Navigation – Plan du site

Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle

Thomas Ribémont
Référence(s) :

Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, Paris, Hachette (« Carré Histoire »), 2000, 255 p.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple I. Théry, Couple, filiation et parenté aujourd’hui. Le droit face aux mutations de (...)
  • 2 Voir la controverse entre I. Théry et E. Fassin ; voir en particulier le texte de ce dernier, « Le (...)
  • 3 D. Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, Paris, Hachette, collection « C (...)
  • 4 Ibid., p. 3.
  • 5 G. Duby/J. Le Goff (dir.), Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome, Ecole française de Ro (...)
  • 6 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Ségalen, F. Zonabend (dir.), Histoire de la famille, t. 1, Pari (...)

1On sait combien la famille constitue aujourd’hui un objet d’étude privilégié pour le chercheur en sciences sociales. Les récents débats sur le PACS, les différentes missions commandités par le gouvernement en vue de réformer le droit pour mieux faire face aux mutations de la famille1, ou encore les nombreuses controverses qui balaient le champ de la sociologie de la famille2 attestent de l’intérêt suscité par cette question. À l’inverse de ce qui s’est produit dans d’autres disciplines (la sociologie et le droit notamment), les historiens ont pourtant relativement tardé à en faire l’analyse. Certes, il y a bien, dans les années 1960-1970, des travaux d’histoire portant sur le sujet – en particulier l’ouvrage de Philippe Ariès intitulé L’Enfant et la Vie familiale sous l’Ancien Régime ou encore Naissance de la famille moderne, XVIIIe-XXe siècle d’Edward Shorter –, mais Didier Lett conteste la vision évolutionniste adoptée dans ses études qui considèrent « que la famille occidentale ‘moderne’ fondée sur un mariage monogame, sur une cellule étroite ou nucléaire, sur une résidence indépendante des nouveaux époux et sur une profonde affection entre mari et femme et entre parents et enfants était une invention récente qui se serait mise en place surtout à partir des XVIIe et XVIIIe siècles »3. Ce dernier préfère pour sa part adopter un point de vue plus anthropologique considérant que « même s’il existe des aspects universels dans la définition de la famille, chaque société, en fonction de sa structure démographique, des contraintes économiques, des modes de gouvernement, de son organisation sociale, de ses croyances, propose une image de la famille et de la parenté différente »4. C’est dans cette perspective qui s’inscrit dans la lignée de recherches, telles celles menées par Georges Duby et Jacques Le Goff5 ou celles dirigées par André Burguière, Christiane Klapisch-Zuber, Martine Segalen et Françoise Zonabend6, que Didier Lett propose, dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, une synthèse de l’histoire de la famille et de la parenté au Moyen Âge.

2Cette étude, qui fonctionne comme un cours (on notera l’effort de synthèse ainsi que la qualité du glossaire et de la bibliographie), est découpée en quatre parties. La première consiste en une analyse des structures de parenté et s’appuie principalement sur des travaux consacrés à l’onomastique. La seconde partie traite du mariage avec une attention toute particulière portée au jeu des alliances matrimoniales. Le mariage ici ne recouvre pas seulement une union entre un homme et une femme : il est aussi une alliance entre deux lignée, une modalité spécifique d’échange de biens et de transmission du patrimoine. Le troisième axe d’analyse reprend la question des structures familiales. Didier Lett y observe l’évolution de la taille et de la dimension des familles tout en étudiant les modes de résidence, d’exploitation et de propriété. Enfin, dans un dernier temps, l’auteur s’intéresse aux interactions affectives qui se nouent entre les membres d’une même famille ou d’une même lignée. Cette dernière partie, compte tenu du faible nombre d’études sur le sujet, ne propose pas, à l’inverse des trois autres, d’évolution.

3En définitive l’ouvrage présente l’avantage de rompre avec l’image classique et quelque peu réactionnaire d’une famille médiévale unie et stable. Au contraire, on comprend que la famille de l’Europe traditionnelle, notamment du fait de l’importance de la mortalité, se caractérise par son instabilité. Le travail de Didier Lett a donc le mérite de mettre en lumière la plasticité des structures de parenté et la grande capacité d’adaptation de la famille à la conjoncture tout au long de la période médiévale.    

Notes

1 Voir par exemple I. Théry, Couple, filiation et parenté aujourd’hui. Le droit face aux mutations de la famille et de la vie privée, rapport à la ministre de l’Emploi et de la solidarité, et à la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Paris, Odile Jacob/La Documentation française, juin 1998 ; voir aussi C. Thélot et M. Villac, Politique familiale : Bilan et perspectives, rapport à la ministre de l’Emploi et de la solidarité et au ministre de l’Économie, des finances et de l’industrie, Paris, Éditions du service de l’information et de la communication, mai 1998.

2 Voir la controverse entre I. Théry et E. Fassin ; voir en particulier le texte de ce dernier, « Le savant, l’expert et le politique : la famille des sociologues », Genèses, septembre 1998, pp. 156-169.

3 D. Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, Paris, Hachette, collection « Carré Histoire », 2000, p. 3.

4 Ibid., p. 3.

5 G. Duby/J. Le Goff (dir.), Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome, Ecole française de Rome, 1977.

6 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Ségalen, F. Zonabend (dir.), Histoire de la famille, t. 1, Paris, A. Colin (rééd. Livre de Poche/Références), 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Ribémont, « Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/308

Haut de page

Auteur

Thomas Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org