Navigation – Plan du site

Johanna Maria van Winter, Spices and comfits. Collected papers on medieval food

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Johanna Maria van Winter, Spices and comfits. Collected papers on medieval food, Totnes, Prospect Books, 2007, 440 p.

ISBN 978-1-903018-45-3

Texte intégral

1L’alimentation, les arts de la table et la culture gastronomique du Moyen Âge suscitent un vif intérêt dans l’historiographie contemporaine. En France, les travaux de Bruno Laurioux (Une histoire culinaire du Moyen Âge, Champion, 2005 ; Manger au Moyen Âge : pratiques et discours alimentaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Hachette, 2006, 1re éd. 2002) et ceux d’Alban Gauthier (Le Festin dans l’Angleterre anglo-saxonne, Rennes, PUR, 2006) sont des références en la matière. En Italie, bien qu’ils franchissent les limites du Moyen Âge, les réflexions de Massimo Montanari (Il cibo come cultura, Rome, Laterza, 2006, 1re éd. 2004), rédacteur en chef des Cahiers de l’Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation, Food & History, publiés chez Brepols, sont incontournables.

2Moins connus, sauf peut-être des spécialistes de la question, demeurent les travaux de Johanna Maria van Winter, professeur à l’Université d’Utrecht. On ne peut que saluer alors cette initiative éditoriale, qui réunit dans un seul volume la plupart de ses travaux, offrant ainsi un instrument précieux pour l’ensemble de la communauté scientifique. Une bibliographie particulièrement exhaustive de sa production scientifique est proposée à la fin du volume. La dernière référence date de 2006 : « Sugar, Spice of the Crusaders », Mediterranean Food, Concepts and Trends, éd. P. Lysagth et N. Ritting-Beljak, Zagreb, 2006, p. 301-309. On regrettera malgré tout l’absence d’une bibliographie générale sur la question qui aurait pu très bien accompagner cette bibliographie personnelle et qui aurait été un instrument utile pour le lecteur.

3L’ouvrage réunit vingt-huit articles publiés entre 1971 et 2006. Le grand intérêt de l’ouvrage tient à deux raisons essentielles. D’une part, J. M. van Winter fut l’une des premières à s’intéresser à la question de l’alimentation médiévale à un moment où l’historiographie n’était pas encore très séduite par des thèmes qu’elle jugeait périphériques et de faible intérêt scientifique. Elle a donc joué un rôle d’initiatrice en donnant petit à petit ses lettres de noblesse à l’alimentation et à la gastronomie entre Moyen Âge et époque moderne. D’autre part, on ne peut que se réjouir de voir ici réunis des textes à l’origine dispersés dans de nombreux ouvrages et revues, parfois difficiles d’accès. Un certain nombre d’articles ont d’ailleurs bénéficié d’une mise à jour notamment pour ce qui concerne les références bibliographiques. Un article parmi les 28 proposés, cela mérite d’être souligné, était à ce jour inédit. Il s’agit du dernier de la liste qui vient clore le volume, le vingt-huitième : « Medieval Opinions about Food and Drink in Connection with Bathing ». Tous les textes ont été aussi harmonisés avec une même mise en page et une même police, ce qui rend la lecture plus agréable. Un grand travail de traduction été également accompli : des textes, rédigés à l’origine en néerlandais, ont été traduits permettant ainsi une lecture plus facile. Avis malgré tout aux polyglottes, l’ensemble de l’ouvrage compte des contributions en anglais, en allemand et en français (un seul article : « Un livre de cuisine néerlandais du XVIe siècle »). Certains textes, notamment ceux en allemand, sont suivis d’un petit résumé en anglais, mais ce sont des exceptions. À l’heure d’une Europe en expansion, voilà une belle invitation à multiplier ses propres connaissances linguistiques…

4Quelques critiques peuvent être néanmoins avancées quant à l’économie générale de l’ouvrage. Les contributions qui y sont rassemblées sont de nature très disparate et leur valeur est assez inégale : ainsi, à des articles généraux et à des notices encyclopédiques font suite des articles de fond. Les contributions plus anciennes n’ont bénéficié d’aucune mise à jour, ce qui les rend désormais dépassées. On constate aussi quelques incohérences et répétitions inutiles. Un seul exemple : l’article en français sur un livre de cuisine néerlandais du XVIe siècle est suivi d’un article en anglais sur le même sujet, article d’ailleurs plus récent que le premier.

5Mis à part ces quelques remarques, il faut reconnaître à l’ensemble de l’ouvrage des qualités indéniables qui tiennent à la richesse des problématiques traitées et des réflexions proposées par l’auteur. Les articles sont organisés autour de quatre grandes parties. Dans la première, intitulée « Medieval Food Habits », l’auteur propose un excursus général sur les habitudes culinaires au Moyen Âge en soulignant par ailleurs les influences interrégionales et arabes dans la cuisine européenne. Dans une deuxième partie, « The Netherlands and their Neighbours », JMVW initie le lecteur aux traditions et particularités gastronomiques des Pays-Bas (Hollande et Gueldre), région qu’elle affectionne particulièrement et qu’elle connaît bien. Dans un troisième temps, « Fasting and Feasting », il est question de l’art du banquet et du festin (par exemple le cas des festivités lors d’un mariage à la cour de Hollande en 1369) à travers l’étude de ses significations politiques, anthropologiques et sociales. Des analyses sont aussi proposées sur les pratiques du jeûne bien connues dans le monde monastique et ascétique. Un article invite quant à lui à s’intéresser de près aux caractéristiques de l’alimentation dans les pays de l’Europe du Nord où le poisson était particulièrement à l’honneur. Dans la quatrième et dernière partie, « Food and Health », l’auteur s’intéresse au rapport existant entre alimentation, médecine et santé. Elle étudie la fonction, les usages et les spécificités de différents produits comme le cannabis, les pommes de terre, le sucre et même la salade verte utilisée dans les régimes diététiques à la Renaissance.

6Au final, le lecteur découvre donc un livre riche et stimulant qui condense la réflexion menée pendant quelques décennies par J. M. van Winter sur l’histoire alimentaire et les pratiques gastronomiques. Malgré des différences notables quant à la valeur scientifique de certains articles, malgré quelques répétitions qu’on aurait pu éviter, malgré quelques analyses aujourd’hui dépassées, l’ouvrage demeure un instrument précieux au service de tous ceux qui s’intéressent à un thème cher aujourd’hui à l’historiographie médiévale. Point de départ pour de nouvelles recherches et de nouveaux questionnements ou tout simplement ouvrage de référence, ce livre est une belle fenêtre sur un monde « où il fait faim ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Johanna Maria van Winter, Spices and comfits. Collected papers on medieval food », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/7823

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org