Navigation – Plan du site

Nathalie Koble (dir.), avec la collaboration de Patrick Moran, Amandine Mussou, Anne Salamon, Jeunesse et genèse du royaume arthurien. Les Suites romanesques du Merlin en prose

Sébastien Douchet
Référence(s) :

Nathalie Koble (dir.), avec la collaboration de Patrick Moran, Amandine Mussou, Anne Salamon, Jeunesse et genèse du royaume arthurien. Les Suites romanesques du Merlin en prose, Orléans, Paradigme (Medievalia 65), 2007, 290p.

ISBN 978-2-86878-270-0

Texte intégral

1Ce recueil comporte treize contributions précédées d’une introduction intitulée « L’impossible épuisement des cycles arthuriens » dans laquelle Nathalie Koble rappelle les conditions d’élaboration des grands cycles en prose ainsi que leurs ambitions narratives puis présente les suites données au Merlin en prose et les difficultés que représente le projet de le relier au Lancelot-Graal.

2L’ensemble de l’ouvrage s’articule en quatre parties :

31) « Les mondes fictionnels du roman arthurien en prose : la guerre des cycles ».

4Dans la Suite Vulgate et du Livre d’Artus les scènes de guerre où apparaît Arthur relèvent d’une esthétique épique (conflit féodal où triomphe l’idéologie royale), tandis que dans la Suite du Merlin elles possèdent un net caractère romanesque (Michelle Szkilnik, « La jeunesse guerrière d’Arthur »).

5A travers une étude du thème du double (personnages, motif de la métamorphose, voix narratrices) dans la Suite du Merlin, Christine Ferlampin-Acher démontre que ce romans’écrit dans la hantise de la fausseté et de la tromperie alors que la Suite Vulgate est un roman allègre et serein qui ne redoute  pas les doubles et leurs ambiguïtés (« Le double dans la Suite du Roman de Merlin et la Suite Vulgate. Faux frères, faussaires, féerie et fiction »).

6A travers l’exemple des relations féminines de Merlin, Anne Berthelot montre que la réception médiévale du texte ne repose pas sur le principe (moderne) de non-contradiction. A priori incompatibles entres elles, les suites du Merlin sont pour le lecteur du Moyen Âge « un faisceau d’opportunités affectées du même quotient de probabilité » (« Merlin et le chat de Schrödinger »).

7La concurrence et la différence qui séparent la Suite Vulgate et la Suite du Roman de Merlin ne font pas se télescoper deux univers fictionnels contradictoires. A la lumière de la notion pavélienne d’« univers possible », l’auteur montre que les univers des Suites sont poreux et non-cloisonnés entre eux (Patrick Moran, « Le meilleur des mondes arthuriens possibles »).

82) « Le retour des personnages : personnages ébauchés, oubliés ou intrus ».

9Les Suites du Merlin font d’Agravain un personnage maléfique et mettent en scène la naissance du mal en lui. Dans la Suite Vulgate le mal qui le caractérise n’est pas radical alors que dans la Suite du Merlin, Agravain est un héros irrémédiablement perdu pour le bien (Richard Trachsler, « La naissance du mal. Agravain dans les Suites du Merlin »).

10Le traitement des personnages féminins dans la Suite du Roman de Merlin ne vise pas qu’à intégrer cette continuation dans le Lancelot-Graal. Il sert également à construire, notamment avec l’épisode de la Roche des Pucelles, un univers autonome doté d’une durée propre qui l’inscrit dans une atemporalité mythique (Bénédicte Milland-Bove, « ‘Retour’ des personnages féminins et temporalité romanesque dans la Suite du Roman de Merlin »).

11De nombreux textes arthuriens exploitent des personnages répondant peu ou prou au nom de Sebile. J.A. montre que, loin de constituer une réminiscence antique, ce nom, qui est un nom vide, est employé pour des figures d’enchanteresses qui se jouent d’une référence que les textes déconstruisent à loisir (Julien Abed, « Sibylles en terres arthuriennes ? »).

123) « Constructions temporelles : le roman à l’épreuve de l’histoire. »

13L’Irlande apparaît dans les romans comme une terre-mère où s’originent merveilles, généalogies et récits arthuriens. K.B. mentionne un manuscrit unique en son genre où figure une liste de titres en ancien français, essentiellement des lais à sujet irlandais puisés dans la mythologie irlandaise (Keith Busby, « Merlin, Barnagoys, l’Irlande, et les débuts du monde arthurien »).

14Assurant la cohésion diégétique du récit, les prophéties de Merlin ont une dimension inquiétante : n’annonçant que des malheurs, elles sont énoncées par un Merlin ambivalent et s’avèrent souvent illusoires. Leur principale fonction est de reconfigurer a posteriori la logique des récits au fondement desquels elle se place (Nathalie Koble, « L’illusion prophétique ou la maîtrise du temps. Les prophéties dans la Suite du Roman de Merlin »).

15La Suite du Roman de Merlin se présente à la fois comme une continuation et une réduplication de l’Histoire du Salut. A partir d’une étude de lieux et de scènes choisies, cette étude propose de voir dans ce roman un ‘troisième Testament’ qui récrit en condensé l’intertexte biblique qu’il met en abyme (Stéphane Marcotte, « Récritures de l’Écriture dans la Suite du Roman de Merlin »).

16Objet absent de la Suite, mais qui en organise le récit en vue de son apparition future, le Graal est traité selon une poétique de l’occultation. Dans ce roman, véritable Avent, les aventures adviennent selon une temporalité téléologisée et théologique qui transpose en roman l’Histoire du Salut (Jean-René, Valette, « La Suite du Roman de Merlin ou le Graal caché »).

174) « L’espace romanesque : poétique du brouillage ».

18Les éléments d’élucidation  de la Mort le roi Artu et de la Queste que propose la Suite sont toujours accompagnés de brouillages dont les procédés sont ici étudiés. Ces interférences procèdent d’une esthétique du mystère qui annonce les énigmes à venir des aventures du Saint Graal (DominiqueBoutet, « La Suite du Merlin entre élucidation, brouillages et détournement »)

19Après avoir analysé les indices textuels qui président à l’apparition de la merveille, puis étudié les merveilles qui ne relèvent pas du merveilleux (prouesses guerrières et transgression sociale), l’auteur propose un classement typologique de la merveille et du merveilleux (fantastique, miracle, magie, merveille merlinesque) et conclut en rappelant les paradigmes qui constituent le ‘système du merveilleux’ (Francis Dubost, « La ‘merveille’ dans la Suite-Huth du Merlin »).

20Le recueil se clôt par une riche bibliographie sur le sujet des Suites romanesques du Merlin en prose (éditions et traductions : 49 entrées ; études critiques : 318 entrées).

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Douchet, « Nathalie Koble (dir.), avec la collaboration de Patrick Moran, Amandine Mussou, Anne Salamon, Jeunesse et genèse du royaume arthurien. Les Suites romanesques du Merlin en prose », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/6553

Haut de page

Auteur

Sébastien Douchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org