Navigation – Plan du site

Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin (dir.), Villes de Flandre et d’Italie (XIIIe-XVIe siècle). Les enseignements d’une comparaison

Vincent Challet
Référence(s) :

Élisabeth Crouzet-Pavan(dir.), Élodie Lecuppre-Desjardin(dir.), Villes de Flandre et d’Italie (XIIIe-XVIe siècle). Les enseignements d’une comparaison, Turnhout, Brepols, Studies in European Urban History (1100-1800) 12, 2008, 330 p.

ISBN : 979-2-503-51979-1

Texte intégral

1Spécialistes, l’une de l’histoire urbaine italienne et notamment de Venise, l’autre des villes flamandes, Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin ont eu l’heureuse idée de réunir les meilleurs historiens de ces deux espaces géographiques pour reprendre à nouveaux frais une rigoureuse comparaison entre villes flamandes et italiennes, laquelle apparaît comme allant de soi et semble être devenue « une véritable figure de rhétorique » (p. 3) pour qui travaille sur l’histoire urbaine sans pour autant être dotée d’un réel contenu concret. Comparaison donc ou plutôt, comme le disent fort justement les deux éditrices de l’ouvrage conscientes des dangers d’une approche trop strictement comparatiste, « confrontation ». L’introduction rappelle d’ailleurs, fort à propos, que ce topos de l’historiographie urbaine que constitue le rapprochement de la Flandre et de l’Italie est très précisément daté et remonte à la parution en 1952 du livre de l’abbé Lestocquoy, Aux origines de la bourgeoisie : les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens (XIVe-XVe siècles). Les quinze contributions ici réunies ont été regroupées en cinq thèmes (démographie, fait religieux, écriture de la mémoire, inscriptions du pouvoir et représentation de l’espace) qui se déclinent selon un plan rigoureusement identique : présentation du cas flamand, présentation du cas italien, rapport de synthèse.

2Si l’organisation de l’ouvrage ne pose donc pas de problème dans ses grandes lignes, la plupart des auteurs des rapports de synthèse mettent néanmoins en avant un certain nombre de problèmes méthodologiques – souvent liés, mais pas toujours, à la distorsion chronologique – qui rendent presque impossible une véritable synthèse. Ainsi, Anna Benvenuti, dans son rapport sur le fait religieux, souligne-t-elle que l’absence d’un questionnaire commun et d’une coordination thématique (p. 121) rend délicate la comparaison. De même, Renato Bordone dans son rapport sur la mémoire des villes note qu’il existe un écart chronologique important dans la production écrite des chroniques urbaines en Italie et en Flandre, écart qui débouche sur « un écart interprétatif important » (p. 165). La notable différence dans la période chronologique retenue par les auteurs n’a évidemment pas échappé à Giovanni Cherubini qui, dans son rapport sur l’inscription des pouvoirs dans les villes, note que, compte tenu de cet écart, une démarche résolument comparatiste « s’est avérée impossible » (p. 235). Christian Heck, enfin, dans sa brillante synthèse sur la représentation de l’espace, souligne à quel point il est difficile de comparer des vues urbaines figurant sur des retables – objet de la communication de Hanno Wisjman sur la Flandre – et les plans de ville que présente Marco Folin pour l’Italie. De ces premières réflexions, un constat – fort éclairant au demeurant – s’impose de lui-même que vient souligner la juxtaposition des contributions de Marc Boone et de Jean-Claude Maire-Vigueur consacrées l’une et l’autre aux inscriptions du pouvoir dans la ville : là où, dès l’époque communale, l’histoire urbaine italienne peut s’appuyer sur pléthores de sources écrites et monumentales, l’histoire urbaine flamande ne peut véritablement se déployer qu’à partir du milieu du XIVe siècle. Il y a là, à l’évidence, un écart de deux siècles qui rend difficile toute entreprise de comparaison.

