Navigation – Plan du site

Giovanni Dondi dall’Orologio, Tractatus astrarii

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Giovanni Dondi dall’Orologio, Tractatus astrarii, édition critique et traduction de la version A par Emmanuel Poulle, Genève, Librairie Droz (Travaux d’Humanisme et Renaissance, CCCLXXI), 2003, 466 p., 18x25,5cm, 1 reproduction, 133 figures, index verborum
ISBN 2-600-00810-1

Texte intégral

  • 1 Johannis de Dondis, Paduani civis, Astrarium, t. I: Fac-similé du manuscrit de Padoue et traduction (...)
  • 2  Horologium amicorum Emmanuel Poulle: l’Astrarium de Giovanni Dondi, Padoue, bibliothèque capitulai (...)

1Après avoir produit deux éditions singulières du traité de Giovanni Dondi – l’une, voici quinze ans, était hors de prix et est aujourd’hui introuvable dans la plupart des bibliothèques publiques1 ; l’autre, voici cinq ans, a été réservée à des souscripteurs triés sur le volet2 –, Emmanuel Poulle en donne une troisième qui répond enfin aux normes éditoriales usuelles. L’histoire des techniques provoque des engouements, qui sont autant d’obstacles à sa diffusion régulière. Il subsiste de cette genèse hors norme une reconstruction de l’astrarium qui est conservée à l’Observatoire de Paris et qu’un cliché reproduit dans le présent volume.

2L’effort de l’éditeur s’est concentré sur l’établissement du texte et sur la traduction en français. L’Introduction contient donc une très minutieuse analyse codicologique et paléographique des deux manuscrits utilisés (pp. 14-23 : Padoue, Bibl. capit. D 39, qui sert de manuscrit de base, et pp. 24-30 : Padoue, Museo Civ. 631). Force est de constater que, pour technique et poussée que soit l’expertise, ses solutions requièrent la confiance du lecteur : le volume ne contient aucune reproduction qui permettrait de suivre le déroulement de l’examen et d’en apprécier les leçons en toute connaissance de cause. Il ne reste plus qu’à applaudir la prouesse sans pouvoir prendre l’exacte mesure de sa pertinence.

  • 3  Emmanuel Poulle, Les instruments de la théorie des planètes selon Ptolémée: équatoires et horloger (...)

3Les deux manuscrits retenus sont les seuls à illustrer la version A du traité, qui en compte deux autres, respectivement désignée par B (connue par six manuscrits) et C (qui l’est par quatre). Poulle donne les incipits de ces trois versions, de fait bien distincts. Il n’aborde pas leur contenu (son livre de 1980 était sur ce point plus informatif3). Il ne tente pas d’éclairer les rapports entre ces versions, alors qu’ils permettraient probablement de suivre la diffusion du traité et d’avoir un aperçu sur l’artisanat horloger à la fin du Moyen Âge.

4En vue de sa traduction, Poulle fait des remarques sur la langue et le style de Giovanni Dondi (pp. 30-31). Il est cette fois aisé de contrôler l’analyse et de la reprendre à son compte. Le Padouan pense en langue vernaculaire et, dans le cas du manuscrit de base, dicte en latin à un scripteur dont la formation est inaboutie. Chez ce dernier, la maîtrise imparfaite de l’écriture ne l’empêche pas de remplir aussi la fonction de rubricateur : un moindre professionnalisme accompagne la fin des spécialisations.

5 L’éditeur souligne à plusieurs reprises (pp. 12, 23, 31) l’importance de l’illustration en couleurs dans le manuscrit de base, où elle est étroitement imbriquée au texte : lors de la rédaction du manuscrit, le mot et l’image ont avancé au même pas. Il ne reproduit cependant aucune figure originale mais les a toutes redessinées ou fait redessiner on ne peut plus clairement et en noir et blanc, pour les regrouper après le texte du traité (pp. 335-410). Il propose, l’initiative est rare et mérite d’être soulignée, un apparat critique des figures. Il aurait peut-être dû insister davantage sur les liens organiques qui se nouent entre le texte et l’image, et voir dans celle-ci un des meilleurs moyens de promotion de la culture technique. Ce développement d’outils propres à la mentalité technicienne s’accompagne de l’avènement du monde de l’atelier, qui, dans l’Italie du XIVe siècle, est aussi préjudiciable au latin que favorable aux langues vernaculaires. Le « latin plutôt déconcertant » de Dondi (p. 30) se lit en filigrane dans le recours permanent à l’image. Pour Dondi et, dans une certaine mesure, pour son scribe, les mains façonnent des instruments plus volontiers qu’elles n’écrivent ; dans ces conditions, la plume se met au service de l’image plus spontanément qu’à celui du mot. Il n’empêche que l’évaluation chiffrée des grandeurs des différentes pièces de l’astrarium sont données dans le texte ; elle n’apparaît pas dans les figures, dont la grandeur varie cependant à peu près proportionnellement aux pièces qu’elles représentent : la cote n’est pas encore en usage mais est déjà en gestation.

  • 4 Emmanuel Poulle, « L’astrarium de Giovanni Dondi », Pour la science, n° 281, mars 2001.
  • 5 Poulle, Les instruments de la théorie des planètes…, pp. 511-550.

6Poulle adresse son édition et sa traduction « à un lectorat spécialisé dans la littérature scientifique médiévale (p. 31) ». Les connaisseurs ne seront certainement pas déçus par son présent travail et goûteront, outre le texte et le figures, le riche Index verborum. Poulle souhaite aussi que l’Astrarium « puisse être consulté par le public le plus divers (p. 32) ». Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a rien fait pour faciliter l’accès des néophytes à ce joyau de la technique médiévale. À ceux d’entre eux qui aimeraient assimiler ces pages aussi austères que brillantes, je conseillerais de consulter d’abord l’article que le même Poulle a consacré à l’astrarium dans un magazine de bonne vulgarisation4 puis l’analyse fouillée qu’il en a fait dans son livre de 19805. Alors seulement, ils seront armés pour pénétrer dans « le plus important traité technique que nous ait laissé le Moyen âge (p. 9) » et en apprécier l’inventivité.

Notes

1 Johannis de Dondis, Paduani civis, Astrarium, t. I: Fac-similé du manuscrit de Padoue et traduction française; t. II: Édition critique de la version A, par Emmanuel Poulle, Padoue/Paris, Edizioni 1+1/Les Belles Lettres, 1987-1988, 3 vol.

2  Horologium amicorum Emmanuel Poulle: l’Astrarium de Giovanni Dondi, Padoue, bibliothèque capitulaire, ms. D. 39, Paris, 1998.

3  Emmanuel Poulle, Les instruments de la théorie des planètes selon Ptolémée: équatoires et horlogerie planétaires du XIIIe au XVe siècle, Genève/Paris, Librairie Droz/Librairie Champion (Hautes Études médiévale et modernes, 42), 1980, en 2 t., pp. 519-520.

4 Emmanuel Poulle, « L’astrarium de Giovanni Dondi », Pour la science, n° 281, mars 2001.

5 Poulle, Les instruments de la théorie des planètes…, pp. 511-550.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Giovanni Dondi dall’Orologio, Tractatus astrarii », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/318

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org