Navigation – Plan du site
Varia

Remarques sur le motif du « service d’amour » chez quelques trouvères des cercles champenois*

Marie-Geneviève Grossel
p. 265-276

Résumés

Considéré comme l'un des motifs les plus topiques dans la lyrique des trouvères, le service d’amour, cœur de la métaphore féodale, semble avoir révélé tous les sens qu'il pouvait contenir. Il peut cependant s'avérer intéressant, en un milieu poétique donné, (les cercles lyriques champenois), dans un laps de temps bien circonscrit (en gros le premier XIIIe siècle) d’analyser comment ce motif a été vivifié, particularisé, voire personnalisé. On peut d'abord donner quelques éléments pour une approche sémantique du fonctionnement du motif dans le réseau lexical où ces trouvères l'insèrent. Non moins importants, les échanges intertextuels au sein du milieu, attestés ou probables, permettent à leur tour de suggérer au fil des variations, le travail sur une thématique. On étudiera enfin pour les trouvères dont le corpus assez important permet de définir une personnalité poétique, le traitement particulier qu'ils ont donné à ce motif dans leur œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Cet article reprend en l’aménageant une communication faite au Douzième Congrès de la Société Inte (...)
  • 1  R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise, contribution à l’étu (...)
  • 2  Pour le corpus étudié, on nous excusera de renvoyer à M.-G. Grossel, Le milieu littéraire en Champ (...)

1Dans le chapitre qu’il consacrait à l’ornement difficile, R. Dragonetti, rangeait le motif du service d’amour parmi les métaphores du vocabulaire féodal et il en décrivait le cérémonial avant d’avancer cette conclusion : « Le service de l’amant n’est qu’un art d’attendre »1. Le simple propos de cette analyse sera de s’attacher aux mots servir/service afin d’en étudier le fonctionnement dans les chansons d’un groupe de trouvères, faciles à situer dans le temps et l’espace, celui du milieu lyrique en Champagne2. Mais rappelons brièvement le champ sémantique où évolue la notion de service.

  • 3  Voir les articles du Tobler-Lommatzsch 564-569, du Godefroy X 679 b, du FEW XI 536 a.

2Dès ses premiers emplois, l’idée de l’étymon servire s’est effacée pour céder la place à une soumission à la fois active et consentie3, qui apparaît tout particulièrement en contexte religieux, ainsi dans la Séquence de sainte Eulalie :

  • 4  A. Brasseur et R. Berger, Les séquences de sainte Eulalie avec les autres poèmes du manuscrit 150 (...)

Voldrent la faire diaule servir4.

  • 5  Les Romans de Chrétien de Troyes, V, Le conte du Graal (Perceval), publié par F. Lecoy, Paris, Cha (...)

Très tôt aussi, la littérature vernaculaire emploie le verbe servir pour désigner une attitude courtoise et pleine d’urbanité réservée aux femmes, ainsi dans l’Eneas ou encore chez Chrétien : « Dames et puceles servez »5 se voit recommander le jeune Perceval. C’est donc à la fois un arrière-plan de religiosité et une métaphore féodale qui vont passer dans la lyrique. On notera que le verbe servir y est beaucoup plus fréquent que son substantif service, du moins dans le corpus ici étudié.

3Ni servir ni service ne sont des mots-rimes. Cependant certains trouvères réservent volontiers cette place d’importance à service :

  • 6  Duchesse de Lorraine, RS 1640, v. 10-12, texte dans le ms. C (BM Berne 389), édition diplomatique (...)

Gens vilaine que je tant redoutoie
M’ont si grevé et si arriere mise
Qu’ains ne vos pou merir vostre servise6.

