Navigation – Plan du site

Manuel C. Díaz y Díaz, José M. Díaz de Bustamante (dir.), Poesía latina medieval (siglos V-XV)

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Manuel C. Díaz y Díaz, José M. Díaz de Bustamante (dir.), Poesía latina medieval (siglos V-XV), Florence, SISMEL/del Galluzzo, 2005, 1253 p.
ISBN 88-8450-058-3

Texte intégral

1Cet énorme volume, qui a bénéficié d’un excellent travail éditorial (à noter, la présence de quatre index fournis, qui facilitent la circulation dans la masse des contributions), rassemble les actes du IVe congrès de l’Internationales Mittellateinerkomitee qui s’est tenu à Saint-Jacques-de-Compostelle en septembre 2002, soit pas moins de 84 études, rédigées en six langues différentes et consacrées à la poésie médio-latine sous toutes les formes qu’elle a pu prendre du Ve au XVe siècle dans tous les pays d’Europe, dans ses manifestations les plus humbles (épigraphie, colophons) comme chez ses plus grands zélateurs, de Boèce à Philippe de Mézières en passant par Alcuin, Hildegarde de Bingen ou Gautier de Châtillon.

2Il n’est évidemment pas envisageable de résumer ici un ensemble aussi riche et divers ; signalons seulement au lecteur, en guise de rapide aperçu, qu’il pourra y trouver – dans un ordre que les éditeurs n’ont d’ailleurs pas cru bon d’éclairer – des études sur Sedulius (le Carmen paschale), Boèce, Isidore de Séville, Eugène de Tolède, Bède le Vénérable, Alcuin, Walafrid Strabon, Hrotsvita de Gandersheim, Pierre Alphonse (la Disciplina clericalis), Hildegarde de Bingen, Hildebert de Lavardin, Geoffroy de Vinsauf (la Poetria nova), Jean de Garlande, Gautier de Châtillon, Alain de Lille, Jean de Hauville, Guillaume le Breton (la Philippide), Philippe le Chancelier, Conrad de Mure, Philippe de Mézières… et aussi sur les Carmina Burana, le Stabat Mater, le Ruodlieb, le Liber Pergaminus, le Poema de Almeria, le Pervigilium Veneris etc. Il est question des genres les plus variés, d’hagiographie évidemment, de poésie lyrique, liturgique, hymnique, d’épopée et d’histoire, mais aussi de fable, de « comédie élégiaque », de psychomachie ou de débats ; ou encore de prosodie, de centonisation, des rapports entre vers et prose, entre théorie et pratique poétiques, entre les poètes médiévaux et leurs devanciers antiques (Bède et Virgile, Alcuin et Tibulle…), de la pratique du recueil, de tradition manuscrite, codicologie et colophons, d’épigraphie, de figures mythologiques et de topiques comme le Christus medicus ou la docta femina… A défaut de clore la liste des sujets abordés, on ne peut que constater, pour finir, la vitalité des études médio-latines en Europe, dont le présent volume constitue un impressionnant témoignage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Manuel C. Díaz y Díaz, José M. Díaz de Bustamante (dir.), Poesía latina medieval (siglos V-XV) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/6792

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org