Navigation – Plan du site

Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge–16e siècle) sous la dir. de Chloé Deligne et Claire Billen

Vincent Challet
Référence(s) :

Chloé Deligne et Claire Billen (dir.), Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge–16e siècle), Turnhout, Brepols (« Studies in European urban history (1100-1800) », 10), 2007, 297 p.

ISBN 978-2-503-52024-7

Texte intégral

1Ce dixième volume de la série « Studies in European Urban History » dirigée par Marc Boone rassemble douze contributions issues d’un colloque tenu en 2004 à Bruxelles et portant sur les interactions entre les groupes sociaux – notion très vague mais choisie volontairement par les directrices du volume en raison de sa souplesse – et les territoires urbains pris au sens large puisque si la première partie de l’ouvrage est consacrée à « la ville en soi », la seconde porte sur « la ville et son horizon spatial ». L’idée force qui a présidé à la mise en œuvre de ce volume est celle d’une étude « de l’espace en tant que production sociale » (p. 3), autrement du rôle joué par l’espace dans la production et la définition d’une identité urbaine. Cette approche est ici déclinée à travers douze études de cas portant majoritairement sur l’Europe septentrionale (Bruges, Namur, Bruxelles, Brabant, Hainaut) et secondairement sur l’Italie, c’est-à-dire sur cette fameuse Urban Belt médiévale qui, depuis les fondements de l’histoire urbaine, continue de monopoliser l’attention des spécialistes au détriment d’autres régions européennes moins souvent mises en lumière mais tout aussi intéressantes à étudier du point de vue de l’histoire urbaine – on pense notamment à l’Angleterre ou à la France méditerranéenne. Souvent sous-tendues par une réflexion théorique faisant la part belle aux concepts issus de la sociologie et de la géographie – ainsi du concept de « capital spatial » utilisé par Chloé Deligne, déclinaison du fameux « capital social » de Pierre Bourdieu – les différentes études rassemblées montrent à l’évidence que la notion de « territoire urbain » est une notion à la fois historiquement construite et mouvante dans le temps. En mettant l’accent sur les stratégies des différents groupes sociaux – néanmoins quasiment réduits, et c’est l’une des limites de la réflexion menée, aux seules élites urbaines à l’exception d’une remarquable étude sur les tanneurs de Trévise – et en montrant la façon dont ils interagissent en permanence sur l’espace et dont ils le remodèlent selon leurs propres intérêts, les auteurs replacent les acteurs au cœur de l’espace urbain, témoignant ainsi de l’influence féconde des travaux d’un Thierry Dutour (Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, 1998) et se situant dans la lignée directe des travaux de Boris Bove sur les échevins parisiens et leurs stratégies de domination de l’espace (Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, 2004). Incontestablement, à lire les communications proposées, la ville médiévale est un espace dynamique dont les différents territoires – on n’ose parler de quartier – subissent une redéfinition permanente, ce que montre amplement la belle étude d’Hélène Noizet intitulée « La fabrique urbaine de Tours » et détaillant l’influence qu’eurent les communautés canoniales de Saint-Martin et monastique de Saint-Julien sur la constitution de leurs quartiers respectifs.

2Si la démonstration demeure, globalement, convaincante, on pourra néanmoins contester la pertinence du rapprochement opéré entre des stratégies qui se développent intra muros et des stratégies projetées vers l’extérieur de cet espace urbain dans la mesure où elles mettent en œuvre des moyens distincts. On pourra également s’étonner de l’insistance mise par les directrices de l’ouvrage à insister sur le caractère novateur des études présentées qui, si elles mettent en lumière des situations locales peu connues, rejoignent sur le fond des conclusions déjà solidement établies par l’histoire urbaine. Est-il ainsi très original de conclure, après une étude prosopographique des principaux lignages urbains de Namur, que « ces hommes sont ancrés depuis plusieurs générations dans le vieux centre urbain et monopolisent le pouvoir politique de leur ville » (p. 51) ? Est-il si étonnant de constater que l’appropriation du territoire urbain par le patriciat de Ratisbonne passe par des fondations pieuses et l’organisation pour la Fête-Dieu d’une procession qui s’apparente à un rite de circumambulation ? Est-il très surprenant que, pour réaffirmer leur maîtrise de l’espace, les métiers de Bruges organisent un défilé militaire dans les rues de leur ville ? De tels rituels qui visent à circonscrire un territoire pour mieux se l’approprier ont déjà été maintes fois décrits et on soulignera d’ailleurs que la miniature qui sert de couverture à l’ouvrage a été choisie fort à propos : figurant en effet la destruction des murailles de Jéricho, elle donne bien à voir l’un de ces rites de circumambulation qui sont autant de prises de possession métaphoriques – et réelles dans le cas de Jéricho – de l’espace et auquel ne manque pas même l’ostension de « reliques ». Mais plutôt que de décliner à l’infini ce modèle des rituels urbains, ne serait-il pas grand temps de s’intéresser à la contestation de telles stratégies et aux moyens mis en œuvre par d’autres groupes sociaux – ceux qui, précisément n’appartiennent pas aux élites – pour les contrecarrer ?

3Tant et si bien que les réflexions les plus stimulantes sont livrées par des chercheurs qui tentent d’esquisser une autre approche, soit qu’ils se tournent vers des groupes sociaux ne possédant pas le capital social et symbolique de ceux qui tiennent le haut du pavé – c’est le cas de l’étude de Matthieu Scherman sur les tanneurs de la Scorzaria de Trévise –, soit qu’ils envisagent l’enjeu que constitue une place publique partagée et revendiquée par des communautés religieuses différentes – ainsi de Christophe Cailleaux qui montre comment les tensions entre chrétiens, juifs et musulmans se cristallisent autour de la reconstruction d’une place de Tortosa –, soit qu’ils se penchent sur les nouvelles relations entre vignerons et notables induites par l’expansion d’un vignoble périurbain – comme le fait Hannelore Pepke-Durix pour le finage de Dijon –, soit enfin qu’ils étudient les processus juridiques d’intégration de communes ou de seigneuries rurales à un territoire urbain à l’instar de Davide Caffu à propos de Chieri, en dépit d’une traduction parfois confuse et maladroite qui utilise systématiquement le terme de « magistrature » en lieu et place de « magistrat ». Dans les deux derniers cas toutefois, on aurait aimé que le point de vue adopté, qui épouse unilatéralement celui des entrepreneurs et magistrats urbains, soit contrebalancé par l’analyse des réactions rurales à ces processus de « cannibalisation » par la ville. Mais ces études démontrent que la nouveauté ne réside pas tant dans le changement d’objet que dans l’approche adoptée par l’historien pour analyser son objet.   

4Au final, si ce volume ne marque sans doute pas un tournant dans une historiographie urbaine déjà fort dense et fort riche, il témoigne en revanche du dynamisme actuel de la recherche dans ce secteur et livre à la réflexion de forts stimulantes études de cas dont on aurait grand tort de se priver.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge–16e siècle) sous la dir. de Chloé Deligne et Claire Billen », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/3142

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org