Navigation – Plan du site

Marie Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre politique (Paris, 1420-1550)

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Marie Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre politique (Paris, 1420-1550), Paris, Champion, 2007, 309 p.

ISBN 978-2-7453-1606-6

Texte intégral

1Cet ouvrage repose sur une démarche d’historienne qui tente d’y voir un peu plus clair dans l’histoire si complexe et fragmentaire (beaucoup de documents ayant été détruits) de la Basoche, plus exactement des basoches, c’est-à-dire d’institutions de clercs de justice. Un des grands mérites de ce travail est de proposer une étude du milieu des basochiens, à travers un double prisme : celui de la vie de leurs institutions, rituels, représentations, procès d’une part, et celui, plus ‘littéraire’ de leur pratique théâtrale, que l’auteur voit en étroite relation à la pratique judiciaire. Le premier constat qui s’impose est celui de la difficulté à cerner ce qu’est la Basoche. Le bilan historiographique proposé en début d’ouvrage en atteste, qui montre combien certains faits ont été allégués et repris sans de véritables justifications reposant sur l’examen des sources. Emblématique est le cas de la date de création de 1303, sous Philippe le Bel (cf. p. 49 sq.). Il est en fait bien difficile d’attribuer une date véritable de création et M. B.-G. nous invite à rester dans le domaine du vraisemblable, dans la première moitié du XIVe s. C’est surtout un document tardif, les statuts de 1586, qui constitue la source principale permettant une analyse quelque peu fiable du fonctionnement de la Basoche, institution auréolée d’incertitudes et de légendaire, comme peut simplement en attester l’étymologie du mot (p. 48) ; à ce propos l’auteur annonce que le terme apparaît « dans un texte littéraire », au milieu du XVe siècle, mais oublie de préciser lequel. On voit donc, entre autres, qu’une telle étude se doit de franchir les découpages académiques Moyen Âge/Renaissance : à ce titre, l’ouvrage de M. B.-G. est une contribution supplémentaire à la reconnaissance du ‘long Moyen Âge’.

2C’est donc à partir des statuts de 1586 que M. B.-G. commence véritablement son enquête sur l’institution basochienne. Ces statuts sont des statuts réformés, preuve qu’il en existait d’autres auparavant ; la date de cette ‘réforme’ correspond aux troubles provoqués par la Ligue parisienne, et il s’agit sans doute d’une période de difficultés, d’insécurité peut-être pour l’association. Il y a d’ailleurs difficulté à clairement définir cette dernière : métier ou association ? Il semble que le terme de ‘communauté’ soit le plus approprié ici, peut-être ‘communauté de métier’, comme le suggère l’auteur. M. B.-G. s’interroge – compte tenu des incertitudes, manques et ambiguïtés des sources – sur la composition et le fonctionnement de cette communauté : membres, avec un regard plus marqué sur le rôle des officiers, juridiction (audiences, procédure, compétence). Le constat reste modeste : la réalité de l’organisation basochienne échappe largement à l’historien.

3Le Chapitre II de cette première partie de l’ouvrage est consacré à la présentation des différentes basoches ; chapitre fort utile car, lorsque l’on pense communément à cette organisation, c’est la Basoche du parlement de Paris qui vient aussitôt à l’esprit. Si elle a largement servi de modèle, elle ne fut pas unique et fut aussi concurrencée par la basoche du Châtelet, dans une moindre mesure par celle de la Chambre des comptes. Mais la province a aussi ses basoches, bien plus nombreuses qu’on aurait pu le penser (cf. p. 77sq.). Le chapitre III est dévolu à la vie professionnelle d’un basochien ; chapitre fort intéressant, dans lequel M. B.-G. tente de tracer le portrait du basochien, sa formation, sa culture, ses conditions de travail. Les clercs de justice sont d’anciens écoliers, sans qu’il soit possible de déterminer à quel niveau ils ont réellement atteint. Si la plupart des clercs de justice ne possédaient probablement pas de bibliothèque personnelle, ils pouvaient avoir accès à celle de leur patron et donc à un certain nombre d’auteurs classiques. S’appuyant sur un texte de Philippe Canaye, M. B.-G. souligne l’expression de « praticque questeuse » qui révèlerait une culture essentiellement ancrée sur des savoir-faire touchant à la pratique judiciaire, sur fond de connaissance ‘moyenne’ de la scolastique, de la disputatio et de quelques lectures, formant ce que Jacques Verger avait nommé des « intellectuels intermédiaires », expression que l’auteur reprend ici avec justesse. M. B.-G. se penche ensuite sur la population du Palais, avançant quelques chiffres et regardant de plus près – les sources étant plus fournies – le milieu des ‘patrons’, avocats et procureurs qui, comme il est noté ici avec pertinence, s’ils forment deux métiers distincts, appartiennent à une même communauté, consciente de ses privilèges. Le clerc de justice est surtout condamné à voir vers le haut, car peu arriveront au métier d’avocat ou de procureur. La basoche est ainsi une communauté d’une certaine stabilité, car peu pourront la quitter pour atteindre les hiérarchies supérieures. Le regard porté sur les clercs dans la première partie de M. B.-G. permet sans doute de mieux comprendre la Basoche, sinon dans les détails de l’organisation – faute de sources – du moins dans sa représentation et dans les mentalités qu’elle supporte, celle de ces clercs, aux ambitions réelles mais peu réalisables, à la culture ‘moyenne’, soumis à des patrons qu’ils admirent, jalousent et envient.

