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Farid Khiari, Licite, illicite ? Qui dit le droit en islam ? L’arrivée du café dans le monde arabe : une affaire d’État en 1511. Naissance des intellectuels en islam, première étude, préface de Mohammed Arkoun, Aix-en Provence, Édisud, 200 p., 2005
ISBN 2-7449-0549-6

Texte intégral

1En dépit de leur longueur, titre et sous-titre annoncent très imparfaitement le contenu de l’ouvrage.

  • 1  Selon Alain Rey, dir., Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, s. v., le mot «  (...)

2Un bon tiers du livre est occupé par la traduction annotée du traité du Mecquois al-Jazîry (1485-v. 1570), L’appui le plus pur pour la légitimité du café, faite à partir de BnF, ms. arabe 4590, daté de 1644, et probable copie de l’original de 1588-1589, qui lui-même résume en l’actualisant un texte d’Ibn ’Abd al-Ghaffâr, daté des années 1520-30 et aujourd’hui perdu. Toutefois, selon Mustapha Belbah, sur le site « Réseau européen Droit & Société », il conviendrait de lire non pas « as-safwa » mais plutôt « as-safaa » : L’appui des plus purs… ; autrement dit : « des plus illustres », « des plus savants » ; c’est la qualité de savant des hommes sollicités qui est dirimante, non l’autorité du traité. Une telle correction circonscrit le contenu de l’ouvrage d’al-Jazîry et, pour autant qu’il est possible de s’en faire une idée, de celui d’Abd al-Ghaffâr : leurs développements empruntent à toute une série de traités antérieurs de même type, en en invoquant la science dès lors qu’ils abondent dans le sens du controversiste. La remarque n’est pas de pure forme. On est un peu surpris de voir Farid Khiari noter régulièrement (p. 43, n. 25, 95, n. 8, 108-109…) que le manuscrit qu’il a choisi de traduire est truffé d’erreurs de copiste et, alors qu’il en existe quatre autres du même texte, de ne pas avoir pris la peine de les consulter, ni même de donner à son lecteur les raisons qui l’ont poussé à réduire si drastiquement sa documentation. On aurait souhaité qu’il établisse d’abord une édition critique à partir de cet ensemble, avant de proposer une traduction et de se risquer à une interprétation. En l’état, la traduction est parsemée de points de suspension mis entre parenthèse sans qu’il soit possible de savoir à coup sûr si le traducteur abrège de son propre chef ou s’il a rencontré des difficultés de lecture. Lui-même truffe sa traduction de mots arabes mis entre parenthèses alors qu’un chapitre consacré à l’étude lexicale de ce compendium aurait plus utilement et plus subtilement informé le lecteur. La traduction constitue la Première partie de l’ouvrage ; son titre reprend les premiers éléments du sous-titre L’arrivée du café1 dans le monde arabe : une affaire d’État en 1511.

3Cette Première partie comprend elle-même un Avant-propos de douze pages qui, au regard de son contenu, aurait pu reprendre les derniers éléments du sous-titre, Naissance des intellectuels en islam, première étude. Peu attiré par la philologie et la codicologie, Farid Khiari l’est à peine plus par l’histoire (il réserve des phrases assassines à ce qu’il considère être la religion des faits du positivisme). Il préfère s’appuyer sur la sociologie et, armé de concepts empruntés à Max Weber (la hiérocratie), Ernst Cassirer (la relation) et Pierre Bourdieu (le champ), il élabore dans cet Avant-propos celui de « champ juridico-hiérocratique en islam sunnite », en envisageant de poursuivre sa réflexion dans des études ultérieures. Le socle de sa réflexion posé, il campe dès à présent la figure de ce qu’il appelle « l’intellectuel en régime sunnite », le faqih (pl. fuqaha ; généralement traduit par « juriste »). À partir de quoi, il essaie d’expliquer non seulement les polémiques qui ont entouré l’arrivée et la propagation du café dans la péninsule arabique aux XVe et XVIe siècles, mais aussi, par un mouvement régressif, la naissance progressive aux VIIIe et IXe siècles dans un milieu sunnite en formation des quatre madhâhib – ce qu’il traduit par « doctrines juridico-religieuses » –, ainsi que l’échec de l’école théologique la plus rationnelle de l’islam, le mu‘tazilisme au IXe siècle. Pourquoi pas ? À ceci près que, comme Khiari le note, ‘Abd al-Ghaffâr est malikite, qu’al-Jazîry, qui reprend le précédent, est hanbalite, que les soufis ont été les agents de cette nouveauté dans le dâr al-islâm et qu’al-Jazîry lui-même ne manque pas d’avancer que : « … les passions, dont il ne faut rien attendre de bon pour les musulmans… (p. 34 » ; ou : « Quand le fanatisme arrive au pouvoir, il aveugle les esprits (p. 51) ».

