Navigation – Plan du site

Grégoire le Grand, Le Pastoralet. Traduction médiévale française de la Regula Pastoralis. Édition critique du manuscrit 868 de la Bilbiothèque municipale de Lyon, édition en vis-à-vis du manuscrit Cotton Vitellius F VII de la British Library de Londres, publié par Martine Pagan

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Grégoire le Grand, Le Pastoralet. Traduction médiévale française de la Regula Pastoralis. Édition critique du manuscrit 868 de la Bilbiothèque municipale de Lyon, édition en vis-à-vis du manuscrit Cotton Vitellius F VII de la British Library de Londres, publié par Martine Pagan, Paris, Champion, 2007 [CFMA, 154], 585 p.

ISBN 978-2-7453-1534-2

Texte intégral

1La collection CFMA semble s’orienter de plus en plus vers les traductions, un choix qui nous paraît tout à fait intéressant et qui porte, cette fois-ci, sur la traduction d’un texte patristique, ce qui ne va pas de soi. Les textes des Pères de l’Église ont connu un nombre très réduit de traductions vernaculaires, ce qui ne manque pas de nous surprendre, vu le rôle de premier plan qu’ils ont joué dans la civilisation médiévale et vue la quantité et la circulation de leurs manuscrits latins.

2De fait, la traduction des textes patristiques constitue aujourd’hui un domaine de recherche très peu exploré. Voici donc le premier mérite – et ce n’est certainement pas le seul – de cette édition érudite.

3Malgré sa diffusion, la Regula Pastoralis, écrite par le pape Grégoire le Grand à la fin du VIe siècle, n’a jamais été traduite intégralement en français médiéval : le texte présenté ici sous le titre de Pastoralet (les mss. proposent de différentes leçons, Pastourel, Pasturel, Pastoral, Pastouriau), est la traduction de la troisième des quatre parties du traité. Il s’agit de la partie la plus volumineuse, dans la mesure où elle comprend  quarante chapitres, contre les onze de la première, les onze de la deuxième et le chapitre unique qui constitue la quatrième partie. Le traducteur français se contente de traduire trente un chapitres. Il ne s’agit donc pas d’un texte monumental et la taille de ce volume CFMA, comprenant 585 pages, tient principalement à la richesse de l’étude introductive.

4Martine Pagan (MP) propose tout d’abord une brève présentation du texte latin (disponible dans la collection Sources Chrétiennes, n° 382), et de l’histoire de sa réception médiévale, présentation qui sera largement approfondie par la suite. À l’instar des autres œuvres de Grégoire le Grand (Commentaire sur le Livre de Job, Dialogues), la Regula Pastoralis a eu une diffusion très large qui a intéressé la Chrétienté tout entière. Des nombreux écrivains latins, piliers de la culture du haut Moyen Âge, de Bède le Vénérable, à Alcuin à Pierre Lombard font des allusions, plus ou moins explicites à cet ouvrage, considéré comme un véritable « manuel de prédication » ainsi que comme speculum (p. 20).

5L’étude des sept manuscrits contenant l’ouvrage et de leurs rapports occupe une partie importante de l’introduction. MP fait preuve d’une excellente rigueur philologique et méthodologique. Pour le classement des manuscrits, elle ne se contente pas d’un relevé complet des erreurs et des variantes, mais insiste sur leurs datations, sur les traits linguistiques et surtout sur les rapports de parenté des recueils dans lesquels se trouve le texte. Voir le stemma codicum à p. 73.

6Le choix du manuscrit de base, pour l’édition, noté A (Lyon, BM 868 (773)) est fondé sur des arguments solides et vient se greffer sur la question de l’origine de la traduction et de la commande, qui est traitée à son tour avec prudence et subtilité. Dans le prologue, le manuscrit A cite Blanche de Navarre. Le ms. contient la traduction des Vitae Patrum, étudiées par Paul Meyer et datées avant 1229 (mort de Blanche). Le texte du Pastoralet, par son écriture, montre que la copie n’est pas antérieure à 1260 : selon MP il s’agirait donc probablement de la copie d’un original composé du vivant de Blanche. Après avoir suggéré la supériorité de cette copie sur les autres témoins, MP revient sur l’importance de la présence de la Vie des Pères dans le même recueil, en présentant brièvement le contexte culturel de la cour de Champagne et la comtesse Blanche. Même si les deux textes ne sont pas issus de la plume du même traducteur – car le rapport avec la source latine est très différent –, l’étude linguistique fait penser à « deux originaux conçus dans le même foyer linguistique » (p. 78). Entre les deux textes, il existe même des rapports intertextuels, la Vie des Pères renvoyant explicitement au « pastorel » de Grégoire le Grand. Ces indices, que MP traite avec une extrême prudence, lui font penser que la traduction a été réalisée probablement sur demande de Blanche de Navarre, par un clerc de son entourage, eux environs des années 1215-1220.

