Navigation – Plan du site

Pascale Mounier, Le Roman humaniste : un genre novateur français, 1532-1564

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Pascale Mounier, Le Roman humaniste : un genre novateur français, 1532-1564, Paris, Champion (« Bibliothèque littéraire de la Renaissance »), 2007, 506 p.

ISBN 978-2-7453-1340-9

Texte intégral

1Le genre romanesque a-t-il été pratiqué en France au XVIe siècle ? A en croire les manuels ou les histoires littéraires, au vu de l’absence de textes un tant soit peu connus, ceux de Rabelais exceptés, étant donné enfin le manque d’études de synthèse sur le sujet, on pourrait être tenté d’en douter. Les œuvres, parfois très originales, ne manquent pourtant pas – qu’au demeurant certains éditeurs, comme Passage du Nord-Ouest, ont le mérite aujourd’hui de contribuer à faire connaître – et on n’a cessé en fait de s’intéresser au roman à la Renaissance, des vieux romans de chevalerie hérités du Moyen Âge aux premières traductions françaises des romans grecs. Relativement abondante, la production romanesque renaissante ne s’en définit pas moins par son caractère essentiellement allogène (traduction, adaptation, réécriture ou imitation de textes antiques, médiévaux et étrangers contemporains), et comme une pratique presque entièrement dépourvue de théorie.

2C’est ce dernier point notamment qui explique la difficulté d’entreprendre une étude sur cette matière, susceptible de deux approches bien différentes : soit une approche que l’on peut qualifier d’essentialiste, considérant que le roman constitue un genre caractérisé par certains invariants repérables dans des textes de toute période et de toute sorte, y compris ceux qui ne se conçoivent pas spécifiquement comme des romans ; soit une approche plus empirique, voulant éviter de plaquer sur une époque où elles ne sont pas forcément opératoires des catégories littéraires héritées du XIXe ou du XXe siècle. De son côté PM opte pour le premier type d’approche, en situant d’emblée son étude dans une perspective bakhtinienne où le genre romanesque se définit par son aptitude à combiner et à faire jouer de multiples strates de discours, en somme par son « dialogisme ». On notera qu’elle adopte ainsi un point de vue résolument opposé à celui de M. Bouchard dans un ouvrage récemment paru et consacré presque à la même question (Avant le roman. L’allégorie et l’émergence de la narration française au XVIe siècle, Rodopi, 2006) ; précisément à cause de leur approche très différente du même objet, les deux études méritent d’ailleurs une lecture conjointe, même si le postulat initial de M. Bouchard, définir le roman comme narration en français, s’il a le mérite de souligner les liens entre Moyen Âge et Renaissance, apparaît insuffisamment justifié.

3Admettant donc dès son introduction que « le roman possède des lois immuables » (p. 9), PM, après avoir elle aussi insisté sur la continuité entre les périodes médiévale et renaissante, dresse un « état des lieux des publications romanesques françaises entre 1500 et 1592 » qui atteste de la vitalité du genre, et où elle distingue deux ensembles : d’un côté tout ce qui relève de la traduction, de l’adaptation, de la réécriture et de l’imitation des romans de chevalerie médiévaux ou étrangers (pour ces derniers, il s’agit principalement des nombreux livres d’Amadis de Gaule), des romans antiques et des récits sentimentaux et pastoraux italiens ou espagnols, ensemble où PM n’enregistre que très peu de véritables créations (six pour le roman de chevalerie, p. 22) ; de l’autre un petit groupe de textes rangés sous l’étiquette de « roman humaniste » qui, sans se définir explicitement comme romans, se distinguent nettement du premier ensemble par leur caractère novateur et leur aptitude à faire du langage l’objet même de la narration, au nombre desquels PM met, entre 1532 et 1564, les cinq Livres de Rabelais, Les Angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne, la Mythistoire barragouyne de Fanfreluche et Gaudichon (Guillaume des Autels ?) et l’Alector de Barthélémy Aneau (notons que bizarrement un texte peu connu, le Melicello de Jean Maugin, est évoqué p. 32 mais exclu sans justification du corpus).

4Sans nous attarder sur la deuxième et la troisième partie de l’ouvrage, consacrées à une analyse détaillée des huit œuvres représentant le « roman humaniste » français, il faut souligner le grand intérêt (notamment pour le médiéviste qui s’interroge sur le devenir d’un des genres phares du Moyen Âge) de la première, qui présente en quatre chapitres un tableau de la « pratique romanesque dominante au XVIe siècle », le fond en somme sur lequel se détachent les œuvres de Rabelais et consorts. Cette pratique est essentiellement abordée sous l’angle de sa théorisation et de sa réception, et c’est peut-être au détriment du contenu même des œuvres considérées – qu’il était peut-être peu envisageable, à dire vrai, d’étudier en détail dans le cadre que s’était fixé PM. En se consacrant à une étude lexicologique du mot roman, le premier chapitre permet d’abord de mettre en évidence le sens essentiellement restreint dans lequel ce terme est employé (celui de « récit plaisant des aventures chevaleresques et amoureuses de héros imaginaires », p. 59) et donc son inaptitude à subsumer les diverses incarnations du genre romanesque renaissant, d’autant plus que ses connotations sont très souvent péjoratives. De même le deuxième chapitre (« Le roman, un genre aux marges des théories de la poésie et de la rhétorique ») montre l’absence d’un véritable discours théorique sur le genre, chez les Italiens – pourtant en avance sur cette question, avec les traités de Pigna et de Cinzio sur le romanzo, désireux d’encourager les auteurs à suivre l’exemple de l’Arioste – comme chez les Français ; un vide théorique compensé en partie seulement, comme on le voit dans le quatrième chapitre, par la réflexion qui s’élabore, le goût du lectorat pour les romans ne se démentant pas, autour de la notion de plaisir, en particulier chez les adaptateurs d’Amadis et chez Amyot traducteur des Ethiopiques d’Héliodore. C’est dans le troisième chapitre de cette partie, finalement, que l’on touche de plus près au contenu des œuvres : en insistant plus particulièrement sur quelques exemples (le Rommant de Richart sans paour de Corrozet, Philandre et Passerose de Des Gouttes, la série des Amadis), PM envisage de façon éclairante les différentes modalités de « transposition d’un matériau linguistique » (traduction, adaptation, réécriture) mises en œuvre dans les romans renaissants, où l’on retrouve d’ailleurs nombre de traits déjà bien attestés au Moyen Âge, ainsi la tendance à l’exhibition, voire à l’invention de la source, et à l’exhibition conjointe de l’adaptateur qui met en avant son travail sur le texte.

5En somme, même si l’on peut regretter peut-être une séparation trop marquée entre le « roman humaniste » d’un côté, privilégié parce que novateur, et le reste de la production romanesque renaissante, trop peu considérée pour elle-même à cause justement de son manque d’originalité (peut-être plus postulé que véritablement démontré, faute d’une étude suffisamment détaillée des œuvres en question), l’ouvrage de PM n’en parvient pas moins, au-delà même des ambitions que l’auteur s’était fixées, à produire la synthèse qui jusqu’à présent manquait sur le roman français du XVIe siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Pascale Mounier, Le Roman humaniste : un genre novateur français, 1532-1564 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/4083

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org