Navigation – Plan du site

Godfried Croenen et Peter Ainsworth (dir.), Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris around 1400

Sarah Fourcade
Référence(s) :

Godfried Croenen et Peter Ainsworth (dir.), Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris around 1400, Louvain, Peeters (« Synthema » 4), 2006, XXII-548 p.
978-90-429-1707-1

Texte intégral

1En juillet 2000, l’Université de Liverpool accueillit un colloque international et interdisciplinaire portant sur la production du livre à Paris au tournant des XIVe et XVe siècles. Quatrième volume de la collection Synthema consacrée par les éditions Peeters aux études médiévales, Patrons, Authors and Workshops réunit les vingt contributions produites dans le cadre de cet événement. Dans son article introductif, Godfried Croenen fait le point sur le sujet, présentant en note des indications bibliographiques assez fournies, en particulier pour les travaux portant sur les manuscrits enluminés et les copistes de la fin du Moyen Âge ; surtout, il replace le colloque de Liverpool dans la perspective d’un renouvellement de la question, s’engouffrant dans la voie ouverte au même moment par Richard et Mary Rouse (Illiterati et Uxorati : Manuscripts and Their Makers, Commercial Book Producers in Medieval Paris, 1200-1500, 2 volumes, Londres, 2000). Les éditeurs ont regroupé les articles de ce volume en cinq thèmes correspondant aux principaux intervenants dans l’élaboration d’un manuscrit médiéval : les libraires, les patrons, les auteurs, les scribes, les artistes et enlumineurs. Au regard de la richesse des articles présentés, cette classification est toutefois rapidement débordée. L’intérêt principal de ce travail tient à la réunion de chercheurs d’horizons divers – historiens, historiens de l’art et de la littérature, codicologues, philologues et musicologues – utilisant pour leur démonstration tous les types de matériaux disponibles : registres de taille, comptes, contrats de commandes et textes littéraires pour les sources écrites ; miniatures, bordures de manuscrits et gravures sur bois pour les sources iconographiques, particulièrement mises en valeur par des reproductions nombreuses en noir et blanc comme en couleur. Les manuscrits survivants, dont un index est présenté en fin de volume, sont ici à l’honneur, servant de point de départ à la plupart des études. Deux articles seulement proposent une approche synthétique de la question : ceux de Kouky Fianu sur la topographie des métiers du livre à Paris du XIIIe au XVe siècle, et d’Emilie Cottereau, portant sur les copistes en France du nord autour de 1400.

