Navigation – Plan du site

Jean-Claude Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale. L’illusion du dialogue

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Jean-Claude Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale. L’illusion du dialogue, Paris, Champion (NBMA 82), 2006, 629 p.

ISBN 2-7453-1500-5

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage est le fruit de la réécriture de la thèse d’État de Jean-Claude Vallecalle, que les médiévistes, tout particulièrement les spécialistes de la chanson de geste, attendaient avec impatience. Comme son titre le met en lumière, il s’agit dans ce travail de porter l’interrogation sur un aspect des relations humaines au Moyen Âge, du moins sur leur représentation, dans le cadre particulier de la littérature épique, dont l’auteur est un spécialiste reconnu. Tout lecteur de chanson de geste sait combien les scènes d’ambassade – qui participent de l’écriture topique du genre – sont au cœur d’une gestion des rapports humains dans la société aristocratique mise en scène par l’épopée : rapport à l’autre en premier lieu, mais aussi relation au propre groupe social des chevaliers et aux individus qui le composent, à travers les réactions, débats et querelles que le message peut provoquer : on se souvient de la scène archétypale de la querelle Ganelon/Roland à la suite de la visite des ambassadeurs de Marsile auprès de Charlemagne. Au cœur d’un réseau impliquant système de représentation, pensée politique, rapport à l’altérité, remise en cause d’un système établi, le message et l’ambassade sont ici analysés en détail, dans leurs fonctions littéraires en premier lieu, dans une étude précise, fort documentée, assortie d’une ample bibliographie et d’index.

2Il fallait de toute évidence, puisque le travail concerne la littérature épique, commencer par un questionnement sur le motif, ce que J.-C. V. ne manque pas de faire. Il apparaît en premier lieu que le messager a un rôle de relance du récit, s’inscrivant pleinement dans les techniques d’oralité : l’ambassadeur, très souvent, rappelle une série d’événements à la mémoire de l’auditeur. Il a ainsi un rôle de recentrage du récit, qui peut être remise en mémoire, mais surtout, comme le souligne J.-C. V., qui permet un effet de martelage s’inscrivant bien dans l’esthétique et l’économie narrative de la chanson de geste. Cette fonction relève plutôt d’un procédé statique. Plus dynamique est la fonction d’embrayeur que la visite du messager implique très souvent, provoquant une forme de rupture, une relance ou un démarrage de l’action. Le message est donc, pour reprendre l’expression de J.-C. V. « récit et commentaire », pouvant déterminer le cours des événements. Les deux fonctions ne sont d’ailleurs pas nécessairement indépendantes, le rappel pouvant déboucher sur la progression future de l’action. Cependant, cette dualité se rapporte à la fonction du motif, non à son identité ; faut-il en conclure que le motif s’ancre dans l’unicité ? J.-C. V., reprenant quelques analyses bien connues de J.-P. Martin (mais dont l’utilisation ici fait davantage penser à celles de J. Rychner, J.-C. V. laissant de côté un discours ultra-théorique et parfois abscons), ne conclut pas sur une unicité absolue, mais bien sur la possibilité de classement des motifs, qui n’exclut pas pour autant une ‘essentialité’ profonde de ce motif, remarques que, me semble-t-il, on peut appliquer à l’ensemble des motifs épiques. Ces éléments posés, J.-C. V. entre davantage dans le détail pour proposer une typologie du personnage du messager : le héros, le comparse, et, à ne pas manquer, le riche messager merveilleux qui, de toute évidence, pose des problèmes aux auteurs, certains insistant sur son étrangeté, d’autres au contraire tentant de neutraliser et de normaliser le personnage, comme le jongleur de Garin le Loherain. Je note de belles pages sur des personnages à la fois attachants et complexes, tels Galopin ou Picolet, dont l’insertion dans l’univers épique a de quoi surprendre. J’avoue être moins convaincu par le propos de l’auteur sur l’« animal messager », en particulier sur le cheval. Je ne suis pas certain en effet que des animaux comme Marchegai, Marchepin ou Bayart puissent être catégorisés comme des messagers. À moins d’y voir des résurgences mythiques en relation avec l’Autre Monde qui relèvent plus du roman ; si J.-C. V. ne tombe pas dans ce travers, il me semble qu’il confond ici la fonction essentielle de compagnon identificateur du personnage et de la situation avec celle de messager proprement dit. Inséparable de son cavalier, le cheval en est aussi une sorte de double, qui peut le remplacer le cas échéant, ce que l’auteur de Renaut de Montauban marque explicitement en donnant des qualités anthropomorphes à Bayart ; lorsque Guillaume d’Orange pleure son cheval dans Aliscans, c’est bien un compagnon qu’il perd, celui qui est capable de se ruer dans la bataille et de prendre la place d’un chevalier. Plus qu’un messager, il est ainsi un second instinct du chevalier.

