Navigation – Plan du site

Mawy Bouchard, Avant le roman. L’allégorie et l’émergence de la narration française au 16e siècle

Denis Bjaï
Référence(s) :

Mawy Bouchard, Avant le roman. L’allégorie et l’émergence de la narration française au 16e siècle, Amsterdam-New York, Rodopi (« Faux titre », 280), 2006, 369 p.

ISBN 90-420-2005-9

Texte intégral

1La précision du titre annonce d’entrée de jeu les perspectives critiques retenues par notre collègue canadienne. À la poétique des genres, qui ne lui apparaît pas un outil de lecture pertinent pour aborder la production narrative de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, MB oppose les normes rhétoriques et surtout les présupposés théologiques qui, selon elle, inspirent alors les choix d’écriture : « iconoclasme » judaïque, relayé par les calvinistes, qui rejette a priori tout autre texte que la Bible ; « idolâtrie » (ou iconolâtrie) païenne, réactivée par les néo-cicéroniens, qui légitime et cautionne le verbe humain ; « iconophilie » chrétienne, dont se réclameraient les humanistes et qui fait de l’écriture une icone (sans accent, au sens grec de « ressemblance »), médiatrice entre l’homme et Dieu. D’où un parcours de lecture qui part de Guillaume Budé (chapitre I), avant d’analyser, chez Antoine de La Sale et Jean Marot, la conversion laïque des valeurs chrétiennes (ch. II) et leur abolition, au profit de l’ordre politique, chez Lemaire de Belges (ch. III) ; puis l’auteur(e) s’intéresse à la stratégie d’écriture déployée par Rabelais en vue d’atteindre simultanément diverses catégories de lecteurs (ch. IV), sans se limiter au public de cour seul visé par Les angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne et par les Amadis (ch. V) ; elle éclaire les enjeux d’une Franciade définie par Ronsard comme un « roman », non une histoire (ch. VI), et souligne enfin le caractère singulier des Tragiques, où le calviniste d’Aubigné renoue paradoxalement avec la tradition iconophile (ch. VII). La conclusion est à double volet : « 1) le statut théologique des œuvres constitue une préoccupation constante des récits jusqu’au milieu du XVIsiècle ; 2) le statut poétique proprement dit des œuvres devient une préoccupation et un problème au fur et à mesure que leur fonction et leur valeur théologiques s’atténuent » (p. 321). Elle était déjà formulée, pratiquement dans les mêmes termes, au seuil de l’ouvrage (p. 15).

2La thèse n’emporte pas totalement l’adhésion. Pour qu’elle soit davantage convaincante, il faudrait d’abord que la délimitation même du corpus soit mieux étayée. Après avoir récusé le terme roman pour lui préférer celui de narration en romant (p. 14) et les distinctions modernes entre genres pour prendre en considération « l’ensemble de la production narrative, du Moyen Âge au XVIe siècle » (p. 18), l’auteur restreint finalement son corpus d’étude à la période 1456-1616, de Jehan de Saintré aux Tragiques. À l’intérieur même de ce corpus, relativement disparate, on peut s’étonner que Jean Marot, pour ses Voyages de Gênes (mal orthographié Gènes) et de Venise, soit retenu à l’exclusion des autres rhétoriqueurs auteurs de prosimètres ; que les choix d’écriture de Rabelais soient mis en lumière à partir des seuls prologues du Gargantua et du Pantagruel, déjà tant commentés ; ou qu’inversement la problématique ronsardienne de l’épopée, entre roman et histoire, convoque autant les Hymnes et les Discours.

3La lecture même de certains auteurs et de certains textes, en vue de les plier à la démonstration, soulève question. Ainsi du « paganisant Ronsard » (p. 12), de « la prédilection de Ronsard pour la pensée païenne » (p. 270, n. 113), à peine nuancés par un renvoi au Ronsard and Biblical Tradition de Joyce Main Hanks : c’est faire peu de cas des travaux de Daniel Ménager, de son étude des Discours dans Ronsard. Le Roi, le poète et les hommes et de son article sur « Le Credo de Ronsard » (Parcours et rencontres. Mélanges Enea Balmas, Paris, Klincksieck, 1993, t. I, p. 459-470). Si l’on souscrit volontiers à l’idée que chez le Vendômois théorie et pratique de la poésie ne concordent pas toujours, on admet plus difficilement que « le discours théorique de Ronsard relève de l’imitation classique (mimesis rhétorique), alors que sa pratique d’écrivain ressortit à l’imitation de la Nature (mimesis philosophique) » (p. 242). Ne pourrait-on être tenté de soutenir l’inverse, que l’imitation de la nature (mimesis) prônée dans les préfaces passe précisément par la médiation des grands textes antiques (imitatio) ? C’est la leçon dispensée à l’apprenti poète dans la préface posthume de La Franciade : « Tu imiteras les effects de la nature en toutes tes descriptions suyvant Homere » (OC, II,Pléiade, p. 1172).