3S’y ajoute, en outre, un problème d’ordre sémantique qui porte sur le contenu même que l’on donne au terme de ville, ce terme n’étant pas défini de la même manière par les auteurs italiens et flamands. En Italie, comme d’ailleurs dans l’ensemble de l’espace de la Méditerranée occidentale, plus que l’urbs, la ville est d’abord assimilable à la civitas, définie par le siège et la résidence de l’évêque (même si ce critère seul est parfois insuffisant comme le rappelle Giovanni Cherubini à propos, par exemple, de Sarsina), et son territoire grosso modo assimilable au diocèse tandis que le seuil minimal retenu par les historiens italiens pour qualifier une ville est de l’ordre de 5 000 habitants. En Flandre en revanche, comme le rappelle opportunément Walter Simons, tous les sièges épiscopaux sont situés en-dehors du comté et les villes flamandes ne sont pas des cités d’où, semble-t-il, une réelle difficulté à appréhender le fait urbain. Le flottement sémantique qui se fait jour dans la contribution de Peter Stabel est, à cet égard, très net puisqu’il évoque « de petites villes aux fonctions rurales » (p. 34), des « villes naines » ou encore de « très petites villes rurales » (p. 42) tout en soulignant qu’un grand nombre de fonctions urbaines pourraient être mises en évidence dans les « grands villages » (p. 42). Renaix, dans la province d’Alost, est d’ailleurs qualifié de « village » (p. 48) mais figure dans la liste des villes des Pays-Bas (p. 60), liste qui inclut également Hoeke qui ne compte que 120 habitants en 1450 alors que le seuil de population annoncé par l’auteur est de 1000 à 2000 habitants. Dans ces conditions, peut-on réellement comparer le fort taux d’urbanisation constaté pour l’Italie dès le début du XIVe siècle (Giuliano Pinto) et celui calculé pour la Flandre au milieu du XVe en y incluant jusqu’à des « villes » - ? - de 120 habitants ? Au-delà même du poids démographique des entités considérées, Anna Benvenuti rappelle d’ailleurs, à propos du fait religieux, cette évidente « difficulté à appréhender avec exactitude le terme de « ville » » (p. 121). Cette différence fondamentale entre cités épiscopales italiennes et villes flamandes intégrées au sein de vastes diocèses et dépendant d’évêques perçus comme « étrangers » à la ville a d’ailleurs des conséquences multiples : inscription du pouvoir épiscopal dans les villes italiennes à travers le palais et le groupe cathédral, émancipation politique des communes italiennes vis-à-vis des évêques et intégration de la dimension sacrée du pouvoir à travers la « religion civique » et le détournement au profit des magistrats urbains de cérémonies autrefois présidées par l’évêque, construction par les cités italiennes de contadi qui perpétuent le cadre du diocèse et provoquent la mise en place d’un fort polycentrisme urbain sans véritable réseau urbain hiérarchisé (Giulano Pinto), du moins avant la grave crise démographique du milieu du XIVe siècle qui aplanit les « fortes différences d’échelle » (Wim Blockmans, p. 68) entre Italie et Flandre. Incontestablement, on tient là, dans la présence ou l’absence de l’évêque et dans le maintien ou la disparition d’un cadre territorial lié au diocèse, l’une des clefs de compréhension de la distinction fondamentale de nature entre cités italiennes et villes flamandes. Autre critère à retenir, celui du rayonnement international des villes considérées : aux multiples exemples italiens, la Flandre n’a guère à opposer que Gand, Bruges et, avant son déclin, Ypres.

