Navigation – Plan du site

Wilfrid Besnardeau, Représentations littéraires de l’étranger au XIIe siècle. Des chansons de geste aux premières mises en roman

Chantal Desrocques
Référence(s) :

Wilfrid Besnardeau, Représentations littéraires de l’étranger au XIIe siècle. Des chansons de geste aux premières mises en roman, Paris, Honoré Champion, Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 2007, 872 pages

ISBN 978-2-7453-1508-3

Texte intégral

1Le livre de Wilfrid Besnardeau est une version abrégée de sa thèse soutenue en 2004. Représentations littéraires de l’étranger au XIIe siècle tente de repérer l’évolution de la perception de l’étranger depuis les premières épopées jusqu’au Roman d’Alexandre. Le corpus choisi permet donc de couvrir tout le XIIe siècle et de prendre en compte différents rapports à la mémoire: célébration collective de souvenirs communautaires pour la chanson de geste, «réflexion individuelle et distanciée» (p.11 ) pour le roman qui relate des événements très lointains dans le temps et dans l’espace. La difficulté de définir l’étranger est à la source de la recherche menée par W.B qui constate dans son introduction que la moins mauvaise définition en est négative: est étranger celui qui n’est pas comme les membres d’un groupe de référence. En parler, c’est donc parler de soi-même. Au cours du XIIe siècle, dire l’étranger, c’est passer du refus autarcique de l’autre à une certaine acceptation de sa différence, reflétant ainsi la mise en mouvement de l’homo viator médiéval.

2Dans sa première partie, intitulée L’étranger épique, les stéréotypes, W.B s’attache à détailler dans un premier temps les différents outils permettant de nommer l’autre dans les textes épiques. Cette recension minutieuse s’organise en plusieurs thèmes qui se recoupent et se font mutuellement écho: rappel des origines géographiques des protagonistes, qui est un moyen habile de distinguer les étrangers, ceux ne faisant pas partie de l’empire de Charlemagne, des autres, qu’ils soient simplement peu fiables ou nettement ennemis, donc étrangers. La réflexion sur la superposition des deux chronologies, celle du temps de Charlemagne et celle du XIIe siècle, pour être classique, n’en est pas moins bienvenue; onomastique qui est évidemment un outil efficace pour nommer l’autre, en rappelant ses origines géographiques ou historiques (même s’il me semble que certains rapprochements sont un peu abusifs: Estelé/Duresté, par ex.). Le passage sur les noms tirés de l’Antiquité ou de la religion montre surtout l’érudition des jongleurs médiévaux et leur capacité à tirer des effets poétiques et exotiques des sonorités, car il est peu probable que les auditoires aient eu une connaissance des textes aussi précise que la leur; noms tirés ou dérivés du vocabulaire commun: animaux, défauts, armes… W.B analyse finement les effets de cocasserie ou de crainte produits par ces outils, ainsi que par toutes leurs combinaisons, le but recherché par ces dénominations stéréotypées et souvent caricaturales étant de permettre l’identification immédiate et sans ambiguïté du personnage étranger, et non de tenter de le connaître. Cette identification devait provoquer chez l’auditeur le sentiment de l’écart d’avec de l’autre, fondé sur le comique, l’inquiétude et le rejet, et un renforcement du sentiment de cohésion du groupe de référence.

3Le problème se complique quand il s’agit d’analyser la dénomination par les étrangers des personnages: quand les Sarrasins parlent d’eux-mêmes, ou quand ils parlent de leurs ennemis. W.B attribue à un désir d’uniformisation le fait que les Sarrasins parlent d’eux-mêmes comme de «païens», ou à une impossibilité pour les jongleurs à se départir de réflexes langagiers. Par ailleurs l’ethnocentrisme relevé est-il l’explication ultime, ne vient-il pas en contradiction avec la subtilité d’analyse et la maîtrise langagière que l’auteur leur attribue par ailleurs? Une explication plus satisfaisante reste, à mon avis, à trouver.