7Les questions relatives à l’origine, à la commande et au contexte de réalisation de la traduction sont reprises plus loin dans l’introduction (pp. 180-189), dans des paragraphes qui suivent une progression modelée sur les sept questions de la rhétorique classique : quis ? quid ? ubi ? quibus auxiliis ? cur ? quomodo ? quando ? Le lecteur ne manquera pas d’apprécier la subtilité de l’éditeur, mais il aurait peut-être apprécié encore davantage un majeur effort de synthèse. Cela dit, toutes les argumentations et les hypothèses formulées par l’éditeur nous paraissent très solides et convaincantes.

8MP propose également un parallèle entre le sort des deux personnages historiques, Grégoire le Grand et Blanche de Navarre, les deux ayant été « arrachés » à la vie monastique et contrait de faire face à des importantes taches de « régents ». Elle suggère que la traduction de la Regula pastoralis comporte également un processus d’adaptation en vue de sa nouvelle réception : les conseils sur la gestion des sujets s’adressent désormais aussi bien aux « régents » cléricaux que laïques. Dans l’analyse du rapport entre texte – source et texte – cible (étude au niveau inter – lingual, pp. 158 suiv.), elle focalise son attention sur les termes liés au paradigme de regimen, ce qui lui permet de montrer, à l’aide d’une série de tableaux (pp. 169-179), le rôle central joué par ces termes dans le processus d’adaptation du texte.

9L’étude linguistique (pp. 81-96) est très approfondie. À côté des outils traditionnels, et notamment les études des dialectes de l’Est, du Nord-Est, des parles wallons, lorrains, bourguignons (Remacle, Bruneau, Philipon), MP a recours à des études plus spécifiques sur les traductions des ouvrages spirituels (Hasenohr, l’édition de la traduction du Cur Deus Homo d’Anselme de Cantorbery et le De arrha animae, d’Hugues de Saint-Victor par Pierre Crapillet).

10Dans l’exposition des principes d’édition, qui nous paraissent irréprochables, le lecteur pourrait réclamer une fois encore un majeur effort de synthèse de la part de l’éditeur, notamment au moment où elle décrit la graphie du manuscrit comme une « écriture bien formée, bien calibrée, posée », grâce à laquelle « il se dégage de la page une impression de sobre harmonie qui invite à pénétrer le texte » (p. 96). D’ailleurs, ce « débordement lyrique » n’est pas anodin, mais préfigure l’attention minutieuse que l’éditeur porte aux aspects graphiques et codicologiques du support, dont il sera question ci-dessous. Le manuscrit de Lyon présente, entre autres, un intérêt spécifique dans la mesure où il a été révisé par une seconde main qui se distingue très clairement de la main du copiste. Ces interventions sont signalées dans les commentaires de fin de texte. Les leçons rejetées sont signalées en bas de page ; elles sont accompagnées des sigles des manuscrits retenus et, éventuellement, de la leçon du texte latin. Les variantes des autres manuscrits sont situées en fin de texte. En face à l’édition MP propose l’édition du manuscrit anglo-normand G. La mise en page très soignée permet de confronter les deux textes, en édition synoptique, paragraphe par paragraphe.

11Le titre « Variété de traductions au niveau intra-lingual » (p. 104) ouvre la section la plus originale de cette introduction. MP propose tout d’abord une analyse minutieuse du travail du copiste du manuscrit de Lyon, en relevant, classant et interprétant toutes formes d’agglutinations, de segmentations de bout de ligne, de ponctuation, et en proposant une typologie des abréviations. Cette analyse est couronnée par une transcription imitative du ms de Lyon. MP part du présupposé que les interventions du copiste sont motivées par une « architectonique mentale » et que son travail « relève d’un transfert de l’ordre du métalangage » (p. 104-105). La copie serait donc le produit d’une tension entre le respect du manuscrit-source (l’original perdu) et un travail de construction de sens, une recherche de clarté, mais aussi de cohérence esthétique à offrir au lecteur. Selon MP, la disposition des fragments agglutinés et des segmentations témoigne d’une recherche (plus ou moins consciente) d’une harmonie dans la page manuscrite, harmonie qui repose sur la répartition des contrastes vides / pleins (p. 111). À la fin de son analyse, MP porte également à contribution l’aspect religieux du travail du copiste, qui a l’impression d’agir « sous le doigt de Dieu » et qui travaille principalement pour gagner le Paradis. MP conclut sur l’affirmation suivante : « on est convaincu qu’il se passe là quelque chose qui est de l’ordre de la célébration » (p. 115).

