Navigation – Plan du site

Samuel Leturcq, Un village, la terre et ses hommes. Toury en Beauce, XIIe-XVIIe siècle

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Samuel Leturcq, Un village, la terre et ses hommes. Toury en Beauce, XIIe-XVIIe siècle, Paris, CTHS, 2007, 565 p.
ISBN 978-2-7355-0631-6

Texte intégral

1Le propos de ce travail, issu d’une thèse, est de partir de l’examen minutieux d’un espace paroissial pour aboutir à des définitions satisfaisantes de l’usage par ses exploitants de ce qu’on appelle l’openfield dans un système d’économie agro-pastorale (céréales et ovins). Grâce au fonds des dames de Saint-Cyr qui reçurent en dotation au XVIIe siècle ce domaine venu de Saint-Denis en France, il est possible de mener une enquête régressive depuis 1696 (plan et registre terrier) et de remonter l’état parcellaire jusqu’à un censier de 1382. Plus anciennement, on doit s’en tenir à ce qu’a dit Suger de sa propre administration des années 1109-1122. La méthode diachronique est régressive et s’appuie sur une micro analyse non seulement spatiale et lexicographique, mais également archéologique et ethnographique pour essayer de voir le fonctionnement des rotations d’assolement et du pacage en vaine pâture dans une paroisse dont les parcelles très allongées des champs, tous ouverts, étaient encore en 1696 (et au XXe siècle débutant) extrêmement nombreuses (plus de 5200) et très généralement de faible superficie (moins de 0,2 ha en moyenne, hors des 43 métairies) et où en 1810 les parcours des ovins prétendaient toujours à un espace inter paroissial. On doit avouer un peu de perplexité, moins sur la méthodologie, qui fait l’objet d’une première partie bien enlevée et souvent pertinente, que sur l’ensemble. Il n’est pas mauvais, en effet, de se poser des questions sur l’historiographie des concepts d’openfield et de bocage, les formes des parcelles affectées parfois arbitrairement à chaque type. Les simplifications qui associent au premier l’habitat groupé et une gestion collective (relative) et traditionnelle, et au second l’éclatement et un individualisme novateur, réservent sans nuance à l’un ou l’autre système des pans entiers du territoire français. Le choix de Toury, en pleine Beauce « orléanaise », au paysage d’une désolante platitude, actuellement fleuron des rotations blé / betterave ou colza et victime des mises en jachères européennes mais au XIXe siècle encore parcouru d’ovins broutant en vaine pâture, est apparu un bon objectif d’étude, sélection appuyée sur quelques belles archives d’autant qu’un autre domaine de Saint-Denis, Rouvray Saint-Denis, pouvait permettre quelques rapprochements et comparaisons.

  • 1  L’enclave de la paroisse de Teillay-le-Gaudin sur laquelle le terroir du hameau de Germonville dev (...)

