Navigation – Plan du site

Patrick Wormald & Janet L. Nelson (dir.), Lay Intellectuals in the Carolingian World

Thomas Granier
Référence(s) :

Patrick Wormald & Janet L. Nelson (dir.), Lay Intellectuals in the Carolingian World, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, 263p

ISBN 978-0-521-83453-7.

Texte intégral

1Ce recueil de dix articles, plus une introduction et une conclusion, est le fruit d’un programme de travail lancé par Patrick Wormald, décédé en 2004, sur la place de la culture lettrée (la literacy) dans la civilisation du haut Moyen Âge, en particulier parmi les laïcs, à partir de réflexions nées de l’étude du droit, forme de savoir lettré ouverte aux laïcs et applicable dans le monde concret, hors des intérêts et des domaines d’action de l’Église. À part le premier article, de Thomas Noble, le seul à portée générale (sur la culture et le comportement de l’aristocratie carolingienne), les neuf autres sont chacun une étude d’un auteur ou commanditaire et/ou d’une œuvre, six Francs – Éginhard, Nithard, Eberhard de Frioul, Dhuoda, sainte Liutberge, morte dans le troisième quart du IXe siècle, et Charles le Chauve – et trois Anglo-saxons – Alfred le Grand, Æthelstan (924-939) et l’ealdorman Æthelweard, auteur d’une adaptation latine de la Chronique anglosaxonne dans les années 975-988. Parmi ces auteurs ou commanditaires, donc, deux femmes et trois rois. Dans tous les cas, il s’agit d’œuvres de haut niveau intellectuel, exceptionnelles : la portée de l’ouvrage n’est pas la mesure de l’alphabétisation élémentaire ou de la pénétration de l’écrit dans la vie sociale.

2L’idée directrice est que l’Église carolingienne, au IXe siècle essentiellement, impose aux rois et aux grands laïcs de nouvelles exigences : les souverains et leurs proches doivent répondre aux injonctions ecclésiastiques et se faire des modèles de morale et de comportement pour l’ensemble des laïcs. Chez quelques personnages, la réponse à ces injonctions et le désir de transmettre un message éducatif et moral provoquent la composition ou la commande des œuvres (les Histoires de Nithard, la collection de manuscrits d’Eberhard, le Manuel de Dhuoda, les traductions placées sous le nom d’Alfred…) sur lesquelles se concentrent les articles réunis ici. La culture lettrée des laïcs du haut Moyen Âge serait donc indissociable d’un programme de gouvernement, le programme réformateur carolingien qui identifie Église et Empire, repris à la fin du IXe et au Xe siècle dans l’Angleterre anglo-saxonne et associé alors à une réforme monastique. Thomas Noble qualifie l’attitude attendue des grands laïcs dans ce contexte de « sainteté séculière » et Paul Kershaw voit dans Eberhard de Frioul, à la fois guerrier, gouvernant et lettré, un (très rare) exemple de conduite selon le modèle du miles Christi.

3Si les auteurs acceptent le concept d’« intellectuel laïc » formulé dans le titre, la culture en question reste massivement ecclésiastique : culture de laïcs et non culture laïque, les concepts de « laïc » et d’« ecclésiastique » n’étant d’ailleurs pas opposés ; si en effet les réformes qui constituent le contexte général cherchent à mieux distinguer clercs et laïcs, elles encouragent en même temps chez ces derniers une culture lettrée et une spiritualité d’inspiration clairement cléricale, invitant les grands personnages à s’engager au service à la fois de l’Église et du prince. La culture ici mise en valeur repose sur deux fondements, sagesse chrétienne et éthique aristocratique, et fait de l’exercice des missions confiées par le roi un ministerium : les grands laïcs doivent pratiquer la sagesse et les vertus chrétiennes dans toutes leurs activités pour faire de l’autorité déléguée un usage conforme aux idéaux chrétiens et aristocratiques. La vertu principale ici mise en avant étant la sapientia (la connaissance intellectuelle livresque), forcément forgée par des lectures, l’alphabétisation et même un niveau relativement élevé de culture lettrée sont indispensables, même si les personnages en question ne sont pas tous des auteurs au sens plein du terme. Ainsi, par exemple, si Charles le Chauve n’est lui-même auteur d’aucune œuvre connue, comprendre la complexité symbolique des représentations figurant sur un plat de reliure en ivoire qui lui est destiné (actuellement plat de reliure du manuscrit Munich, Bayerische Staatsbibliothek Clm 4452) suppose chez lui un très haut niveau de culture théologique, exégétique, liturgique, patristique et classique. La compétence lettrée, la culture « intellectuelle », n’est que l’une des composantes de l’éventail de compétences attendu des grands laïcs dans un tel programme de gouvernement, éventail qui inclut aussi la guerre, l’administration, la gestion des affaires domestiques… les femmes n’étant pas exclues de l’exercice de ces compétences : dirigeant les maisonnées, le personnel, supervisant les ressources, patronnant éventuellement la carrière religieuse d’autres femmes (comme l’aristocrate Gisla pour sainte Liutberge), elles jouent un rôle éducatif de premier ordre.