4Comme dans ces vers de la duchesse de Lorraine, le motif n’est jamais explicité par une quelconque actualisation, à défaut de définition. Le domaine du service relève de l’implicite. La place à la rime laisse aux autres rimes qui entrent en résonance avec service le pouvoir de développer les harmoniques pour donner au mot sa tonalité propre là où le poète a choisi de l’insérer. Ces rimes sont d’ailleurs assez peu nombreuses. Parfois la rime en -ISE vient conclure la strophe en abab ab cc, les deux rimes finales acquérant de la sorte une force conclusive :

  • 7  H. Petersen Dyggve, Gace Brulé, trouvère champenois. Édition des chansons et étude historique, Hel (...)

[Amour] Qui m’ocit en son servise
Qui touz sui en sa devise7.

On glisse ainsi de conquise/requise à mise/sanz faintise, emprise/jusqu’al juïse pour aboutir à :

  • 8  Ibidem, v. 39-40.

Pour ce sui en son servise
Ja m’en a joie pramise8.

– ici, la force d’un serment qui engage la vie bien plus qu’une certitude d’accéder à cette joie.

5Parfois les mêmes rimes amènent une assertion plus tragique encore, renforcée par l’écho d’une rime assourdie, qui se réserve la conclusion : (ligne) mise/devise/justise…

  • 9  Gace Brulé, III, RS 772, v. 31-34.

Qui que le tieigne a folour
Je ferai son servise.
Ha ! jel me quis
Ce dont muir pensis9.

6Il suffit alors d’introduire dans la ligne des mots-rimes attendus tel ou tel autre pour que la tonalité subtilement se subvertisse, ainsi chez Gautier de Dargies, fin connaisseur de l’art de Gasçoz son compainz ; la ligne bien aprise/sanz faintise/justise amène avec franchise un accord en majeur, cri d’espoir et de conviction :

  • 10  Gautier de Dargies, Poesie, edizione critica a cura di A. M. Raugei, La Nuova italia editrice, Fir (...)

En li a tant de franchise
Que, se la serf, mon servise
Raverai10.

tandis qu’ailleurs la ligne franchise/remise/entreprise nourrit le reprovier qui se veut discret conseil :

  • 11  Ibidem, XIV, RS 1626, v. 7-8.

Je m’en plaig pour mon servise
Qui m’en est tant demourez11.

  • 12  H. Petersen Dyygve, « Personnages historiques figurant dans la poésie lyrique des XIIe et XIIIe si (...)

7Chez Pierre de Moslins, élève appliqué et amoureux modèle, le « servise d’Amors » suit sagement la ligne guise/a devise/prise pour l’expression solennelle de son sentiment12, tandis que chez Thibaut de Champagne, au gré d’un futur qui distille ses fallacieuses promesses, le service quitte le champ du pathétique pour une conquête qui n’est rien d’autre que le plaisir du chant :

  • 13  Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre, édition critique publiée par A. Wallensköld, (...)

Je sai de voir que j’avrai conquise
Douce dame ce que mes cuers plus prise.[...]
Et je me fi tant en sa grant biauté,
Qui des autres se desoivre et devise,
Que il me plest a estre en son servise13.

8Le « service d’amour » ainsi placé à la rime pourrait se définir comme le pivot d’une proclamation de la foi, il en constitue le plege, confirmation de l’amour qui appelle la réponse de la dame, sa guise, durement déniée ou miroitant à l’horizon des attentes indéfiniment reculées.

9Dans le corps du vers, « service » fonctionne en liaison avec d’autres motifs. Il est souvent enchâssé dans des formules sententieuses, liées à un discours d’allure didactique :

  • 14  Gautier de Dargies, XXII, RS 1575, v. 19-20
  • 15  Les chansons de Colin Muset, textes et mélodies éditées par Ch. Callahan et S. N. Rosenberg, V, RS (...)

Ja nus services ne sera peris
A fin amant qui en douz lieus l’emploie14.
Boens servises ne puet perir15.

10Il n’est pas davantage prétexte à une définition, que l’arrière-plan féodal soit prégnant :

  • 16  Thibaut de Champagne, IX, RS 711 v. 11-12.