4Dernière difficulté enfin clairement mise en évidence par les différentes contributions, celle de comparer des villes dont les structures de pouvoir sont si dissemblables. À l’autonomie politique des villes italiennes, s’oppose nettement la situation de villes flamandes « ne faisant pas le poids face à l’État bourguignon et habsbourgeois » (Marc Boone, p. 200). Si, en Italie, le cadre de référence de tout système politique demeure urbain, en revanche, en Flandre, « l’horizon idéologique des villes n’arrivait pas à dépasser le carcan imposé par les alliances dynastiques et le cadre mental de l’État princier » (Marc Boone, p. 197). Conséquence logique : tandis que Jean-Claude Maire-Vigueur peut, à loisir, multiplier les exemples d’une intervention multiforme des communes italiennes visant à remodeler l’espace urbain – depuis les palais civiques et les places publiques jusqu’aux fontaines en passant par la mise en place de règlements d’urbanisme et de magistrats spécialisés dans la voierie –, Marc Boone ne peut que constater, qu’en Flandre, c’est essentiellement le pouvoir princier qui s’inscrit dans la ville jusqu’à la détruire comme le fit Charles le Téméraire à Liège en 1468. Que ce soit donc à Gand, par le biais du château comtal devenu siège du Conseil de Flandres et des résidences princières ou à Liège, tout est fait pour que « l’intervention princière reste gravée dans le paysage et le sol urbain » (M. Boone, p. 183). Cette distinction fondamentale dans la structure du pouvoir n’est pas sans conséquence sur la conscience urbaine en Italie et en Flandre et sur ce qui en est, partiellement, le reflet, à savoir les chroniques urbaines. Précoces en Italie où le processus de construction de l’identité urbaine se manifeste à Gênes dès les années 1150 avec les Annales Ianuenses de Caffaro et vivaces jusqu’à la fin du Moyen Âge (Giovanna Petri Balbi), elles sont quasi inexistantes en Flandre avant le XVIe siècle, le Memoriebook officiel de Gand se résumant à une liste de conseillers agrémentée de rares notes et les chroniques flamandes s’inscrivant dans le cadre d’un duché (Brabant) ou d’un comté (Anne-Laure Van Bruaene). La production historiographique flamande demeure donc, selon les termes de Renato Bordone « évanescente » (p. 171) ce qui le conduit à écrire que « face à ces communes italiennes, la société flamande affichait un retard d’au moins deux siècles au plan de l’organisation institutionnelle comme des manifestations littéraires » (p. 171). Certes, la mémoire urbaine ne se résume pas à sa mise par écrit et s’entretient tout autant par la mise en scène et la répétition de cérémonies civiques ; il n’en reste pas moins que, dans le cas flamand, cette absence de chronique urbaine reflète l’état de subordination politique des villes à un pouvoir princier. Laissons le mot de la fin à Christian Heck qui, analysant les représentations urbaines, oppose la vision italienne d’une ville cérébrale fondée sur la perspective et la vision flamande d’une ville sensible, cadre de l’activité des hommes : « nous sommes bien présence de deux mondes » (p. 293) et l’ensemble des contributions peut être relue rétrospectivement à la lueur de cette sentence.

5Au final, il ne reste pas grand-chose de cette prétendue analogie entre villes flamandes et italiennes. L’ouvrage s’avère donc être une mise au point salutaire qui permet de reléguer, pour la Flandre, le modèle de la ville-État au rang d’une « image d’Épinal trop facilement empruntée aux villes italiennes » selon l’heureuse formule de Marc Boone (p. 197). Parmi les légers reproches à formuler, soulignons cependant le caractère parfois un peu trop général des propos, notamment en ce qui concerne le fait religieux – à la décharge des auteurs, on conviendra aisément qu’embrasser l’ensemble du fait religieux en une quinzaine de pages relevait de la gageure –, l’absence d’un certain nombre de thèmes attendus – on songe ici aux institutions, au rôle des métiers ou encore au problème de la contestation des pouvoirs, l’insurrection gantoise des années 1380-1382 et la révolte des Ciompi florentins ayant parfois été mises en parallèle (cf. M. Mollat et Ph. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi), ne serait-ce qu’en raison de leur quasi concomitance – et le nombre élevé de coquilles ayant échappé à l’attention des correcteurs. Terminons par une ultime remarque. Si l’Italie a toujours été considérée comme un hapax dans l’histoire urbaine de l’Occident médiéval, il est néanmoins une région qui, sur bien des plans et sur un mode peut-être mineur, présente de nombreux points de convergence avec les villes italiennes : il s’agit du Midi languedocien. Mais ceci mériterait sans doute une comparaison…

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin (dir.), Villes de Flandre et d’Italie (XIIIe-XVIe siècle). Les enseignements d’une comparaison », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 26 juin 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/3122

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org