Navigation – Plan du site

Donald Maddox, Fictions of Identity in Medieval France

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Donald Maddox, Fictions of Identity in Medieval France, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, xx + 295 p.
ISBN 0-521-78105-1

Texte intégral

1L’étude est entièrement structurée autour d’un concept fondamental, auquel l’auteur assigne l’appellation suggestive de « rencontre spéculaire » (specular encounter) : il s’agit d’un schéma narratif qu’il considère comme une sorte de dénominateur commun des textes français entre le XIIe et le XIIIe siècle. Ce schéma comprend essentiellement la rencontre du protagoniste avec un autre personnage (humain, surnaturel ou animal) avec lequel il établit une communication qui a un impact déterminant sur sa propre identité. La communication assume le caractère d’un conseil, d’un jugement, d’une révélation ou mieux d’un « dévoilement » : le mot anglais disclosure, l’un des termes-clé de l’étude, contient effectivement l’idée d’une réalité cachée au destinataire, mais qui fait en quelque sorte partie de lui, qui le touche profondément. Quel que soit le contenu du message, le médiateur est le dépositaire d’un secret concernant le destinataire, d’un aspect de sa personnalité que parfois il incarne en lui-même, si bien qu’entre les deux s’établit un « rapport de réciprocité ». L’identité même du personnage se trouve ainsi remise en cause, multipliée, comme dans un jeu de miroirs et réflexions.

2Dans les quatre chapitres de l’étude, l’auteur présente une série d’exemples de ce schéma, dans diverses œuvres narratives. Le premier chapitre est consacré aux Lais de Marie de France, où la « specular encounter » occupe toujours une place centrale dans l’économie de l’action. Un exemple particulièrement éloquent est constitué par le lai de Guigemar, dans lequel le porteur du message est le cerf que le protagoniste poursuit dans le bois. Le caractère réciproque de la rencontre est concrétisé par la flèche qui blesse les deux interlocuteurs : cette blessure commune, qui prélude à une guérison elle aussi commune, symbolise le caractère réciproque de l’amour, auquel Guigemar sera bientôt initié. Le cerf, donc, n’est pas un simple messager, mais une sorte réflexion du protagoniste. Dans d’autres lais comme celui du Laüstic et du Chievrefoil, l’attention est fixée sur le véhicule du message, respectivement le rossignol et la branche de chèvrefeuille : cette dernière, en particulier, matérialise l’union indissoluble des deux amants. Dans les douze lais, D. Maddox distingue une situation de triade : à l’union d’un couple, s’ajoute un troisième personnage qui intervient justement au moment de la rencontre. À la fin de l’étude, l’auteur propose en annexe des tableaux qui résument schématiquement les structures des lais selon des séries de triades de personnages.

3Le deuxième chapitre est consacré au roman arthurien. Comme pour les Lais, l’auteur est porté à considérer les œuvres dans leur architecture globale, d’abord les cinq romans de Chrétien de Troyes, ensuite le Lancelot en Prose et le Cycle Vulgate. L’utilité d’un schéma narratif tel que la « specular encounter », concerne en effet, avant toute chose, l’analyse au niveau intertextuel : il permet d’instituer des correspondances entre les épisodes, entre les personnages, de repérer les structures chiasmatiques et les situations topiques. Le troisième chapitre prend en considération le domaine de la rencontre amoureuse, notamment avec les amants par excellence : Tristan et Lancelot. La rencontre est le lieu privilégié pour l’analyse de la situation amoureuse et pour l’anticipation de ses conséquences. Comme dans les Lais, le couple est toujours accompagné par un troisième personnage qui participe également de la logique de la rencontre. Enfin le quatrième chapitre considère les révélations concernant l’identité et le lignage du héros, notamment dans des textes tels que La Fille du comte de Pontieu, et Le Roman de Mélusine de Jean d’Arras. Le message ici représente un dévoilement, une « disclosure » dans le sens propre du terme ; la rencontre comporte une prise de conscience profonde concernant l’identité du protagoniste.

4Le concept de « specular encounter » représente une construction ingénieuse qui se révèle un instrument d’analyse efficace permettant d’instituer des correspondances intéressantes (et parfois plutôt audacieuses).  En revanche, il apparaît parfois trop flexible et modulable en fonction des circonstances. De fait, à aucun moment dans l’ouvrage on ne retrouve une définition complète et satisfaisante de ce schéma, car, évidemment, sa complexité ne la rend pas envisageable. L’analyse des nombreux exemples tirés des œuvres littéraires change de perspective à tout moment : l’attention est fixée tantôt sur le contenu du message, tantôt sur la réaction du destinataire, tantôt sur l’instrument de la médiation. La définition est donc reprise et enrichie tout au long de l’ouvrage, si bien que le lecteur n’arrive pas bien à saisir son caractère et a l’impression d’une construction théorique à la recherche de sa légitimation. Mis à part cette difficulté dans la lecture, l’étude se révèle stimulante et ouvre des perspectives nouvelles dans la recherche.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Donald Maddox, Fictions of Identity in Medieval France », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org