On ne doit pas seigneur servise vendre
Ne vers Amors mesdire ne mesprendre16.

ou que ce soit le domaine religieux :

  • 17  Thibaut de Champagne, XXI, RS 1479, v. 33-35.

Et la fins est venue voirement
Que cruautez vaint merci et prïer
Ne servises n’i puet avoir mestier17.

11Mais, sans doute parce qu’il est lié à la notion du guerredon par l’entremise de l’expression « merir le/mon service », on peut noter que service se trouve souvent employé en des contextes de tonalité joyeuse, frémissants d’espoir :

  • 18  Gace Brulé, *10, RS 1872 = 1884 v. 28-31.

Ne cuidiez pas, dame, ce soit folors,
Se je vos aim et serf et lo et pri,
Tant ai servi, vostre sera l’onors.
Quant vos m’avroiz mon service meri18.

12Nous retrouverons cette thématique déclinée à l’infini par les anominationes de Gautier de Coinci, servir, parfait écho rimique à desservir, est glorification de la réciprocité des amours mariales. Il semble que le moine-trouvère ait été sensible à cette aura d’espérance où trouvait à se développer le motif du service enclos dans le vers, même chez Gace :

  • 19  Gace Brulé, *3, RS 389, v. 5-6 et 41-44.

Bonement m’a asseüré
Cele u mes services est saus [...]
Je m’os bien vanter en chantant
Qu’ainc nus si loiaus n’ama,
Ne son service n’emploia
En si sage n’en si vaillant19.

13Le mot service est en connexion étroite avec les règles codifiées d’un art du chant, d’un art d’aimer, cela explique peut-être qu’il puisse fonctionner comme une vérité qu’on assène et non comme l’expression déchirante de questions existentielles.

14Le verbe servir recouvre des réalités plus complexes. Employé absolument, le verbese rapproche du substantif, on trouve biau servir connoté positivement, que le contexte pathétique l’oppose en sa perfection aux cruautés du destin, comme dans ces vers de Gace :

  • 20  Gace Brulé, XXXIX, RS 233, v 21-22.

Nus ne porroit contre sa mescheance
Si biau servir que ja li vausist nient20.

ou qu’à rebours il serve à affermir la confiance, ainsi dans la note de Colin Muset :

  • 21  Colin Muset, III, RS 74, v. 14-17.

Je ne cuit pas ensi morir
S’ele m’i voloit retenir
En bien amer, en biau servir ;
Et du tout sui a son plesir21.

15Le substantif serf, que la lyrique emploie peu, sans doute parce qu’il ressortit en d’autres registres au vocabulaire de l’insulte, est remplacé par le participe servant que nous trouvons dans une chanson de Guiot de Dijon :

  • 22  Guiot de Dijon, Canzoni, edizione critica a cura di M. S. Lannuti, Sismel, edizioni del Galluzzo, (...)

Ades vait merci criant
Amors, aidiez vo servant22 !

  • 24  Ch. III RS 661 = 715, v. 32-33 et 41-42.

En lonc servage
Est qui aimme [...]
Mal seignorage
Fet mal servir24.

  • 25  G. Lavis, L’expression de l’affectivité dans la poésie lyrique du Moyen Âge (XII et XIIIe siècles) (...)

16À l’infinitif, servir est fréquemment employé comme rime, mais développe une ligne trop diverse pour être significative. Les formules étudiées par G. Lavis25 ou R. Dragonetti, « servir en manaie/en pardon/en esperance… », sont ici rares. Servir entre dans des couples chers à la langue médiévale, ces couples sont propres à certains trouvères, ainsi Gace affectionne « servir et honorer » là où Thibaut préfère « servir et prier », « servir et obéir » et Gautier de Coinci « servir et amer », variations intéressantes en soi qui éclairent des choix poétiques.

