Navigation – Plan du site

Denis Billote, Le vocabulaire de la traduction par Jean de Meun de la Consolatio philosophiae de Boèce

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Denis Billote, Le vocabulaire de la traduction par Jean de Meun de la Consolatio philosophiae de Boèce, Paris, Honoré Champion, 2000, 2 vol. 640+592 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Denis Billotte suscite l’intérêt pour deux raisons principales. La première concerne exclusivement les procédés de «translation» au Moyen Âge à partir d’un ouvrage-source écrit en latin au VIe siècle, la Consolatio Philosophiae de Boèce, et de sa traduction en langue vernaculaire au XIIIe siècle par Jean de Meun. Les deux lexiques exhaustifs français-latin et latin-français permettent de comprendre très facilement les enjeux des équivalences lexicales et montrent bien la manière dont la langue française, par le truchement des traducteurs, s’est peu à peu enrichie de néologismes qui sont aujourd’hui la base de notre vocabulaire politique, moral et philosophique. Les entrées des deux lexiques sont de lecture aisée et offrent pour chaque léxème répertorié les contextes syntagmatiques latin et français qui facilitent l’accès simultané aux deux sources. Le lexicologue sera donc comblé.

2La deuxième raison digne d’intérêt concerne plus directement les passionnés d’informatique. L’auteur présente dans une longue introduction d’une centaine de pages la démarche qui l’a conduit à écrire son ouvrage. Les considérations liminaires portant sur la lexicologie en général et sur la traduction en particulier ne sont présentes que pour mettre en évidence l’analyse informatique d’un corpus donné. Structuration des bases de donnée, mise en forme des léxèmes, lemmatisation et autres classements des items sont décrits de façon très rigoureuse et tout féru d’informatique y trouvera son compte. La démarche vise à expliquer la genèse et la mise en forme d’un dictionnaire. De ce point de vue, l’auteur réussit à attirer l’attention de toute personne curieuse de connaître les secrets de la lexicographie informatique. On peut regretter simplement le caractère trop explicatif de la démarche qui parfois noie le lecteur dans des considérations informatiques sans doutes souhaitées par l’auteur dans un souci d’exhaustivité. Par ailleurs, ne cherchez pas à obtenir quelque information sur la pensée philosophique de Boèce: tel n’est pas le but recherché dans l’ouvrage de Denis Billotte.

Annexe

L’ensemble demeure un outil intéressant tant pour l’étude de la langue française que dans une perspective formelle de déchiffrement des textes du Moyen Âge. Par ailleurs, la bibliographie des textes consultés par l’auteur est très riche. Enfin, les philosophes médiévistes trouveront quelque intérêt à se munir de cet ouvrage pour circonscrire, par le détail et non dans la globalité, la réception des concepts philosophiques au Moyen Âge et ainsi mieux comprendre les notions – souvent abstraites – véhiculées par les mots.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Denis Billote, Le vocabulaire de la traduction par Jean de Meun de la Consolatio philosophiae de Boèce », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/301

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org