Navigation – Plan du site

Xavier-Laurent Salvador, Vérité et écriture(s)

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Xavier-Laurent Salvador, Vérité et écriture(s), Paris, Champion (Bibliothèque de grammaire et de linguistique), 2007

Texte intégral

1L’ouvrage de Xavier-Laurent Salvador publié en 2007 aux éditions Champion est une version de la thèse de doctorat de l’auteur. Elle s’intéresse – sous un aspect indiscutablement linguistique – à la transmission de la Bible dans les traductions françaises du Moyen Âge et est composée de trois ensembles distincts : une longue introduction, une partie consacrée à l’analyse des observations et une synthèse enfin qui clôt l’ouvrage. Les questions que pose l’auteur pourraient se résumer de la manière suivante : dans l’entreprise de traduction de la Bible, quel rôle joue la parole intermédiaire – en somme celle du translateur – sur le texte et sur le lecteur ? Où se place la notion de vérité et plus généralement de vrai dans la démarche du traducteur médiéval ?

2Disons-le clairement : l’introduction de l’ouvrage n’en est pas une. Elle va bien au-delà d’une présentation du sujet abordé et embrasse tout à la fois une perspective historique des traductions médiévales de la Bible latine et une présentation exemplaire d’une retranscription de la Genèse. Cette introduction donc (pp. 15-228) – d’une longueur imposante – est jalonnée de trois chapitres qui présentent à la fois l’enjeu de l’étude et opèrent néanmoins déjà des analyses de fond. Xavier-Laurent Salvador annonce clairement l’objectif qui est le sien de « cerner l’originalité du discours français, originalité qui s’inscrit dans la reformulation argumentative des versets à des fins pédagogiques » (p. 15). Il s’agira en effet de montrer l’émergence des traductions de la Bible en prose française (chapitre 1). Et l’auteur de rappeler le statut « autoritaire » de la Vulgate dans l’Eglise des premiers temps, puis l’évolution vers une Vulgate médiévale. Il s’intéresse ensuite aux problématiques liées à la visée didactique desdites traductions (chapitre 2). C’est alors que l’auteur propose enfin dans le chapitre 3 de son introduction le cas précis du livre de la Genèse de la Bible Historiale de Guyart-des-Moulins comme exemple de traduction à visée didactique. Une transcription et un bref glossaire en sont donnés (pp. 152-228).

3La deuxième partie de l’ouvrage (pp. 229-511) est proprement le corps de l’étude et représente une recherche linguistique fouillée et méthodique qui analyse notamment les « rouages de l’horlogerie » de la traduction en prose et explicitent les multiples lectures des Bibles médiévales. L’angle adopté est en premier lieu un travail sur les « particules du discours ». Xavier-Laurent Salvador montre bien comment celles-ci trahissent tout l’enjeu de l’énonciation dans la traduction. Il prend notamment l’exemple des mots grammaticaux (chapitre 1) comme derechief (marque de l’itération), or (« actualité du traducteur »), lors (annonce cataphorique d’une rupture) qui concourent à une mise en place du vrai dans la traduction elle-même. Bref, cette deuxième partie offre au lecteur une magistrale leçon sur la mise en scène – oserions-nous dire la révélation – de la vérité dans la Bible historiale tout autant que dans la Bible du 13e siècle. Plusieurs procédés sont décrits minutieusement (chapitre 2). Enfin le troisième chapitre de cette partie est consacré aux coordonnants dit « minimaux » tels car q ou donc. Ces derniers sont en fait la marque de la visée argumentative qui soutient non plus l’énoncé mais l’énonciation. C’est dans un enchaînement logique que l’auteur de l’ouvrage entreprend une synthèse dans la troisième et dernière partie : la notion de « traduction argumentative » y prend toute sa place.

4Cette dernière partie (pp. 513-551) envisage la traduction comme une sorte de prise de conscience visant à montrer que la langue vernaculaire – en l’occurrence le français – est un idiome apte non seulement à dire le vrai mais également à exprimer la « parole sacrée » au même titre que le latin. Deux chapitres composent cette partie : une synthèse sur « les faits de traduction et de coïncidence : le vrai, enjeu de la traduction authentique » (chapitre 1) et une conclusion de l’ensemble (chapitre 2). On notera un tableau récapitulatif très clair à la page 523. Celui-ci présente le mot grammatical français (derechief, lors, or, adecertes, neporquant, voire / voirement) et ses correspondances latines dans la Bible historiale et dans la Bible du 13e siècle. Un deuxième tableau (pp. 532-534) opère un travail identique de correspondances à partir de car, ainz, mais et donc. La conclusion enfin rappelle à juste titre la tradition française à visée didactique visant à l’apprentissage dans la foi du lectorat ou de l’auditoire. Le discours pédagogique est partout et l’étude de Xavier-Laurent Salvador montre ici à quel point la traduction joue un rôle majeur dans l’entreprise de transmission des savoirs et ne saurait déprécier la source qui est la sienne.

5L’ouvrage se clôt sur une « liste des ouvrages consultés » (pp. 553-567), sur un « index nominum » et un « index rerum » (pp. 569-570).

6L’ensemble de la thèse de Xavier-Laurent Salvador offre au lecteur moderne une confrontation entre les sources et leurs traductions françaises. Cette étude d’érudition passionnante mérite tout l’intérêt des chercheurs travaillant sur la langue médiévale mais plus généralement sur les rapports entre langue source et langue cible. Nous rendons la parole, pour terminer ce compte rendu, à l’auteur de l’ouvrage qui résume en vérité l’enjeu de la recherche : « Le texte en langue vulgaire ne se suffit pas à lui-même, il lui faut être accompagné, guidé jusque dans l’esprit du lecteur et l’exégèse porte en elle les traces d’un aveu de la faiblesse de la langue. […] A l’opération de translation s’ajoute un essai de mise en lumière et en fait, si le texte est énigmatique à l’origine, il ne doit surtout pas le rester. C’est dans cette optique que vont travailler les traducteurs français qui se posent, à la lisière de leur entreprise, la question de la nature de leur œuvre » (p. 71).

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Xavier-Laurent Salvador, Vérité et écriture(s) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/6673

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org