17Le motif du service occupe la totalité du champ temporel, passé, présent, futur. Le verbe servir se trouve aussi bien dans le cadre d’une pastourelle, d’une satire, d’une chanson de croisade que dans le Grand Chant, il rejoint les emplois didactiques de service quand il est l’apanage d’un Il, ou d’un Qui, mais on le trouve aussi avec le Je sujet. Il arrive même que le trouvère l’emploie dans un contexte péjoratif, lorsque les exigences du service d’amour poussent le fin ami à faire bonne figure à des rivaux haïs :

  • 26  Guiot de Dijon, XIV, RS 647, v. 10-14.

Esperance d’avoir alegement
Et ce qu’Amors m’a pramis a aidier
Me font chanter et rire et envoisier
Et honorer et servir tote gent
Nis les felons26

  • 27  Ch. XVI, RS 1397, v. 10 « Por li m’estuet mainte gent obeïr ».

18Pour une thématique semblable, Thibaut de Champagne remplace servir par obéir – évident synonyme27. Le verbe servir se rapproche de son étymologie quand les conditions du service le rendent à la fois incompréhensible et insupportable, c’est le motif de l’amour fatal, propre à la poétique de Gace Brulé. Plus souvent, le service dessine en filigrane la nécessaire réciproque : passant par la parole, le chant, le service ne saurait dérouler ses rites devant une dame ignorante, il en postule la présence, tout comme le fidèle ou l’officiant au service divin qui ne peut supposer vide l’espace où sa voix s’élance. La réponse – le silence éloquent, mais difficilement déchiffrable de la Dame – peut à son tour se voir marquer de réprobation, le trouvère parle alors de « servir/être servi d’ennui » :

  • 28  Gautier de Dargies, XXII, RS 1575, v. 3.

De maint ennui ai puis esté servis28

C’est le propre des losengiers, dont la dame doit se garder, comme l’édicte Colin à sa belle :

  • 29  Colin Muset, V, v. 13-14.

Bien se doit Blondette gaitier
K’adés vuelent d’anui servir29.

Il est vrai que Colin s’autorise le jeu de mots même pour les plus graves règles d’amour lorsque chez lui le maître en l’art de trouver se mue tout soudain en maître… d’hôtel :

  • 30  Colin Muset, III, v. 37 et 42-43.

Ma bele douce amie [...]
Vous serez bien servie
De crasse oës rostie30

19Ce dernier exemple paraît particulièrement révélateur de l’aisance avec laquelle les grands trouvères se jouent de la topique, pour eux véritable espace de liberté créatrice. On peut ainsi penser que Robert de Rains, ce jongleur au talent original, n’exprime pas sans une certaine distanciation ironique le but fort précis de son service, et cela dans une chanson à l’orthodoxie courtoise impeccable :

  • 31  W. Mann, « Die Lieder Robert de Rains, genannt La Chievre » in Zeitschrift für rom. Philol., XXIII (...)

Diex, porrai tant servir
Que nue la puisse tenir
A loisir31 !

Robert n’est-il pas le premier, à avoir composé une sotte-chanson ?

20Quintessence du chant, l’œuvre de Gace Brulé ignore le mélange des tons. Le lien qui unit l’amant à l’aimée relevant du destin, le service est ainsi justifié par sa fatalité même :

  • 32  Gace Brulé, I, RS 1579, couplet III « apocryphe », v 23-24.

Ainz sui pour li servir nasquis
Coument que mes destraigne32.

Servir s’inscrit sous le signe du toujours, il relève absolument du mode de l’intensité :

  • 33  Ch. XVIII, RS 1757, v. 11-14.
  • 34  Ch. XX, RS 1977, v. 26-28.

Grant poinne a et grant ire
En amor maintenir,
Plus que ne vos puis dire,
Qui tant la vuet servir33.
Si ne m’en doit repentir
Que cil qui tant servi a
Ne doit perdre por soffrir34.

Mais comme pour toute ascèse, jamais l’idéal n’est atteint :

  • 35  Ch. I, envoi.

A Guiot de Ponceaus mant
Ke nus ne puet trop servir35.