4Le second chapitre de cette première partie permet de dégager une typologie de l’étranger épique et de mettre en évidence l’existence d’un motif rhétorique de l’étranger, selon trois composantes: animalisation, monstruosité, diabolisation. Encore une fois, W.B a procédé à un repérage très fouillé et convaincant qui élucide le cas de nombreux étrangers présentés de façon ambiguë. Ce motif rhétorique sera la pierre d’angle de tous les développements ultérieurs de l’ouvrage et fera le lien entre le genre de l’épopée et celui du roman.

5La deuxième partie de l’étude concerne les personnages qui effectuent le passage d’un groupe à un autre: d’abord les individus étrangers qui s’intègrent au groupe de référence (chap. 3), puis les individus quittant le groupe de référence pour intégrer le monde des étrangers (chap. 4). Les étrangers en voie d’intégration sont ainsi nommés par l’auteur car, malgré leurs efforts, leurs exploits et la volonté qu’ils manifestent de rejoindre le groupe de référence, leur assimilation ne semble jamais complète. Cependant si le manichéisme flagrant des œuvres étudiées est modulé par ces individus qui effectuent un parcours hors normes, le monde dans lequel ils évoluent est bien bipolaire: si un individu quitte son groupe d’origine, c’est forcément pour rejoindre l’autre groupe, il n’y a pas d’alternative. Par un examen extrêmement attentif par exemple des personnages de Guibourc ou de Rainouart, W.B définit les conditions selon lesquelles un étranger peut tenter de s’intégrer dans la société de référence: il doit le vouloir, passer par un certain nombre d’épreuves, et surtout être en quelque sorte purifié de son passé par une série de rituels: baptême, mariage, et adoubement pour les hommes. Les personnages féminins changent même de nom. Le tout se déroule en présence d’une foule nombreuse témoignant du renoncement au passé et de l’engagement pour l’avenir. L’ensemble rappelle fortement les critères attribués aux héros fondateurs: transgression, déplacement, mariage qui attribue une terre et autorise la fondation d’une lignée. Même ainsi, l’auteur souligne que les étrangers intégrés ne le sont jamais en profondeur par le groupe d’accueil: une ombre plane sur eux, la trace indélébile de leur naissance autre, ce qui n’étonne pas dans une société où la notion de lignée a tant d’importance. L’étranger qui s’intègre reste toujours étrange. Cependant, l’étude est menée avec une grande finesse psychologique.

6L’auteur s’intéresse dans le chapitre 4 aux personnages effectuant le parcours inverse, ceux qui quittent le groupe de référence «De l’étrange à l’étranger», et qui sont marqués par la négation: ils n’ont pas les qualités que ce groupe s’attribue. Et c’est d’autant plus grave que le rang occupé est important: les mauvais rois (le roi Louis en premier) proposent des contre-modèles à leur propre cour, mais aussi et surtout aux auditeurs des chansons. Ne répondant pas aux normes qui devraient les cadrer, ces individus se voient affectés des mêmes caractéristiques que celles qui fondent le motif rhétorique de l’étranger, du moins de deux d’entre elles: animalisation et diabolisation. En effet, il serait inacceptable pour le public qu’un de ses semblables soit monstrueux. Les parcours individuels de chacun de ces individus est finement décrit et analysé. J’aurais cependant personnellement aimé que soit explicité le sort réservé aux figures royales que leur comportement exclut de la société de référence: il ne leur arrive rien, si ce n’est de s’entendre dire quelques rudes paroles, alors que tous les autres trouvent une mort souvent infâmante. Cette deuxième partie se clôt sur le constat que les épopées les plus tardives présentent des mondes très légèrement moins hermétiques à l’étranger que celle du début du siècle.

7La troisième partie de l’ouvrage, L’étranger romanesque, procède à l’analyse de l’étranger dans trois romans antiques. La problématique y est différente de celle des épopées, puisque ces œuvres ont pour protagonistes des étrangers absolus: étrangers dans le temps, étrangers dans l’espace, étrangers dans la religion.

