Navigation – Plan du site

Jean-Charles Herbin, Michel Tamine (dir.), Espace représenté, espace dénommé. Géographie, cartographie, toponymie, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Jean-Charles Herbin, Michel Tamine (dir.), Espace représenté, espace dénommé. Géographie, cartographie, toponymie, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007

Texte intégral

1Le recueil d’articles intitulé Espace représenté, espace dénommé relève incontestablement de l’interdisciplinarité, ce qui est d’ailleurs clairement présenté dans la préface de Gérard Taverdet qui insiste volontiers sur le caractère hétérogène des contributions. Car elles sont bien différentes et recouvrent plusieurs domaines de recherche scientifique tournant autour de la toponymie : archéologie, géographie, histoire, littérature, linguistique ; autant d’approches distinctes qui possèdent cependant un point commun : l’intérêt porté spécifiquement sur le nom des lieux. Plusieurs études sont ainsi consacrées à la toponymie en lien avec des thématiques médiévales. Pour le présent compte rendu, nous nous limiterons à ces contributions, les autres étant notablement éloignées de notre domaine de compétence.

2Vingt-et-une contributions composent ce recueil dont sept concernent directement le Moyen Âge et trois le rencontrent à la faveur d’une étude plus diachronique. Nous commenterons donc ici quelques uns de ces articles, en particulier ceux qui ont pour objet d’étude la littérature médiévale française.

3C’est le cas de la contribution de Jacques Chaurand intitulée « Les noms de lieux dans l’œuvre de Gautier de Coincy » (p. 79-105). L’auteur invite à une redécouverte des Miracles de Nostre Dame par le prisme de la toponymie et montre volontiers que le récit des miracles est assez inégal dans ce domaine et pourtant plus subtil qu’il y paraît. En effet, si la localisation précise d’un miracle n’est pas automatique – loin s’en faut – elle permet parfois de construire une légende ou tout du moins d’accompagner un miracle d’une localisation vraisemblable pour les contemporains de Gautier de Coincy. Outre des jeux sur le nom des lieux qui font dire à Jacques Chaurand à propos de l’auteur que « les développements sur ce thème reflètent sa volonté d’instruire et de convaincre » (p. 98), il apparaît comme une évidence que la toponymie joue un rôle de premier plan dans l’ensemble de l’entreprise d’écriture. Dans le texte intitulé D’un archevesque de Tholete, les miracles de Marie et de sainte Léocade ne peuvent se produire que dans l’Espagne wisigothique avant que Léocade ne se rende à Vic-sur-Aisne, plus proche du catholicisme et du poète… Si Gautier de Coincy, « translateur » des sources latines, reproduit les localisations géographiques du latin en français en respectant souvent les toponymes d’origine (car le lieu a son importance et reste lié à une relique ou à un saint particulier, inscrivant le miracle dans la réalité), il réussit néanmoins à transposer le miracle (c’est le cas de Viviers à Soisson par exemple) et montre ainsi que le miracle n’appelle pas en soi une localisation plus précise qu’un monastère, une église, une chapelle. Y a-t-il contradiction apparente entre la réalité d’un lieu (re)connu et l’anonymat d’un lieu sacré ? C’est là l’ambiguïté que la toponymie offre aux Miracles de Nostre Dame dans l’œuvre de Gautier de Coincy.

4Marie-Geneviève Grossel propose quant à elle une contribution intitulée « Les toponymes dans la pastourelle médiévale » (p. 191-205). L’auteur rappelle quelques judicieuses définitions qui relèvent de la structure même de la pastourelle, essentiellement dans le domaine d’Oïl aux 12e et 13e siècles. La toponymie ne semble, à priori, que très secondaire car accessoire à une intrigue des plus simples qui a souvent lieu « en mie la voie », « sous une espinette », « en un preit », ou bien encore « par dezous un albespin » (p. 193). C’est dire si le nom des lieux ne paraît pas essentiel à la bonne intelligibilité de la pastourelle. Pourtant, Marie-Geneviève Grossel reprend avec méthode et étudie des analyses plus anciennes concernant la toponymie chez les trouvères et montre que le nom d’un lieu est régulièrement donné dans l’exorde du texte et circonscrit alors l’espace général de la pastourelle. Arras et Douai sont souvent cités et font dire à l’auteur, non sans humour, que « la nature entre Arras et Douai semble avoir été particulièrement propice à la rencontre avec les jolies bergères » (p. 195). On notera également les villes de Cambrai, Lille, Saint-Omer, Béthune qui sont citées dans les pastourelles. Moins souvent convoquées, les villes de Champagne et de Lorraine sont parfois cependant le lieu des rencontres en pastoures et cavaliers. L’analyse détermine en somme que les noms de lieu sont finalement assez présents dans les pastourelles et qu’ils conditionnent un « registre » tout autre que celui – courtois –  qui est produit dans la canso médiévale. Enfin, ces lieux géographiquement repérables dans la pastourelle offrent à l’auditeur un « espace de connivence » bienvenu.

