Navigation – Plan du site

André Debord, Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale

Max Lejbowicz
Référence(s) :

André Debord, Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale. Édition préparée par André Bazzana et Jean-Michel Poisson, Paris, Éditions A. & J.Picard (« Espaces médiévaux »), 2000, 240 p. 17x24 cm, 12 planches couleur et 111 figures noir et blanc, bibliographie, index des sites.
ISBN 2-7084-0601-9

Texte intégral

1L’ouvrage posthume d’André Debord le montre amplement. En imposant l’évidence de la motte, l’archéologie médiévale de ces vingt dernières années a affermi notre connaissance de la révolution castrale des années 970-1080. Elle l’a affermie d’autant mieux qu’elle en a détaillé les caractéristiques et qu’elle l’a reliée aux forteresses plus pérennes.

2Pour conduire ses analyses, André Debord procède à d’incessants allers-retours entre le témoignage des fouilles et celui des textes, entre les fonctions remplies par la motte puis par le château et les formes que prend l’exercice du pouvoir. L’aménagement des sites qui s’instaure au cours de ce gros siècle et la redistribution du territoire européen qu’il implique sont l’expression de nouveaux rapports sociaux. Le constat peut passer pour une lapalissade. Encore fallait-il la démontrer dans le détail et, pour parvenir aux termes de l’analyse, avoir la volonté obstinée de s’installer à l’articulation des deux types de documents,  ceux dégagés du chantier et ceux donnés par l’archive. Aidé pour les études régionales de ce dernier demi-siècle et grâce aux récents apports de l’archéologie, André Debord rectifie et nuance et dresse chemin faisant un panorama neuf. La piraterie châtelaine suscite en contrecoup le Mouvement de Paix, collusion de l’Église et des démunis, qui se parachève et se subvertit en Trêve de Dieu, collusion de l’Église et des châtelains. Cette seconde connivence permet le retour en force des princes territoriaux, points d’appui de la réorganisation progressive des institutions de l’État aux XIIIe et XIVesiècles.  

3L’ouvrage est la première synthèse, dans le champ des études médiévales, de l’archéologie et de l’histoire. Nombre de points demeurent encore obscurs, mais cette utile mise ou point laisse espérer beaucoup de la  progression des fouilles.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « André Debord, Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org