12Ce travail minutieux se situe dans un courant d’actualité. Les questions relatives à l’orthographe des copistes, reposant sur une savante interaction entre linguistique et codicologie retiennent de plus en plus l’attention des médiévistes et cette analyse présentée par MP apporte certainement une contribution importante en ce sens. Nous émettrons trois réserves marginales qui ne remettent pas du tout en cause la valeur et l’importance de ce travail. 1. Les études sur l’orthographe des copistes se concentrent généralement, à juste titre, sur des écrivains connus (voir les études sur Christine de Pizan, David Aubert etc.), ce qui permet justement d’approfondir les habitudes des copistes et de confronter plusieurs manuscrits entre eux. Ici, sauf erreur de notre part, il s’agit d’un copiste parfaitement inconnu et les conclusions tirées par MP ne nous paraissent pas toujours très satisfaisantes et ne justifient peut-être pas complètement un tel effort analytique. 2. L’analyse de l’orthographe et l’édition imitative d’un fragment du manuscrit s’adressant à un public très restreint, cette étude aurait très bien pu faire l’objet d’un article au lieu d’alourdir une introduction déjà très dense et approfondie, et construite parfois sur un mode rhétorique. 3. La technique utilisée pour l’édition imitative est quelque peu anachronique. MP a recours à des chiffres tantôt en exposant (2 pour r / er ; 9 pour us), tantôt dans le corps du texte (7 et 9, pour les signes tironiens) ; le signe de nasalisation est rendu par un accent circonflexe, les autres signes d’abréviation par des caractères surlignés. Au niveau graphique, le résultat n’est pas des plus heureux. Avec les moyens informatiques actuels il aurait été préférable de changer de fonte, de choisir un autre jeu de caractères et de proposer des véritables signes spéciaux. Cela aurait été possible dans une revue, spécialement dans une revue en ligne, mais aussi dans la collection CFMA. Nous pouvons personnellement témoigner que la rédaction de la collection est tout à fait ouverte à ce genre de solutions.

13S’ensuit l’analyse du travail du réviseur (p. 126) qui constitue un centre d’intérêt majeur. MP note immédiatement que celui-ci n’intervient ni sur la segmentation ni sur la ponctuation (visiblement, il avait d’autres préoccupations) mais plutôt sur la morphologie verbale et pronominale, sur la syntaxe et même sur le contenu. MP propose un relevé systématique de ces interventions en distinguant entre les corrections qui se retrouvent également dans les mss de l’autre famille (B et C) et celles qui ne concernent que le ms A et sa copie anglo-normande G.

14MP approfondit ensuite les questions de la traduction au niveau inter-lingual ce qui lui donne l’occasion de revenir sur le texte latin. Loin de se contenter de l’édition moderne, MP a pris la peine d’analyser les mss les plus anciens : cela lui permet d’affirmer que le choix de se concentrer sur la troisième partie repose entièrement sur le traducteur (p. 163). Comme nous l’avons dit, l’analyse des rapports entre la traduction et le texte source est très approfondie et témoigne d’une double compétence très solide.

15L’édition synoptique de A et G est suivie par un apparat réunissant les variantes des autres témoins, les renvois à l’édition du texte latin et les notes critiques. S’ensuivent un autre apparat de notes renvoyant aux Moralia in Job, la liste des références scripturaires présentes dans le texte, l’index scripturaire concernant l’édition, un index des noms propres et un lexique, focalisé sur les thèmes majeurs qui parcourent l’œuvre (p. 533). À chaque fois que le texte source le permet, MP indique entre crochets le terme latin correspondant et se préoccupe de situer ce terme dans son entourage sémantique.

16Il s’agit en somme d’un travail de grande valeur tant pour ses aspects linguistiques (voire micro-linguistiques) et philologiques, que pour le choix même du sujet. L’édition de MP constitue un jalon fondamental dans un domaine encore largement inexploré, à savoir la réception des Pères de l’Église en langue française.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Grégoire le Grand, Le Pastoralet. Traduction médiévale française de la Regula Pastoralis. Édition critique du manuscrit 868 de la Bilbiothèque municipale de Lyon, édition en vis-à-vis du manuscrit Cotton Vitellius F VII de la British Library de Londres, publié par Martine Pagan », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/7512

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org