4Les textes ne sont pas toujours correctement cités, ni pertinemment commentés. Dès la première citation (au seuil du chapitre I, p. 29), tirée des Recherches de la France de Pasquier, on bute sur un « Charles Quint », pour « Charles le Quint » dans l’édition de référence, c’est-à-dire notre Charles V. Dans la première citation aussi de Jehan de Saintré (p. 77), « la noblesse des paiens » est à corriger en « … des parens », de même que « dans plus » en « sans plus » dans l’extrait de la préface d’Amelin (p. 227). Il faut rétablir, dans l’Hynne de l’Hyver de Ronsard, le vers « Elle a pour [son] sujet les negoces civiles » (p. 265) et corriger, pour d’Aubigné, le disgracieux « Mourrons, et en mourrant… » (p. 306). Certaines analyses, approximatives, témoignent d’une lecture trop rapide. Ainsi ce jugement : « ‘La Franciade œuvre laborieux’ et ‘poste de louanges’ est tout sauf une tâche facile et plaisante. Elle nécessite de longues années de travail […] » (p. 257). Si les deux citations (non référencées ad loc.) proviennent de l’« Epistre à Charles cardinal de Lorraine » (OC, II, p. 864, v. 214 et 212), la seconde, à rétablir sous la forme « postes de louanges », se rapporte, non à l’épopée projetée, mais aux poètes eux-mêmes, représentés comme les hérauts de la gloire. Ou le commentaire de ces trois vers du Voyage de Gênes (« Mais dessus tout c’estoit une plaisance/De veoir le peuple par les rues crier France/Plus par livre qu’ilz ne faisoyent par cueur ») : « Comme s’il se félicitait d’avance de l’effet universalisant de l’écrit en général et, plus particulièrement, de son propre récit des faits et gestes du roi sur la noblesse française, le narrateur se réjouit du pouvoir du livre sur le peuple » (p. 94). Ne faudrait-il pas plutôt comprendre lèvre (orthographiée leivre ou lievre en moyen français) et retrouver ici la même opposition topique entre la bouche et le cœur que dans la citation précédente de Jean Marot ?

  • 1  Albinéen semble à présent s’imposer, dans le sillage des Cahiers d’Aubigné, joliment intitulés Alb (...)

5Enfin le lecteur est souvent gêné par les nombreuses imperfections formelles qui déparent l’ouvrage : titre courant du chapitre I, « La tropologie et la conversion laïque » (p. 31-67), qui correspond en fait à celui du chapitre suivant ; transcriptions approximatives du grec (dzêta pour sigma à la fin de phronèsis, curieusement translittérée phroenesis, p. 55) et du latin (historianum, pour historiarum, dans le titre de la Methodus de Bodin, p. 216, n. 60 ; l’utile et dulce, pour l’utile dulci attendu, p. 239) ; néologismes guère heureux (problématicité, p. 11 ; pratique écrivaine, p. 23 ; intégumentales, p. 229 ; mémorialisation, p. 249 ; disproportionnel, p. 258…), y compris sur les noms d’auteur (homérien, p. 220 ; d’aubignien(ne)1, p. 286, 291, 293…) – pour ne rien dire des trop nombreuses coquilles (à commencer par divisée, pour divisées, à la toute première ligne de l’introduction, p. 9).

  • 2  Rappelons pour mémoire : Il romanzo nella Francia del Rinascimento, Fasano, Schena, 1996 ; Du roma (...)

6Ces réserves faites, il convient de saluer le mérite de l’entreprise, les lumières nouvelles jetées sur la genèse du genre narratif et la richesse des sources mises à contribution (pas moins de 32 pages, en petit corps, pour la bibliographie, version élaguée de celle qui accompagnait la thèse naguère soutenue à McGill !). Au moment où le roman à la Renaissance, longtemps dédaigné, retient l’intérêt croissant des chercheurs2, nul doute que la contribution de Mawy Bouchard, originale et un peu à contre-courant, ne stimule le débat entre seiziémistes.

Notes

1  Albinéen semble à présent s’imposer, dans le sillage des Cahiers d’Aubigné, joliment intitulés Albineana.

2  Rappelons pour mémoire : Il romanzo nella Francia del Rinascimento, Fasano, Schena, 1996 ; Du roman courtois au roman baroque, dir. E. Bury et Fr. Mora, Les Belles Lettres, 2004 ; Le Roman français au XVIe siècle, dir. M. Clément et P. Mounier, Strasbourg, PU, 2005 ; et P. Mounier, Le Roman humaniste, Champion, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bjaï, « Mawy Bouchard, Avant le roman. L’allégorie et l’émergence de la narration française au 16e siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/6703

Haut de page

Auteur

Denis Bjaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org