4La Deuxième partie, Controverses théologiques, d’une quarantaine de pages, rappelle les conditions dans lesquelles le traité d‘Abd al-Ghaffâr a été écrit et donne une paraphrase de celui d’al-Jazîry. Le café n’est mentionné dans aucune des sources fondamentales du droit musulman, qui, on le sait, impose à ses fidèles de strictes prescriptions alimentaires. Comment cette innovation, bid’a, a pu être finalement acceptée ? La réponse est d’autant moins évidente qu’en 1511, l’émir de la Mecque en avait interdit l’usage, à la suite de troubles publics provoqués par des affrontements entre les partisans et les adversaires de cette boisson, et non sans avoir pris l’avis des cadis, des fuqahâ, des sufis et même de deux médecins de la ville. Mais, averti de cette prohibition, le sultan prit un rescrit ambigu, qui relança le débat et offrit indirectement à Ibn ‘Abd al-Ghaffâr la possibilité d’intervenir.

  • 2  « D’abord sous la forme tabacco (1555), puis 1590, ensuite simplifié et francisé en tabac (1599), (...)

5La Troisième partie de quinze pages, Fatwa sur le tabac : un grand faqih, cadi du Caire, prend position, innove au regard des annonces faites par le titre et le sous-titre ; elle traite d’une autre bid’a de consommateur, en s’appuyant sur l’Avis salutaire aux frères pour éviter le tabac2 du malikite Ibrahim al-Luqqânî (1563-1668), que Khiari a retrouvé dans BnF, ms. arabe, 6084, f. 71r-72v. Ce texte a suscité des répliques, dont témoigne BnF, ms. arabe, 6399, f. 201r-218. On retiendra, parmi les « arguments » avancés par Ibrahim al-Luqqânî pour s’opposer au tabac, que ce produit vient notamment du « pays des chrétiens », où il « est arrosé avec du vin et aspergé de graisse de porc, pour les meilleures qualités (p. 156). »

6La Quatrième partie d’une vingtaine de pages, Le monopole du discours dominant en islam, reprend et développe la matière de l’Avant-propos de la Première, en s’interrogeant sur les notions d’umma (« la communauté musulmane »), d’ijmâ’ (« l’accord de la communauté musulmane en la personne de ses spécialistes juridico-théologiques ») et d’istiftâ’ (« la prophétie juridique »). J’ai repris entre parenthèse les définitions de l’auteur qui ne sont pas toutes reçues par les spécialistes. Sa démonstration serait plus aisée à suivre et peut-être plus convaincante si elle jargonnait moins. Exemple, entre bien d’autres possibles : « Le concept de champ renouvelle, à notre avis, notre approche de l’histoire de ces intellectuels musulmans et du champ construit par eux qui, très tôt, gagne en autonomie qui est consacrée pour de longs siècle avec l’échec du pouvoir politique dans sa tentative de le contrôler, en contrôlant les moyens de sa domination (p. 187) » ? Ne faut-il pas réécrire cette phrase pour approcher la pensée de son auteur ? La démonstration gagnerait aussi en crédibilité si elle acceptait de se confronter plus rigoureusement avec l’histoire. Le rattachement des problématiques des XVe et XVIe siècles à celles des VIIIe et IXe demanderait maintes nuances pour emportait la conviction. Il reste qu’au-delà de ses imperfections méthodologiques et stylistiques, Farid Khiari ouvre d’intéressantes perspectives sur le monde islamo-musulman. On ne peut que souhaiter le voir persévérer dans la même direction avec une maîtrise accrue.

Notes

1  Selon Alain Rey, dir., Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, s. v., le mot « café » est apparu en français vers 1600 ; il est emprunté au turc qahve, lui-même repris de l’arabe qahwa, initialement « avoir de l’aversion pour la nourriture ».

2  « D’abord sous la forme tabacco (1555), puis 1590, ensuite simplifié et francisé en tabac (1599), [ce mot] est emprunté à l’espagnol tabaco, lui-même déformation mal expliquée de tsibalt, mot de la langue des Indiens Arouaks d’Haïti où il désigne soit un ensemble de feuilles, soit l’action de fumer, soit surtout le tuyau de roseau dont ces Indiens se servaient pour aspirer la fumée. » (Rey, op. cit., s. v.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Farid Khiari, Licite, illicite ? Qui dit le droit en islam ? L’arrivée du café dans le monde arabe : une affaire d’État en 1511. Naissance des intellectuels en islam, première étude », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/8143

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org