8Le chapitre 5 est donc consacré à résoudre la question de l’identité de l’étranger: Qui est étranger dans le roman ? Après un rappel des différents paradigmes du mot estrange et des différents moyens de désigner l’étranger, W.B distingue deux catégories d’étrangers par rapport aux héros dont les auditeurs sont appelés à épouser le point de vue. Les êtres rencontrés par les héros peuvent donc être soit ennemis, soit alliés. On retrouve alors la bipolarisation présente dans l’épopée. L’analyse se poursuit par une étude des différentes composantes de l’extranéitépar rapport à la société médiévale, et entre les différents groupes entrant en conflit dans les romans: religieuse, linguistique, politique. L’auteur souligne que l’écriture sert à atténuer les écarts civilisationnels, entre autres par le procédé de l’adaptation, de l’‘anachronisation’ des détails matériels et du syncrétisme religieux. Comme le remarque justement l’auteur, cet effacement des frontières entre deux mondes permet d’illustrer le thème cher au monde médiéval de la translatio studii et imperii. Dans le chapitre 6, Survivances épiques, W.B s’attache à recenser les procédés littéraires déjà à l’œuvre dans l’épopée et les nombreux phénomènes d’écho qui apparaissent, surtout par rapport à La chanson de Roland: façon de nommer les personnages, évocations géographiques réelles ou imaginaires, noms de peuples . Mais il note surtout la présence du même motif rhétorique de l’étranger, comprenant dans les descriptions les mêmes composantes d’animalité, de monstruosité et de diabolisation. La dernière partie du chapitre analyse les relations possibles avec les étrangers, du rire à l’affrontement armé en passant par la crainte et la déstabilisation de la société. Finalement, si l’étranger romanesque est fortement marqué par l’esthétique épique, le recours à la variété des points de vue sur l’étranger permet de s’y intéresser avec une plus grande ouverture d’esprit. Cette troisième partie se clôt sur le chapitre 7 consacré à L’ambivalence comme mode d’approche plus subtil de l’individu, qui cherche d’une part les traces d’extranéité chez certains individus, dont les héros des romans, et d’autre part la valorisation de certains étrangers. La marginalisation des individus peut tenir tout d’abord à des origines troubles ou à une faute initiale, et est souvent sanctionnée par la mort. Le comportement atypique, hors normes, celui ou celle qui transgresse le schéma triparti de la société, qui fait preuve de convoitise, qui est excessif ou démesuré entraîne la mise à l’écart de la société et marque l’étranger. A l’inverse, certains étrangers s’assimilent, au terme d’un parcours semé d’épreuves, à une société dont ils n’étaient pas issus. Un long développement est consacré à Eneas, dont le parcours est très atypique, puisqu’il commence comme paria coupable d’une faute grave et qu’il finit comme fondateur d’une illustre lignée.

9L’ouvrage de Wilfrid Besnardeau m’a paru tout à fait plaisant et clair à lire. Le plan est solide et permet la mise en lumière des différentes évolutions distinguées par la recherche: chronologique, littéraire, psychologique et même politique des cas simples vers ceux plus ambigus. J’ai été particulièrement sensible au mouvement perpétuel entre les micro et les macro analyses, et au rapport dialectique constant entre ces niveaux.. Même s’il me semble que le souci d’exhaustivité a parfois été poussé un peu loin, j’ai apprécié la fermeté avec laquelle Wilfrid Besnardeau maîtrise son propos sans jamais partir dans les digressions qu’il aurait été très tentant de faire, tout en fournissant les informations nécessaires à la bonne compréhension de son discours. Pour finir, cet ouvrage propose une étude fine, claire et bien organisée d’un thème foisonnant et réellement porteur de sens.

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Desrocques, « Wilfrid Besnardeau, Représentations littéraires de l’étranger au XIIe siècle. Des chansons de geste aux premières mises en roman », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/6272

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org