Navigation – Plan du site

Chrétien de Troyes (?), Guillaume d’Angleterre, Publication, traduction, présentation et notes par Christine Ferlampin-Acher

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Chrétien de Troyes (?), Guillaume d’Angleterre, Publication, traduction, présentation et notes par Christine Ferlampin-Acher, Paris, Champion, 2007 [Champion Classiques, Moyen Âge, 22], 291 p.

ISBN 978-2-7453-1646-2

Texte intégral

1Dans la couverture de ce volume, le nom de Chrétien de Troyes est situé sur deux lignes, si bien que le point d’interrogation n’intéresse que l’appellation géographique. Il s’agit d’un choix curieux, vu que l’éditeur, Christine Ferlampin-Acher (C.F.-A.) prend une position très nette, en refusant d’attribuer le roman au clerc champenois. Son prédécesseur, A.J. Holden avait fait de même, mais dans son édition l’appellation « de Troyes » n’apparaissait guère.

2Mis à part ce détail para-textuel, C.F.-A. aborde d’emblée la question de la datation et de l’attribution de l’œuvre, en rappelant que celle-ci « a fait couler beaucoup d’encre » (p. 11). Elle insiste sur l’altérité de ce roman par rapport à la production de Chrétien de Troyes en affirmant qu’il est certainement postérieur à son œuvre et s’inscrit « à la marge du monde arthurien, en témoignant d’un renouvellement du genre » (p. 7). En citant les travaux de Linda Gowans, elle invite à reconnaître même quelques éléments d’inspiration parodique.

3Après avoir proposé un résumé très détaillé de la narration, C. F.-A. approfondit la question de la relation entre le roman et son modèle principal, le récit hagiographique de la Légende de saint Eustache : si les points de continuité sont évidents, les différences intéressent principalement le dénouement de l’histoire. C.F.-A. attire l’attention, à juste titre, sur un motif narratif commun qui dans les deux versions du récit remplit une fonction complètement différente : le motif bien connu de la chasse au cerf. Si dans le cas de saint Eustache, le cerf christique intervient providentiellement, au début du récit, pour pousser le héros à la conversion, dans le roman il intervient au moment où Guillaume retrouve ses enfants et recouvre sa vie mondaine. Cette belle analyse aurait sans doute tiré profit de la connaissance des travaux de Carlo Donà, encore trop souvent ignorés par la critique française (cf. surtout Carlo Donà, Per le vie dell’altro mondo: l’animale guida e il mito del viaggio, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2003). Selon Donà l’animal guide, médiateur entre le monde des hommes et le monde « autre », conduit le héros à l’accomplissement de son destin. Or, comme le note C. F.-A. le destin du héros constitue précisément l’élément discriminant entre hagiographie et roman et ces deux épisodes liés au cerf coïncident avec deux moments-clé de leurs parcours respectifs. Dans le poème hagiographique, le cerf christique est le médiateur de la conversion et donc aussi la préfiguration du martyre. Dans le roman, le cerf mène le héros dans la direction opposée : celle de la réintégration dans la vie mondaine. Cette divergence va précisément dans le sens, suggéré par C. F.-A, d’un renversement de certains motifs traditionnels.  

4Les scènes de chasse, réelles ou oniriques, ont principalement un sens érotique et le cor assume également « une symbolique sexuelle puissante, en relation avec le désir du roi » (p. 29). C’est justement en retrouvant et rachetant le cor que le roi récupère son désir sexuel, retrouve la reine et réintègre sa position d’autorité. C. F.-A. reconnaît ici le modèle des romans qui reposent sur la « restauration d’un pouvoir royal ou seigneurial » (p. 22) et ne manque pas d’évoquer, à ce propos, Erec et Enide, qui est l’un des modèles médiévaux de ce genre et qui prend en cause également la symbolique de la chasse et du cor.

5Nous signalons, en passant, qu’Andrea Fassò a proposé également un tel rapprochement, dans son étude « Come in uno specchio. Songe et mensonge da Chrétien de Troyes a Jean de Meun », actuellement disponible dans Il sogno del Cavaliere. Chrétien de Troyes e la regalità, paru chez Carocci en 2005. Dans cette étude, Fassò insiste sur la continuité entre les deux romans, notamment entre le rôle joué par la chasse, et penche pour attribuer le Guillaume d’Angleterre à Chrétien de Troyes : ses conclusions vont donc dans la direction opposée par rapport à celle de C. F.-A., selon laquelle la production de l’auteur champenois se caractérise par une grande diversité et le fait d’utiliser deux fois le même motif serait contraire à ses habitudes. Au-delà de cette divergence, l’étude de Fassò aurait sans doute mérité d’être mentionnée.

6C. F.-A. poursuit son analyse en approfondissant la complexe situation familiale du protagoniste. Plusieurs indices suggèrent une faute ancestrale de la reine, notamment un adultère et un désir incestueux. C. F.-A. porte à contribution un grand nombre de sources, du roman antique (Apollonius de Tyr, Roman de Thèbes, Roman d’Eneas) au lai breton (le Lai de Frense de Marie de France) aux romans arthuriens tardifs (la Première Continuation du Conte du Graal). Elle insiste notamment sur la naissance des deux jumeaux, qui pourrait suggérer la présence de deux pères différents, et au différent traitement narratif des deux enfants. Son analyse, à la fois séduisante et convaincante, parvient à éclairer plusieurs points cruciaux du roman, considérés jusqu’ici comme contradictoires ou obscurs.  

7L’étude de la tradition manuscrite, comprenant deux seuls témoins, est précise et approfondie. C. F.-A. note que le contenu très différent des deux manuscrits contenant l’ouvrage est significatif de l’ambiguïté de sa réception : d’un côté le manuscrit C est une collection de poèmes pieux ; de l’autre, le manuscrit P comprend des œuvres didactiques et romanesques.

8C. F.-A. choisit d’éditer le manuscrit P, un choix qui se situe en antithèse avec celui de Holden, le dernier éditeur du roman. L’étude linguistique souligne les nombreux traits du Nord tout en mettant en évidence les flottements graphiques. Les corrections apportées au manuscrit de base sont signalées en bas de page. L’apparat des variantes est au fond du texte. L’apparat des notes au-dessous de la traduction. Le glossaire constitue un excellent complément de la traduction.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Chrétien de Troyes (?), Guillaume d’Angleterre, Publication, traduction, présentation et notes par Christine Ferlampin-Acher », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/7372

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org