Navigation – Plan du site

Al-Farghânî, On the Astrolabe. Arabic Text Edited with Translation and Commentary by Richard Lorch

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Al-Farghânî, On the Astrolabe. Arabic Text Edited with Translation and Commentary by Richard Lorch, Munich, Franz Steiner Verlag, 2005, VIII-448 p.

ISBN 3-515-08713-3

Texte intégral

1Voilà l’édition critique d’un texte scientifique, al-Kâmil fî san ‘at al-asturlâb d’al-Farghânî daté des années 856/7, comme on aimerait en voir fleurir beaucoup !

2L’édition est précédée par une Introduction (p. 1-19) qui couvre en douze points tout ce qu’il est nécessaire de savoir avant d’en commencer la lecture en connaissance de cause. 1. Un aperçu sur la technique astrolabique ; 2. Un aperçu sur la vie et l’œuvre d’al-Farghânî ; 3. Les inscriptions portées sur l’astrolabe décrit par al-Farghânî ; 4. La forme et le style du Kâmil ; 5. Les prédécesseurs d’al-Farghânî ; 6. Des éclaircissements sur la manière dont al-Farghânî a déterminé la valeur de l’obliquité de l’écliptique ; 7. L’observation par al-Farghânî de l’étoile la plus lumineuse de la constellation du Cocher, α Aurigae, et l’importance de celle-ci dans la détermination de la précession des équinoxes ; 8. La place de l’arithmétique et de la trigonométrie dans le Kâmil ; 9. La présentation de deux textes ultérieurs basés sur le Kâmil (l’un anonyme de 1283/4 ; l’autre signé par al-Bakhâniqî, du XIVe siècle) ; 10. La description succincte des neufs manuscrits contenant le Kâmil ; 11. Les conventions éditoriales adoptées ; 12. Les symboles mathématiques utilisés.

3Suit la partie principale du livre (p. 21-377). Elle contient sur les pages paires l’édition critique du Kâmil d’al-Farghânî et sur les impaires la traduction en anglais. Des tables en occupent la moitié (p. 116-293), avec les mêmes conventions : sur les pages paires, elles sont rédigées en caractères arabes et sur les impaires, elles le sont d’après les caractères occidentaux. Toutes ont été vérifiées.

4L’ouvrage se poursuit avec trois appendices (p. 379-397) : 1. Les variantes les plus conséquentes dans trois des cinq manuscrits retenus ; 2. Le colophon des neufs manuscrits ; 3. La critique qu’Ibn al-Salâh a adressée au début du XIIe siècle au Kâmil. Avant de conclure avec la bibliographie (p. 443-447), l’éditeur a pris soin de rédiger un résumé mathématique du traité (p. 399-442). Le lecteur pressé peut se contenter de lire ces pages pour apprécier le niveau atteint par al-Farghânî au IXe siècle – un niveau que, s’agissant de l’astrolabe, les Latins n’atteindront pas avant le XIIe siècle.

5Il reste aux pisse-vinaigre qui prétendent que la langue arabe ne manie pas avec aisance les abstractions à s’enfermer quelques jours dans leur bureau avec ce livre sous les yeux pour revenir à des sentiments plus chrétiens. Et pour remercier Richard Lorch de leur avoir dessillé les yeux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Al-Farghânî, On the Astrolabe. Arabic Text Edited with Translation and Commentary by Richard Lorch », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/7933

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org