Navigation – Plan du site

Jean de Murs, Écrits sur la musique

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Jean de Murs, Écrits sur la musique. Textes en latin, traduction et commentaire de Christian Meyer, Paris, CNRS Éditions (« Sciences de la musique »), 2000, 282 p. 17x24 cm, schémas non numérotés, annexes (édition de l’anonyme Quomodo intelligi debeat; sources manuscrites des Écrits sur la musique de Jean de Murs; sigles des bibliothèques), index nominum et verborum, index numerorum et vocum affinium, bibliographie
ISBN 2-271-05817-1

Texte intégral

1L’édition nationale n’a pas manifesté ces derniers temps un très grand intérêt pour ce savant singulier du XIVesiècle qu’est Jean de Murs. Depuis les éditions de deux de ses œuvres majeures, l’Expositio intentionis regis Alphonsii circa tabulas ejus par Emmanuel Poulle en 1980 et le Quadripartitum numerorum par Ghislaine L’Huillier en 1990 et de deux de ses textes mineurs, la Demonstratio quantitatis et figuere maris enei Salomonis par Marie-Madeleine Saby en 1991 et l’Epistola ad Clementen par Jean-Patrice Boudet en 1992, les travaux ont continué à un rythme soutenu mais en Pologne (édition de la version A de la Musica speculativa par Elzbieta Witkowska-Zaremba en 1992), en Allemagne (édition des versions A et B de la Musica speculativa par Christoph Falkenroth en 1992, de l’Epistola super reformatione antiqui kalendarii par Christine Gack-Scheiding en 1995, du De arte mensurandi par Hubert Busard en 1998 et du Libellus cantus mensurabilis par Christian Berktold en 1999), au Canada (édition de la version mixte de la Musica speculativa par Susan Fast en 1994), au Danemark (édition, à nouveau et en 1996, de l’Epistola super reformatione antiqui kalendarii par Chris Schabel, qui, deux ans après, a contesté en l’éditant l’attribution usuelle de l’Ad correctionem kalendarii) et en Espagne (édition des Tabule permanentes, par Beatriz Porres et José Chabás en 2001). C’est un soulagement de voir édité, traduit et commenté dans l’hexagone l’ensemble des écrits de Jean de Murs sur la musique.

2Pour ce qui est des textes eux-mêmes, l’ouvrage de Christian Meyer se présente comme un bilan des travaux menés depuis ces trente dernières années sur les traités de Jean de Murs. Les grands ancêtres, Martin Gerbert et Edmond de Coussemark, avaient accru la confusion d’une tradition manuscrite déjà compliquée. Ulrich Michels commence en 1972 à démêler les fils embrouillés de cette tradition, avant que d’autres ne prennent le relais. La Noticia artis musicae date de 1319 et a été enrichie après 1321 de neuf conclusions. La Musica speculativa a été rédigée en 1323 à l’attention des sociétaires du collège de Sorbonne avant d’être remaniée par l’auteur en 1325. Par la suite, un anonyme mêle des éléments de ces deux versions et, dans la seconde moitié du XVe siècle, d’autres anonymes en réalisent des abrégés. Christian Meyer a retenu la version A proposée par Elzbieta Witkowska-Zaremba. Le Compendium musicae practicae résume en 1325, sous forme de questions et réponses, la seconde partie de la Noticia, la plus novatrice. Christian Meyer reprend les éditions critiques de la Noticia et du Compendium établies par Ulrich Michels. Le Libellus cantus mensurabilis et l’Ars contrapuncti sont des œuvres de la maturité écrites aux environs de 1340 à l’attention de praticiens, la seconde étant vraisemblablement une reportatio, dont Christian donne la première édition critique. Christian Berktold a distingué une Recensio maior A du Libellus, celle que Christian Meyer a suivie, et une Recensio maior B.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Jean de Murs, Écrits sur la musique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 15 août 2017. URL : http://crm.revues.org/307

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org