Navigation – Plan du site

Patrizia Romagnoli et Barbara Wahlen (dir.), Figures de l’oubli (IVe – XVIe siècle)

Liliane Dulac
Référence(s) :

Patrizia Romagnoli et Barbara Wahlen (dir.), Figures de l’oubli (IVe – XVIe siècle), Études de Lettres, Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne, 2007, 1-2, 358p. Index.

ISBN 10 2-940331-13-8

Texte intégral

1Ce numéro de la revue publiée par la Faculté des lettres de Lausanne couvre un champ thématique et chronologique étendu et divers, depuis la place discrète mais cependant très significative de l’oubli dans le récit des Confessions, telle qu’elle est problématisée par Augustin lui-même (Philippe Frieden), jusqu’à la fonction dynamique que lui donne Montaigne, quand il recommande que l’élève puisse se détacher totalement des sources de son savoir pour mieux l’assimiler et préserver ainsi le caractère libre et primesautier de l’expérience et de l’inspiration individuelles (Teresa Chevrolet). Cependant, comme le montre bien l’avant-propos de Patrizia Romagnoli, plusieurs lignes de cohérence se dessinent au fil des quinze contributions qui constituent ce très riche ensemble. Ainsi les aspects théologiques de la dialectique de la mémoire et de l’oubli ne se manifestent pas seulement dans l’évocation, par Alain Chartier, des effets déprimants de l’oubli de Dieu et des vérités éternelles, dans son Livre de l’Espérance (Jean-Claude Mühlethaler): ils sont au principe d’œuvres narratives aussi différentes que Trubert, dont le héros est un avatar parodique de Perceval (Alain Corbellari), le Pèlerinage de vie humaine, de Guillaume de Deguilleville, ou le Chevalier Errant de Thomas de Saluces (Philippe Maupeu). Ailleurs, il est possible de repérer les éléments discrets d’une pensée de l’oubli, notamment associée aux idées d’apaisement, de consolation et de pardon, depuis la Chanson de Roland jusqu’aux grand romans médiévaux comme le Roman de Troie, où la représentation imagée de l’art et de la science efface à certains moments le tragique du récit (Yasmina Foehr-Janssens). Plus généralement, c’est le rôle de diverses figures de l’oubli dans la construction des récits et la production du sens qui est analysé, à propos de l’Eneas (Sylviane Messerli), du roman arthurien en vers (Michelle Szkilnik), de la Vengeance Raguidel (Romaine Wolf-Bonvin) ou de certains épisodes du Roman de la Violette (Francine Mora) et de la Suite du roman de Merlin (Barbara Wahlen). Dans l’œuvre de Charles d’Orléans, la mise en oubli, grâce à Nonchaloir, des thèmes amoureux traditionnels associés à la fidélité de la mémoire, débouche sur une sorte de nouvel art poétique (Christopher Lucken). Une autre dialectique de la mémoire et de l’oubli est à l’œuvre dans les Évangiles des quenouilles, dont le rédacteur se représente opérant sélection et mise en ordre dans une oralité féminine confuse qu’il efface ainsi en partie pour en perpétuer le souvenir (Nelly Labère). Enfin deux contributions concernent l’image menacée des auteurs: du XIIe siècle au début du XIVe, les copistes, loin de n’être que les artisans effacés de la production livresque, auraient travaillé et réussi à mettre en oubli la figure de l’auteur (mais cela ne supposerait-il pas qu’elle existait-elle déjà véritablement?), avant que les écrivains médiévaux parviennent, notamment par préfaces et prologues, à s’affirmer comme pleinement maîtres de leur texte (Tania Van Hemelryck). À la fin de la période considérée, l’exemple de Ronsard, qui a lié sa gloire littéraire à la diffusion bien contrôlée de son œuvre par l’imprimé, illustre l’ambiguïté ressentie par les contemporains: la nouvelle technique, à l’opposé de ce qu’elle semblait d’abord promettre, ne menace-t-elle pas la survie des œuvres, alors que l’incessante prolifération des livres voue bon nombre d’entre eux à l’oubli, un destin que les ennemis protestants du poète se plaisent à lui annoncer (Michel Jourde).

2Contenu: Avant-propos de Patrizia ROMAGNOLI – Philippe FRIEDEN, «Non lieu de l’oubli» – Yasmina FOEHR-JANSSENS, «Entre amnésie et amnistie: une poétique de l’oubli au Moyen Âge?» – Sylviane MESSERLI, «L’oubli de Troie dans le Roman d’Eneas» – Michelle SZKILNIK, «Le chevalier «oublieux» dans le roman arthurien en vers» – Romaine WOLF-BONVIN, «Voir tue. Scènes de l’oubli dans la Vengeance Raguidel» – Francine MORA, «Mémoire du narrateur et oublis du héros dans le Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil» – Barbara WAHLEN, «Les enchantements de l’oubli. La Roche aux Pucelles dans La Suite du Roman de Merlin» – Alain CORBELLARI, «Trubert Antéchrist» – Philippe MAUPEU, «Voies allégoriques et stratégies narratives de l’oubli (Guillaume de Deguilleville, Thomas de Saluces)» – Jean-Claude MÜHLETHALER, «Le «rooil de oubliance». Écriture de l’oubli et écriture de la mémoire dans Le Livre de l’Espérance d’Alain Chartier» – Christopher LUCKEN, Le coffin d’oublie de Charles d’Orléans – Nelly LABÈRE, «‘Point ne les metteroient en oreille de veel’. Mémoire et oubli dans les Évangiles des Quenouilles» – Tania VAN HEMELRYCK, «Oublier l’auteur au Moyen Âge? Réflexions sur l’ars oblivionis des copistes» – Michel JOURDE, «L’invendu. Mémoire et oubli dans les représentations de l’avenir des livres au premier siècle de l’imprimerie» – Teresa CHEVROLET, «‘Si excellent en l’oubliance’: oubli, humanisme, écriture chez Montaigne». Chaque article est accompagné d’un résumé et d’une abondante bibliographie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Dulac, « Patrizia Romagnoli et Barbara Wahlen (dir.), Figures de l’oubli (IVe – XVIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/5912

Haut de page

Auteur

Liliane Dulac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org