Navigation – Plan du site

Alain Dierkens et Jean-Marie Sansterre (dir.), Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle, dir. Alain Dierkens et Jean-Marie Sansterre avec la collaboration de Jean-Louis Kupper, Actes du colloque international organisé par la Section d’Histoire de l’Université Libre de Bruxelles et le Département des Sciences Historiques de l’Université de Liège (5-7 mai 1994), Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, Genève, Droz, 2000, 421 p.
ISBN 2-87019-278-9

Texte intégral

1Un gros volume de 421 pages réunit les Actes d’un colloque dont l’intérêt est évident. Si en effet, ces dernières années, beaucoup de travaux sur les voyages et les récits de voyage ont vu le jour, la plupart d’entre eux portent sur la ‘grande période’ du XIIe au XIVe siècle. La plupart des communications portent sur le voyageur qui parcourt les chemins de l’Orient ou vers l’Orient pour des raisons commerciales ou diplomatiques (deux articles sur le pèlerinage . P. Maraval, « Pèlerins orientaux dans l’Orient byzantin » et M. Mc Cormick, « Les pèlerins occidentaux à Jérusalem (VIIIe-IXe s.) »). On ne saurait rendre compte de la richesse du volume dans une simple recension. Je dois donc me limiter à quelques exemples susceptibles de donner un ordre d’idée de la problématique de ce volume. Michel Balard, partant d’un auteur qu’il connaît particulièrment bien, Liutprand de Crémone, offre une présentation synthétique qui pourrait servir d’embème au colloque. Il note l’importance des voyages avant le XIe siècle, bien que les sources soient plus rares et plus dispersées. Ambassadeurs, marchands, messagers, pèlerins, nombreux furent ceux qui entreprirent le voyage vers l’Orient. L’Italie joue dans ce processus un rôle particulier, pour plusieurs raisons : 1) la péninsule est un lieu privilégie où s’enracinent les prétentions de Byzance à gouverner un empire universel, ce qui implique de nombreuses relations entre Constantinopl et l’Italie ; 2) siège de la papauté, l’Italie occupe un cenztre dans une Église encore unifiée à cette époque ; 3) la situation géographique de l’Italie en fait un pont naturel vers l’Orient. Quelle voie emprunter pour ce voyage ? Deux possibilités, aussi dangereuse et inconfortable l’une que l’autre : la voie terrestre et la voie maritime. M. Balard en rappelle les principales difficultés (pp. 257-9) et note le caractèr efluctuent de la voie terrestre, en fonction des différents conflits et changements de pouvoir. Il donne ensuite un panorama sur les différentes catégories de voyageurs, qu’il divise en trois : le religieux, le politique, le commercial. Après un certain nombres d’exemples, il revient à Liutprand (p. 264sq.) et analyse les perceptions que ce dernier a de Byzance et des voyageurs, les marchands en particulier qui s’y rendent. Élisabeth Malamut propose une contribution que l’on peut associer à celle de M. Balard (elle consacre d’ailleurs, elle aussi, un paragraphe à Liutprand) « Des voyages et de la littérature voyageuse à Byzance : un autre espace, une autre société (IVe-XIIe s.). L’objet de cette étude est de catégoriser les différents types de voyageurs, à travers la littérature ‘voyageuse’. l’étude est menée en troi sparties : 1) ‘typologie’ des voyageurs à Byzance ; 2) sources littéraires ; 3) nature du voyage. Dans la première partie, nous trouvons les catégories de voyageurs traditionnelles, marchands, ambassadeurs, pèlerins, auxquels É. Malamut adjoint les soldats ; pour cette dernière catégorie, elle s’appuie sur les Petchenègues, enrolés de force en 1048 et contraints de voyager. La seconde partie propose un panorama de ce que l’auteur appelle la littérature voyageuse. Cette partie appelle une critique d’odre méthodologique. Il faudrait en effet définir cette littérature. É. Malamut donne une série d’exemples, certains développés, comme le Journal d’Égérie, mais sans justifier son choix. Fait-elle une différence entre littérature voyageuse et « récit de voyage » (voir par exemple la thèse de M. Guéret-Laferté) ? Elle inclut dans son corpus des textes hagiographiques racontant les itinéraires de saints ; dans ce cas, pourquoi ne pas aussi inclure des encyclopédies, des textes ressortissant à l’Imago mundi ? Cette critique mise à part, le texte offre un ensemble d’exemples tout à fait intéressant. Dans la troisième partie de l’article, l’auteur tente de définir la perception du voyage et de l’espace parcouru par le voyageur. Cette perception est bien entendu liée au but et aux conditions du voyage. Cependant, on retrouve souvent, comme dans le récit de Liutprand, insécurité, maladies, inconfort, grandes difficultés de voyager. Pour Michel Kaplan (« Quelques remarques sur les routes à grande circulation dans l’empire byzantin du VIe au XIe siècle »), il s’agit de considérer quelque itinéraires du réseau de communication centré sur Constantinople. Il choisit pour cela la principale route transanatolienne, en direction de Thessalonique, de la Grèce ou d’Éphèse. Ce que montre surtout cet article est le caractère fluctuant du voyage : les voyageurs en effet ont le choix entre route terrestre ou maritime, mais ce choix n’est que théorique, car il dépend beaucoup des conditions, climatiques en particulier, dans lesquelles le voyage doit s’effectuer. Aussi ce n’est pas toujours la voie la plus rapide ou la plus simple qui est choisie. De plus, c’est par succession d’étapes que l’itinéraire se conoit, de faon très empirique. Prenons un exemple parmi tous ceux que comportent l’article. Théodore Stoudite part le 16 février 797 de son monastère de Bithynie pour aller à Thessalonique. Le voyage durera plus de cinq semaines, comprenant