Navigation – Plan du site

Christine Ferlampin-Acher, Denis Hüe (dir.),Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

Damien de Carné
Référence(s) :

Christine Ferlampin-Acher, Denis Hüe (dir.),Lignes et lignages dans la littérature arthurienne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 308p.

ISBN 978-2-7535-0398-4.

Texte intégral

1Conformément à l’habitude prise par les organisateurs des colloques arthuriens bisannuels de l’Université de Rennes, ce volume des PUR regroupe les actes de celui qui s’est tenu en octobre 2005. Après une introduction de Christine Ferlampin-Acher qui situe les unes par rapport aux autres les problématiques adoptées, le volume, qui contient plus d’une vingtaine de communications et que clôt une bibliographie pluridisciplinaire allant à l’essentiel, s’organise en trois parties : « Failles, faillite et fatalité du lignage : de l’absence à l’invention » ; « Le lignage et sa représentation : entre histoire, mythes et mentalités » ; enfin, « Transmission de la parole et génétique textuelle ».

2La première partie s’attache aux dysfonctionnements lignagers. M.-M. Castellani au sujet des fils de Gauvain dans deux romans en vers (« Au nom du père. Paternité et lignage dans la Première Continuation et Le Bel Inconnu », p. 23-33) et A. Berthelot sur la « lignée » Uter/Merlin-Arthur-Mordret (« De Merlin à Mordret, enfants sans pères et fils du diable », p. 35-45) mettent en évidence les problèmes de construction du personnage posés par la bâtardise, M.-M. Castellani s’intéressant en particulier à la dénomination plus ou moins empêchée de la filiation. Au problème spécifique du nom, F. Plet consacre des pages éclairantes qui montrent, à l’aide d’un relevé qui emprunte à toutes les époques du roman médiéval, la diversité des solutions adoptées par les romanciers pour baptiser les enfants illégitimes (« Comment nommer un bâtard arthurien ? », p. 57-71). J.-M. Pastré se penche sur la généalogie pour le moins chargée de Marc et Tristan dans le Tristan en prose (« Le passé éclaire le présent : les ascendants du héros dans le Tristan en prose », p. 47-56), S. Albert sur celle, plus héroïque, de Guiron dans Guiron le Courtois, ce qui l’amène cependant à soulever l’intéressante question de la représentation d’un personnage récurrent des parties « gauloises » des romans arthuriens : le roi Pharamond de Gaule (« Brouiller les traces. Le lignage du héros éponyme dans Guiron le Courtois »p. 73-84). D. James-Raoul clôt cette partie avec le lignage de Cornouailles mis en place, de façon parfois paradoxale, dans Silence (« L’illustre lignage de Cornuälle dans le Roman de Silence », p. 85-98) et réfléchit à l’importance de l’appartenance de l’auteur lui-même, du moins tel qu’il se présente, à cette lignée de Cornuälle.

3Les sept communications de la deuxième section passent progressivement de l’étude des aspects pour ainsi dire « phénoménologiques » de la représentation du lignage à des tentatives de description ou d’explication qui impliquent mémoire et significations mythiques. Dans la première contribution (« Étude pragmatique des relations langagières entre les chevaliers des lignages du roi Lot et du roi Ban : évolution entre La Mort le roi Artu et le Tristan en prose », p. 101-113), C. Denoyelle décrit des aspects langagiers spécifiques à ces deux lignages, observés lors de situations de crise des romans considérés. L’évolution mise en évidence de l’un à l’autre de ces deux romans montre un renforcement des contrastes qui distinguent les habitus langagiers de chacun des lignages. L’objet de la communication suivante (J. Pourquery de Boisserin, « Guiron le Courtois : le lignage et sa représentation iconographique dans l’épisode de la caverne », p. 115-126) est la diversité des représentations dans les miniatures de la visite de Brehus dans la caverne qui renferme la dépouille de Fébus et qui sera pour le lecteur l’apprentissage de l’ascendance de Guiron (cf. ci-dessus, la contribution de Sophie Albert). R. Trachsler examine la marque des lignages dans les notices individuelles de l’armorial du ms BNF fr. 12597 (« Un air de famille. Observations sur les armoriaux arthuriens », p. 127-138). Ses remarques tendent à montrer que, passée la première impression d’extrême précision, le travail du rédacteur se révèle assez superficiel. Mélangeant pour les portraits physiques des données récurrentes qu’il ventile d’un personnage à l’autre (la même remarque est valable pour l’illustrateur de Paris, Arsenal 4976), le rédacteur n’a cherché ni à serrer au plus près les traits épars dans les textes, ni à unifier les lignages autour de particularités héréditaires – l’héraldique seule joue ce rôle. L’impression générale est celle d’un aplanissement des caractéristiques individuelles qui permette de présenter les héros de la façon la plus consensuelle possible, en étouffant au maximum les rivalités lignagères dont les romans se faisaient pourtant le théâtre.