2La seconde partie (« Une structure agraire collective », 142 pages) est une description des terroirs et de leurs structures du XVIIe au XIXe siècle, en partant du finage de 1696 connu à la fois par un plan parcellaire d’Altin Fleury et par le terrier et ses 380 déclarations de propriétaires ou d’exploitants. Cela a permis grâce au SIG de fort précieuses cartes récapitulatives, générales et partielles, très précises, même si des légendes laissent à désirer, d’y reporter les grands regroupements toponymiques (les « champtiers », dont certains « fantômes »), d’y faire valoir au besoin telle ou telle route ou orientation, d’y distinguer les forains des paroissiens. On a là un très bel instrument, défendu on l’a dit avec brio dans la première partie, pour scruter 5500 parcelles analysées à l’aide de nombreux tableaux et quelques graphiques. La société villageoise, lors de la dévolution aux Dames de Saint-Cyr, comprenait quelque 380 déclarants dont 60% avaient moins de 5 parcelles et 81% totalisaient moins de 5 ha sur 17% du finage. On avait donc une micro-propriété à côté de 43 métairies dont les 1746 parcelles occupaient près de 45% de la superficie de Toury. Première pierre d’achoppement pour le chercheur, le terrier ne dit rien de 3500 parcelles (67,3% de l’ensemble) représentant 947 ha (p. 91). Cette question n’apparaît plus par la suite, alors que la superficie moyenne de 0,27 ha de ces parcelles les rendrait assez difficilement attribuables à des métairies supplémentaires, comme il est cependant suggéré ; le lecteur reste lui aussi dans l’expectative : de qui dépendaient ces métairies ? Une partie non négligeable des déclarants (56,86%…) est formée de forains, gens des paroisses alentour ou de plus loin (jusqu’à Paris, Blois, Orléans), présents surtout sur les franges nord, est et sud de la paroisse. Or on ne saura rien en échange des débordements des Tourysiens sur les espaces extra paroissiaux, en particulier au sud-ouest et à l’ouest, et il devait bien y avoir une réciproque pour justifier l’extension coutumière des parcours jusqu’aux clochers alentour (fig. 13). Et le décalage de la paroisse vers le sud-ouest, où n’apparaît aucun forain (fig. 9), noté p. 144, n’est jamais éclairci, même pas – plus loin et pour un autre sujet – par l’examen des polygones de Thiessen (fig. 26). La très précise cartographie des déclarants montre pour ceux du bourg la remarquable dispersion au-delà de la couronne proche des maisons, plus l’émiettement des parcelles, y compris d’ailleurs celles des métairies. Les territoires des trois hameaux sont tout aussi émiettés mais plus ramassés1. Comment chacun les cultive-t-il ? L’enquête « ethnologique » des p. 112-115 auprès d’anciens agriculteurs des années 1940 peut surprendre : les durées des labours (calculées à moins d’1/3 ha par jour) semblent bien longues si l’on fait les calculs théoriques – même sans compter dimanche et fêtes –, d’autant qu’elle sont plutôt contredites aux p. 149 et 171. En 1732, d’après les actes de la police rurale, c’est ensemble que les paroissiens demandaient une surveillance des parcours inter paroissiaux prévus par la coutume d’Orléans-Lorris. Quant aux assolements, force est de constater que les contraintes ne sont pas visibles sinon par les formules passe-partout des baux : « cultiver en temps et saisons convenables ». Quant à des pratiques collectives, nulle trace. On reste surpris que jamais dans la réflexion du chercheur n’apparaissent ni ici ni pour les périodes antérieures – et donc plus loin – les représentants (prévôts) de l’unique seigneur de la paroisse (l’abbaye puis les Dames), les desservants de sa paroisse, son receveur, ses sergents, ses dîmeurs et pour la période médiévale tous ces gens plus le capitaine du château. Qui exerce la justice et où ? Qui rappelle la date et le lieu de remise des redevances ? Y a-t-il des mises aux enchères de perceptions et d’offices ? Quels sont les interlocuteurs des exploitants, ceux qui surveillent et remplissent les granges dîmières ? Si l’usage enferme l’exploitant dans un rythme auquel il ne peut que rarement échapper par de menus « désaisonnements », la question « liberté totale ou accord tacite » (p. 209) n’est-elle pas un peu vaine ? La fine recherche des diverses zones de cultures ou « champtiers », dotés de noms particuliers, qui sont dispersés sur les terroirs de l’agglomération et des hameaux, « champtiers » eux-mêmes divisés en quartiers, la quête des espaces propres aux trois hameaux du XVIIe siècle, aux métairies : tout cela est mené avec précision et vigueur. La réalité pratique d’une structure agraire collective ou même concertée, reste malgré tout inaccessible au lecteur : dire la chose ne permet pas d’aller au-delà des suppositions.

3La troisième partie traite de la période médiévale : « L’élaboration d’une structure agraire communautaire » (227 pages). Remonter le temps a permis de s’appuyer sur les censiers de 1382, 1446, 1469, 1470-1471. Ces documents sont tous organisés en suivant le déroulement chronologique des redevances, de la mi-août à la mi-août de l’année suivante (c’est sans doute le sens du titre « papier journal de la recette » de la p. 223, si l’on en croit le tableau 11) ; une même personne revient donc plusieurs fois à l’échéance de chaque taxe qui peut la frapper. Les redevances énumérées avec les lieux sur lesquels elles pèsent attestent d’abord qu’au Moyen Âge il y avait, outre l’agglomération principale, six hameaux, dont trois avaient disparu avant 1543, mais peut-on parler pour cela d’une structure fortement éclatée ? Ensuite ces redevances permettent de dessiner une géographie fiscale du bourg même de Toury, avec les trois zones distinctes des oublies, des franchises et des petits cens (fig. 10, p. 232, quartiers sur lesquels le lecteur alléché ne sera éclairé que plus tard), et, autour, celle des espaces selon les types de levées et les hameaux : coutures, petits cens, grands cens et quelques zones particulières (des vignes et une zone dite « Marmiseu » en limite de Janville qui fait penser aux « marnises » ou marnières de certaines régions assez proches). Le prélèvement principal est un cens en deniers en fonction de la superficie de chacun, ce qui explique des déclarations fines et organise le tableau d’un éparpillement médiéval assez comparable à celui du XVIIe siècle. Les documents tels qu’ils sont ici présentés ne paraissent ni justifier ni infirmer la supposition (p. 283) que « chaque communauté est responsable de son assiette » au sein des terroirs des hameaux et du bourg. Que s’est-il passé entre 1471 et 1543, soit trois générations ? La perplexité du chercheur est avouée ! On voit des changements de mesures, des réévaluations de valeurs métriques, une rétractation de la ceinture maraîchère et viticole du bourg, les parcellaires des hameaux disparus sont venus élargir ceux qui demeurent. Le réseau viaire s’est peut-être mieux affirmé (cartes). On peut même ajouter qu’on n’en saura guère plus pour la période 1382-1446 à peine plus courte et sa gestion dite communautaire. L’auteur s’appuie sur le rapprochement avec un autre domaine de Saint-Denis, Rouvray, et un document de 1475-1476, qui donne les redevances de l’année de 132 parcelles avec des annotations postérieures chiffrées. On a affaire là à des redevances du type bien connu des moisons, ici apparemment appelées « mouesons » (cf. Godrefroy, Dictionnaire, V, p. 364 b, c), fermage en grains de l’année (convertible en deniers parfois) selon la superficie, sur des terres sur l’ancienne réserve en location à terme auprès de l’abbaye. L’intérêt de ce document est d’être un état réel, dont les mentions marginales montrent une rotation des blés, d’hiver, de printemps et des jachères (ici nommés des guérets), rotation qui cependant ne semble pas équilibrée, la jachère étant fort inférieure aux emblavures (p. 336). Pas plus que pour Toury n’apparaît dans ce document un consensus de communauté ou une autorité du bailleur qui gérerait la rotation et ses éventuels manquements locaux.