21Dans la ligne des rimes qui font écho à servir entre joïr et morir, seul le second est de fait assuré, et l’alternative se résout en dilemme, ni chanter ni aimer ne sauraient connaître de terme, puisque le service se veut cheminement vers l’infini de la perfection :

  • 36  Ch. XIII, RS 361, v. 41-44.

Dame, mout ai petit servi
A tel don con je vos ai quis
Maiz mes cuers m’a vers vous plevi
D’estre li plus loiauz amis36

22C’est ainsi que le couple servir et honorer dévoile chez Gace la plus haute des conceptions poétiques, le servant s’y fait l’orgueilleux ministre d’une sacralisation de l’art, transformant par la grâce de ses mots l’Aimée en Plus que rose, les compagnons en initiés, la chambre de la dame en thalamos, refermé sur sa mystérieuse splendeur :

  • 37  Ch. XXIII, RS 1939, strophe I.

Compagnon, je sai tel cose
Ki chanter me fait sovent :
Dame plus belle que rose
Ki maintient joie et jovent.
Garis est ki servir l’ose
Et qui sa merite atent
K’ades est sa chambre enclose
De tous biens entierement37.

23Pour Gautier de Dargies, les rituels du service d’amour se chantent sur un autre mode. Ce poète de descors excelle dans la rupture – et c’est bien ainsi que ses contemporains ont compris sa personnalité poétique.

  • 38  Ch. XIII, v. 23-27.

Cele serf sanz repentance
Qui m’ a doné esperance
De servir
Ha Dex, donez lui vuoillance
De merir38.

24Le service sera alors unemise en scène des antithèses, mime de la balance qui marque cet amour, entre l’ire et l’espoir ; non moins fier de sa valeur que Gace, Gautier fait du service la pierre de touche d’un univers manichéen où l’autre, mauvais poète mauvais amant, ne sert que de repoussoir et d’exutoire à la malédiction et ses males paroles.

25Hormis Gace, un seul trouvère des cours champenoises a donné au service d’amour une place prédominante en son univers poétique, c’est Guiot de Dijon. Guiot est un trouvère de la « stricte observance », il respecte soigneusement la topique, les règles du service s’édicteront souvent sous la forme des assertions généralisantes :

  • 39  Ch. VI, RS 1088, v. 10-13.

Bien est Amors sans pitié
Quant ceus met en nonchaloir
Qui por li sunt envoisié
Er servent sans decevoir39.

  • 40  RS 117.

26Sa chanson XII40 tourne ainsi autour du motif du service, fondé sur le commandement premier de la dame, service qui débuta « en enfance » par le don du cœur, devint ensuite un usage, une volonté, un espoir, une valeur enfin, qui englobe, avec tout l’avenir, et la mort et la vie en un précieux hysteron-proteron. Guiot, avec ce scrupuleux respect des motifs convenus, réussit à faire entendre sa tonalité propre, car la valeur de la dame jointe à la sienne finit par le laisser tout rempli de l’espoir du merir accordé à son mérite, et c’est bien suffisant pour continuer de chanter ! Dans les chansons de Guiot, servir s’inscrit sous le signe du comment, fontionne avec les adverbes, bien ou plus ou lonc tans. Ici la liturgie a des aspects d’étiquette.

27Comme Jocelin de Dijon, Thibaut de Champagne n’hésite nullement à parler de service d’amour en s’adressant à une bergère :

  • 41  Pastourelle LII, RS 529, v. 22-24.

Qui set donc avoir amie
Ne servir a son talent
Fors chevalier et tel genz41 ?

Voilà qui éclaire d’un autre jour les belles déclarations dont Thibaut se veut le champion dans le Jeu-Parti :

  • 42  Ch. XLIV, RS 1666, v. 11-14.

Ne dites pas pour quoi ele vous hee
Mais servez tant et fetes-le pour quoi
Qu’ele sache ce que vostre cuers bee ;
Que par servir est maintes amors donnee42.

