Navigation – Plan du site

C. Arrignon, M.-H. Debiès, C. Galderisi et É. Palazzo (dir.), Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines, Actes du colloque organisé à l’occasion du Cinquantenaire du CESCM, textes rassemblés et publiés par Claude Arrignon, Marie-Hélène Debiès, Claudio Galderisi et Éric Palazzo, Turnhout, Brepols (« Culture & société médiévales »), 2005

Texte intégral

1Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers fêtait en 2003 ses cinquante ans d’existence, cinquante années qui font un bel âge pour ce Centre toujours en pleine activité qui a vu, voit et verra sans doute encore passer en ses murs parmi les plus grands noms de la médiévistique, toutes disciplines confondues. Une telle longévité, une telle constance dans la recherche méritaient donc bien d’être saluées par ce copieux volume jubilaire qui, de façon inévitablement partielle (44 contributions et 819 pages tout de même) mais toujours passionnante, témoigne avec éloquence « de la riche histoire du CESCM comme de son dynamisme actuel », pour reprendre en ses termes l’avant-propos d’É. Palazzo, le directeur d’alors. Reflet des principaux centres d’intérêt des chercheurs qui travaillent dans le cadre du CESCM, les actes de ce colloque anniversaire sont regroupés en sept grandes sections : « Le monde Plantagenêt », « Castellologie » (à propos encore des Plantagenêt), « Le monument religieux et son décor : définir le chœur liturgique », « Peintures murales », « Vivre aux villages (VIIIe-XIe siècles) en France et en Espagne : approches comparées », « Épigraphie » et enfin « Littérature médiévale ». Etant donné leur richesse et leur variété, il serait surprenant que le lecteur ne trouve dans l’une ou dans l’autre de ces sections de quoi éveiller son intérêt.

2La première section, après deux intéressantes approches comparatives France/Angleterre (J.-P. Genet, « Les médiévistes français et le Moyen Âge britannique » ; N. Vincent, « La biographie royale en France et en Angleterre : Henri II et Louis VII, Henri III et Louis IX »), se concentre pour quatre contributions sur la fresque de Sainte-Radegonde à Chinon (N. Kenaan-Kedar, D. Kleinmann, Y. Cloulas et U. Nilgen). La seconde section, consacrée aux « fortifications et châteaux Plantagenêt (fin XIIe-début XIIIe siècle) », s’intéresse d’abord à cette particularité architecturale qu’est la tour à archères (M.-P. Baudry et P. Langeuin), avant d’en venir plus longuement aux fortifications Plantagenêt en Normandie (C. Corvisier, D. Power, M. Billoré). La troisième section comprend huit contributions concernant essentiellement le chœur liturgique : E.C. Fernie, « L’espace liturgique dans les édifices de l’Angleterre normande » ; S. de Blaauw, « The Lateran and Vatican Altar Dispositions in Medieval Roman Church Interiors » ; C. Treffort, « Mémoires de chœurs. Monuments funéraires, inscriptions mémorielles et cérémonies commémoratives à l’époque romane » ; M.-T. Camus, « L’éclairement de la travée sous clocher de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers » ; P. Martin, « Autour du chœur, le déambulatoire. Terminologie et historiographie » ; E. Sparhubert, « Un exemple de programme architectural à l’époque des conciles de Latran III et IV : l’allongement du chevet de la collégiale de Saint-Junien (Haute-Vienne) » ; D. Richard, « Le choix des supports de la nef de l’abbatiale de Saint-Savin (Vienne). Réflexions sur la marche des travaux et la définition des espaces » ; C. Andrault-Schmitt, « Rupture archéologique, rupture liturgique : des indices concordants ». La quatrième section propose quatre exposés de M. Kupfer (« Painting for Sexed Bodies, Gendered Souls : Church Decoration and Spectatorship at Saint-Aignan-sur-Cher »), H.L. Kessler (« Image Theory in an Ecclesiastic Space », en l’occurrence il s’agit de l’église de Santa Maria Immacolata à Ceri), P. Skubiszewski (« Maiestas Domini et liturgie », copieuse étude de presque cent pages) et G. Iversen (« L’espace sacré et la poésie liturgique. Proses pour la dédicace d’une église »), avant d’en venir à la présentation des travaux de l’équipe « Peintures murales » du CESCM. La cinquième section, consacrée à l’historiographie du village médiéval, rassemble dix études de G. Démians d’Archimbaud (« Le village médiéval : du concept à l’historiographie »), M.-C. Delaigue (« Ethnoarchéologie et habitat en Andalousie orientale »), E. Peytremann (« Unité d’habitation, unité d’exploitation agricole : l’unité de référence dans l’habitat rural carolingien de la moitié septentrionale de la France ? »), P. Cressier (« Le territoire villageois en al-Andalus : à la recherche d’éléments structurants »), L. Pecqueur (« Les sépultures dans les habitats du haut Moyen Âge en France : état de la question »), P. Senac (« Un village de la Marche Supérieure d’al-Andalus au tournant de l’an mil : Las Sillas (Marcén) »), L. Bourgeois (« Le poids du passé : le rôle des pôles de pouvoir traditionnels dans le Poitou des VIe-XIe siècles »), A. Bazzana (« Subsistances et réserves de sécurité au village : greniers, jarres et silos dans les habitats musulmans d’al-Andalus »), S. Gilotte (« Villages perchés, villages de plaine en Estrémadure (IXe-Xe siècles) : vers une diversité des structures et des activités ? ») et B. Cursente (« Regards croisés sur les villages du haut Moyen Âge »). Deux contributions occupent la sixième section : R. Favreau, « La notification d’actes publics ou privés par des inscriptions » ; C. Bayer, « Les fonts baptismaux de Liège : qui les bœufs soutenant la cuve figurent-ils ? ». Enfin l’ultime section, littéraire, avant de se refermer sur les « Remarques finales » de M. Zink, fait intervenir J. Gillingham (« French Culture, Twelfth-Century English Historians and the Civilizing Process »), C. Pignatelli-Rizzini (« Une approche de la traduction textuelle du Chevalier de la Charrette : la quantification des phénomènes régionaux »), P. Bourgain (« Le mariage vu par les poètes », médio-latins en l’occurrence), C. Méla (« Lire à plus haut sens : lecture du prologue des lais de Marie de France »), Y. Foehr-Janssens (« Le corps glorieux de la lettre : lire ‘au plus haut sens’ ? »), C. Galderisi (« Productivité et improductivité du motif narratif au Moyen Âge. Problématiques esthétiques et culturelles ») et J.-J. Vincensini (« Ecriture et trajectoire culturelle dans l’Occident médiéval. Le cas des romans de Mélusine »).

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « C. Arrignon, M.-H. Debiès, C. Galderisi et É. Palazzo (dir.), Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/3302

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org