5Un autre article est consacré au récit du voyage que fit Ogier d’Anglure à la fin du 14e siècle en direction de la Terre Sainte. Gérard Taverdet intitule sa contribution « Quelques noms de lieux dans le Saint voyage de Jherusalem d’Ogier d’Anglure » (p. 391-398). L’auteur de l’article s’intéresse aux premières étapes du voyage et particulièrement à la dénomination des lieux de cet itinéraire. Premier constat : les lieux sont bien connus et d’ailleurs facilement reconnaissables sur une carte. Deuxième constat (plus intéressant) : Ogier d’Anglure ne cite pas toutes les étapes de son itinéraire et reproduit plusieurs types de toponymes que Gérard Taverdet se propose de suivre et de reconstituer tout en ménageant un certain suspense. La plupart des toponymes – de la Bourgogne jusqu’à Chambéry – sont aisés à reconnaître et à étudier. En revanche, l’auteur s’arrête sur deux noms qu’il étudie : le froid mantel (Fromenteau) et Yenain (Yenne) et s’interroge sur le parcours que fit Ogier de Fleury à Beaune : pourquoi évite-t-il Dijon ? Il donne quelques pistes de réflexion et utilise volontiers la fiction d’un texte du 12e siècle pour élucider ce mystère (Garin de Loherenc). Cette brève étude permet de faire le lien entre une œuvre médiévale et la toponymie qui inscrit le parcours du voyageur dans un monde réel mais éclairé par la littérature. Notons que l’auteur de l’article offre un très court extrait du Saint voyage de Jherusalem (14e s.) et de Garin de Loherenc (12e s.) pour illustrer son propos.

6D’autres contributions de ce recueil peuvent être consultées avec grand intérêt : celle de Robert Aymard intitulée « Anciens prieurés de l’Aude – Permanence toponymique et topographique » (p. 35-51), celle de François de Beaurepaire, dont le titre est « La toponymie du Calvados à l’épreuve des formes anciennes » (p. 53-57), qui vise à montrer tout ce que le chercheur peut extraire des formes anciennes des noms de lieux et les interprétations qui y sont attachées. Il revisite ainsi le Dictionnaire topographique du département du Calvados et le complète. Citons enfin l’article de Fabrice Guizard-Duchamp intitulé « Topographie et vision du ‘désert’ dans les vitae occidentales (6e-9e siècles) » (p. 229-242). Dans celui-ci, l’on s’intéresse à l’hagiographie et particulièrement aux deserta (au sens le plus large) qui y sont représentés. Comme le rappelle l’auteur « la notion de désert oscillait entre une vision paradisiaque et l’idée d’une épreuve terrible » (p. 230). Plusieurs textes et analyses sont passés en revue et commentés dans l’article qui constate que la ‘grotte’ est le lieu vénéré de nombreux hagiotoponymes car idéal pour la solitude du retrait érémitique. Plus qu’un désert géographique, le desertum de l’hagiographie prend une dimension spirituelle et le lieu, si l’on entend bien l’auteur, est avant tout un espace de « mise en condition ascétique ». Nous lui donnons pour finir la parole conclusive : « Dans les vitae, ce qui est desertum est en quelque sorte revendiqué comme un territoire dont le saint s’approprie, soit parce que la terre est sans maître, soit parce qu’elle est donnée par un prince sur le fiscus » (p. 242).

7Le recueil est donc en somme un ouvrage très divers dans les sujets traités mais la toponymie donne un sens fort aux différentes études qui y sont proposées. Ces travaux sont de grand intérêt et le linguiste, tout autant que le littéraire ou l’historien médiéviste peut y puiser de belles connaissances qui apportent une lumière nouvelle sur telle œuvre ou tel lieu.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Jean-Charles Herbin, Michel Tamine (dir.), Espace représenté, espace dénommé. Géographie, cartographie, toponymie, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/6623

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org