28Le service d’amour ne se réduirait-il qu’à ce cérémonial obligé du séducteur ? Il est cela aussi pour Thibaut, bien trop fin pour se faire la dupe et de la bergère aux trop vives récriminations et de soi-même, s’enchantant comme rossignol à son propre poème… Mais c’est avec une certaine indulgence que le poète s’écoute séduire, se peint courtisan docile de la trop folâtre déesse, retombe comme en quasi citation sur les mots de son maître Gace Brulé qui, pour avoir été parfait, n’en fut pas davantage eüreus :

  • 43  Ch. XXX, RS 2026, v. 42-45.

Et se Amors estoit bien apensee,
Ele donroit a fin ami loial
Joie et secors pour sosfrir trop grant mal ;
Ensi seroit servie et honoree43.

29On retrouve ici cette légère distanciation souriante qui est la personnalité poétique de Thibaut. S’y glisse aussi une subtile forme de désenchantement non point à l’égard de l’art du trouver, magnifiquement célébré durant toute une vie de roi poète, mais à l’égard du monde, des autres, et aussi peut-être de soi, quant la joie ne naît que d’éprouver et de célébrer l’amour, jamais de l’obtenir en partage :

  • 44  Ch. XVI, RS 1397, v. 12-14.

Mes se nus puet a bone amor venir
Par bien amer et loiament servir
Ge sai de voir qu’encor en avrai joie44.

30Le service se fait ainsi liturgie de l’impossible, car qui peut se dire sûr de sa chance, maître de son cœur, juste enfin devant Dieu ? De ses amours, l’on n’est jamais seigneur, sauf quand l’on n’aime plus :

  • 45  Ch. XV, RS 1268, v. 27-30.

Or la m’estuet servir
– Ne m’en puis plus tenir –
Et du tout obeïr
Plus qu’a rien qui soit née45

31Plutôt que fatalité, c’est une sourde inquiétude que recèle le motif, la tristesse de se savoir fragile dans un monde incertain :

  • 46  Ch. XXI, RS 1479, v. 21-26.

Dame, se je servisse Dieu autant
Et priasse de verai cuer entier
Con je faz vous, je sai certainement
Qu’en paradis n’eüst autel loier ;
Mes je ne puis ne servir ne prier
Nului fors vos46

32Le roi-poète ne se donne pas le ridicule de se peindre en pauvre, ébloui par le parage de la dame, son emploi du motif relève du religieux, le service d’amour se mire et se confronte au service de Dieu, comme les deux faces d’un même devoir, d’une même fascination, d’une impossible réalisation :

  • 47  Ch. LIV, RS 757, v. 33-36.

Bien doit mes cuers estre liez et dolanz :
Dolanz de ce que je part de ma dame,
Et liez de ce que je sui desirranz
De servir Dieu qui est mes cors et m’ame47.

33À sa façon qui n’était pas celle de Gautier de Dargies, Thibaut peint un service en balance, un art où l’orthodoxie parfaite n’assure pas la valeur, où la vérité de la parole n’est aucunement certitude de compréhension et de communication.

34D’une cour à l’autre s’échangeaient les chansons puis d’autres trouvères aux écoutes entraient à leur tour dans le cercle magique. Lorsque Gautier de Coinci reprend le motif du service, la place extraordinaire qu’il lui concède dans ses vers montre l’importance qu’il lui voyait.

  • 48  Ch.I, RS 851, strophe IX.

Douce dame qui bien te sert
L’amor ten douz fil en desert.
Bien est droiz c’on te serve.
Tuit cil qui bien te serviront
Joie sanz fin deserviront.
Diex doint je la deserve48 !