4Dans la conclusion de l’ouvrage, Richard Abels émet une réserve sur la portée de ces exemples de culture dans l’ensemble de la société du haut Moyen Âge : les cas ici étudiés sont exceptionnels et à peu près sans équivalents ; ce sont ceux des quelques hommes et femmes qui se font personnellement les relais de ce programme ecclésiastique et royal de gouvernement de la société chrétienne, prenant à cœur leur rôle de modèle, mais nous ignorons si celui-ci rencontre un écho, une sensibilité du même type, auprès d’autres grands laïcs et, plus largement, de l’ensemble des laïcs. Une telle réserve est d’ailleurs liée à la lacune majeure de l’ouvrage, qui réside dans sa conception et son organisation même : il n’y a aucun bilan général de l’implication et de l’action des laïcs en matière culturelle hors de la poignée de cas étudiés. Les auteurs évoquent à quelques reprises les « nombreuses » commandes de textes ou de manuscrits dues à des laïcs, sans qu’aucun inventaire ou typologie ne soit entrepris, ce qui aurait pourtant justement permis de tenter de mesurer l’effet réel des injonctions ecclésiastiques et royales parmi les laïcs. L’autre principale lacune est l’attention portée aux seuls mondes franc et anglo-saxon, l’Italie étant spectaculairement absente (Eberhard de Frioul n’est pas d’origine italienne). Or, sans entrer dans la question des apports italiens dans la culture du monde carolingien, qui n’est pas l’objet du livre, il existe de nombreuses traces de culture lettrée de grands laïcs italiens, lombards ou non, des VIIIe-Xe siècles : la christianisation de la royauté lombarde, en particulier, provoque un essor de l’activité culturelle dans les familles des rois de Pavie et des princes du sud et leur entourage (essor visible entre autres dans les commandes d’inscriptions) ; des commandes de textes ou de manuscrits sont aussi attestées dans l’aristocratie romaine liée à l’administration pontificale et chez certains ducs de Naples. Dans l’ensemble se dégage une culture lettrée de grands laïcs italiens du haut Moyen Âge plutôt historique, hagiographique et littéraire, à la différence de la culture surtout morale et patristique mise en évidence par les auteurs pour les mondes carolingien et anglo-saxon : la comparaison avec les cas italiens aurait ainsi peut-être permis de mieux cerner l’originalité du projet carolingien, qui ne semble effectivement pas avoir d’équivalent dans l’Europe du sud. On pourra donc prolonger la lecture du présent ouvrage par celle du livre de Nicholas Everett (Literacy in Lombard Italy, c. 568-774, Cambridge, 2003) et par celle des Actes, à paraître, du Colloque tenu à Cambridge les 6, 7 et 8 septembre 2007 sur le thème « La culture du haut Moyen Âge : une question d’élites ? ».

5La question de la culture lettrée des laïcs du haut Moyen Âge est un champ de recherche relativement neuf. Lay Intellectuals in the Carolingian World ne cherche pas à faire à ce sujet le bilan général qui reste à établir ; il réunit des études précises, en grande partie pionnières, qui commencent à combler le quasi-vide historiographique sur la question. Il donne des éclairages précis sur des points peu connus (l’ealdorman historien Æthelweard) ou un point de vue neuf sur des sources bien connues (la réinterprétation des Histoires de Nithard en particulier). Il fournit surtout un regard nouveau sur les formes pratiques prises par le programme de gouvernement carolingien et, de ce fait, ne s’adresse pas qu’aux historiens de la culture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Granier, « Patrick Wormald & Janet L. Nelson (dir.), Lay Intellectuals in the Carolingian World », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/3903

Haut de page

Auteur

Thomas Granier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org