Navigation – Plan du site
Partie thématique

Lectures et usages d’Ovide (XIIIe – XVe siècles) : quelques approches

Emmanuèle Baumgartner

Texte intégral

1Le XIIe siècle français a aimé avec passion l’œuvre d’Ovide dont on retrouve trace aussi bien dans la poésie lyrique que dans les œuvres de fiction et qui a façonné pour des siècles une manière de dire l’amour, d’en penser et d’en décrire la nature et les effets. Plusieurs auteurs, anonymes ou non, se sont même risqué à adapter plus ou moins librement, à l’intention d’un nouveau public, quelques des plus belles et des plus tragiques pages des Métamorphoses. Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena ont survécu. D’autres, nous le savons, ont existé… Le siècle suivant a procédé un peu différemment. Le poète de l’amour à imiter en langue française, l’auteur de récits mythiques à translater, est aussi devenu un maître à penser, dans le domaine si inquiétant d’un savoir sur l’amour, l’autorité placée à la source des « arts d’aimer » en vers ou en prose qui se multiplient au XIIIe siècle, tout en restant dans le Roman de la Rose et les textes qu’a influencés l’œuvre conjointe de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun, un inépuisable réservoir d’exemples – Narcisse (encore), Pygmalion (pour longtemps), les amantes éplorées des Héroïdes… – et de pratiques amoureuses.

2Un moment décisif dans la réception médiévale d’Ovide est sans aucun doute la composition au début du XIVe siècle de l’Ovide moralisé qui rend accessible l’ensemble des Métamorphoses tout en adjoignant aux « fables » un réseau de gloses dont la critique moderne commence juste à saisir les détours et les ruses. Il était donc prévisible que la plupart des contributions ici réunies concernent d’une manière ou d’une autre la réception des œuvres d’Ovide dans l’Ovide moralisé. Un questionnement attendu, mais qui réserve quelques surprises, et qui permettra, on l’espère, de remettre en cause quelques idées trop vite reçues sur l’entreprise complexe de « moralisation » des « fables » ovidiennes ainsi que sur l’usage biaisé qu’en ont fait les écrivains et poètes à partir du XIVe siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuèle Baumgartner, « Lectures et usages d’Ovide (XIIIe – XVe siècles) : quelques approches », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 janvier 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/37 ; DOI : 10.4000/crm.37

Haut de page

Auteur

Emmanuèle Baumgartner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org