Navigation – Plan du site

Le Roman de Tristan en prose, tome V, publié sous la direction de Philippe Ménard, éd. de Christine Ferlampin-Acher

Damien de Carné
Référence(s) :

Le Roman de Tristan en prose, tome V, publié sous la direction de Philippe Ménard, éd. de Christine Ferlampin-Acher, Paris, Champion (CFMA 153), 2007, 600p.

ISBN 978-2-7453-1526-7.

Texte intégral

1La publication des versions principales du Tristan en prose est enfin achevée. Initiée il y a un peu plus de vingt ans avec la parution du tome 1 de la version publiée chez Droz, qui reprenait le roman là où l’édition de Renée L. Curtis et le manuscrit de Carpentras qu’elle avait choisi l’avaient laissé, l’entreprise trouve son terme avec le cinquième et dernier volume de l’édition de V.I, fondée sur le ms BNF fr. 757 – et ce après neuf volumes pour V.II.

2Une édition complète du Tristan en prose, qui considérerait (successivement ?) toutes les versions de l’histoire (au moins quatre) et tous les témoins manuscrits (plus de 80 volumes ou fragments) serait une entreprise impossible, et son hypothétique résultat impubliable, à tout le moins inconsultable, comme le disait déjà Philippe Ménard dans son premier volume. Certes, des manuscrits atypiques mériteraient d’être offerts au public, et, par exemple, l’édition de la fin alternative du ms BNF fr. 24400, de très grande qualité littéraire, est attendue avec impatience. Mais, comme avec la publication du tome 9 de V.II en 1995, et plus complètement peut-être cette fois-ci, une étape a été franchie. Car rien n’a autant nui à ce texte, à l’époque moderne et sous la plume de ses critiques, que de manquer d’une édition critique qui permette de l’embrasser raisonnablement. Et si, aujourd’hui, les études médiévales reviennent, aux dépens de l’édition critique, au(x) manuscrit(x), au texte réinséré dans son paratexte et son contexte originels et variables, dans le cas du Tristan les études ne peuvent guère se passer d’un texte de référence – au sens littéral – au moins pour les deux versions principales, premières chronologiquement. Il faut donc applaudir le terme de cette longue entreprise.

3Le volume final de l’édition se distingue par la qualité et la densité de son commentaire littéraire, tant dans l’introduction littéraire (p. 72-108) que dans les notes de fin de volume (p. 529-564). Ce n’est pas une nouveauté dans l’édition collective tristanienne, mais c’est un point particulièrement précieux pour ce volume, dont le contenu est intéressant ou original à plus d’un titre, et appelait un travail éditorial conséquent pour débrouiller et commenter les points de comparaison avec la version du manuscrit 2542 de la Bibliothèque Nationale de Vienne éditée chez Droz, les rapports avec les autres passages du roman ou les sources possibles d’un épisode.

4En effet, le texte couvert par ce dernier volume contient cet étrange épisode de la discorde de Tristan et Lancelot, consécutif au duel entre Lancelot et Brunor « déguisé » en Tristan. Nulle part ailleurs dans les deux versions principales la rivalité entre les deux héros n’en vient à cette extrémité. À cette péripétie exclusive s’ajoute cet autre intérêt qu’est la comparaison rendue plus aisée entre les passages correspondant à la Quête du Graal dans cette version du Tristan, dans V.II, et dans la Post-Vulgate, afin de continuer à réfléchir sur la hiérarchie historique de ces trois textes.

5L’étude du texte et de la langue est menée de façon claire (p. 11-61). L’éditrice explique systématiquement ses interventions et leurs raisons. Elle propose un classement des erreurs probables que rencontre la lecture du manuscrit de base. Les manuscrits de contrôle sont décrits avec soin. Le manuscrit de base est comparé prioritairement au bon manuscrit BNF fr. 1628.

6Regroupées en fin de volume, les variantes (p. 459-527) font, comme dans tous les volumes du Tristan, un choix nécessaire. Cela n’empêche pourtant pas l’accès aux variantes les plus importantes, y compris en termes de volume (cf. p. 494-495 et 495-497).

7On trouvera dans le Glossaire (p. 573-594) quelques formes particulières comme nergiz, sescont,  servige, voe..., ou des graphies qui voient s remplacer un plus attendu c (sertes, seenz...).

8L’Index des noms propres est exemplaire, qui donne non seulement toutes les formes des noms, mais également la référence de tous les endroits du texte où ils apparaissent.

9La bibliographie est heureusement sommaire (p. 109-113) : rappelons que tous les volumes des deux versions ont leur propre bibliographie ! Celle-ci se concentre sur les passages et les thèmes présents dans le texte couvert par ce volume. Elle est actualisée par rapport aux volumes précédents.

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Le Roman de Tristan en prose, tome V, publié sous la direction de Philippe Ménard, éd. de Christine Ferlampin-Acher », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/7793

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org