Navigation – Plan du site

Georges Passerat, La croisade des Pastoureaux

Vincent Challet
Référence(s) :

Georges Passerat, La croisade des Pastoureaux. Sur la route du Mont-Saint-Michel à Narbonne, la tragédie sanglante des Juifs, au début du XIVe siècle (1320), Cahors, La Louve éditions, 2006, 188 p.

ISBN 2-916488-00-6

Texte intégral

1Reprenant après notamment David Nirenberg (Violences et minorités au Moyen-Âge, Paris, PUF, 2001) la question de la croisade des Pastoureaux, Georges Passerat livre ici un ouvrage fort documenté qui fait le point sur les sources disponibles pour une étude de ce mouvement. Le dossier des sources documentaires qui comporte une analyse des différentes chroniques – officielles, locales et juives – et des rares pièces d’archives conservées – lettres pontificales, enquêtes royales, documents issus du Trésor des Chartes – est clairement présenté même si l’auteur reconnaît que « rien de nouveau n’a été apporté à la documentation fournie » (p. 60). L’ouvrage comporte en outre en annexe les extraits des chroniques utilisées, auxquels il est toujours très profitable de se reporter, et l’on ne peut que regretter que n’y figurent pas aussi quelques-unes de ces enquêtes menées par le pouvoir royal pour établir les complicités dont bénéficièrent les Pastoureaux. Après un bref retour sur l’ensemble des croisades populaires ayant précédé le mouvement de 1320 (notamment sur la croisade des enfants de 1212 et la première croisade des Pastoureaux de 1251), Georges Passerat s’attaque de front à son sujet et s’attache à reconstituer l’environnement religieux de cette croisade et à suivre pas à pas les Pastoureaux dans leur itinéraire depuis leur arrivée à Paris jusqu’aux massacres qu’ils perpétrèrent en Agenais et en Toulousain avant leur dispersion finale par les troupes royales entre Toulouse et Carcassonne. L’ouvrage se termine par un curieux épilogue en forme d’apologie de « la tolérance religieuse en Occitanie au Moyen Âge » (p. 111) et comporte une solide bibliographie ainsi qu’un index dont on regrettera qu’il livre pêle-mêle les noms de lieux, de personnages historiques, d’historiens contemporains et où figure même Princeton parce que David Nirenberg y enseigne (!). Faut-il y voir une conséquence des index générés automatiquement par les traitements de textes ? Au chapitre des remarques à formuler à l’éditeur, on notera que, dans les notes de bas de page, le terme in est systématiquement remplacé par dans ce qui est un peu gênant pour des titres d’articles en anglais et que la carte figurant en page 68 indique pour les Pastoureaux un itinéraire probable de Paris à Avignon qui traverse le Massif Central en ligne droite alors qu’il est plus vraisemblable que les Pastoureaux suivirent la vallée du Rhône.

2L’essentiel, cependant, ne réside pas là mais dans l’absence d’interprétation nouvelle de ce mouvement des Pastoureaux, réduit à la seule dimension d’un antijudaïsme chrétien dont Norman Cohn avait en son temps retracé la genèse (« Histoire d’un mythe : la “conspiration juive” et les “Protocoles des sages de Sion” »). Dans son enquête, Georges Passerat choisit comme guides les chroniques dont il dispose – citons parmi les principales celle du continuateur de Guillaume de Nangis, les Flores Chronicorum de Bernard Gui, la Chronique parisienne anonyme et, pour les auteurs juifs, Joseph Ha-Cohen, Samuel Usque et Salomon Ibn Verga. Toutefois, alors même qu’il reconnaît que les chroniques sont « souvent répétitives et peu fiables dans le domaine de la chronologie, comme dans celui de la comptabilité des effectifs » (p. 74), il ne remet guère en cause leur fiabilité quant au fond de l’affaire et épouse assez étroitement les points de vue portés par les chroniqueurs sur les Pastoureaux. A-t-on en effet épuisé la réflexion lorsque l’on a qualifié les Pastoureaux de « dangereux illuminés » (p. 65) et que l’on écrit que « le fanatisme et la folie des chefs atteindront un tel paroxysme que cette dernière croisade populaire se soldera par un incroyable lot de massacres et d’horreurs » (p. 39) ? Dans sa virulence même, la prose de Georges Passerat se révèle ici bien plus proche de celle des chroniqueurs médiévaux que de celle des historiens contemporains. Or, il y a tout lieu de penser que les chroniqueurs noircissent à dessein les agissements des Pastoureaux qui constituent, à l’évidence, une insupportable concurrence à la royauté et plus encore à l’Église, toutes deux s’étant montrées incapables de délivrer ou de conserver Jérusalem. Car, les chroniques en témoignent abondamment, si les Juifs constituent les principales victimes des Pastoureaux, ces derniers n’hésitent pas à s’en prendre à des représentants de l’autorité royale et le mouvement possède, par le biais de la dénonciation des richesses de l’Église, des accents anti-cléricaux qui ne manquent pas d’alerter, à juste titre, la papauté d’Avignon.

3En fin de compte, Georges Passerat se refuse à suivre l’analyse de David Nirenberg dans ce qu’elle a de plus riche et de plus fécond. Ce dernier a en effet démontré de façon tout à fait convaincante le danger qu’il y avait à considérer, de pair avec les chroniqueurs médiévaux, la violence des Pastoureaux comme irrationnelle et a réinséré les violences antijuives dans un contexte social, économique et politique particulier marqué tout à la fois par les prodromes de la grande crise que connut l’Occident vers le milieu du XIVe siècle – songeons à la réapparition des disettes à partir de 1315 et au « trop-plein » démographique que connaissent les campagnes occidentales dans les années 1320 –et par la construction progressive et encore balbutiante de l’État tant dans le royaume capétien que chez son voisin aragonais. Autrement dit, en s’en prenant à une minorité religieuse placée sous la sauvegarde royale, les Pastoureaux, largement soutenus par les populations, s’en prennent aussi à la majesté royale, ce que ne manque jamais de relever le pouvoir royal qui considère que les Pastoureaux ont agi « à l’intolérable mépris et vitupère de la majesté royale ». En ce sens, les Pastoureaux sont bien des perturbateurs d’un nouvel ordre public qui se met en place, ce qui les rend dangereux tant pour la royauté que pour la papauté. Ils se révèlent ainsi en tant que révoltés et leur mouvement correspond à l’une de ces crises de croissance qui jalonnent la construction de l’État moderne. En outre, leur violence, loin d’être irrationnelle, possède une fonction anthropologique essentielle et constitue un creuset fondateur du lien social dans la société médiévale. Mais faute de vouloir s’aventurer dans ces chemins, l’ouvrage de Georges Passerat ne nous apprend rien d’autre que ce que les chroniqueurs du Moyen Âge nous disaient déjà.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Georges Passerat, La croisade des Pastoureaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/3533

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org