Navigation – Plan du site

Jacques-Charles Lemaire (éd.), Biaudouz de Robert de Blois

Sonia Marteau
Référence(s) :

Biaudouz de Robert de Blois, édition critique et traduction par Jacques-Charles Lemaire, Éditions de l’Université de Liège, 2008, 371 p.
ISBN 978-2-874-56052-1

Texte intégral

1Après Jacob Ulrich en 1889 et Gisèle Andrée Lamarque en 1968, Jacques Lemaire propose une nouvelle édition du Biaudouz de Robert de Blois, une œuvre peu connue, peu lue et peu étudiée en France qui, sans doute, connut un succès limité au Moyen Âge, dans la mesure où un seul manuscrit (BnF fr. 24301) nous en est parvenu. La lecture de ce texte était rendue particulièrement difficile par son caractère inaccessible, l’ouvrage d’Ulrich, ayant été écrit il y a maintenant bien longtemps, et annoté souvent de façon maladroite, comme le prouve à plusieurs reprises Jacques Lemaire, ce qui ne pouvait faciliter la diffusion du texte de RObert. Quant à l’édition Lamarque, elle constituait le PhD qu’avait présenté son auteur à l’Université de Caroline du Nord, presque introuvable et non publiée.

2Mais, le plus important, ces deux premières éditions ne constituaient pas un outil fiable de réflexion et c’est ce que Jacques Lemaire ne cesse de prouver à son lecteur tout au long de son ouvrage, par l’important nombre de notes philologiques, grammaticales, lexicales, syntaxiques qu’il y sème généreusement, témoignage d’un travail précis et méticuleux. On regrettera  peut-être que ces très nombreuses notes ne puissent être trouvées qu’en toute fin de l’ouvrage, sans qu’elles fussent à aucun moment appelées dans le cours du texte. Dans le même ordre d’idée, on pourra déplorer le mélange, un peu confus, des notes explicatives, noyées parmi les précédentes. On aurait également aimé, même si le texte est traduit, un glossaire des termes en fin d’ouvrage et, pour les philologues, une véritable étude de la langue du scribe. De ce point de vue, cette édition ne répond pas complètement aux critères d’une édition critique, ce qui, au demeurant, n’ôte rien à la valeur du travail de Jacques Lemaire, qui permet au médiéviste d’accrocher à son corpus d’étude un nouveau texte, d’un auteur plus connu comme moraliste que comme romancier.

3Admirablement instruit et éduqué par les soins de sa propre mère (Beaudoux serait-il à situer entre Perceval et Jean de Saintré ?), Beaudoux quitte la maison familiale pour partir à la cour du roi Arthur où, à la Saint-Jean, on fêtera le couronnement et le mariage de Gauvain, son père, avec « la pucele / de Gales, la riche, la bele ». Pour se rendre digne de la présence de l’élite que l’on trouve à la Table Ronde, le jeune noble décide de se mettre en route sur-le-champ, et de travailler à gagner l’estime des autres chevaliers par la réussite d’aventures qui se présenteront à lui. Le destin aidant, Beaudoux parvient effectivement à manier Honorée qu’aucun autre n’a jamais pu sortir de son fourreau (on retrouve ici le motif bien connu de l’épée coincée), à remporter tous les combats, à désarçonner un par un tous les chevaliers de la Table Ronde, enfin à acquérir la gloire lui permettant de gagner le cœur de la jeune Beauté et de recevoir en même temps que son père le titre de roi.

4Ce roman semble a priori peu briller par son originalité. Cependant, on peut y lire une réflexion sur la beauté, comme le nom du héros éponyme le laisse entendre, avec un jeu littéraire qui frise l’allégorie autour de Beauté. Un jeu assez subtil sur l’érotisme (par ex. v. 2272sq.) accompagne également un parcours que l’on pourrait presque qualifier de solaire (à l’image de Gauvain), illuminé par la recherche et la rencontre de la Beauté. On a même l’impression que les scènes les plus traditionnelles de combat sont de simples ornements, caution donnée au genre arthurien délibérément revendiqué (mais souvent ‘décalé’ dans l’esprit du roman arthurien en vers tardif), alors que le fond est ailleurs, dans un travail littéraire autour du corps et de sa grâce. En tout cas, ce texte mérite sans aucun doute davantage d’attention de la part des médiévistes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Marteau, « Jacques-Charles Lemaire (éd.), Biaudouz de Robert de Blois », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/6122

Haut de page

Auteur

Sonia Marteau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org