Navigation – Plan du site

Milone di Saint-Amand, Vita Sancti Amandi Metrica, éd. Corinna Bottiglieri

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Milone di Saint-Amand, Vita Sancti Amandi Metrica, éd. Corinna Bottiglieri, Firenze, Sismel, edizioni del Galluzzo, 2006 [Millennio Medievale, 65, Testi 16], 230 p.

ISBN 88-8450-197-0

Texte intégral

1Voici l’édition d’une thèse qui a paru neuf ans après soutenance : vu la qualité du résultat, il nous est permis de croire que ces neuf ans ne se sont pas écoulés en vain. Il s’agit d’une édition érudite, très bien présentée, précédée d’une introduction approfondie et détaillée.

2C.B. présente d’abord le contexte de la production de l’œuvre, à savoir l’abbaye bénédictine de Saint-Amand – aujourd’hui dans le Nord-Pas-de-Calais, proche de la frontière avec la Belgique –, fondée autour de 639 qui, à l’époque carolingienne, était l’un des principaux centres cultures de la France du Nord. La plupart des manuscrits produits dans cette abbaye – comme le manuscrit de base pour l’édition – sont aujourd’hui conservés à Valenciennes, mais il suffit de citer la célèbre Seconde Bible de Charles le Chauve, conservée à Paris, BNF, lat. 2 et récemment présentée à l’exposition Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve (20 mars – 24 juin 2007) pour donner une idée de l’importance de son scriptorium. Un tableau chronologique des évènements culturels et politiques majeurs qui ont marqué l’époque de Charles le Chauve offre des repérages très utiles et complète cette mise en contexte introductive.

3Le texte participe de la célèbre renaissance carolingienne et s’inscrit dans un réseau culturel très précis. Dans plusieurs manuscrits, la Vie de saint Amand est suivie d’un petit poème, œuvre d’un certain Vulfhac, intitulé versiculi Vulfai in confirmatione operis (édité aux pp. 86-97). Ce poème exprime l’éloge du texte et évoque une série d’autorités monastiques et ecclésiastiques, parmi lesquelles on citera le célèbre Hincmar archevêque de Reims (de 845 à 882), qui s’associent aux louanges. C.B. note qu’il s’agit d’une pratique assez répandue à l’époque : ces vers d’accompagnement témoignent du fait que les œuvres s’inscrivaient dans un réseau précis d’auteurs et de lecteurs qui étaient souvent très proches les uns des autres. Nous pourrions ajouter, sous le contrôle des spécialistes de l’époque, que ces vers avaient également la fonction de légitimer, voire même d’authentifier l’œuvre hagiographique. Nous pensons notamment à la littérature visionnaire, très répandue dans le même milieu, où la citation des sources et l’appel aux témoins et aux auctoritates était une pratique courante. Plusieurs personnages très proches de Milon de Saint-Amand, notamment le suscité Hincmar de Reims et Wahlafrid Strabo, défini par C.B., à raison, comme « enfant prodige de la poésie carolingienne », en portent témoignage.

4Le texte hagiographique est précédé de deux « carmina figurata », dédiés à l’empereur Charles le Chauve. Il s’agit de deux poèmes conçus selon une architecture géométrique, qui s’offrent à une lecture à la fois horizontale (dans tout le corps du texte) et verticale (au long des colonnettes qui délimitent les figures géométriques). La reproduction des pages du manuscrit, présentée juste avant l’édition du texte (planches 2 et 3), permet de mieux apprécier ce petit chef d’œuvre rhétorique et codicologique qui, à son tour, s’inscrit dans une longue tradition remontant à Porphyre Optatien (IVe siècle) et Venance Fortunat (VI s.).

5C.B. retrace ensuite l’histoire du genre littéraire des Vies en vers, qui connaît son essor à partir de Paulin de Périgueux et Venance Fortunat, qu’on vient de citer, dont les Vies de saint Martin en hexamètres constituent les modèles fondamentaux pour les auteurs ultérieurs, notamment les auteurs anglo-saxon comme Aldelme de Malmesbury et Béde le Vénérable. C’est ensuite grâce à Alcuin d’York que le genre s’inscrit dans le contexte de la poésie carolingienne. Milon a travaillé à partir d’un texte en prose anonyme, la Vita sancti Amandi dicte prima, (seconde moitié du VIIIe siècle), même si un fragment d’une autre vie, plus ancienne, a été retrouvé récemment en 1976 : cette dernière a donc été baptisée Vita antiqua.

6La démarche de Milon est fortement pédagogique : sa voix apparaît en guise de réflexion et de commentaire, en brisant souvent le rythme de la narration. C.B. propose une liste exhaustive des interventions de l’auteur. Nous retiendrons surtout l’insertion d’un prologue en distiques élégiaques, qui se distinguent bien des hexamètres du corps du texte, selon une tradition très répandue dans la poésie chrétienne des origines, comprenant une série de lieux topiques de l’exorde.

7C.B. présente ensuite une analyse linguistique et stylistique qui nous paraît excellente et qui constitue un apport important à l’étude du latin carolingien, fondé principalement sur la langue de l’Antiquité tardive et des Pères de l’Église, avec quelques influences insulaires, mais qui s’enrichit aussi de nombreux échos classiques, notamment de Virgile au niveau rhétorique et d’Ovide au niveau métrique (cf. l’étude des hexamètres, p. LXXXV).

8L’analyse procède par groupes grammaticaux (adjectifs, substantifs, verbes) en distinguant entre les calques, les mots composés, les néologismes, les emprunts au lexique patristique, aux autres auteurs carolingiens, au grec. Ensuite, C.B. se penche sur les très nombreuses figures de style et finalement sur la versification. L’étude métrique est particulièrement approfondie et permet de mieux apprécier la qualité stylistique vraiment remarquable de cet ouvrage. S’ensuit la présentation et l’étude de la tradition manuscrite, constituée de quatre témoins contenant le texte intégral et un témoin lacunaire.

9L’apparat critique, situé en bas de page, présente les variantes des autres manuscrits et aussi les leçons de l’ancienne édition de L. Traube (MGH, Poetae III, 1896) ; les points de divergence entre les deux éditions sont ponctuellement discutés dans l’apparat des notes critiques. Toujours en bas de page, dans un étage inférieur, on peut lire le texte de la vie du saint en prose, tirée de l’édition de B. Krusch (MGH, Scriptores Rerum Merovingicarum, V, 1910).

10Le texte est suivi d’un riche apparat de notes critiques, d’une bibliographie et d’une série d’index : un index des manuscrits, un index des personnages, des auteurs et des œuvres anonymes citées, un index des noms géographiques, un index des sources, une liste des citations et références bibliques.

11Il s’agit d’une excellente édition qui est sans doute destinée à devenir une référence pour les études portant sur le latin carolingien.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Milone di Saint-Amand, Vita Sancti Amandi Metrica, éd. Corinna Bottiglieri », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/7482

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org