Navigation – Plan du site

Aliscans, texte établi par Claude Régnier, présentation et notes de Jean Subrenat, traduction revue par Andrée et Jean Subrenat

Gabrielle Lafitte
Référence(s) :

Aliscans, texte établi par Claude Régnier, présentation et notes de Jean Subrenat, traduction revue par Andrée et Jean Subrenat, Paris, Champion (CCMA 21), 2007.

Texte intégral

1La dernière édition d’Aliscans chez Honoré Champion reprend le texte établi par Claude Régnier pour l’édition parue en 1990 déjà chez Champion, mais dans la collection Classiques Français du Moyen Age, avec quelques rares corrections signalées en note. Le manuscrit de base retenu pour cette édition était le manuscrit Paris, BNF fr. 1449, appartenant à la famille dite A. Le présent ouvrage offre une traduction française, œuvre de Jean et Andrée Subrenat, en regard du texte en ancien français, ainsi qu’un important apparat critique. En effet l’ouvrage, après l’exposition de la tradition manuscrite, du choix du texte et de la présentation, fournit une analyse de la chanson et de ses personnages et une bibliographie sélective. Après le texte viennent en annexe la liste des vers empruntés à d’autres manuscrits, les corrections effectuées, un appendice proposant à titre complémentaire des passages d’autres manuscrits et par conséquent non édités avec le texte, sans traduction ; enfin un glossaire, différent de celui publié par Claude Régnier car répondant également aux nécessités d’une édition bilingue, et un index des noms de personnages (incluant les chevaux et les épées) et de lieux.

2Le texte en ancien français est présenté en colonnes, numéroté en continu à gauche du texte de quatre vers en quatre vers, mais dans la colonne de droite on trouve la correspondance avec la numérotation d’autres éditions (Régnier et La Halle), ce qui facilite bien sûr grandement la recherche de références. Le texte français est présenté en paragraphes, avec rappel entre crochet du numéro du vers final. Les laisses sont indiquées, en chiffres romains dans le texte ancien et arabes dans la traduction.

3De fait, l’édition et la présentation sont extrêmement claires – même si, pour un lecteur profane, il aurait peut-être été plus logique de trouver l’analyse du texte avant celle des personnages, mais c’est un détail – et très complètes. L’ouvrage répond bien au souci de vulgarisation érudite qu’affiche la collection qui le publie.

4Aliscans appartient au cycle de Guillaume d’Orange. Aliscans, ou l’Archant, est le nom dans la chanson d’une plaine près d’Orange où se déroule la terrible bataille, qui ouvre le texte, contre les Sarrasins venus tenter de reconquérir la ville. Les Français subissent une dure défaite, Guillaume perd tous ses chevaliers et son neveu Vivien, qui avait juré de ne jamais reculer devant l’ennemi et est en fait le héros de cette bataille. Le comte doit s’enfuir et rejoint Orange d’où, sur les conseils de son épouse Guibourc, il repart demander l’aide du roi de France, Louis, son seigneur. Celui-ci accueille fort mal Guillaume, ainsi d’ailleurs que la reine qui est pourtant la sœur du héros, et ainsi que toute la cour qui manifeste une parfaite ingratitude. Mais heureusement l’arrivée des Aymerides – Aymeri, le père de Guillaume, Hermenjart sa mère, et ses frères – arrange la situation sur le point de dégénérer : Louis s’excuse et offre le soutien d’une armée de dix mille hommes, qu’il ne conduira pourtant pas lui-même, et les Aymerides aussi annoncent qu’ils se porteront au secours de Guillaume. Apparaît alors le personnage de Rainouart, qui sera de fait le héros de la dernière partie : d’une force énorme, ce jeune homme, acheté à des marchands, d’origine sarrasine, sert aux cuisines du roi quand Guillaume le remarque et le demande à Louis. D’un aspect sauvage, d’autant plus violent qu’il est sans cesse en butte aux moqueries, peu éduqué, Rainouart se fabrique une arme à sa mesure, un tinel, énorme massue taillée dans le tronc d’un pin et qu’il est seul à pouvoir soulever. C’est avec ce tinel qu’il accomplira ses premiers exploits lors de la seconde bataille de l’Archant. Finalement, il s’avérera qu’il est le frère de Guibourc. Tous deux sont enfants de Déramé, l’émir assiégeant d’Orange. C’est une particularité d’Aliscans : par la présence de Guibourc et Rainouart dans le camp français, la lutte contre les Sarrasins est aussi une lutte fratricide. Rainouart devra d’ailleurs affronter plusieurs membres de sa famille. Finalement, les Français se rendent maîtres de l’Archant et rentrent festoyer à Orange, mais Guillaume oublie d’inviter Rainouart. Celui-ci quitte la ville en rêvant de vengeance, jusqu’à ce que Guibourc les réconcilie. Rainouart sera alors baptisé, armé chevalier, et épousera Aélis, nièce de Guillaume et fille du roi Louis. La chanson se termine sur l’annonce de l’installation du jeune couple sur les terres que leur a données Guillaume, de la future naissance de Maillefer qui coûtera la vie à sa mère et des futurs exploits de Rainouart et de son lignage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Lafitte, « Aliscans, texte établi par Claude Régnier, présentation et notes de Jean Subrenat, traduction revue par Andrée et Jean Subrenat », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/7663

Haut de page

Auteur

Gabrielle Lafitte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org