4Pour suivre et remonter encore le temps, on aborde le moment de Suger et la description – louangeuse – que le grand homme, alors prévôt, fit de son administration. L’évocation des différents domaines et de leur remise en ordre prouve une capacité d’adaptation aux circonstances : tantôt des champarts, tantôt des tenures accompagnant ou non la fragmentation d’une réserve. En ce qui touche Toury, durement éprouvé par les rapines du sire du Puiset contre lequel Suger a mobilisé une « milice », des colons auraient reçu des terres ; le marché hebdomadaire à l’ombre du château aurait renforcé l’intérêt de la croisée des routes Paris-Orléans et Janville-Pithiviers. Après Suger se serait accrue la pression seigneuriale, par l’éviction progressive du maire (entre 1169 et 1215). L’instauration du prélèvement proportionnel à la superficie en remplacement du champart et des cens sur les parcelles du bourg (les oublies) aurait pris place plus tard (à la fin du XIIIe siècle). On peut penser que les conditionnels du texte ne répondent pas toujours aux interrogations du lecteur, y compris sur des cartes placées bien avant dans le texte et dont l’évidence peut lui échapper (la « rationalité » de la fig. 19 citée p. 402 entre autres). Le développement du bourg, en ses trois quartiers autour du château (p. 407, mais fig. 20 p. 234 alors non explicitée) donne lieu à une intéressante étude du déplacement de l’église castrale vers l’habitat qui a provoqué une redéfinition des consuetudines des paroissiens (p. just. 5) en 1232, et un exposé de la formation de trois quartiers chacun soumis à sa propre redevances. Y a-t-il eu charte, affranchissement partiel ou quartiers d’accueil successifs, d’où des déplacements de populations du plat pays au bourg ? La question reste posée. Les parcellaires tels qu’ils se placent le long des voies traversantes seraient-ils antérieurs à l’organisation de l’habitat médiéval ? On remonte donc aux villas antiques et à des espaces occupés avant abandon au XVIe siècle (fig. 33, p. 428, mais des résultats de ramassages de surface avaient été donnés auparavant fig. 22-24, p. 243, 251, 253).

5Une conclusion étoffée justifie la méthode régressive pour reconnaître ne pas avoir trouvé le communautarisme agraire tyrannique dénoncé par les agronomes du XVIIIe siècle, critiques du système agro-pastoral. Et même pas de communautés du tout, sinon une allusion à la paroisse. De cela, nous étions assurés tout au long de la lecture. On se demande alors pourquoi les termes « communauté » et « communautaires » apparaissent dans les titres des parties. De fait, la démarche n’est pas meilleure ni pire que de démarrer le raisonnement par le plus ancien état connaissable après avoir rassemblé les données disponibles pour traiter le sujet. L’ennui est qu’ici la communauté recherchée, c’est-à-dire les hommes dans leur travail quotidien, dans leurs rapports familiaux et de voisinages, ne se lit sur le terrain que virtuellement, les sources ici utilisées, parce que sans doute les seules utilisables, ne pouvant pas parler de ce qui ne les concernait pas : le pacage, bien oublié en route, en est un exemple. On a cependant une très belle étude des parcellaires dans un espace quadrillé de voies judicieusement mis en valeur, une approche chiffrée des tailles d’exploitations qui met en relief une remarquable parcellisation, l’explication de l’accroissement d’un bourg et ses particularités fiscales. Même si l’objet premier de la recherche s’est dérobé, le résultat n’est pas mince.

Notes

1  L’enclave de la paroisse de Teillay-le-Gaudin sur laquelle le terroir du hameau de Germonville devait déborder nous demeurera inconnue puisqu’elle relevait de Saint-Pierre-le-Puellier d’Orléans dont les archives ont disparu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Samuel Leturcq, Un village, la terre et ses hommes. Toury en Beauce, XIIe-XVIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/3933

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org