2De ces travaux, on retient d’abord les interactions complexes entre les hommes qui présidaient à la fabrication d’un manuscrit. Les commanditaires entrevus ici – rois et reines de France, princes bibliophiles, banquiers parisien et italien, confrérie – ne rendent encore qu’assez peu compte de l’élargissement du lectorat occidental à cette époque. Ils mettent en lumière la production de manuscrits luxueux, coûteux, dont la confection exigea l’intervention sur des années de multiples artisans spécialisés. L’élaboration des Antiphonaires exécutés pour la confraternité de Saint-Jacques-aux-Pèlerins entre 1399 et 1410 environ (Richard Rouse), celle de la Bible moralisée (BnF fr. 166) faite vers 1400 pour le duc de Bourgogne Philippe le Hardi (John Lowden), ou encore celle du recueil des œuvres de Christine de Pisan, dit « manuscrit de la reine » (Londres, British Museum, Harley, Ms 4431), destiné en 1414 à Isabeau de Bavière (James Laidlaw) incarnent ces chantiers gigantesques et exceptionnels. Plusieurs essais mettent l’accent sur la dimension politique de la littérature et de l’art en un temps de guerre et de concurrence des royautés. Les décors des « translations » destinées au roi Charles V (1364-1380) – le De proprietatibus rerum (Sue Ellen Holbrook) et le Songe du Vergier (Jenny Stratford) – en témoignent, mettant en scène la figure royale comme l’héritière des autorités chrétiennes et païennes. Dans son étude, Janet van der Meulen démontre également de manière convaincante comment le Parfait du Paon commandé en 1340 par le banquier parisien Simon de Lille à l’écrivain Jean de Le Mote constituait un contrepoids voire un démenti au Perceforêt composé peu avant à la gloire de l’Angleterre ; il est dommage que les encouragements royaux qui accompagnèrent peut-être cette entreprise ne soient pas explorés ici. Plusieurs études reviennent en effet, entre autres notions de base, sur celle de « patron » et soulignent la superposition des acteurs de la fabrication du manuscrit dignes d’être ainsi désignés. Des courtisans de premier plan servirent ainsi d’intermédiaires aux commandes de Philippe le Hardi comme le banquier lucquois Giacomo Rapondi étudié par Hilary Maddocks ou le physicien Jean Durand mis en lumière par John Lowden. Le rôle de ces hommes demeure encore obscur mais ils orientèrent sans doute sensiblement le contenu et la forme des manuscrits. Les hypothèses formulées par Hilary Maddocks quant au rôle des Rapondi, eux-mêmes bibliophiles, dans la propagation de la légende lucquoise de Saint-Voult à travers les manuscrits de la Légende dorée enrichie par les « Festes nouvelles » de Jean Golein sont très séduisantes. Quant à Jean Durand, John Lowden rappelle qu’il abrita dans son hôtel parisien les frères Limbourg tandis qu’ils commençaient à décorer la Bible moralisée commandée par le duc de Bourgogne. Nous sommes personnellement moins convaincue par l’essai de Silvère Menegaldo, désireux d’éclairer la relation patron/poète par un texte littéraire : La Prison amoureuse de Jean Froissart, constituée de la correspondance apparemment fictive échangée entre l’écrivain et l’un de ses protecteurs, poète à ses heures, Wenceslas de Brabant. Les artisans du livre forment le second groupe humain nécessaire à l’élaboration du manuscrit médiéval. De ce monde foisonnant ressort d’abord la figure du libraire, grand ordonnateur et commerçant dominant économiquement, socialement et professionnellement les travailleurs spécialisés – parcheminiers, relieurs, scribes, peintres et enlumineurs – sous-traitant les commandes diverses dont il était personnellement chargé. L’étude topographique de Kouky Fianu met en valeur l’autonomie rare dont il jouissait, s’implantant à l’écart des rues où se concentraient habituellement les artisans du livre, et sa prépondérance dans les institutions professionnelles. Etudié par Richard Rouse, le libraire Pierre le Portier, chargé de mener à bien la fabrication des Antiphonaires de l’Hôpital Saint-Jacques, occultait les multiples intervenants qui mirent la main aux manuscrits ; c’est grâce à son décès prématuré en 1407 et à la reprise du chantier par sa veuve, Yolent la Portière, que quelques-uns des artisans ayant œuvré aux volumes sont connus. Cette étude confirme d’ailleurs la place des femmes dans les métiers du livre, précédemment entrevue par Kouky Fianu et encore évoquée ici par l’exemple exceptionnel de Christine de Pisan. L’attention que celle-ci portait à l’organisation et la décoration des manuscrits de présentation de ses œuvres est fort bien rappelée à propos du Queen’s Manuscript (Londres, British Museum, Harley, Ms 4431). James Laidlaw présentait d’ailleurs en 2000 l’ambitieux programme de recherche de quatre années (2004-2008) dont ce volume devait faire l’objet. Il est désormais bien avancé : le manuscrit retranscrit et digitalisé peut être librement consulté sur internet (http://www.pizan.lib.ed.ac.uk/​). Une autre personnalité touche-à-tout, l’humaniste Jean le Bègue, à la fois écrivain, copiste et bibliophile, fait ici l’objet d’une étude de Gilbert Ouy. L’article d’Anne Hedeman portant sur les directives adressées par Le Bègue aux peintres d’un manuscrit contenant les traductions françaises des Catilina et Jugurtha de Salluste apporte un éclairage précieux sur le personnage qui fut aussi un traducteur respectueux des préceptes de Pierre Bersuire. En s’appuyant sur une étude comparée minutieuse des miniatures et du texte, Anne Hedeman met au point l’idée d’une « visual translation » destiné au lecteur profane, apportant par l’image les éléments culturels nécessaires à la pleine compréhension d’une traduction textuelle rigoureuse. Plusieurs études – particulièrement celles de Kouky Fianu, Richard Rouse, Stéphanie Ohlund et Catherine Reynolds – soulignent au final l’étroitesse du monde des professionnels du livre parisien, dans lequel tous ou presque se connaissaient, étaient liés par le sang, le mariage ou une coopération à long terme. La notion d’atelier, toujours problématique, se comprend désormais dans cette perspective, bien éloigné des seuls « Maîtres » jadis étudiés par Millard Meiss. Sa réalité humaine et matérielle ponctuelle – c’est-à-dire les connections et l’interdépendance entre les individus, l’organisation du travail – est ici revue par Kouky Fianu, étudiant à travers leur implantation spatiale les relations entre les différentes professions du livre, et John Lowden, qui formule plusieurs hypothèses plausibles sur la manière dont les deux frères Limbourg se partagèrent la décoration d’une Bible moralisée destinée à Philippe le Hardi. La pérennité de l’atelier sur plusieurs décennies, la création et la perpétuation d’un « style » grâce à la collaboration répétée des mêmes artistes est au cœur de l’article consacré par Catherine Reynolds au Maître du duc de Bedford, dans lequel elle se livre à une étude minutieuse des enluminures et particulièrement des bordures des manuscrits. Seule l’étude d’Emilie Cottereau laisse entrevoir un monde de scribes anonymes et occasionnels – des clercs essentiellement – chargés de tâches plus ordinaires par des commanditaires moins prestigieux, copiant pour leur propre usage ou celui de leur communauté. Signalons que cet article ne marquait que le commencement des recherches d’Emilie Cottereau qui depuis ont abouti à sa thèse, soutenue en 2006 à l’Université de Paris I sous la direction de Claude Gauvard (Les copistes français aux XIVe et XVe siècles. Étude sociologique et codicologique).