35Le service de Notre-Dame, contrairement à celui du Fin Amant, est assuré d’obtenir la joie. Il n’a rien d’incertain, rien d’irréalisable, le salut est à portée d’âme, à portée d’amour, il y suffit d’aimer et de chanter Marie. Pas de balance, pas d’antithèse. Marie est aussi ferme qu’un pont jeté entre terre et ciel, aussi transparente que la fenêtre qu’elle ouvre sur l’au-delà ! Nulle demande de perfection. Le plus parfait est le simple Ave, mais rien n’empêche le trouvère de valeur de polir et ciseler ses vers chargés de feuilles et de fruits. Enfin nulle tristesse, car pour Gautier, chanter Marie et l’aimer, c’est la servir, et ce service est pures délices, véritable déduit :

  • 49  Ch. II, RS 603=748, v. 14-18.

A seür port touz çax mainne et conduit
Qui de bon cuer entrent en sen conduit
En li servir sont tuit li grant deduit
Car c’est et fu la tres savoureuse ente
Qui touz nous paist de sen savoureus fruit49.

36Comme la dame de Thibaut, plus lumineuse que le clair soleil au zénith d’un ciel estival, Marie est pure clarté ; mais pour Gautier, le service de Marie possède l’avenir tout entier et sa liturgie est une liturgie de l’éblouissement.


*

37Dans l’échange des chansons, le travail intertextuel qui cactérise l’art lyrique permet une réflexion sur les motifs essentiels chantés par les trouvères. Le mot service prend ainsi pour un temps un goût, une tonalité particulière et reconnaissable. Le motif du service d’amour renvoie non seulement à une topique générale et connue de tous, mais s’intègre dans le système que construit chaque poète de valeur auxquels ses confrères vont emprunter, avant d’y apporter les infinis miroitements de la variation. Tant il est vrai qu’une topique ne peut faire éprouver l’enchantement que si elle est une force vive.

Annexe

et chez Gautier de Coinci :

[Notre Dame, toi)]Qui deffens et escremis
Del diable et de ses tours
Tes servanz et tes amis23.

On n’en appréciera que davantage les formules vigoureuses d’un Pierre de Moslins :

Haut de page

Notes

*  Cet article reprend en l’aménageant une communication faite au Douzième Congrès de la Société Internationale de Littérature courtoise (Mythes à la cour, mythes pour la cour, Genève-Lausanne, 29 juillet-4 août 2007).

1  R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise, contribution à l’étude de la rhétorique médiévale, Bruges, de Tempel, 1960, p. 78.

2  Pour le corpus étudié, on nous excusera de renvoyer à M.-G. Grossel, Le milieu littéraire en Champagne sous les Thibaudiens, Orléans, Paradigme, 1994. Cf. aussi Chansons des trouvères, chanter m’estuet, édition critique de 217 textes lyriques d’après les manuscrits, mélodies, traduction, présentation et notes de S. N. Rosenberg et H.  Tischler, Paris, Lettres Gothiques, 1995.

3  Voir les articles du Tobler-Lommatzsch 564-569, du Godefroy X 679 b, du FEW XI 536 a.

4  A. Brasseur et R. Berger, Les séquences de sainte Eulalie avec les autres poèmes du manuscrit 150 de Valenciennes, « Rithmus Teutonicus », « Dominus cæli rex », « Uis fide », Genève, Droz, 2004 (v. 4).

5  Les Romans de Chrétien de Troyes, V, Le conte du Graal (Perceval), publié par F. Lecoy, Paris, Champion, 1975, v. 539.

6  Duchesse de Lorraine, RS 1640, v. 10-12, texte dans le ms. C (BM Berne 389), édition diplomatique de J. Brakelman, Die altfranzösische Liederhandschrift Nr 389 der Stadtbibliothek zur Bern, Archiv Herrig, XLIII 1868, p. 293.

7  H. Petersen Dyggve, Gace Brulé, trouvère champenois. Édition des chansons et étude historique, Helsinski, 1951 (Mémoires de la Soc. néoph. de Helsingfors, XVI), XIX, RS 187, v. 7-8.

8  Ibidem, v. 39-40.

9  Gace Brulé, III, RS 772, v. 31-34.

10  Gautier de Dargies, Poesie, edizione critica a cura di A. M. Raugei, La Nuova italia editrice, Firenze, 1981, XXIV RS 1753, v. 14-16.

