Navigation – Plan du site

Béatrice Perez, Inquisition, pouvoir, société. La province de Séville et ses judéoconvers sous les Rois Catholiques

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Béatrice Perez, Inquisition, pouvoir, société. La province de Séville et ses judéoconvers sous les Rois Catholiques, Paris, Champion, 2007, 639p.

ISBN 978-2-7453-1628-8.

Texte intégral

1Le livre de Béatrice Perez, aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Rennes II, est issu d’une version remaniée de sa thèse de doctorat consacrée à la question des judéoconvers dans l’Espagne de la fin du Moyen Age et du début de l’époque moderne, un contexte marqué par une lente mais effective solidification monarchique orchestrée surtout par le roi Ferdinand. À partir d’un dépouillement systématique des sources royales, inquisitoriales et municipales, l’auteur s’attache à saisir, dans le cadre des villes de la Basse Andalousie occidentale (Séville, Jerez de la Frontera et Cordoue), le processus, engagé par l’Inquisition, visant à l’exclusion des Juifs convertis au christianisme des sphères du pouvoir municipal en procédant ainsi à une réorganisation profonde du pouvoir urbain. C’est donc l’histoire complexe et passionnante de la mise aux marges de la société d’un groupe social touché par une programmatique et sévère politique de ségrégation.

2Le point de départ de cette étude qui mobilise une quantité et une variété de sources impressionnantes est une liasse de la section Contaduria Mayor de Cuentas, extraite des papiers comptables du Grand Trésorier des Rois Catholiques, Alonso de Morales, et conservée dans les archives de Simancas. On y recense, pour les années 1494-1496, la liste des judéoconvers enregistrés par les tribunaux. Mais le choix du cadre géographique n’est pas uniquement justifié par ces sources. C’est dans la province de Séville, en effet, qu’est fondé le premier tribunal de l’Inquisition placé sous l’autorité du pouvoir central. C’est une région politiquement marginale qui connaît de fortes tensions entre pouvoirs locaux et pouvoir monarchique. C’est encore à Séville que la cathédrale met en place des statuts de pureté de sang qui accentuent une opposition marquée entre « vieux chrétiens » au sang pur et « nouveaux chrétiens » au sang impur.

3Il s’agit donc d’une tentative réussie de démontrer les caractéristiques et les conséquences politiques, sociales et économiques de l’activité inquisitoriale dans le sud de l’Espagne. La dimension religieuse quant à elle n’est pas au cœur du propos de l’auteur, ce qui s’explique surtout pour des raisons matérielles, vu que dans la plupart des sources interrogées cette dimension est relativement absente (p. 14, p. 101 et p. 125).

4La réflexion de BP s’organise en deux volets : d’abord, elle s’attache à montrer que l’inquisition devient un instrument efficace au service d’un nouveau programme monarchique  qui vise à l’expansion de son influence politique et fiscale ; ensuite, elle s’intéresse plus spécifiquement aux judéoconvers en tant que groupe social qu’elle décrit dans ses propres contours socio-économiques.

5Une première partie est donc consacrée à l’inquisition comme instrument d’un nouveau programme politique émanant du pouvoir central. La réalité andalouse et ses spécificités sont ici à l’honneur. En effet, bien souvent, les conseils municipaux, aux mains de puissantes maisons ducales et de quelques représentants de l’oligarchie locale, ressemblent à de minuscules seigneuries autonomes et particulièrement hostiles à l’intervention du pouvoir royal (p. 23). La lecture des actes capitulaires de Jerez de la Frontera, sources de premier plan, mais bien souvent avares de détails, permet de saisir les rivalités et les luttes intestines qui ont opposé les gouvernements locaux et l’Inquisition mandatée par les rois. La défense des intérêts des judéoconvers par les municipalités locales apparaît alors comme l’expression d’une résistance face à l’interventionnisme royal. Les tribunaux de l’Inquisition avaient été en effet chargés, en 1484, de récupérer les biens de judéoconvers qui devaient être versés dans les caisses royales alors qu’ils avaient été, en revanche, récupérés par d’éminentes familles chrétiennes locales dans le but de ne pas disperser ce patrimoine.

6L’affaire de Jerez de la Frontera permet à BP de mettre en évidence le fait que l’Inquisition a été capable, dans le cadre de sa mission et en dépit de la résistance à laquelle elle s’est heurtée, d’établir des alliances précieuses avec des familles hidalgas en mal de puissance. Progressivement, en perturbant de l’intérieur l’équilibre des forces municipales, l’Inquisition a réussi à enclencher un processus de renouvellement des élites locales fondé sur l’éviction des judéoconvers du monde politique. Ce processus est d’autant plus visible à Séville où les judéoconvers sont frappés, à cause de leur impureté de sang, d’une incapacité légale et politique, ce qui les éloigne des responsabilités qu’ils pouvaient avoir au sein du gouvernement municipal. Exclus, ils sont remplacés par des proches du pouvoir royal et leur situation économique est sévèrement affaiblie, car, comme pour les hérétiques, ils sont privés de leurs biens et leur patrimoine. Cette politique de confiscation des biens, menée d’arrache-pied par l’Inquisition est sans doute le meilleur moyen pour les marginaliser complètement.