trois jours d’Attente à Lampsaque, huit jours à Abydos et une semaine à Éléountès. Au lieu d’embarquer à Pylai, la solution la plus simple, les voyageurs passent par terre, à cause du mauvais temps. Arrivés à Lampsaque, ils peuvent prendre la mer et avancent, avec les vents favorables : une journée de navigation équivaut alors à une semaine de marche !. Cependant cette voie est souvent fermée à cause des conditions climatiques et, deplus, les Byzantins, ne connaissaient aps la navigation au long cours. Le seond exemple important de l’article concerne les voyages de Grégoire le Décapolite et de ses amis, selon sa Vita. et met en scène la via Egnatia. La voie terrestre se révèle particulièrement peu sûre et l’on préfère souvent la mer enter Thessalonique et Constantinople. L’article de M. Kaplan (assorti de deux cartes indispensables) révèle que le trafic est, en dépit des difficultés, intense entre Constantinople et la Grèce ou Thessalonique. Si les routes de l’Asie mineure connaissent un déclin avec l’arrivée des Turcs à la fin du XIe siècle, le trafic maritime demeure important, comme en témoigne l’activité du port de Pylai, encore sous Marcel Comnène. Je serai plus critique envers le premier article du volume, très superficiel. Il est dommage d’inaugurer ainsi ce recueil, dont on ne peut que relever la qualité. Hossam Elkhadem propose une contribution intitulée « Image du monde de l’Antiquité et du Moyen Âge ». Si le lecteur s’attend à une analyse et à une mise en perspective des sources et de l’évolution du genre de l’Imago mundi, il restera sur sa faim. L’article est est un simple catalogue assorti de données très connues (exemple : le rappel des sphères homocentriques d’Aristote ou, en trois ligne, un vague aperçu du système de Ptolémée) qui mélange toutes sortes de textes sans en distinguer les traditions différentes : on voit se cotoyer les mappemondes (et les travaux de P. Gautié-Dalché ne sont même pas cités) avec le De sphera de Sacrobosco, ouvrage d’enseignement. On ne voit d’ailleurs pas ce que Sacrobosco, pas plus que Buridan et Oresme, dont les noms doivent séduire l’auteur qui, apparemment, n’en connaît pas grand’chose, viennent faire dans un volume dont le terminus ad quem est le XIe siècle ! Il est regrettable que les responsables du recueil aient publié ces quelques pages confuses et sans le moindre intérêt, même pour un étudiant de première année. D’autant plus dommage qu’il y a de beaux thèmes ici proposés, que malheureusement je ne peux présenter ici ; quelques exemples : les marchands au long cours et les formes de leur organisation dans l’Europe du nord (S. Lebecq), Messagers et ambassadeurs (J. Shepard, J.L. Nelson), les problèmes de langue et de communication langagière (M. Banniard, R. W. Thompson, qui parle aussi des voyageurs arméniens), les pèlerins (P. Maraval, M. Mc Cormick), etc. Je termine avec le bel article de Jean-Pierre Devroey et Christian Brouwer sur le rôle des juifs dans le commerce du monde franc durant le haut Moyen Âge. Si, selon les auteurs, on ne peut véritablemet parler de ‘colonies’ grecques ou syriennes en Gaule médiévale, en revanche le terme peut s’appliquer aux implantations juives. Les auteurs reprennent donc une enquête qui vise à affiner les données de S. Lebecq concernant la présence des Orientaux en Gaule franque. La preuve de la présence de Syriens repose sur quelaues textes, le De gubernatione Die, l’Historia francorum de Grégoire de Tours. Ce textes apparaissent en fait comme peu convaincants sur la présence de Syriens et, en revanche, beaucoup plus solides sur la question des communautés marchandes juives. À partir du VIIe siècle, la carte de l’implantation des négociants orientaux se confond avec celle des communautés juives, dont les sources témoignent de la grande stabilité géographique, jusqu’au IXe siècle. Cette forte implantation dans le Sud ne s’enregistre pas au Nord avant le Xe siècle En particulier, les marchands juifs ne paraissent pas avoir suivi le déplacement des échanges vers l’Ouest et le Nord qu’ils laissent aux mains des Frisons et des Anglo-saxons. Le Xe siècle est marquè par deux évolutions importantes : 1) installation de communautés dans le monde germanique, mais en îlots dispersés (Mayence, Magdebourg, etc.) ; 2) à l’ouest du Rhin, expansion progressive vers le Nord et l’est de l’ancien pays franc. Sur ces nouvelles communautés, les auteurs citent l’histoire de Jocb bar Yekoutiel, narrés dans une chronique du début XIe, qui montre un itinéraire tourmenté de la Lorraine à Rouen, en passant par la Flandre, Reims et Arras où le marchand finit ses jours. La deuxième partie de l’article s’intéresse aux aspects socio-économiques de l’activité des juifs. Il s’agit d’une approche diachronique de la capacité économique des juifs qui, rappelent les auteurs à juste titre, dépend de leurs statut social et de ses fluctuations. Les auteurs examinent ensuite de nomreux exemples, montrant que les communautés juives se cristallisent autour d’un fort sentiment de solidarité et que cette société est essentiellement urbaine. Les chrétiens et les juifs se côtoeint dans le commerce mais il est difficile de déterminer les poids respectifs de chacun. On ne peut que recommander la lecture de cet article à ceux qui s’intéressent à l’histoire des juifs en Occident médiéval : travail bien construit, très bien documenté, faisant de convaincantes mises au point et indiquant de stimulantes voies de recherche.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Alain Dierkens et Jean-Marie Sansterre (dir.), Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/317

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org