3On retient ensuite de ce recueil de multiples éclairages sur l’histoire des textes et des images, sur les sources et les traditions textuelles et iconographiques. Dans une optique philologique, Arturo Varvaro compare avec rigueur le chapitre cinq du livre IV des Chroniques de Froissart tel qu’il existe dans un grand nombre de manuscrits ; il en ressort toutefois assez peu d’éléments tangibles quant au travail des scribes et à l’identification d’une ou de plusieurs traditions textuelles spécifiques. En utilisant des outils plus divers, Susanne Rölh retrace les grandes lignes de la propagation en Occident, à partir de Paris et de la famille royale de France, d’un des succès littéraires les plus importants de la fin du Moyen Âge : le Livre de Mandeville. S’appuyant largement sur l’iconographie, Hilary Maddocks expose quant à elle les modalités possibles de la diffusion de la légende lucquoise de Saint-Voult parmi les lecteurs français des « Festes Nouvelles ». La tradition iconographique des manuscrits latins et français du Songe du Vergier est éclairée de manière vivante par Jenny Stratford, celle du De Proprietatibus par Sue Ellen Holbrook. Dans ce dernier cas, la préoccupation du moment – la représentation du pouvoir royal – marquait considérablement les illustrations du manuscrit, tout comme les dissensions politiques de la France des années 1420-1430 imprégnaient les images choisies alors par Jean le Bègue pour les traductions des textes de Salluste (Anne Hedeman). A l’inverse, les miniatures du Roman de la Rose étudiées par Heidrun Ost semblaient ignorer le débat développé autour de ce texte au début du XVe siècle et reposaient essentiellement sur les sources déjà utilisées par Jean de Meung.

4Les organisateurs du colloque ont volontairement ouvert le sujet à des espaces et des époques différentes. L’étude de Margaret Connolly et Yolanda Plumley sur le copiste John Shirley met bien en valeur la diffusion de poésies lyriques élaborées en France à la fin du XIVe siècle dans l’Angleterre des Lancastre, certainement par le biais de l’achat ou de la saisie de manuscrits parisiens par les seigneurs anglais résidant à Paris dans les années 1420-1430. En revanche, l’élargissement temporel de la question aux années 1470-1510 environ, dans un Paris où la production de livre était fort différente de ce qu’elle était un siècle auparavant, nous semble moins judicieux. L’étude de l’enseignant-copiste grec Georgios Hermonymos par Maria Kalatzi témoigne certes de la pérennité d’une copie manuscrite occasionnelle, particulièrement adaptée à des publics spécifiques, tels les étudiants de Hermonymos soucieux de se constituer des recueils spécialisés sur des sujets méconnus. Mais l’article de Stéphanie Ohlund sur l’activité de l’imprimeur Jean Trepperel entre 1492 et 1511 s’inscrit dans une nouvelle ère de l’histoire du livre et souffre par ailleurs d’une exploitation un peu superficielle des gravures sur bois pourtant judicieusement choisies comme source principale. Enfin, l’essai de Mary Rouse sur Nicolas Flamel, où l’on apprend la véritable activité d’écrivain public du soi-disant alchimiste et grand libraire parisien, ne conserve à nos yeux qu’un lien ténu avec le thème commun de ce volume.

5Au final, les vingt études réunies ici soulignent le caractère foisonnant de la production du livre dans le Paris de 1400 et l’énergie des commanditaires comme des artisans dont seule l’élite reste encore principalement perçue. Il est fort plaisant de consulter les nombreuses reproductions de manuscrits émaillant le volume, d’autant qu’elles font l’objet de commentaires précis et éclairés.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Fourcade, « Godfried Croenen et Peter Ainsworth (dir.), Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris around 1400 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/3493

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org