7C’est alors qu’une deuxième partie de l’ouvrage, sans doute la plus complexe, car très technique, est dédiée à l’étude du fisc inquisitorial et à l’établissement d’un trésor royal indépendant en procédant à l’analyse pointilleuse des comptes-crédits et comptes-débits. À partir de ces documents, une base de données a été établie qui seule permet de prendre la mesure du fonctionnement de la comptabilité inquisitoriale et du problème de la rentabilité des tribunaux. Ce qui resurgit de la documentation, c’est que l’Inquisition fonctionne comme une puissante institution de collecte de fonds au service des Rois Catholiques (p. 341). BP remarque alors que « jusqu’en 1498 au moins, l’Inquisition n’est qu’une institution perceptrice au service de la Couronne : elle abandonne l’intégralité des revenus que génère son activité, elle est privée d’autonomie et inféodée à l’administration royale, et à ce titre elle fonctionne tel un rouage supplémentaire du système financier polysynodal de la monarchie » (p. 351). En soutien de la politique royale, l’Inquisition s’ajoute donc à la Santa Hermandad dont l’efficacité était mal en point. La Sainte Fraternité avait le rôle de favoriser la cohésion des villes en les soumettant au pouvoir royal et en administrant une justice expéditive dans le but d’éradiquer la violence sociale et de réprimer le banditisme seigneurial (une longue note à p. 352 est dédiée à cette institution).

8Après avoir souligné le rôle de l’Inquisition dans la modification des réalités politiques locales, après avoir analysé les rouages financiers et fiscaux des tribunaux inquisitoriaux, BP, dans la troisième et dernière partie de son ouvrage, se consacre à l’étude détaillée du groupe social des judéoconvers en s’intéressant tout particulièrement aux aspects économiques et sociaux qui les concernent. La question posée est celle de savoir si les judéoconvers n’ont pas été indirectement les victimes d’un conflit, celui entre la royauté et les puissances locales, qui au fond ne le concernaient guère. Afin de répondre à cette interrogation, l’auteur envisage de mettre en lumière à la fois leur poids démographique, leur puissance financière et leur rôle socio-économique au sein de la société. Les enquêtes menées notamment dans la documentation sévillane ont permis de montrer que les judéoconvers constituent un groupe très dynamique et bien représenté au sein de la société urbaine : on compte un peu moins de 2500 foyers judéoconvers dans la ville, ce qui en gros équivaut à un foyer sur cinq (p. 416). La plupart de ces foyers se trouvent concentrés dans des quartiers situés au sud de la cité. Les registres des tribunaux mentionnent presque systématiquement le métier de chaque judéoconvers. Il est donc possible d’avancer quelques constatations intéressantes. En général, la majorité des judéoconvers exerce un métier dans le secondaire, surtout les métiers textiles et liés au traitement du cuir. Leur niveau de vie en général est plus qu’honnête (p. 462). Artisans, commerçants, marchands, ils sont aussi nombreux à avoir investi dans la terre, ce qui s’explique bien sûr par la volonté de s’enrichir, mais aussi d’atteindre un honneur et une promotion sociale encore profondément liée à la possession foncière, ce qui leur permet alors d’être représentés dans les instances municipales (p. 520).

9BP, au terme d’un travail passionnant, a su proposer une démarche originale et courageuse qui, grâce notamment au croisement de sources de nature différente, a permis de saisir les spécificités politiques, sociales et économiques des judéoconvers au prisme de la mise en place par le pouvoir royal des premiers tribunaux de l’Inquisition. Elle a su montrer, dans un livre dense, riche et d’une grande qualité scientifique qu’à partir de sources a priori ingrates, comme celles des comptes et des délibérations communales, on peut reconstituer une histoire vivante, une histoire non seulement politique ou économique, mais aussi une histoire du quotidien d’hommes et de femmes. C’est une démarche courageuse qu’il faut saluer, car elle est fondée sur un dépouillement extraordinaire de sources inédites que BP a su croiser, confronter et mettre en parallèle en maîtrisant une méthodologie précise et convaincante et en faisant preuve d’une rigueur scientifique remarquable. Tout lecteur ne peut qu’en sortir enrichi et enthousiaste, avec la conviction que le travail minutieux et patient dans le silence et la poussière des archives se doit d’être toujours à la base du vrai métier d’historien.

10Si les analyses et les démonstrations de BP nous ont pleinement convaincus, nous voudrions en conclusion insister sur quelques qualités supplémentaires de son livre. Il comprend une riche bibliographie, la traduction des documents d’archives exploités par l’auteur, de nombreuses, riches et très utiles annexes (elle a par exemple réalisé des tableaux synthétisant les données sur les métiers des judéoconvers condamnés par le tribunal de Séville ; sur les sommes récupérées par l’Inquisition de la condamnation des judéoconvers pour financer l’entreprise maritime vers les Indes ; ou encore sur la répartition des judéoconvers dans la ville de Jerez de la Frontera ; etc.), d’innombrables cartes (on regrettera simplement que les indications de lieux soient écrites en trop petits caractères comme, par exemple, p. 256), des plans et des graphiques. Autant de documents qui sont des outils indispensables à la compréhension du sujet et qui confirment encore une fois le côté magistral de cet ouvrage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Béatrice Perez, Inquisition, pouvoir, société. La province de Séville et ses judéoconvers sous les Rois Catholiques », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/7773

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org