4C’est à présent l’histoire qui passe au premier plan, avec l’article de C. Daniel (« Les généalogies arthuriennes des rois d’Angleterre au xve siècle », p. 139-152), qui récapitule les étapes de la légitimation arthurienne des rois d’Angleterre, moins d’ailleurs dans le but de rivaliser avec la dynastie de France que d’asseoir pour de bon la domination anglaise sur la Grande-Bretagne. J.-L. Benoît (« Yonec, une nouvelle vengeance du fils de la veuve ? », p. 153-164), convoquant une longue tradition mythique, propose de lire le lai de Marie comme une manifestation – involontairement tendancieuse de la part de la poétesse – de la pensée initiatique et gnostique selon laquelle, comme cela est symbolisé dans le schéma type de ce conte, il y a un « dieu bon » que son fils doit venger d’un « dieu mauvais ». À sa suite, K. Ueltschi conjoint histoire et mythe pour expliquer le double rapport entre d’une part Arthur et Hellequin, d’autre part cette dualité démoniaque et Henri II, volontiers considéré comme « diabolique » par les chroniques de l’époque (« Le Premier Roi ou le Fils Méhaignié. À propos d’Arthur, d’Hellequin et des Plantagenêts », p. 165-172). La brève mais fort intéressante réflexion d’A. Saly sur « Lignage et virginité » (p. 179-184) relit certains personnages de vierges arturien(ne)s à la lumière du principe mythique selon lequel la préservation de la virginité est dans certaines circonstances un gage de fécondité – ceci en partie afin que l’on cesse de voir un défaut narratif dans l’existence d’une descendance à certains personnages « vierges ».

5La troisième partie se concentre sur la dimension métatextuelle de la représentation du lignage, qui représente souvent la descendance textuelle ou la fertilité de la parole. M. Séguy (« La parole est d’argent. Transmission lignagère et transmission discursive dans le Roman de Silence d’Heldris de Cornuälle, p. 187-203), S. Douchet (« Paroles du père au fils. Généalogie et filiation littéraire dans la Continuation de Wauchier de Denain », p. 231-244) et F. Gingras (« Les fils de Gauvain et l’héritage du roman médiéval », p. 271-284) montrent comment la constitution d’un lignage ou la représentation de ses crises témoignent d’une esthétique romanesque, F. Gingras distinguant à ce sujet « fructification », « dilapidation » et « répudiation » de l’héritage arthurien. Les contributions de B. Wahlen (« Le Bon Chevalier sans Peur, Brunor, Dinadan et Drian : un lignage détonnant », p. 205-218, sur le Tristan, Guiron et Ysaÿe le Triste), M. Szkilnik (« Méraugis, l’homme sans père », p. 293-302, sur Méraugis de Portlesguez, le Tristan et la Post-Vulgate), M. White-Le Goff (« Quand la légende du purgatoire de Saint Patrick s’aventure en terrain arthurien », p. 259-269, sur cette légende et Perceforest) et D. Buschinger (p. 285-292, sur Le conte du Graal et Parzival). détaillent la façon dont la construction d’un lignage informe sur la perception d’un hypotexte. Un peu à part de ces deux directions, H. Bouget dessine à merveille les « Haine, conflits et lignages maudits dans le cycle de la Post-Vulgate » (p. 219-230), et H. Tétrel évalue le rôle des différentes sources du Hauksbók islandais, et en particulier du « cycle troyen-breton » dans la fondation historiographique d’une « noble antiquité scandinave » (« Filiations improbables du cycle troyen-breton en Islande », p. 245-258).

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Christine Ferlampin-Acher, Denis Hüe (dir.),Lignes et lignages dans la littérature arthurienne », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/7763

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org