4La deuxième partie de l’ouvrage se penche sur les pratiques, festives, artistiques et judiciaires de la Basoche. L’organisation de cette partie me paraît très rigoureuse et logique, arc-boutée sur l’idée – très juste à mon sens – du rapport étroit existant entre pratique judiciaire et pratique théâtrale. Le premier degré de l’expression publique de la Basoche est le festif, le satirique, exposés lors des parades : arbre de mai, montre, revue. M. B.-G. fournit ici un ensemble précieux de détails qui montrent bien le souci très strict de l’ordonnance de ces fêtes, le souci de la représentation minutieuse, d’ailleurs contrôlée par les arrêts de censure. De façon qui pourrait paraître paradoxale au moderne, cette rigueur est également au service du charivari, pièce maîtresse dans la pratique satirique de la Basoche. Cette partie de l’ouvrage illustre bien à mon sens esprit et pratique de l’organisation des clercs de justice, en accord avec ce que l’on pourrait nommer, en raccourci, un ‘esprit fin de siècle’ du Moyen Âge tardif, tendu entre un souci d’organisation de la société et une inquiétude profonde qui s’exprime aussi dans le chahut. On peut à ce propos se demander si ces « intellectuels intermédiaires » n’offrent justement pas un milieu idéal de concentration de ces tendances et tensions.

5M. B.-G. a retrouvé un arrêt du Parlement de Poitiers, en date du 8 mai 1420 et condamnant, en pleine guerre civile, la représentation de farces, qui permet d’avancer la date traditionnelle de 1440 pour les premières représentations théâtrales basochiennes. Il semble que les représentations de la Basoche avaient lieu au moins quatre fois par an : fête des rois, carnaval, arbre de mai, montre du début de l’été. Il ressort de ce regard sur les représentations, essentiellement à travers leurs condamnations, que celles-la furent régulières, preuve d’une activité théâtrale de première importance, mais qu’elles furent aussi très surveillées et sanctionnées, preuve de leur caractère public. De façon très éclairante, M. B.-G. étudie la nature de cette censure qui pouvait conduire certains en prison : trois affaires sont ici étudiées (p. 143-52) : affaire Henri Baude, celle dite « des joueurs de farces » – connue par le Journal du Bourgeois de Paris –, François Habert, poète de cour, mais basochien en son jeune temps. Se pose cependant la question délicate de la véritable réception et du public de ce théâtre. Quoi qu’il en soit, la Basoche occupe une place certaine dans la production théâtrale parisienne. M. B.-G. note les rapports existant avec d’autres confréries, dont elle propose un panorama synthétique (Confrérie de la Passion, Enfants sans souci, etc. – p. 127-35).