3Si le motif du messager peut revêtir des formes différentes, autorisant une démarche typologique, il se structure aussi, comme tous les motifs épiques, sur une unité de clichés caractéristiques, dont l’auteur précise les différents éléments (p. 73-82).

4Qui dit message dit système de communication et donc medium. De ce point de vue, la chanson de geste offre complexité, voire même, à la limite, paradoxe. Genre profondément inscrit dans un rapport à l’oralité (vraie, fondatrice, feinte, esthétisée), la chanson de geste donne à ses messagers et à ses messages l’enjeu de la parole et de l’écriture qui apparaissent aussi bien dans un face à face que dans une imbrication. Comme le note fort justement J.-C. V., le message, quel qu’en soit la teneur, n’a certainement pas la même fonction s’il est dit, crié, lu, dicté, retransmis oralement depuis un texte écrit. C’est ce rapport entre parole et écriture dont traite le chapitre III de la première partie qui analyse les différences comme la complémentarité de ces deux modes de communication du message épique. Deux grandes parties, essentielles, s’en suivent : la diplomatie et son contraire, l’ambassade belliqueuse. Et d’abord, convient-il de définir l’ambassadeur en le distinguant du messager ? La distinction n’est pas toujours aisée à opérer dans nos textes épiques, cependant, comme le montre J.-C. V., à y regarder de près, elle existe et l’ambassadeur est effectivement revêtu d’un caractère plus officiel, d’un rang plus élevé également que le simple messager, ce qui se marque par différents détails, comme la scène de l’invitation à la table impériale ou royale. Ceci étant posé, J.-C. V. propose une analyse fort minutieuse de tout ce qui concerne l’ambassade : personnages mis en scènes, lieu, discours, en décortiquant les règles du jeu diplomatique et du protocole. Particulièrement intéressante à mon sens est la discussion autour de la personne de l’ambassadeur conçu à la fois dans sa mission et dans le monde de la féodalité. L’ambassadeur n’est pas un simple messager, mais il est aussi un vassal ; s’il peut avoir des initiatives, d’ailleurs régulièrement belliqueuses, sa marge de manœuvre reste limitée, car il n’est que le vassal d’un plus puissant s’adressant au nom de ce puissant à un égal, à qui il est donc nécessairement inférieur. Ce qui crée effectivement un ensemble de tensions sur lesquelles les auteurs jouent, jusqu’au détournement même, réel ou rhétorique, de l’ambassade qui, de diplomatique, devient belliqueuse. Reprenant les mêmes principes rigoureux d’analyse, J.-C. V. considère ensuite un autre type de rapport d’ambassade, qui implique cette fois-ci l’agressif, du point de vue du messager, comme de celui du récepteur. Ce cas est intéressant car il est loin d’entrer dans le manichéisme prêté au genre : ce ne sont pas uniquement les sarrasins qui ne respectent pas les lois de l’ambassade. À ces deux parties, à mon avis les plus marquantes de l’ouvrage, succède un regard sur les ‘faux messagers’ que sont les espions, la convocation des vassaux et la demande de secours, l’art de la négociation.

5Je ne saurais ici rendre compte de la richesse de l’ouvrage de J.-C. V. qui, somme toute ‘passe au peigne fin’ les diverses sortes de communication sociale mises en jeu par la chanson de geste. Un regret toutefois : il me semble que, pris par un souci de précision, d’exhaustivité et, en conséquence, de classification, l’auteur n’a peut-être pas assez insisté sur une catégorie mouvante et sur la mouvance elle-même, qui est celle du passage d’un type à un autre, surtout du pacifique au belliqueux, conditionné par une sorte de vertige et d’enchaînement inexorable du furor épique, porté, j’ai envie de dire par une nécessité, qui est celle de l’esthétique de la force et de la violence ; à laquelle il convient d’ajouter un conditionnement idéologique, celui qui finalement autorise le chrétien à dépasser les bornes et enfreindre les règles. Telle est une tension, un paradoxe même, que d’inscrire la diplomatie dans un monde qui, sui generis, se règle sur l’exercice de la force. Une richesse de plus du genre…

6Voilà donc un bel ouvrage, dont on ne peut que recommander la lecture ; écrit avec élégance, avec modestie également, ce qui ne fait que souligner la valeur des hypothèses et la force des démonstrations : jamais J.-C. V. ne cède aux modes jargonnantes, toujours il revient aux textes qu’il connaît fort bien et qu’il utilise avec précision, au moyen d’exemples justes et judicieusement choisis, sans abuser de la citation longue. Tout spécialiste de la chanson de geste se doit d’avoir cet ouvrage dans sa bibliothèque.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Jean-Claude Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale. L’illusion du dialogue », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 16 septembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/5942

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org