Navigation – Plan du site

Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la Péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la Péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), préface de Robert Durand et Pierre Guichard, xxii-914 p., Madrid, Casa de Velásquez, 2004
ISBN 84-95555-72-7

Texte intégral

1Quelque six mille documents consultés, quelque mille sept cents publications référencées et au final un texte de près de mille pages : dans cette somme impressionnante, Philippe Josserand renouvelle avec bonheur une page de la Péninsule ibérique.

2La prise de Séville en 1248 marque un tournant décisif dans la Reconquista. Les ordres militaires diversement mêlés à cette aventure multiséculaire – ordres ibériques d’Alcántara, d’Avis, de Calatrava et de Santiago, et ordres à l’échelle de la chrétienté, ceux de l’Hôpital et du Temple – vivent à ce moment leur apogée, après quoi, ils entrent dans un long déclin. Telle est du moins la thèse depuis longtemps admise. L’intérêt de l’étude de Josserand est de distinguer la crise structurelle des années 1265-1330 de l’évolution des ordres, en se concentrant sur une période mal aimée de l’histoire de la Péninsule, celle qui commence avec l’avènement d’Alphonse X en 1252 et qui se termine avec l’arrivée de la dynastie des Trastamares en 1369. Il organise en trois parties sa démonstration, qui a la limpidité d’un théorème : les ordres ont évité le déclin en s’adaptant aux évolutions de leur environnement économique, social et politique.

3Dans sa première partie, Maintien et mutations. L’image des ordres militaires dans la société castillane, Josserand montre qu’en modifiant au profit de la seconde le rapport des deux composantes qui les constituent, religieuse et profane, les ordres militaires ont érigé leurs comportements en un modèle bien accueilli par la société et plus spécialement par la noblesse. Dans la deuxième, Les ordres militaires dans la société castillane. L’adaptation à une conjoncture nouvelle, il analyse les liens ambigus qui se tissent entre les ordres militaires et la noblesse. Les conflits quasi permanents entre les États chrétiens de la Péninsule justifient le maintien d’une activité militaire que l’arrêt momentané de la Reconquista semblait condamner. Cet état antagoniste endémique favorise le rapprochement des ordres et de l’aristocratie, avec des risques de nivellement profane que traduisent des infléchissements sinon des modifications institutionnelles (formation du système commanditaire, développement d’une économie rentière, affirmation du pouvoir du maître). Dans la troisième, En quête d’une soumission. Le pouvoir royal castillan et les ordres militaires, Josserand montre le contrôle que le pouvoir royal exerce progressivement sur les ordres militaires (présence de l’appareil monarchique dans la fiscalité et les juridictions, intervention dans la désignation des maîtres). Les ordres sont finalement intégrés à la logique nationale de la Castille. À travers cette série de changements, la Reconquista s’est prolongée en mettant les outils performants qu’elle avait forgés au service de la naissance de l’État moderne.

4On ne saurait mieux dire que les préfaciers, éminents spécialistes de la Péninsule : Josserand a su aller plus loin que ses devanciers « en procédant à de nouveaux recoupements, en formulant de nouvelles hypothèses, en engageant de nouvelles thématiques, pour aboutir à de nouvelles propositions ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la Péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/8093

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org