11  Ibidem, XIV, RS 1626, v. 7-8.

12  H. Petersen Dyygve, « Personnages historiques figurant dans la poésie lyrique des XIIe et XIIIe siècles, Messire Pierre de Moslins », Neuphilologische Mitteilungen,XLIII, 1942, p. 62-100, I, RS 14, strophe 2.

13  Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre, édition critique publiée par A. Wallensköld, Paris, SATF, 1925. XXXVI, RS 2126, v. 23-24 et 30-32.

14  Gautier de Dargies, XXII, RS 1575, v. 19-20

15  Les chansons de Colin Muset, textes et mélodies éditées par Ch. Callahan et S. N. Rosenberg, V, RS 48, envoi.

16  Thibaut de Champagne, IX, RS 711 v. 11-12.

17  Thibaut de Champagne, XXI, RS 1479, v. 33-35.

18  Gace Brulé, *10, RS 1872 = 1884 v. 28-31.

19  Gace Brulé, *3, RS 389, v. 5-6 et 41-44.

20  Gace Brulé, XXXIX, RS 233, v 21-22.

21  Colin Muset, III, RS 74, v. 14-17.

22  Guiot de Dijon, Canzoni, edizione critica a cura di M. S. Lannuti, Sismel, edizioni del Galluzzo, 1999, V, RS 317, v. 6-7.

23  Pour Gautier de Coinci, cf. A. Långfors, « Mélanges de poésie lyrique française », Romania LIII, p. 474-538 et Romania LVI p. 33-44. IV, RS 1836, v. 26-28.

24  Ch. III RS 661 = 715, v. 32-33 et 41-42.

25  G. Lavis, L’expression de l’affectivité dans la poésie lyrique du Moyen Âge (XII et XIIIe siècles). Étude sémantique et stylistique du réseau lexical « joie-dolor », Paris, Belles Lettres, 1972.

26  Guiot de Dijon, XIV, RS 647, v. 10-14.

27  Ch. XVI, RS 1397, v. 10 « Por li m’estuet mainte gent obeïr ».

28  Gautier de Dargies, XXII, RS 1575, v. 3.

29  Colin Muset, V, v. 13-14.

30  Colin Muset, III, v. 37 et 42-43.

31  W. Mann, « Die Lieder Robert de Rains, genannt La Chievre » in Zeitschrift für rom. Philol., XXIII, 1899, p. 79-116. Ch.VI RS 1485, v. 20-23.

32  Gace Brulé, I, RS 1579, couplet III « apocryphe », v 23-24.

33  Ch. XVIII, RS 1757, v. 11-14.

34  Ch. XX, RS 1977, v. 26-28.

35  Ch. I, envoi.

36  Ch. XIII, RS 361, v. 41-44.

37  Ch. XXIII, RS 1939, strophe I.

38  Ch. XIII, v. 23-27.

39  Ch. VI, RS 1088, v. 10-13.

40  RS 117.

41  Pastourelle LII, RS 529, v. 22-24.

42  Ch. XLIV, RS 1666, v. 11-14.

43  Ch. XXX, RS 2026, v. 42-45.

44  Ch. XVI, RS 1397, v. 12-14.

45  Ch. XV, RS 1268, v. 27-30.

46  Ch. XXI, RS 1479, v. 21-26.

47  Ch. LIV, RS 757, v. 33-36.

48  Ch.I, RS 851, strophe IX.

49  Ch. II, RS 603=748, v. 14-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Geneviève Grossel, « Remarques sur le motif du « service d’amour » chez quelques trouvères des cercles champenois », Cahiers de recherches médiévales, 15 | 2008, 265-276.

Référence électronique

Marie-Geneviève Grossel, « Remarques sur le motif du « service d’amour » chez quelques trouvères des cercles champenois », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/5893 ; DOI : 10.4000/crm.5893

Haut de page

Auteur

Marie-Geneviève Grossel

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org