Navigation – Plan du site

Simon Gaunt, Love and Death in Medieval French and Occitan Courtly Literature. Martyrs to Love.

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Simon Gaunt, Love and Death in Medieval French and Occitan Courtly Literature. Martyrs to Love Oxford, Oxford University Press, 2006

Texte intégral

1Cette monographie, rédigée en anglais, se propose de parcourir la thématique liée de l’amour et de la mort dans la littérature française des 12e et 13e siècles. C’est principalement la littérature courtoise qui intéresse l’auteur. Ce dernier décline son ouvrage en six chapitres, accompagnés d’une introduction, d’une conclusion, d’une riche bibliographie (dont les sources sont tant en français qu’en anglais) et d’un bref index. Chaque chapitre peut facilement se lire séparément des autres comme un essai indépendant du reste de l’ouvrage. Une thématique commune les relie néanmoins de manière cohérente. Les chapitres 1, 2 et 3 parcourent la notion d’éthique du désir (« ethics of desire ») alors que les trois derniers chapitres s’intéressent plus volontiers à des textes précis de la littérature française, analysés par un prisme psychanalytique (Lacan essentiellement) singulier et assez inhabituel.

2Le premier chapitre, intitulé « Love’s Martyrdom and the Ethical Subject », montre à quel point la littérature française des 12e et 13e siècles, particulièrement celle des troubadours, convoque amour et mort en une sorte de sacrifice lié à une éthique du désir. Discours religieux, sacrifice, martyre, don de soi et désir jalonnent ainsi une littérature courtoise qui construit sa propre identité. L’auteur de l’ouvrage propose une lecture analytique de l’amour courtois comme rédemption qui dévie la passion pour Dieu en un amour corporel pour un être de chair. Le troubadour se fait alors « victime d’un sacrifice ». SG développe ainsi plusieurs théories intéressantes liées à la notion de « l’éthique du désir » que l’on retrouvera dans les chapitres suivants. Il analyse notamment la poésie de Bernard de Ventadorn avec le regard psychanalytique lacanien du lien amoureux. Le poète est acculé entre une réalité sociale et une relation psychique que symbolise la fin’amor.

3Le second chapitre, intitulé « To Die For : The Sovereign Power of the Lady in Troubadour Lyric », conserve le même corpus et examine précisément comment certains troubadours parviennent à user de cette image de victime pour imposer à travers leurs écrits un système construit d’éthique amoureuse dans la relation qu’ils construisent avec la Dame aimée. Une analyse est faite de la poésie de Raimon Jordan, Arnaut de Maruelh et Gaucelm Faidit. Celle-ci est confrontée à la réflexion de Michel Foucault à partir de son Histoire de la sexualité, particulièrement dans La volonté de savoir (1976) : les notions de « laisser mourir » et « faire vivre » font écho à l’éthique amoureuse dont il était question dans le premier chapitre. Est également soupesée la notion de pouvoir souverain (« sovereign power ») développée à partir des travaux de Giorgio Agamben. Le poète / amant, pris dans sa posture de l’homo sacer, doit embrasser la contradiction intrinsèque à sa situation et demeure sempiternellement prisonnier de l’amour et de la mort tout à la fois.

4Le troisième chapitre, quant à lui, intitulé « The Deadly secrets of the Heart », dépasse la thématique des troubadours et se concentre plus volontiers sur des textes narratifs que sont Pyrame et Thisbé, La Chastelaine de Vergy ou bien encore Le Castelain de Coucy, mais qui restent cependant dans la lignée lyrique précédemment étudiée. Cette forme narrative (en vers) offre des développements intéressants que ne connaît pas la littérature des troubadours. Ce chapitre explore les différences entre le discours lyrique et celui de la nouvelle en vers et travaille la notion de sacrifice (« self-sacrifice ») à travers le genre narratif, particulièrement sous l’angle de la valeur éthique du secret (« ethical value of secrecy »).

5Le quatrième chapitre, intitulé « Between Two (or More) Deaths », s’intéresse exclusivement à des figures symboliques de la littérature française médiévale : Tristan, Lancelot et Cligès. En examinant ce que Lacan appelle « l’ordre symbolique », l’auteur parcourt les liens qu’entretiennent ces figures littéraires aux symboles mêmes de l’amour et de la mort. Prenant un à un ces trois personnages, il montre ainsi leurs différences dans l’approche de la « mort par amour » ainsi que du discours sur le « désir sacrificiel ».

6Enfin, le cinquième chapitre, intitulé « Talking the Talk / Walking the Walk : Gendering Death », ainsi que le dernier chapitre, qui a pour titre « The Queer Look of Love », parcourent la notion de genre (masculin vs féminin) dans la littérature médiévale française. Les femmes meurent-elles différemment des hommes ? La question de la sexualité en littérature est ici clairement posée. Pour ce faire, l’auteur de l’ouvrage s’appuie sur des théories modernes de la psychanalyse. Freud mais surtout Lacan sont ainsi convoqués pour élaborer une théorie interprétative de l’amour dans la littérature du Moyen Âge. Le chapitre cinq tente de répondre à la simple question : mourir d’amour relève-t-il d’une approche générique dans la littérature médiévale ? Pour ce faire, outre les textes précédemment cités (comme La Chastelaine de Vergy ou le Tristan en prose par exemple), deux œuvres sont particulièrement sollicités : La Mort le roi Artu et Eliduc. Enfin le sixième chapitre ancre définitivement la théorie de l’auteur dans une perspective générique de la mort amoureuse. Ce qui n’était qu’une question au chapitre précédent se fait assertion : les hommes et les femmes en littérature française ne meurent pas d’amour pour les mêmes raisons. Les désirs sacrificiels, jusqu’au narcissisme étudié dans ce dernier chapitre, montrent à quel point les structures de la subjectivité sont présentes en littérature : masculin / féminin ; hétérosexualité / homosexualité ; sujet / objet.

7Cette monographie est donc à la fois un parcours cohérent d’analyse littéraire sur l’amour et la mort au Moyen Âge mais également une étude fine de corpus où se rencontrent troubadours, trouvères, Narcisse, Cligès, Tristan, Lancelot et bien d’autres. Le regard psychanalysant de l’auteur, s’appuyant aussi bien sur les écrits de Foucault que de Lacan, apporte une singulière lumière sur la thématique bien connue de la fin’amor. Ce regard mérite qu’on s’y attache et permet, au passage, de relire avec intérêt quelques bons extraits de la littérature des 12e et 13e siècles français et occitans sous un jour nouveau.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Simon Gaunt, Love and Death in Medieval French and Occitan Courtly Literature. Martyrs to Love. », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/3613

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org