Navigation – Plan du site

Perrine Mane, Le Travail à la campagne au Moyen Âge. Étude iconographique

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Perrine Mane, Le Travail à la campagne au Moyen Âge. Étude iconographique, Paris, Picard, 2006, 471 p.

Texte intégral

1Spécialiste incontestée de l’iconographie du monde rural médiéval, l’auteur nous livre ici une très riche synthèse appuyée sur une impressionnante assise documentaire : plus de 4 800 notes, multi référentielles pour la plupart. Le lecteur trouve à la lecture un intérêt constant et suit aisément les démarches toujours prudentes et nuancées qui permettent de à l’auteur de constater à maintes reprises que dans le temps et l’espace, contrairement aux idées reçues générales, la variété est grande dans le monde rural. La première partie est introductive et porte au premier chapitre autant sur les images elles-mêmes (l’objet du travail) que sur les types de textes ou de recueils où figurent des thèmes agraires (histoires bibliques, calendriers sculptés et de livres d’Heures, copies d’agronomes, encyclopédies, livres de compte ou de droit, romans et poèmes). Ensuite sont exposées la méthode suivie et les questions de choix, de repère des commanditaires, de classement, de mise en série, de style et de modèles : ce qu’on voit n’est jamais qu’un « arrêt sur image ». La question des copies et de la fixation de prototypes, l’évolution des goûts et des sens à donner complique la tâche. Cette première partie se clôt sur la constatation que le XIIIe siècle marque un tournant dans les figurations en raison d’une ouverture plus large de la clientèle qui amène au « triomphe du narratif », au renouvellement des thèmes, à l’ouverture au réel d’espaces plus larges (telles les parois de salles peintes en jardins), sans que le « réalisme » aide toutefois à résoudre l’ensemble des questions soulevées sur la fiabilité des images.

  • 1  On renvoie ici à Marie-Hélène Tesnière, Bestaire médiéval. Enluminures, Paris, BnF, 2005.

2Les deux parties suivantes sont consacrées d’abord aux cultures et ensuite aux animaux. La « terre nourricière » se taille la large part (45 % de toute la rédaction) : céréales et vignes essentiellement, les premières le plus longuement. Si les images se révèlent assez peu utiles en ce qui concerne la nature même des graminées et autres plantes panifiables et sans données pour les cépages, elles sont très riches de renseignements sur les outils et la manière d’en user. La gestuelle est ici une très passionnante thématique, que l’on retrouve d’ailleurs reprise avec finesse pour toutes les activités. Les développements reprennent en grande part – en multipliant les références – ceux que l’auteur avait offerts dans son ouvrage initial (Calendriers et techniques agricoles (France-Italie, XIIe-XIIIe siècles),Paris, Le Sycomore, 1983), et qui ont été depuis partiellement recreusés, si l’on ose dire, par Pascal Reignez (L’Outil agricole en France au Moyen Âge, Paris, Errance, 2002). On retrouve les interrogations sur les formes des araires et des charrues, les types d’attelages, les faucilles, volants et faux, fourches, les serpes et les couteaux, le matériel vinaire, les paniers, les charrettes, les types de pressoirs et de moulins (ces derniers un peu escamotés), les tâches respectives des hommes et des femmes. Si les variétés locales sont grandes, les raisons de ces différences demeurent peu ou mal établies par les images elles-mêmes, mais bien par les textes et les provenances réelles ou déduites des sources figurées. Un assez grand conformisme semble régner dans les représentations et il est vrai que les comptabilités se révèlent mieux à même souvent de retracer le travail du pionnier ou du closier que les plus beaux calendriers. On voit bien aussi que tout ce qui est plantes annexes, et en particulier les textiles, est assez peu prisé des peintres et sculpteurs en dépit d’une très grande importance pour la vie rurale, et finalement les jardins sont expédiés en 8 pages. L’activité de l’élevage (le « règne animal ») passe d’abord par les prés et les foins, puis attaque les différents animaux, des bovins aux abeilles, pour finir en considérant la chasse et la pêche. On sait que le réalisme des tailles et des formes a mis un certain temps à s’imposer comme nécessaire à la « beauté » ou au sens des images et si l’arche de Noé est un thème riche, il est souvent plus révélateur des idées sur les bêtes sauvages que sur la familiarité des commensaux des paysans1. Des thèmes comme la mort du porc ou la vie des bergers apparaissent sur-représentés en regard des basses-cours. Il faut donc faire avec ce que l’on a. On peut s’interroger sur la chasse comme « travail » rural à travers Les Livres de chasse, tant de Frédéric II que de Gaston Fébus, si l’on s’en tient à leur stricte utilisation iconographique. Car c’est bien là une des limites soulignées en conclusion par un auteur fort lucide : les images sont presque plus frustrantes qu’explicatives car on y trouve ce que disent les textes mais certainement beaucoup moins. Les images reflètent la variété des conditions de climat, des usages et même des sociétés de l’Occident médiéval, elles tiennent compte de l’évolution des formes et des techniques, mais peut-être avec retard. Finalement, ne serviraient-elle qu’à donner une connaissance concrète des réalités connues par ailleurs, elles s’affirment indispensables.

3Cela paraît un paradoxe de remarquer qu’en regard de la richesse du texte, les images offertes en noir font presque figure de parentes pauvres, que leur légende se révèle souvent un peu légère et, après tout, qu’un index des sources citées en notes aurait été fort utile. Enfin, je dois avouer que les presque 100 proverbes qui servent de sous-titres et deviennent systématiques dans la troisième partie me sont apparus comme particulièrement indigestes, voire inutiles à un travail aussi subtil et documenté.

Notes

1  On renvoie ici à Marie-Hélène Tesnière, Bestaire médiéval. Enluminures, Paris, BnF, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Perrine Mane, Le Travail à la campagne au Moyen Âge. Étude iconographique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/3593

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org