6Le chapitre III de cette partie repose essentiellement sur l’examen des « causes grasses ». Il s’agit semble-t-il d’une pratique qui consiste à plaider une cause amusante, comme le dit le juriste Guyot à la fin du XVIIIsiècle. Mais, comme le rappelle M. B.-G., il est bien difficile de savoir ce qu’était vraiment une cause grasse au XVe siècle, dans la mesure où ne nous est parvenu aucun écrit explicitement nommé ainsi. Le seul exemple connu était une cause plaidée le 26 février 1471 au Parlement et réclamée par la Basoche. Mais, grâce au Glossaire de droit français de Ragueau, M. B.-G. a retrouvé un deuxième exemple, celui d’une cause grasse plaidée pour le Mardi-gras de 1470. L’examen des registres du Parlement a permis de retrouver également une troisième cause, pour le Mardi-gras de 1473. C’est donc sur ces trois cas, au demeurant particulièrement intéressants, que M. B.-G. bâtit son analyse, en particulier en s’interrogeant sur le degré de fictionnalité de ces causes. Ou bien les causes sont fictives, ce qui paraît le plus probable ; mais alors pourquoi peuvent-elles être enregistrées au même titre qu’une cause ordinaire ? Ou bien elles sont réelles et, parce que d’une teneur comique en elles-mêmes, elles sont plaidées à l’occasion du carnaval. Mais, dans ce cas, pourquoi y a-t-il si peu de ces causes dans les registres ? La question de la réalité ne peut donc être véritablement tranchée, d’autant plus que la logique de l’enregistrement nous échappe largement. Il importe alors de noter que certaines ont eu droit à l’enregistrement et qu’elles ont été réclamées par la Basoche ; la question est d’importance : en effet, si la cause est réelle, que fait la Basoche à l’audience ? M. B.-G. émet l’hypothèse du ‘délit d’initié’ qui fait que les basochiens étant nécessairement au courant des affaires devant se traiter, ils choisissent par avance d’en réclamer certaines, qui vont dans le sens de leurs pratiques dérisionnelles. D’autant plus que la réalisation de la réclamation n’est jamais effective. Il s’agirait alors d’une pure mise en scène permettant au roi de la Basoche de faire entendre sa voix, démarche qui pourrait être doublée d’un plaid parodique de la même affaire, cette fois-ci devant la Basoche. M. B.-G. note le caractère didactique de causes fictives, comme les moots en Angleterre. La cause grasse, si elle est souvent le lieu de l’équivoque et du jeu sur le langage, soulève aussi des questions de droit. N’est-elle pas finalement le lieu privilégié d’intersection entre d’une part une connaissance du droit, une pratique et d’autre part, au moyen de la dérision et de l’équivoque, le théâtre comique, celui de la farce en particulier ? Dans une très belle fin de chapitre, M. B.-G. montre bien les relations unissant cause grasse et théâtre comique. Puis elle prolonge sa réflexion à ce qu’elle appelle la fiction juridique dont les Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne pourraient servir d’emblème. On pourra reprocher un certain survol ici, mais l’auteur ne prétend pas faire une analyse littéraire approfondie ; elle ouvre en tout cas des pistes de recherches particulièrement riches de perspectives.

7La troisième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée au théâtre de la Basoche. Une première partie se présente comme un petit catalogue à caractère biographique des auteurs, divisés en deux générations, avec pour point de départ Villon, qui demeure une énigme quant à ses rapports réels et concrets avec la Basoche : Martial d’Auvergne, Henri Baude, Guillaume Coquillart pour la première génération, Pierre Gringore, Jehan Bouchet, Pierre Blanchet et Jehan d’Abondance pour la deuxième. S’y rajoutent des poètes de cour, tel André de la Vigne, Roger de Collyre, François Habert et Clément Marot. Cette partie ne comporte rien de nouveau, mais ce petit catalogue permet d’avoir de façon synthétique la liste des auteurs de référence. Le chapitre suivant, particulièrement stimulant à mon sens, part en quête de l’influence basochienne sur le théâtre comique, en examinant un corpus de textes : Pathelin évidemment (dont il faudrait considérer toutes les récritures de la Renaissance), recueil de Florence, Sottie de l’Astrologue, …. L’ouvrage se termine, en bonne méthode, par un certain nombres de pièces justificatives.

8En conclusion, je ne peux que recommander la lecture de cet ouvrage qui présente une fort stimulante mise au point sur une question particulièrement délicate. Un des mérites, non le moindre, de ce travail, est de fournir de belles pistes de travail, dans le champ, encore bien inexploité par les médiévistes, des rapports entre droit et littérature.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Marie Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre politique (Paris, 1420-1550) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/3283

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org