Navigation – Plan du site

Robert Fossier, Ces gens du Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Robert Fossier, Ces gens du Moyen Âge, Paris, Fayard, 2007, 408 p.

Texte intégral

1« J’avais envie de dire tout cela ». Phrase conclusive, éclairante et merveilleuse : dire pour le plaisir, pour le bonheur et aussi parce que garder pour soi vous étouffe et que le temps presse, malgré tout, puisque l’animal qu’est l’homme n’a qu’un temps de vie mesuré.

2C’est une somme inclassable, sinon dans la catégorie bizarre qu’est l’« essai » ; or ce n’en n’est pas un, mais bien la synthèse d’une longue pratique de la littérature de et sur l’époque médiévale et d’une réflexion personnelle acérée à propos de la présence des hommes réels dans un monde qui ne l’est pas moins. L’auteur a pris ses précautions : à la première personne, dans un style coulé qui résonnera sans cesse aux oreilles des lecteurs qui auraient entendu, une fois seulement, sa voix et sans une seule référence nominale aux auctoritates postérieures à 1500, il nous entraîne dans un plongeon vertigineux dans un passé où nous attend notre semblable, l’être humain, un animal si peu spécial. L’immense culture de celui qui a fait tant de comptes rendus est présente mais sans palmarès ni vrai bêtisier, avec les excuses d’une fausse modestie amusée : oui, je pourrai donner mes références, et non je ne le ferai pas parce que le spécialiste n’a qu’à y aller voir – après tout, c’est son métier – et que l’honnête homme n’ira pas, faute de temps, semble-t-il dire à chaque évocation, discussion, négation et affirmation.

3Dans un foisonnement soigneusement agencé qui part de la naissance d’un misérable petit d’homme nu et démuni dans un milieu naturel auquel il ne comprend presque rien pour aboutir à la même nudité de cette âme par laquelle cet être espère survivre après son dernier souffle, RF suit la piste des médiévaux ordinaires : le petit peuple des villes et campagnes. Ce n’est pas que nous ne sachions rien sur ce dernier, mais sources et historiens l’ont trop vu à la lumière des autres : les gros, les litterati, les bavards, les juristes, les clercs de toutes sortes, jusqu’à nos jours, jusqu’à l’auteur lui-même, ne l’oublions pas pour apprécier le sel de la chose, éditeur rigoureux des Chartes de coutume de Picardie et du cartulaire de Saint-Georges d’Hesdin. Ouvrons nos yeux sur la confrontation si brève, mille ans, d’une société et de ses activités triviales, professionnelles ou spirituelles : ces gens sont bien proches de nous malgré leur éloignement, et les petites piques de contemporanéité qui parsèment les chapitres ne sont pas ici des anachronismes involontaires.

4On l’aura compris, une recension « critique » équivaudrait à réintégrer les milliers de notes (et 413 autres pages pour les contenir) qui éclairent le propos de RF et ouvriraient à sa discussion. On rappellera seulement qu’il voudrait rendre à leurs justes proportions, c’est-à-dire secondaires, le rôle du « féodalisme », de la culture savante ignorée de 80% des gens, de la discussion théologique, de la ville avant le XIVe siècle, et par la même qu’il se plaît à souligner l’ignorance encore profonde des « savants » de tout poil sur une réalité médiévale peut être à jamais inaccessible. Mais n’aime-t-on pas le mieux ce qui reste mystère ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Robert Fossier, Ces gens du Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/3863

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org