Navigation – Plan du site

Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou (XIe-XIIe siècles). Avatars sculptés d’une figure mythique

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou (XIe-XIIe siècles). Avatars sculptés d’une figure mythique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 180p.

ISBN 978-2-7535-9496-7

Texte intégral

1Solène Daoudal, aujourd’hui vitrailliste, a étudié l’histoire de l’art et l’archéologie à l’Université de Nantes. Son livre est le résultat d’un travail de maîtrise primé en 2006 par l’association Mnémosyne, association qui œuvre pour le développement de l’histoire des femmes. Il faut saluer ce genre d’initiative qui offre l’opportunité de publier des travaux de maîtrise, lorsqu’ils font preuve d’excellence, les rendant ainsi accessibles à un plus large public.

2L’auteur nous invite, à travers une étude ample, bien documentée et rigoureuse, à approcher la figure de la sirène dans l’art roman poitevin entre le XIe et le XIIe siècle. Le thème de la sirène a depuis longtemps intéressé les spécialistes de l’art médiéval et a bénéficié d’études importantes auxquelles l’auteur ne manque pas de rendre hommage et de se référer au cours de ses propos. Parmi les travaux les plus importants, rappelons le livre de Jacqueline Leclercq-Marx, La Sirène dans la pensée et dans l’art de l’Antiquité au Moyen Âge. Du mythe païen au symbole chrétien, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997 ; et le livre de Loredana Mancini, Il rovinoso incanto. Storie di sirene antiche, Bologne, Il Mulino, 2005. Bien que profondément redevable aux études qui l’ont précédé, le travail de SD ne manque pas d’originalité. L’ensemble de cette riche réflexion est organisé en cinq grands chapitres : « Pour une approche anthropologique de l’image » ; « Du territoire à l’inventaire : la constitution d’un corpus » ; « Enquête historique : datation et attributions » ; « De l’image et de ses métamorphoses » ; « La muse et l’artisan ». En partant d’un corpus étoffé de trente-sept sculptures disséminées dans la région poitevine, elle dresse d’abord un inventaire iconographique d’un grand intérêt, car elle procède avec minutie à la localisation des œuvres dans le territoire, à leur datation ainsi qu’à la description de leurs particularités formelles. Ces dernières font l’objet d’interprétations fécondes sur le rapport entre choix formels et cadre ornemental, ce qui conduit l’auteur à remarquer que souvent le décoratif tend à détourner le figuratif. L’ouvrage de SD est donc avant tout un instrument précieux pour quantifier, localiser, inventorier les œuvres. De nombreuses illustrations sont proposées au fil des pages, permettant ainsi de se familiariser visuellement avec les cas qu’elle étudie. On peut donc contempler de magnifiques spécimens de sirènes : celle du portail de Saint-Hilaire de Poitiers, par exemple, celle du portail occidental de Saint Pierre d’Aiffres, ou encore celle de Saint Pierre de Chauvigny. Un seul regret peut être formulé : il tient à la qualité des reproductions en noir et blanc qui est parfois bien décevante. Des cartes et des tableaux sont aussi présents dans l’ouvrage, permettant ainsi de disposer d’un aperçu synthétique et précis de la richesse des œuvres et de leur emplacement.

3Solène Daoudal ne se contente pas heureusement d’identifier et de dresser un catalogue d’exemples. Elle procède avec intelligence et minutie à l’analyse formelle des différents types de sirènes qui peuvent être classées dans deux catégories principales : les sirènes-poissons, dont le thème se développe surtout à partir du VIIe-VIIIe siècles, et les sirènes-oiseaux, dont l’origine est plus ancienne. En évoquant les origines païennes du monstre, elle souligne les évolutions du thème dans l’iconographie médiévale, procédant ainsi à une étude anthropologique qui dépasse les cadres d’une simple histoire de l’art. À l’approche anthropologique et philosophique est dédiée d’ailleurs une grande partie de l’ouvrage où l’auteur s’attache à expliquer, dans le détail, le symbolisme lié à l’hybridité de ce monstre. Des suggestions très stimulantes sont avancées notamment sur la récupération, la réinterprétation et le traitement d’un motif païen par l’art médiéval. À côté des images, SD fait appel aussi à de nombreuses sources textuelles, replaçant ainsi le thème de la sirène dans la culture et la pensée théologique du temps. Elle fait preuve d’une grande culture (la bibliographie et les ouvrages cités en sont une preuve indéniable, même si on peut regretter quelques oublis, comme les travaux de Hans Belting sur l’art roman qu’elle semble ignorer) et d’une curiosité intellectuelle étonnante qui malgré tout la conduit, surtout dans la première partie de l’ouvrage, à laisser libre cours, peut-être trop souvent, à une surabondance de citations savantes. Les auctoritates que SD interpelle sont nombreuses : Aby Warburg, Erwin Panofsky, Giorgio Agamben, Hegel, Freud, etc. À croire que c’est là un défaut des jeunes chercheurs.

4Le motif de la sirène apparaît comme profondément protéiforme et chargé d’une grande ambiguïté : démonisée, la sirène finit par être érotisée ; elle suscite la merveille entre attirance et répulsion ; au-delà de ses fonctions apotropaïques, elle participe à la stigmatisation des vices qui accablent l’humanité. Selon Honorius d’Autun, par exemple, la sirène incarne trois vices majeurs : l’orgueil, la cupidité et la luxure.  

5Le Moyen Âge , en privilégiant la figure de la sirène-poisson, l’associe à la féminité. En effet, si sur onze sirènes-oiseaux, neuf sont des mâles, une féminine et une de sexe indéterminé, sur les vingt-six exemplaires à forme de poisson, vingt-deux sont féminines, deux masculines et deux de sexe indéterminé. Le triomphe de la sirène-poisson qui incarne, dans une ostentation figurative, le processus de séduction féminine montre que l’ambivalence originelle du monstre est soumise au cours de l’époque romane à une moralisation certaine. C’est alors que se font face, au même moment, deux figures profondément dialectiques : la sirène et la Vierge Marie.

6Le livre de Solène Daoudal est, on le rappelle, un précieux outil : il s’agit certes d’une étude régionale, mais par la richesse des analyses et par l’approche théologico-anthropologique, l’auteur réussit à dépasser l’étude de cas et à fournir les instruments conceptuels et formels indispensables à la compréhension générale d’une figure mythique et fantasmagorique qui a marqué l’imaginaire et la culture du Moyen Âge. À travers toutes ses métamorphoses, cette figure inscrit, dans le langage de la pierre, une présence qui au sein de l’espace ecclésial fait et produit du sens. Au fond, la sirène fascine et trouble le regard. Tout en occupant une place certaine, comme d’ailleurs les autres monstres (pensons au tympan de Vézelay), dans la création divine, elle incarne en parallèle l’image de l’altérité absolue qui dénonce et stigmatise pour mieux convertir, sans doute. Laissons à Christiane Klapisch-Zuber, auteur d’une belle préface au livre de S. Daoudal, résumer, en quelques mots, l’un des plus grands mérites de cet ouvrage, celui « de montrer comment ces bricoleurs qu’étaient les sculpteurs, artistes de la pratique, ont conjugué leur science de la composition, des contraintes architecturales et des normes stylistiques du décor roman avec les stimulations d’une image toujours jeune ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou (XIe-XIIe siècles). Avatars sculptés d’une figure mythique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/7703

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org