Navigation – Plan du site

Tony Hunt, Miraculous Rhymes : The Writing of Gautier de Coinci

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Tony Hunt, Miraculous Rhymes : The Writing of Gautier de Coinci, Cambridge, Brewer (Gallica 8), 2007, 212p.

ISBN 978-1-84384-126-5

Texte intégral

1Sans être tout à fait l’étude de synthèse qui manquait encore il y a peu sur Gautier de Coinci (l’auteur le déplore justement p. 15, mais cette lacune est à présent comblée avec Gautier de Coinci. Miracles, Music, and Manuscripts, éd. K.M. Krause et A. Stones, Turnhout, Brepols, 2006), l’ouvrage de TH peut néanmoins en tenir assez bien lieu, quoique relevant d’une approche essentiellement stylistique des Miracles de Nostre Dame centrée sur les figures de l’annominatio, dont Gautier de Coinci fait un usage plus qu’abondant. Après une introduction constituant une utile mise au point bio-bibliographique, l’étude se divise en deux parties, la seconde se consacrant exclusivement aux faits de style tandis que la première s’intéresse à la structure des Miracles et se veut – comme TH le signale lui-même – plus accessible au non spécialiste. C’est un choix judicieux, qui permet non seulement de ménager une progression dans la précision et la technicité des analyses, mais aussi de mettre en évidence l’extraordinaire virtuosité d’écriture de Gautier de Coinci, qui éclate sur tous les plans de son œuvre.

2La première partie, tout simplement intitulée « The Writer and his Writing », comporte deux chapitres : le premier s’attache d’abord à décrire de façon globale la structure de la collection de miracles, répartie en deux ensembles, et l’évolution au cours du temps de ce plan, avant d’en venir aux caractéristiques structurelles des miracles en eux-mêmes, où TH constate notamment le rôle conclusif que joue l’annominatio ; de son côté le deuxième chapitre porte spécifiquement sur les différents prologues et épilogues des Miracles.

3Quant à la seconde partie, « The Web of Words » (toutes ces allitérations seraient-elles un modeste hommage à l’art de Gautier de Coinci ?), constituée de trois chapitres, elle se dévoue à l’étude proprement stylistique de l’œuvre, centrée sur l’annominatio, autrement dit les figures jouant sur l’étymologie et l’homophonie (paronomase, polyptote, rimes équivoques etc.). Le premier de ces chapitres s’intéresse essentiellement aux chansons insérées dans la trame des Miracles, qui se signalent par le recours aux mêmes ressources de l’annominatio, favorisant ainsi leur intégration harmonieuse à l’ensemble. Toujours très minutieuse, mais tournant parfois au catalogue, l’analyse se poursuit dans les deux chapitres suivants, qui sont consacrés l’un aux différentes fonctions de l’annominatio, outil rhétorique aux mains du satiriste et du moraliste (TH conclut que l’« annominatio can thus function as a binding agent which juxtaposes contrasts, or as an element of amplification which aids the development of an idea, whilst explicitly preserving a thematic continuity », p. 159), l’autre aux types remarquables de rimes rencontrées dans les Miracles (rimes suspendues, équivoques, intérieures etc.). En conclusion une comparaison entre les Miracles et la Vie des Pères, contemporaine mais dont la virtuosité est infiniment moindre, amène TH à s’interroger sur les origines d’une telle marque de fabrique, à relier certainement à la culture cléricale et latine de Gautier de Coinci.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Tony Hunt, Miraculous Rhymes : The Writing of Gautier de Coinci », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/6772

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org