Navigation – Plan du site

Marta Madero, Tabula picta. La peinture et l’écriture dans le droit médiéval

Référence(s) :

Marta Madero, Tabula picta. La peinture et l’écriture dans le droit médiéval, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 162 p., 2004

ISBN 2-7132-1829-2

Texte intégral

1Sans le mentionner dans le présent ouvrage, même pas dans la bibliographie de huit pages qui le termine, Marta Madero reprend, en les étoffant et en les prolongeant, des passages entiers de l’article qu’elle avait fait paraître trois ans plus tôt : « Tabula picta. L’écriture, la peinture et leur support dans le droit médiéval », Annales HSS, 56, 2001, p. 831-847. On regrette de ne pas en être informé, ne serait-ce que pour pouvoir suivre l’évolution d’une recherche ; mais on ne se plaint pas de l’élargissement de celle-ci. De l’article au livre, la base documentaire s’est élargie sans que la méthode d’analyse change fondamentalement. Sont ainsi maintenant sollicités des textes scientifiques (Roger Bacon, Witelo), techniques (Eraclius, Théophile, Alberti, Cennino Cennini) et philosophiques (Thomas d’Aquin surtout mais aussi Duns Scot et Pierre d’Espagne), même si ces nouveautés n’occupent qu’une place restreinte dans l’ensemble de l’ouvrage. L’essentiel de la documentation repose toujours sur les œuvres des glossateurs et des commentateurs du droit romain des XIIe-XVe siècles, que l’auteur parcourt et analyse avec une remarquable constance et un sens peu commun de la nuance.

2En parlant du « support » de l’écriture et de la peinture, le sous-titre de l’article apportait une précision qui n’a pas été reprise dans celui du livre alors qu’elle renvoie à un élément essentiel des conceptions juridiques antiques et médiévales. Les romanistes ont reçu en héritage un corps de doctrine selon lequel le propriétaire du support a, en tant que tel, quelque légitimité à se considérer comme le propriétaire de l’œuvre une fois que le scribe ou le peintre ont terminé leur travail. Tout l’effort du droit commun classique, celui que les glossateurs et commentateurs des XIIe-XVe siècles élaborent, tend à reconnaître le droit des hommes de l’art sur leurs œuvres, sans que les pratiques de l’écriture et de la peinture aient un statut juridique identique. Pour suivre cette évolution, Marta Madero reprend les catégories majeures du droit antique et en suit les infléchissements médiévaux : dominium, accessio, specificatio, ferruminatio, adplumbatio, praevalentia, etc. ; elle relève aussi les catégories juridiques créées par le médiévaux : factae et infectae. Qu’elles soient anciennes ou récentes, ces catégories n’ont plus de secret pour elle, et son lecteur peine à la suivre dans les méandres de ses descriptions juridiques. Il reste qu’à la suite de leurs prédécesseurs antiques et qu’au-delà de leurs approches multiples du problème posé, les juristes médiévaux élaborent leur analyse en essayant d’ordonner les choses et les êtres pour les penser dans leurs dissemblances et ressemblances, dans leur distinction et réunion, avec, à l’horizon de ces préoccupations, une interrogation sur la matière, ses processus de manifestation et ses modes d’existence. En dépit des rivalités entre les écoles juridiques médiévales, une tendance lourde se dessine : la reconnaissance de la spécificité du travail réalisé par le scribe ou par le peintre et l’acceptation de leur revendication à se considérer comme les propriétaires non seulement des lettres et des images ainsi réalisées mais aussi des supports sur lesquels ils les ont réalisées. L’évolution sémantique de « tabula » est significative de cette évolution : initialement panneau de bois ou de métal, ou toile tendue sur un châssis, le mot en vient à désigner par métonymie l’œuvre picturale elle-même. Le contenu a triomphé du contenant et l’artisan s’est métamorphosé en artiste.

3Le livre est dépourvu d’Index, ce qui, étant donné sa richesse documentaire, est bien fâcheux. L’auteur aurait pu penser aux historiens de l’art intéressés par la matière dont elle traite ; des notices biographiques consacrées aux nombreux juristes qu’elle étudie auraient facilité la lecture. Tel qu’il se présente ce livre austère n’en est pas moins passionnant.  

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marta Madero, Tabula picta. La peinture et l’écriture dans le droit médiéval », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/8073

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org