Navigation – Plan du site

Sylvie Crogiez-Pétrequin (dir.), Dieu(x) et hommes. Histoire et iconographie des sociétés païennes et chrétiennes de l’Antiquité à nos jours

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Dieu(x) et hommes. Histoire et iconographie des sociétés païennes et chrétiennes de l’Antiquité à nos jours. Mélanges en l’honneur de Françoise Thelamon, textes réunis par Sylvie Crogiez-Pétrequin, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2005, 688 p.

ISBN 2-87775-393-X

Texte intégral

1Le volume réunit quarante et une communications distribuées en trois sections, Christianisme et auteurs chrétiens, Sociabilités et Lectures d’images, à l’intérieur desquelles elles sont ordonnées selon la chronologie. Cet ensemble est précédé par trois textes consacrés à la personne et à l’œuvre de la destinataire des Mélanges : un Testimonium amicorum dû à la responsable du volume, son itinéraire intellectuel rédigé par Paul Paumier et sa bibliographie.

2Quelques communications traitent du Moyen Âge. Dans la première section Jean-Pierre Leguay retrace l’évolution de cet îlot de germanité arienne que fut l’éphémère royaume suève (410-585) dans une « Hispania appauvrie et traumatisée » et, enjambant les siècles, Catherine Vincent édite les Statuts de la confrérie Notre-Dame fondée en 1380 dans la paroisse Saint-Didier de Poitiers, qu’elle hausse au rang de modèle : par l’intermédiaire des confréries, l’évêque consolide son pouvoir. Dans la deuxième, Aude-Marie Doucet dessine, à partir du testament de Gherardesca da Caprona et de son codicille, le réseau de sociabilité de Pise à la fin du XIIIe siècle et Jean-Louis Roch montre les enjeux de préséances dont les processions des métiers furent l’occasion dans les villes de l’Italie padane et dans quelques villes anglaises. Dans la troisième enfin, Anne-Marie Flambard Héricher retrouve les fonctions du château de Ganne et de ses dépendances à partir de fouilles archéologiques éclairées par des documents d’archive, tandis que Lydwine Scordia confronte l’une des enluminures du Livre des trois aages de Pierre Choisnet à la politique fiscale de Louis IX.

3Le médiéviste aurait tort de s’en tenir aux communications qui relèvent directement de sa discipline. Même dans une optique étroitement médiévale, les contributions qui touchent aux temps évangéliques et patristiques ne sont pas à négliger : elles montrent le renouvellement en cours d’anciennes questions qui n’est pas sans incidence sur les siècles ultérieurs. J’en retiendrai quelques-unes. Marie-Françoise Baslez jette un regard neuf sur les rapports des premiers chrétiens avec L’autre écriture (la désignation alors usuelle du futur Ancien Testament) : « La Bible des chrétiens n’apparaît pas très différente de celle des juifs de la Diaspora, même si elle est relue et réinterprétée à la lumière de la révélation christologique. » Bernard Bouderon éclaire avec minutie la constitution possible du corpus apologétique attribué à Justin, en se référant aux courants antagonistes qui ont agité la jeune chrétienté. La figure du poète Commodien sort quelque peu transformée de l’étude de Jean-Michel Poinsotte, qui démonte au passage quelques interprétions abusives. Jean Bouffartigue dresse un parallèle suggestif sur La diversité des nations et la nature des hommes vues par l’empereur Julien et par Cyrille d’Alexandrie. Annick Martin et Yves-Marie Duval prolongent avec bonheur le travail que Françoise Themalon avait naguère réalisé avec sa thèse sur Rufin d’Aquilée, l’un en comparant les buts poursuivis par Rufin et Théodoret de Cyr dans leur Histoire ecclésiastique respective, l’autre en essayant de cerner les relations pour le moins complexes de Rufin et de Jérôme. Brigitte Beaujard restitue l’institution des « hôpitaux » à l’époque mérovingienne, qui a laissé bien peu de vestiges archéologiques, et montre en quoi elle rompt avec la tradition antique.

4À la lecture de ces pages, l’histoire apparaît comme une discipline qui, forte de ses précédents et assurée de sa méthode, est en perpétuel renouvellement.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Sylvie Crogiez-Pétrequin (dir.), Dieu(x) et hommes. Histoire et iconographie des sociétés païennes et chrétiennes de l’Antiquité à nos jours », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/8003

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org